Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 20:58

Le double évènement célébré au cours de cette 544ème Ngùon 2012 contient en lui-même une profonde signification et en même temps, un message pour le peuple Bamùm, partout où il se trouve, aujourd’hui, concernant non seulement l’épanouissement de chacun d’eux, mais aussi et surtout leur développement collectif, ainsi que de la région du Nùn, pour son envol multisectoriels durables, dans son unité et la paix.

Ce qui à constitué le double évènement de cette 544ème fête traditionnelle de Bamùns autour de leur Roi, était d’une part, le nouvau site du Ngùon situé à l’entrée de la ville de Fom pa Mbèm ; et d’autre part le vingtième anniversaire d’intronisation de sa majesté Ibrahim MBOMBO NJOYA comme le 19ème Roi de Bamùn, de la dynastie de Nchare yèn, leur premier Roi.

                Dans son contexte historique, lae Ngùon était une rencontre traditionnelle des Bamùns autour de leur Roi, au cours de laquelle s’effectuaient des échanges du savoir, du savoir faire et de produits entre les différentes partie de la région du Nùn.

Aujourd’hui, le concept de la mondialisation est là avec laquelle le peuple Bamùns, quelque soit l’endroit où il mène le combat quotidien pour la vie, devrait être désormais très rusé, vraie malin afin de demeurer toujours sage : Et cela, en ne copiant pas aveuglement tout ce que font les autres sous d’autres cieux, malgré le fait que le monde s’est transformé en un gros village grâce aux avancées de la technologie de l’information et de la communication (T.I.C) via internet, mais la région a ses réalités propres à elle auxquelles il faudrait toujours s’adapter à savoir, la culture du peuple Bamùns comme celle des autres dans le triangle national.

                Come les autres précédentes éditions, l’actuel Roi a au cours de cette 544ème Ngùon, élevé beaucoup des Bamùns élites de l’intérieur comme de l’extérieur de la région du Nùn, au titre de la notabilité royale appelé Nji. Cela, de part la contribution significative de chacune d’elles qui lui aurait marquée personnellement. On a par exemple à Yaoundé, Dr Mùmbèn Matapit issafa président du comité d’organisation du Ngùon 2012 dans le Mfoundi et ses environs secrétaire exécutif de la CONAROUTE des services du Premier Ministre chef du gouvernement ; L’Administrateur civil principal, Doctorant en droit public des sciences politique et juridique et Administratives, ancien d’église Evangélique du Cameroun(E.E.C) de la paroisse Briqueterie II,Pendi Marcel, ancien arbitre international, Chef de la communauté Bamùns dans le Mfoundi et représentant personnel du Roi des Bamùns et bien d’autres.

                Toute une semaine d’activités marquant cette 544 ème rencontre traditionnelle du Ngùon 2012 notamment du Dimanche 02 au Dimanche 09 Décembre 2012. Les Bamùns autour de leur Roi, ont échangé en toute convivialité. Cérémonie solennelle et traditionnelle au cours de laquelle  les Bamùns n’ont pas manqué de faire exhibition de leur talent et surtout de leur beauté et d’élégance naturelle, bref leur touche, leur manière unique à eux qui les singularise des autres peuples au Cameroun.

                En fait pour tout Bamùns digne de l’être, ne jure que par : Jamais sans ma tenue d’apparat naturellement Gandoura et pagne.

Le tout s’est clôturée d’un parterre des personnalités parmi lesquelles on pouvait noter la présence du Ministre des relations extérieur, le Pr Pierre MOUKOKO MBONJO, le Directeur de la CAmeroon Radio and television(CRTV), le journaliste manager AMADOU VAMOULKE.

En réalité après ce Ngùon 2012, les Bamùn devrait abandonner l’individualisme, le m’as-tu vu, le one man show ; pour rechercher désormais, leur  développement collectif.

Aujourd’hui, l’ennemi commun des Bamuns, partout ou il se trouve c’est le mensonge sans doute ses formes, pouvant les détruire entre eux et mettre en péril leur développement ainsi que celui de la région.

Globalement, tout est bien qui finit bien ; vivement que les Bamùns, partout où lis se trouvent, puissent comprendre en permanence, le message du Ngùon 2012.

Israel Matakoutgnigni

 

Développement socio-culturel : Les fêtes traditionnelles au Cameroun

Le NGUON 2012 interpelle la conscience de tous à la réflexion constructive pour que la célébration de la 544eme  édition de rencontre et d’échanges entre les bamouns, puisse être  un tremplin les révolutions silencieuses de la région et des habitants dans la paix permanente.

Tout homme qui n’accepte pas d’être critiqué, suite à ses actions, n’avance pas, ne progresse pas, voire ne se développe pas au même rythme que les autres. En fait, au regard de l’actualité socio-culturelle, économico-sportive, et politique de la société camerounaise, il y a lieu de se demander de se qui s’est passé entre temps, pour ce peuple guerrier, très rusé et malin, dynamique dans le travail puisse être à cette ère du concept de la mondialisation qui a transformé le monde en gros village planétaire grâce  aux sciences des techniques de l’information et de la communication(TIC) semble t-il, comme des vieux paniers avec  lesquels on couvre les poulets dans une cuisine de feu à bois. En réalité, tout en célébrant la 544eme édition du Nguon, tout un chacun comprendre et amener ses amis, frères et connaissances à comprendre que ça ne profite à personne de jeter le fruit qi devrai être consommé par tout le monde, mais d’y extirper les vers qui y sont entrés pour la recherche de leur intérêts égoïstes et personnels sans penser aux autres : est- ce la malédiction divine ou humaine ; et suite  à quelle action criminelle ? Au-delà de tout, il n’est jamais trop tard pour comprendre, tant qu’on respire encore dans cette planète terrestre où on est tous de passage.

Au nom de l’histoire humanitaire, c’est justement le cadre de tirer le coup de chapeau d’encouragement au président du comité d’organisation du Nguon 2012 dans le Mfoundi et ses environs Dr. Moumbain Matapit Issofa par ailleurs secrétaire permanent de la CONAROUTE dans les services du Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Cameroun ; pour tous les efforts fournis  pour la réussite de ce double évènement à savoir, le NGUON 2012et le 20ème anniversaire d’intronisation de sa Majesté IBRAHIM MBOMBO NJOYA comme 19ème roi de la dynastie du Royaume Bamum depuis Nchare Yèn.

                En effet, les Bamum, beaux, belles et élégants de nature, dont le seul regard vous fait perdre la tête, voire tout votre sens, habillé en bonnet Gandouras et pagnes, vont avec leurs frères, leurs amis et connaissances célébrer le NGUON 2012 dans deux sites à savoir, l’ancien sis à la grande cour d’apparat Royal (cour de balafon) et au nouveau site sis à Foumban II.       Le nouveau site où la république populaire de Chine à travers son ambassadeur au Cameroun qui par ailleurs a été élevé à la dignité du royaume Bamum suite au financement de creusage des puits d’eau potable, et d’électrification. Mais au regard de braquages à mains armées qui s’ensuivent généralement par mort d’Hommes, dont la région du Noun est devenue le lieu de prédilection, malgré l’implantation d’éléments du Bataillon d’Intervention Rapide (BIR) à Bafoussam suite à la sollicitation du Gouverneur de la région de l’Ouest : On a espoirs que toutes les activités non seulement du NGUON se dérouleront en toute sécurité, mais aussi et surtout les habitants et leurs Biens dans la région du Noun grâce à la présence du BIR et leur bonne collaboration avec la population responsable de la localité, pour le bien-être de tous.              

                Comme les Saintes Ecritures «donner à César (la commune de Foumban) ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » : autrement dit, les deux sites de célébration du NGUON 2012 se trouvent dans la circonscription communale de Foumban et le Percepteur communal a droit de percevoir les taxes dans les stands d’exposition au nom de la commune de Foumban, même si le sous-préfet a délivré l’autorisation de manifestation dudit événement aux endroits cités ci-dessus et à ses heures indiquées au nom de celui qui déposera le dossier de demande de manifestation ; et les forces de l’ordre y seront pour maintenir l’ordre sans qu’il ne puisse y avoir trouble à l’ordre public.

                Les autorités traditionnelles et surtout les membres du comité d’organisation national, dont je connais le caractère légaliste pourront comprendre les suggestions constructives du modeste serviteur du grand public dont je suis.

                Au-delà des signes annonciateurs de véritables révolutions de la région du Noun et son peuple dans leurs cris de détresses puissent être compris ; et que la volonté de DIEU tout puissant soit faite.

                En somme, le moment serait arrivé au cours de cette 544ème édition de la célébration du NGUON de pouvoir comprendre la nécessité de critiques constructives, pour évoluer, pour avancer, pour se développer, voire faire émerger la région du NOUN et du peuple BAMOUN ; et non à « Je », « à la famille restreinte de la personnalité promue ». Sinon on demeurera toujours derrière comme les fesses des prostitués qui sont bêtes et naïves à la merci des hommes.

Par Père ISRAËL-M.T.G. (MATAKOUTGNIGNI)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens