Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 15:15

« Juste réussi à "acheter" les problèmes qui à mon avis vont sûrement et certainement le dépasser et je me réjouis de l'avoir à titre personnel mis en garde avant son élection »

Lapiro-de-mbanga.jpgQue pensez-vous de la tenue de cette élection?
En ce qui me concerne, c'est un non-événement.

Ndedi Eyango a été élu. Vous connaissez bien l'homme, pensez-vous qu'il soit à la hauteur des attentes?
Je connais Ndedi Eyango le musicien; très talentueux, bon compositeur, bon guitariste; c'est le prince des montagnes que je connais et musicalement parlant, depuis plusieurs décennies il a porté haut et hors de nos frontières la musique Camerounaise et ce prince des montagnes a aussi vu pendant plusieurs années et ce depuis la Socinada ses droits d'auteur être volés par les soi-disant administrateurs; oui c'est l'artiste Ndedi Eyango le prince des montagnes, Artiste Musicien Auteur Compositeur Arrangeur et producteur que je connais quant à ses qualités à manager une structure à problèmes comme la socam, il a juste réussi à "acheter" les problèmes qui à mon avis vont sûrement et certainement le dépasser et je me réjouis de l'avoir à titre personnel mis en garde avant son élection

Le rôle joué par l'Etat, semble trouble. Alors est-ce une façon de phagocyter un secteur qui, totalement indépendant serait incontrôlable?
Vous l'avez-vous même dit et je vous prends au mot: Le rôle joué par l'État semble trouble. L'État joue dans la corporation des musiciens un rôle hautement trouble. Le désordre que l'État a créé dans le droit d'auteur est connu de tous au Cameroun et à l'extérieur; les Auteurs Compositeurs qui ont un tant soit peu le souci de leurs droits sauf s’ils sont motivés par des ambitions personnelles devraient se battre afin que l'État laisse une indépendance totale à leur secteur d'activité comme c'est le cas avec les assurances, les banques, le barreau des avocats, l'Ordre des Médecins ou chez les Huissiers malheureusement tel n'est pas le cas et l'État a donc à l'intérieur même de la corporation la complicité de certains usurpateurs qui ne sont Artistes que de nom ce qui est le cas des individus comme Messi Ambroise et Roméo Dika qui malgré le forcing, aucun titre composé par eux n'a jamais connu un succès sur le plan national au point de vendre 10 000 exemplaires d'une œuvre par conséquent ils doivent s'accrocher derrière l'État pour vivre sur le dos des vrais Artistes qui produisent; il y a aussi une autre catégorie c'est celle des Has been avec des doyens comme Anne-Marie Nzié, Ekambi Brillant, Tamwo Isidore, Djene Djento, Moni Bilè, Axel Mouna et Ebogo Emerand pour ne citer que ceux-là qui pensent que n'ayant plus de chanson à succès il vaut mieux s'accrocher derrière l'État et se contenter des miettes; il y a enfin une dernière catégorie et c'est dans celle-là qu'on trouve Ndedi Eyango et Sam fan Thomas; ils sont propriétaires de Studios d'enregistrement et d'autres activités parallèles; ils ont peur pour leurs business car l'État a les moyens de les faire fermer avec les impôts si d'aventure ils osent ce mettre dans le camp d'en face. Vous comprenez donc que l'État a des complices parmi les Auteurs compositeurs eux-mêmes qui l’aident à tuer le droit d'auteur? La bonne question c'est pourquoi l'État tient-il tant à s'immiscer dans la corporation des musiciens avec tout le désordre et le trouble à l'ordre public que cela crée ?

Cette élection s'est tenue alors que le syndicat des producteurs et d'arrangeurs de musique au Cameroun et les administrateurs de la Socam ont saisi la chambre administrative de la Cour suprême pour y surseoir.
Je suis le premier curieux à savoir la suite qui sera réservée à leurs demandes. Le premier ministre a aussi été saisi y compris le ministre de l'administration territoriale et son gouverneur, son préfet et son sous-préfet pour annuler la tenue de l'assemblée et l'assemblée a bel et bien eu lieu; quant à la chambre administrative de la cour suprême, je pense qu'elle a en d'autres temps signé un arrêt annulant la création de la socam; je suis curieux et très excité d'entendre ce qu'elle va dire.

Aujourd'hui, la Cmc est le seul interlocuteur auprès de la Cisac, que va t'il se passer? Va-t-on assister à un rapprochement entre la Socam et la Cmc?
Il n'y aura jamais mais alors jamais de rapprochement entre la légalité et l'illégalité; c'est comme si un État traite avec les terroristes; oui en ce qui concerne le droit d'auteur chez les musiciens, socam c'est Boko Haram et al Qaida réunis.

Socam ou Cmc le vrai problème c'est l'amélioration des conditions de vie des artistes musiciens Camerounais. Est ce qu'on avance ou on recule ?
On n’avance surtout pas; non seulement on recule mais le droit d'auteur et le droit voisin du droit d'auteur va disparaître. Voici pourquoi l'État sème le désordre dans la corporation des Musiciens: Le Ministre d'État Léopold Ferdinand Oyono avait signé un arrêté qui exigeait que les sociétés brassicoles payent à titre du droit d'auteur, 15fcfa par casier de boisson à la CMC. Cet arrêt est la conséquence d'un arrangement entre le syndicat national des propriétaires des débits de boissons et la CMC; les 15fcfa allaient être retirés des ristournes des détenteurs de débits de boissons qui non seulement ne voulaient plus voir l'équipe de Lapiro de Mbanga venir porter leurs appareils de sonorisation, mais ils allaient dorénavant payer par rapport à leurs recettes réelles. André Siaka a vu que l'exécution de cet arrêté du ministre d'État Léopold Ferdinand Oyono allait l'obliger à sortir les vrais chiffres de la production des brasseries du Cameroun et payer plus cher les impôts; pas question de dévoiler les vrais chiffres et pour ce, cet arrêt du Ministre d'État doit disparaître et pour le faire disparaître , il faut commencer par dégager Léopold Ferdinand Oyono du gouvernement et pour ce, pierre castel propriétaire des brasseries de Cameroun a demandé à Biya de régler très vite ce problème; prochain remaniement Léopold Ferdinand Oyono est éjecté et est remplacé par une chargée de mission:

Ama Tutu Muna qui est la sœur cadette de Akéré Muna; Akéré Muna est l'ami et l'avocat d’André Siaka. Ama Tutu vient au ministère de la culture (ancienne appellation) avec pour principale mission, faire disparaître à tous prix, par tous les prix cet arrêté et dès que mademoiselle Muna prend les fonctions, elle annonce les couleurs en éjectant le professeur Magloire Ondoa de la CPMC, elle convoque une assemblée générale extraordinaire de la CMC alors que la CMC est une société civile pour élire le PCA et prend le soin de faire arrêter Sam Mbendé ce jour par la police judiciaire de Yaoundé soit un samedi un jour non ouvrable en violant ainsi le code de procédure pénale; les Artistes acquis à la cause de Sam Mbendé sont allé faire un sit in sur la voie publique en face de la PJ pour exiger la libération de Sam Mbendé; ce dernier a été relâché , a participé aux élections et a gagné; voilà donc le début d'une guerre ouverte entre la toute puissante ministre et le tout petit Sam Mbendé ; nous sociétaires de la CMC avons appris par voie de médias , les différentes dissolutions de la CMC sans que le PCA qui avait été élu dans une assemblée générale convoquée par mademoiselle la ministre ait convoqué une assemblée ordinaire ou extraordinaire bref la CMC a été dissoute 2 fois; une première fois au palais des congrès à Yaoundé et une deuxième fois à Monatélé du jamais vu et tout cela avec l'assistance de Roméo Dika auprès de mademoiselle la ministre qui n'a toujours pas compris que sa mission est impossible; je plains seulement le sort de ces artistes qui sont les traîtres à la juste cause aujourd'hui le visage qu'ils auront le jour où la cour suprême va frapper du poing sur la table. Ndedi Eyango et sa clique courent vers les miettes et Dieu seul sait que les Camerounais profitent du désordre pour ne pas payer donc il n'aura jamais assez de recettes pour payer toutes les charges et faire des vrais répartitions donc dans 12 mois au maximum il va voir comment sa photo et son nom vont faire la une des journaux avec les injures par ici et par là pourtant en face, il y a 15fcfa par casier à récupérer. 15fcfa x par 10 millions de casiers font combien? 150 millions; voilà ce que les gagne petit ont du mal à comprendre et à faire le bon combat.

Pour finir parlons en un mot de vous. Vous venez d'être victime d’accusations graves portant atteinte à votre honneur et à votre respectabilité, qui ont fait le tour du monde à travers la toile. Les lecteurs veulent savoir. De quoi il en retourne.
Il en retourne que mon discours sur le podium d'Oslo Freedom Forum à fait maaaaal, il a fait même très mal au point de rendre dingue le pouvoir. Le procureur de la république qui a monté une fausse procédure contre moi en 2008 et qui est dans un parquet de quartier à Yaoundé maintenant malgré qu'il soit passé magistrat de 4ème grade alors qu'à Nkongsamba il avait le 3ème grade et était procureur du tribunal de grande instance oui le mécréant Bifouna Ndongo est celui qui a monté une affaire cousue de fil blanc à la demande de sa hiérarchie pour me saboter croyant que les Américains allaient m'expulser et il a pris comme journal pour communiquer: l'anecdote qui a annoncé qu'Interpol allait venir me chercher, depuis j'attends Interpol ; cette feuille de chou a annoncé l'arrivée d'une commission rogatoire du parquet de Paris à Yaoundé pour enquêter sur mes enfants qui ne sont pas Français; vraiment vous les journalistes que faites-vous lorsque vous avez au milieu de vous des presses comme l'anecdote ?

A quand votre prochain album?
Je fais dans la création des œuvres de l'esprit donc il y a deux paramètres; le premier est d'attendre très patiemment que Dieu m'inspire et le deuxième est qu'il me faut réunir les fonds car les producteurs n'existent plus raison pour laquelle vous les voyez courir dans tous les sens lorsqu'on parle d'assemblée. Vous avez sûrement remarqué que je parle d'assemblée et non d'assemblée générale parce qu'il y a un bon nombre d'ayants droits qui n'y sont pas.

© Camer.be : Armand Ougock
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens