Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 06:53

Le Cardinal Christian Tumi a écrit un livre intitulé «Les deux régimes politiques d’Ahmadou Ahidjo, de Paul Biya et Christian Tumi, prêtre (Eclairage)» dans lequel il a fait ressortir la mentalité des autorités de l'État qu'il a rencontrées dans le Nord du Cameroun :

«Un officier divisionnaire a même osé dire que le christianisme était pour le Sud et l'islam pour le Nord du Cameroun.»
«Un officier divisionnaire principal est même allé jusqu'à dire qu'il avait le pouvoir de prendre une décision qui allait à l'encontre des dispositions de la loi.»
«Il y avait l'impression à ce moment-là qu'un musulman puisse commettre un crime et rester impuni par les lois du pays. Un officier divisionnaire a même eu l'audace de déclarer que les lois du pays ne s'appliquent qu'à la partie Sud du pays!»
«… de [nombreux] jeunes non-musulmans du Nord croient qu'ils ne peuvent trouver du travail dans la Fonction publique que s’ils deviennent musulmans, ou du moins, portent des noms musulmans. C'est une pression morale qui viole la liberté de l'individu de choisir en toute conscience sa propre religion. »
«Même à ce jour, je

me demande encore pourquoi certains préfets permettent à certains lamibé d'agir comme ils le souhaitent ... des chefs traditionnels épouvantables, qui sont redoutés par leurs peuples. Les préfets donnent l'impression qu'ils sont impuissants face aux excès de ces lamibé sans compromis ... J'ai eu l'impression que dans le Nord, l'officier divisionnaire qui représente le chef de l'Etat, est l'auxiliaire des lamibé...»

Bello Bouba Maïgari est originaire de Garoua dans la région du Nord. Il est le président de l'Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp), un parti politique. Le parti a été fondé dans les années 90, en son absence, alors qu'il était en exil politique au Nigeria. Le premier président fut Samuel Eboa, qui était originaire de Nkongsamba dans la région du Littoral. Lorsque Bello Bouba revenu de son exil, a comploté avec d'autres barons de la partie septentrionale lors d’un congrès controversé du parti pour remplacer Samuel Eboa à la présidence du parti; Samuel Eboa a claqué la porte du parti, en colère, et a fondé son propre parti, le Mouvement pour la démocratie et le progrès (MDP).

On pourrait penser que Bello Bouba était impatient de prendre le parti pour l'utiliser comme un moyen pour mettre fin une fois pour toutes aux terribles violations des droits de l'homme décriées par le Cardinal Christian Tumi. Ceci s'est avéré ne pas être le cas. Les violations décrites ici confirment cela. Lors des élections législatives de 1992, le parti de Bello Bouba a remporté 68 sièges, dont trois dans la circonscription du Mayo Rey (Haman Adama, Ahmadou Bakary, et Koulagna Nana). Le 8 janvier 1996, tandis que Haman Adama et Ahmadou Bakary menaient leurs activités parlementaires sur le terrain, la milice du lamido de Rey Bouba a attaqué leur convoi, les a bien battu, et Haman Adama est finalement décédé le 18 février 1996, à cause des coups et blessures qu'il a reçus.

Aucune enquête n'a été effectuée, et aucune arrestation faite. Le crime est resté impuni! Juste avant les élections législatives de mai 1997, Koulagna Nana - autre député UNDP - menait sa campagne électorale dans le département du Mayo- Rey au nom de l'UNDP; le 12 mai 1997, lui ainsi que d'autres membres de l’UNDP ont été attaqués par la milice privée du lamido de Rey Bouba. Deux membres de l’UNDP et trois membres de la milice auraient trouvé la mort dans l'affrontement. En dépit de son immunité parlementaire, Koulagna Nana et 15 autres membres et sympathisants UNDP ont été arrêtés, mais aucun membre de la milice privée n’a été interpellé.

Finalement, Koulagna Nana et six autres ont été relâchés sans inculpation. Les autorités judiciaires de Garoua ont plus tard ordonné la libération de Koulagna sans frais, mais il est resté en détention administrative dans la prison centrale de Garoua jusqu'en octobre 1998, quand lui et les six autres ont été inculpés par un tribunal militaire d'assassinat, d'incendie criminel, de pillage, de possession illégale d'armes à feu, et autres infractions liées aux évènements de mai 1997; et il ne recouvrera la liberté qu’en 2000! Tout cela peut être comparé à la réaction vigoureuse du Social Democratic Front (SDF), après l'assassinat, le 20 août 2004, de John Kohtem, président de la circonscription électorale SDF de Balikumbat, par le Fon Doh Gah Gwanyin, chef traditionnel, député et maire de Balikumbat. Du 23 au 26 août 2004, le SDF a organisé des marches à Bamenda pour protester contre l'assassinat de john Kohtem, convergeant vers le bureau du gouverneur.

Le 25 août, Fru Ndi et beaucoup d'entre nous, membres du NEC, avons conduit un groupe de politiciens de l'opposition à Balikumbat pour visiter la famille de John Kohtem; le 27 août, les membres du SDF portaient des costumes de deuil noirs pour assister à la cérémonie de levée de corps à Bamenda et ils ont juré de se venger. Après avoir monté la pression, les enquêtes sur l'assassinat ont été ouverts et près de deux semaines après, 11 suspects ont été arrêtés et enfermés. Sous la forte pression du SDF, le gouvernement a publié un communiqué de presse assurant les Camerounais et la communauté internationale de ce que les personnes soupçonnées d'avoir contribué à abattre John Kohtem feraient face à la justice, quel que soit leur statut social, affirmant que «le Cameroun est un Etat de droit, qui a établi l'égalité de tous devant la loi, ainsi que l'indépendance judiciaire garantie par la Constitution de la République».

En février 2005, l'Assemblée nationale a levé l'immunité parlementaire de Fon Doh, ouvrant la voie à un procès contre lui pour l’assassinat de John Kohtem. Il a été plus tard reconnu coupable et condamné à 15 ans de prison pour avoir fomenté et participé à l'assassinat de Kohtem. Revenons-en à la fête de Bello Bouba. Lors des élections du 30 septembre 2013, une des victoires les plus précieuses de l'UNDP est la commune de Touboro dans le Mayo Rey. L'un des artisans de la victoire estt Célestin Yandal, le président du «Collectif des Jeunes de Touboro» et candidat sur la liste des conseillers municipaux de l'UNDP.

Après cette victoire, Koulagna Nana a été élu maire de la commune de Touboro. La réaction du lamido de Rey Bouba n'a pas tardé à venir. En décembre 2013, le conseiller municipal Célestin Yandal a été arrêté et enfermé. Peu de temps après, la femme de Yandal est décédée à la suite de certaines complications médicales et il a été refusé à Yandal d’assister sous caution aux funérailles de sa femme! Pour ajouter l'insulte à l'injure, Mouhamman Toukour, maire UNDP de Ngaoundéré II est décédé dans un accident sur la route Ngaoundéré-Touboro le 9 février 2014, après avoir assisté aux funérailles de l'épouse de Yandal.

Tout cela confirme le fait que dans la partie septentrionale du Cameroun, plus que partout ailleurs, les responsables administratifs ont le pouvoir de prendre des décisions qui vont à l'encontre des dispositions de la loi. Les lois du pays ne semblent s'appliquer qu’à la partie Sud du pays, pas dans la partie Nord! Dans cette partie du pays, les lamibé sont des chefs traditionnels épouvantables qui violent les droits et libertés de leurs sujets en toute impunité, avec les responsables administratifs agissant pratiquement comme auxiliaires des lamibé. Et Célestin Yandal languit toujours en prison! Et Bello Bouba Maïgari est assis dans le gouvernement, observant tout cela en silence! Comment un homme politique peut-il être l’objet de railleries?

Comment un mauvais régime peut-il s'entendre avec les chefs traditionnels pour fouler aux pieds les droits et libertés des citoyens?

Source : http://www.237online.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens