Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 09:50
diner forum nkongsamba
diner forum nkongsamba

Dans une démarche participative lancée avant 2013, les acteurs sociaux de Nkongsamba ont recherché le développement durable. Le forum organisé du 13 au 16 novembre 2014 dans la cité des montagnards, chef-lieu du vaste département du Moungo au Cameroun a été révélateur.

Les filles et les fils des 12 villages de Nkongsamba ont commencé par mouillé le maillot le 01 novembre lors de la soirée diner-débat du canton Baneka présidé par Me EKANDJE NDJANGA Eithel sur le contenu thématique et le calendrier d'activité de cette plate forme. Pourquoi, Comment, où et avec qui? sont les questions que tente de répondre le premier magistrat de Nkongsamba, le Dr KOLLO Basile

Lors de la cérémonie d’ouverture du 13 novembre dernier, le délégué du Gouvernement Dr KOLLO Basile a dit que « le forum pour le développement de Nkongsamba se voudrait être une plate forme annuelle de concertation des fils et filles de Nkongsmaba pour un développement harmonieux et participatif devant amener progressivement et méthodiquement vers l’émergence. Cette cérémonie d’ouverture qu’a présidé le Préfet HONA Thomas, a permis aux participants de savoir le rôle prépondérant qu’ils ont à jouer dans l’accomplissement du processus de relance en cours. HONA Thomas aura également dans son discours de circonstance fustigé le climat de paresse qui semble être l’apanage d’une certaine classe de la population. Selon l’autorité, ce n’est pas le chômage qui fait le plus mal dans la ville de Nkongsamba, mais la paraisse et les égoïsmes qui animent les populations.

Selon des urbanistes, le premier pas pour le développement harmonieux d’une ville est l’élaboration d’un plan directeur d’urbanisme. Dans cette démarche, le gouvernement de la république à travers le MINHDU a financé un cabinet à hauteur de 80 millions pour faire ce travail à Nkongsamba. Travail qui a été validé par le conseil de Communauté en 2013 et approuvé par l’autorité de tutelle en 2014. Par ailleurs, un projet de plaidoyer et de pilotage du développement de Nkongsamba est actuellement disponible et devrait être complété par les plans d’occupation des sols et plans communaux de développement. Puisque développement rime avec moyens financiers, le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsamba, Dr KOLLO Basile s’est lancé à la recherche de moyens nécessaires à travers les organismes accrédités par L’ETAT et a invité au forum le Crédit foncier, le Feicom, le PNDP, l’AFD, le GICAM, les institutions financières, les institutions universitaires, les décideurs des ministères en charge des questions importantes, les organisations de la société civile et surtout de nombreux medias nationaux et internationaux. Pour lui, une seule main ne peut attacher un fagot et il a besoin de tous les enfants de la localité « il faut laisser les clans de côté, les querelles fratricides et les intrigues. Le développement n’a pas de tribu ni de religion ».

Selon le délégué du gouvernement, le temps était donc venu de réunir autour d’une table tous les enfants de la ville afin de fédérer les ressources intellectuelles, matérielles et autres dans une synergie d’actions qui va permettre de relancer cette cité historique.

Le premier jour du Forum a permis à M. FOMEN Guy, Délégué du MINHDU de présenter le document de planification de la ville et ensuite de suivre les exposés des sectoriels sur les différents projets du gouvernement que l’on pourra mettre en œuvre pour accompagner les jeunes et les femmes en matière d’auto-emploi et comment avoir accès à des financements, le Crédit Foncier a exposé sur ses innovations et perspectives.

Le second jour était consacré au fond National de l’emploi (FNE) aux banques classiques, aux micro-finances et institutions universitaires. Ces derniers se sont étendus sur le financement de microprojets jeunes allant de 300 000 FCFA à 500 000 FCFA.

Le troisième jour était consacré aux débats artistiques et touristiques animés par le Groupe du festival itinérant Wakavane.

Le quatrième jour consacré au sport et implémenté par la course de montagne baptisée « 5ème édition de l’ascension du Mont-Mmanengouba ». Et dans son allocution de fin, le Délégué Dr KOLLO Basile a laissé entendre que « Le projet de développement de la ville de Nkongsamba prévoit la construction d’un complexe sportif, qui ne sera peut-être pas le Palais des Sports de Yaoundé que le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya à donné au peuple camerounais, mais nous serons dans la même synergie de développement des infrastructures sportives en construisant une complexe impressionnant, en aménagement d’autres infrastructures sportives en relation avec les communes d’arrondissement. Nous serons en mesure d’abriter des compétitions de haut niveau, de très haut niveau et pourquoi pas des matchs de la Coupe d’Afrique des Nations de 2019 ». Le préfet HONA Thomas a demandé de laisser passer le temps des discours pour poser des actes concrets qui resteront dans l’histoire. De multiplier les infrastructures et de rendre le cadre de vie plus agréable aux populations. Que ce forum survenu après la tournée économique du Gouverneur de la région du Littoral permette de réveiller les esprits endormis de manière à participer à l’émergence de Nkongsamba et par extension du Cameroun en Général.

Dossier réalisé par Sylvain Timamo, Georges Stéphane NDang et Lijouom Chetou

Dr Kollo Basile : "Mettons nous au travail pour préparer l'édition 2015 de l'ascension du Mont Manengouba"

Le Délégué du Gouvernement auprès de la communauté Urbaine de Nkongsamba apprécie le déroulement de la 5ème édition de l’Ascension du Mont-Manengouba.

Au terme de cette compétition qui a réuni les athlètes de différentes régions du Cameroun à Nkongsamba, quelle lecture faites-vous de cet événement ?

Pour une relance, nous sommes satisfaits. C’était un entrainement pour voir les points sur lesquels nous pouvons insister pour l’organisation de l’édition 2015. Nous avions deux objectifs, et les deux ont été atteints. Nous devions en premier sélectionner les athlètes qui devront représenter la ville de Nkongsamba à l’ascension du Mont-Cameroun qui est un événement national. Nous avons retenu les trois premiers garçons et les deux premières filles qui seront sponsorisés par la ville. En deuxième lieu, aussi embryonnaire, qu’elle soit, cette course est un signal pour les autres éditions. Relancer cette ascension du mont était notre priorité et c’est un objectif atteint.

On a constaté dans l’ensemble qu’il n’y avait pas une grande mobilisation des habitants de la ville ?

Beaucoup de gens n’ont pas cru à l’effectivité de cette course. C’est d’ailleurs pour cette raison que la Communauté Urbaine a intervenu. Pour organiser une compétition, il faut avoir les autorisations et jusqu’à la semaine passée (semaine du 10 novembre Ndlr), on n’avait pas ces autorisations de la ligue régionale d’athlétisme du Littoral puisque la ligue départementale a été suspendue pour « non organisation des événements depuis au moins 7 ans ». Mais avec cette édition, on espère remettre cette compétition sur pied. Donc, c’est un nouveau départ.

Cette compétition a connu des manquements sur le plan technique et organisationnel, comment expliquez-vous ces faits ?

La course a été organisée par les athlètes eux-mêmes (association des athlètes professionnels du Moungo Ndlr). C’est-à-dire, ceux qui maitrisent le circuit. Néanmoins, tous les manquements, nous les assumons parce qu’ils nous permettront de préparer l’édition 2015. Dans les deux semaines à venir, un comité de préparation de l’édition 2015 sera mis en place. Donc les différentes critiques nous serviront de leçons pour l’organisation des prochaines échéances. Nous considérons cette édition comme un test parce que nous savions qu’il y aura des manquements. Toutefois, nous nous sommes soumis aux consignes de la Ligue régionale d’athlétisme du Littoral. Nous n’avons pas besoin des critiques seulement, nous voulons aussi des suggestions constructives pour la prochaine édition. Par ailleurs, il faudrait que les athlètes se déclarent à temps.

Quelle place occupe un événement comme celui-ci dans votre Communauté ?

Très souvent, on parle de la ville de Nkongsamba négativement. Nous voulons qu’on commence à parler de cette ville positivement. Donc cet événement permet entre autre d’améliorer l’image de la ville.

Interview réalisée par Marie Louise MAMGUE, Journaliste au quotidien Le Messager

Réactions des participants

Dr Meli Basile, économiste et expert associé au FDN

Ce forum a été mis sur pieds pour permettre un plan directeur de la ville de Nkongsamba et aussi d’intégrer le système de gestion sectoriel notamment l’emploi, la formation et l’éducation. Les différentes activités de cette plate-forme d’échange vont susciter la compréhension de chaque acteur, son apport pour le compte du FDN, pour s’intégrer aux divers projets face au développement de la ville. En effet, dans le cadre de la logique des IRR (initiatives à Résultats Rapides), on peut comprendre que le développement de la ville de Nkongsamba prendra très vite son envol compte tenu de l’élaboration des projets structurants. Toute chose qui fait planer les questions relatives à l’emploi, à l’entreprenariat et à la formation des jeunes. Si à travers cette rencontre, nous trouvons une solution à cette problématique, je puis vous dire que la relance du développement de la ville de Nkongsamba ne sera guère une utopie. L’objectif majeur du Forum de développement de Nkongsamba consiste à permettre aux jeunes de la localité à se positionner face aux grands projets des programmes agricoles, de l’élevage et des programmes relatifs aux femmes et à l’entreprenariat jeunes.

M. Mohama Lamine, Chef d’agence Régional Feicom Littoral

Je suis très optimiste au regard de ce qui a été présenté au cours de cette première édition du Forum de Développement de Nkongsamba. En effet, il s’agit de mettre sur pieds toutes les planifications relatives à la relance du développement de cette ville. Certes, cela nécessite assez de moyens, mais à mon avis, je pense qu’avec la participation de toutes les élites de la localité, l’objectif escompté sera certainement atteint. En ce qui nous concerne, nous allons apporter notre soutien pour l’accompagnement et le financement des projets concourent à l’amélioration des conditions de vie des populations de Nkongsamba. Le Feicom compte aussi mettre à contribution des ressources additionnelles aux différentes communes de la localité. En somme, notre partenariat avec la Communauté Urbaine de Nkongsamba va susciter la mise en œuvre des projets générateurs de revenus pouvant permettre le décollage de la mythique ville de Nkongsamba

M. Lekama Georges Auréoles, Co-rapporteur, Président de l’Observatoire des organes de presse membres de l’ASSEPM

Le Forum en lui-même vu sur l’angle de l’observation scientifique est un succès. Toutes les autorités administratives de Nkongsamba et du Moungo ont répondu présent soit par leur implication personnelle, soit par la représentativité. Plus de 1000 invités à la cérémonie d’ouverture, de nombreux de journalistes de Nkongsamba, l’association des journalistes sportifs du Littoral représentée au plus haut niveau par son président Eric martial NDJOMO, les plus grands quotidiens privés camerounais, la quasi-totalité des journalistes de Nkongsamba FM, la 96.2 qui a fait plusieurs directs et émissions interactives sur les activités fars du Forum. Avec des participants venus de Cote d’ivoire, des Comores, du Tchad, du Nigeria, de la France, de l’Afrique du Sud, de Madagascar, de Centrafrique, du Benin, etc… Ce qui serait utile de faire dans l’immédiat est de mettre sur pied est un comité de suivi des actes du Forum avec un grand nombre d’acteurs de la société civile basée à Nkongsamba, sans oublier les représentants des structures ayant un fort capital en investissement. M. WANGUE Georges Liberté, secrétaire général de la communauté Urbaine de Nkongsamba, Dr MELI Basile, M. TIMAMO TEDJON Sylvain et moi-même avons été chargé de rapporter sur les ateliers et je puis vous assurer que les contributions étaient exhaustives et pertinentes.

Propos recueillis par Lijouom Chetou, Ghislaine Djomo et Zavier Raoul Elong

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens