Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 15:16

Le programme des funérailles de Lambo Sandjo Pierre Roger, alias Ndinga Man, décédé le 16 Mars dernier est déjà connu. Le chef de la famille Sanjo à Mbanga, Menkam Sanjo est déjà en route pour les Etats Unis d'Amérique, pour organiser les obsèques du disparu.
Lapiro de mbangaSelon la famille, la dépouille de Lapiro quittera la morgue de Buffalo le jeudi 27 Mars prochain. Apres un culte et une veillée à son domicile à Buffalo, le père des sauveteurs camerounais sera inhumé le 28 Mars, dans sa ville adoptive.

Entre temps, les fans de l’artiste se mobilisent partout où ils se retrouvent dans la planète, pour organiser les veillés en sa mémoire. Mardi soir par exemple, les camerounais résidents en France se sont rencontrés au Restaurant Le Laakam à Paris, pour préparer les veillées.

Sa ville natale Mbanga n’est pas en reste. Depuis le 17 Mars, les amis et la famille de Lapiro se recueillent chaque soir au domicile du chef de famille Sanjo pour pleurer leur fils disparu.

© Peter Kum | Correspondance

Lapiro : Na who go pay ?
J’ai rencontré Lapiro pour la première fois en février 2008 chez lui à Mbanga. J’étais avec une journaliste avec laquelle nous tournions un documentaire pour ARTE. Très sympathiquement il nous avait reçu dans sa famille et nous a baladés dans sa ville.

Quelques semaines après, quelle ne fut pas notre peine d’apprendre son embastillement par le pouvoir de Yaoundé… On ne sort évidemment pas indemne de nos prisons infectes…
Paix à son âme..................................................................................................................................................

COMMENT LES ÉMEUTES DE 2008 ONT ÉTÉ FATALES À LAPIRO DE MBANGA
By Thierry Ngongang

Nous sommes à la fin de l’année 2007, LAPIRO DE MBANGA se trouve en spectacle enEurope en train d’assurer la promotion d’un album dont le titre phare « Constitution constipée » est une violente diatribe à l’encontre du régime, dont le chef veut se servir de la modification de loi fondamentale pour se représenter sans limitation de mandats.

Mais, depuis quelques temps, l’artiste ne se sent pas bien. Des douleurs persistantes au dos l’obligent à consulter des médecins. Certains d’entre eux penchent à l’époque pour une hernie discale, d’autres évoquent un problème au nerf sciatique. Par mesure de prudence, LAPIRO se dote d’une ceinture spéciale pouvant lui permettre de calmer des douleurs de plus en plus persistantes.

Février, des émeutes qualifiées « de la faim » éclatent au Cameroun. La ville de Mbanga, fief de LAPIRO, n’est pas épargnée par les mouvements de contestation. Présent au Cameroun à ce moment là, la star engagée de la musique se retrouve enferrée dans ce vaste tourbillon.

Il est accusé par le Pouvoir d’avoir encouragé les émeutiers à s’en prendre aux installations d’une grande entreprise agricole française dans la localité voisine de Njombé. Il ne le sait pas encore mais le compte à rebours final est engagé…

Les douleurs dorsales persistent, LAPIRO songe à repartir en occident afin d’approfondir ses analyses médicales. Il n’en aura pas le temps. Le pouvoir lui a déjà mis la main dessus.

Je me rappelle encore le coup de fil qu’il me passe affolé quelques jours avant son arrestation : « Thierry ils sont en train de me mettre les manifestations de Mbanga sur le dos. Je sens qu’ils veulent m’arrêter alors que c’est même moi qui calmais les émeutiers… ». Et moi d’essayer de le rassurer tant que je peux : « T’inquiète pas, tu n’as rien fais. Ils n’ont aucune raison de s’en prendre à toi, ils ne peuvent pas t’arrêter… ».

 

Il aura finalement raison : Le 9 avril 2008, LAPIRO est arrêté et peu après condamné à trois ans de prison. C’est en prison que LAPIRO DE MBANGA aura la confirmation du diagnostic fatal : CANCER DES OS.

A cette époque là, pour peu qu’il puisse suivre convenablement des soins appropriés, la maladie qui en est à ses débuts est encore maitrisable. Malheureusement,LAPIRO DE MBANGA n’aura jamais véritablement la possibilité de se faire ausculter.

Plusieurs demandes de sortie seront rejetées par les médecins traitants et les administrateurs des prisons (Mbanga et Douala) où il aura été successivement incarcéré. A l’époque, comme vous pourrez le lire sur le site ci-après : http://www.oumarou.net/index.php?aid=2385, la presse locale s’en émeut.

Souffrant le martyr et littéralement fou de douleur, LAPIRO aura même recours aux services spontanés d’un codétenu originaire du Nord du Cameroun qui lu prodiguera des soins traditionnels (scarifications dorsales) dans des conditions hygiéniques douteuses.

Cette détention prolongée permettra au cancer de se développer inexorablement dans son corps. C’est en homme résigné qu’il sortira enfin de l’enfer carcéral en avril 2011. Il aura alors ses mots lourds de sens pour son compagnon Sam MBENDE qui l’avait accompagné durant ses trois années de détention :

« TOUT EST TERMINÉ, ILS M’ONT DEJA EU».

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens