Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 21:17
Il s'appelait Kamegni Tchayou Axel Loïc né en 1997, 24 ans d'âge. Un jeune qui avait pourtant tout son avenir devant lui et qui perd ainsi prématurément la vie à la suite d'une altercation avec les éléments de la gendarmerie venus pour une enquête de litige foncièr dans la ville de Bana. La scène s'est déroulée samedi 16 août dernier. Une situation qui a paralysée la ville de Bafang et de Bana durant plusieurs heures.
Selon des témoignages dignes de foi, le commandant de brigade qui était accompagné de son élément, pour s'enquérir de la situation sur le site du litige, a été pris à partie par ce jeune homme à l'aide d'une machette, qui leur demandait de quitter sur son terrain.
Tout en condamnant l'usage facile de l'arme de ce gendarme qui a conduit à la mort prématurée du jeune Loïc. Ayons quand-même le courage de remarquer la montée en puissance de l'esprit criminel qui habite la majorité des jeunes d'aujourd'hui.

Observons tout simplement mais alors, avec froideur l'attitude de nos jeunes lors des bagarres dans nos quartiers par exemple. Ceux-ci n'hésitent pas à user des machettes, des couteaux, des bouteilles cassables, des lattes.

Aujourd'hui il est beaucoup trop facile pour un jeune de lever la machette sur vous, et de vous découper sans état d'âme. Ou alors de vous défigurer à l'aide d'une lame de rasoir. Cette pratique est devenue vulgaire autour de nous.
Combien de cas de cette nature a-t-on déjà comptabilisé dans nos établissements scolaires? Où des élèves se déchirent à l'aide des lames et couteaux? Combien de jeunes ont-ils déjà perdu la vie parce que froidement abattus par une machette ou un couteau dans notre environnement ?
Combien de fois a-t-on vu des groupes de jeunes armés de gourdin et machette s'affronter violemment ?
La menace est là elle est réelle et le recours à l'arme blanche est devenu une vulgarité. D'ailleurs c'est avec fierté qu'ils se font appeller les "boys" et à cette violence, ils leur attribue un nom "le massacre". Le mal est là et il est profond.
Agresser à coup de machette un commandant de brigade aurait été une victoire pour certains caïds de ce village. À telle enseigne que si mort n'avait pas suivi, ils auraient dit par exemple, qu'ils ont " massacré" le commandant.
Nous connaissons autour de nous des parents incapables de blâmer leurs enfants, par peur de représailles. Nous connaissons tous un voisin qui a été menacé où agressé à l'aide d'une machette par un jeune du quartier parce qu'il a osé lui faire une leçon de morale.
Voilà l'analyse froide qu'il faut faire sur ce cas pratique de la violence dans notre société surtout en milieu jeune. Pour le cas de Bana, au-delà des émotions, il faut prendre à bras le corps ce "cancer" qui est une gangrène qui risque de transformer notre société en NO MAN'S LAND.
En matière de lutte contre la criminalité Charles Pasqua, ancien ministre de l'intérieur de la France disait ceci et je cite, " la peur du gendarme est le début de la sagesse". À chacun d'en méditer.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens