Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 17:25

«La recommandation que je peux  formuler est que tout ce que nous laissons puisse bénéficier d’un entretien minutieux des populations»

Anong Boul.tif-copie-2Accompagné des autorités administratives et municipales du département du Moungo, le Chef de projet du PDRBA-MN était à Mbanga il y a quelques semaines pour inaugurer un puit d’eau. Une autre action salvatrice qui entre dans l’optique de la lutte contre la pauvreté.

 

Scores 2000 : Quel sentiment vous anime après  cette  action humanitaire à Mbanga ?

M. Jean-René Boul Anong : J’aurai voulu que cette question soit adressée  au Préfet du Moungo présent lors de la réception de cet ouvrage. Ceci dans la mesure où je ne suis pas bien placé, en tant qu’acteur pour apprécier le travail que nous faisons. Ce travail est tout de même essentiel et profond,  répond à la demande des populations ; parce que nous travaillons à la demande de la population. Le travail que nous faisons est utile et nous en sommes conscients, lorsqu’on regarde le courrier et les remerciements, les commentaires dans les medias. Mes impressions sont suffisamment bonnes.

 

A quelques mois seulement de la fin du programme, quelle est votre observation sur la perception de vos activités ?

Que ce soit pour les gens qui ont compri tôt ou pour ceux qui ont compri tard, le projet a été suffisamment vulgarisé et nous avons reçu des tonnes de dossiers, des demandes que nous n’avons pu satisfaire qu’au 10ème. C’est la matérialisation des actions des animateurs, des agents de vulgarisation et des medias envoyés sur le terrain. Malheureusement, les moyens dont nous disposions n’ont pu permettre de satisfaire toute la demande.

 

Au jour d’aujourd’hui, quel bilan faites-vous sur l’avancement du programme ?

Nous sommes à la fin du programme et c’est pratiquement le bilan final qu’on peut faire. Il faut dire que nous sommes en train de consommer la totalité du financement qui a été mis à la demande du gouvernement camerounais  par l’Union Européenne. La totalité parce que, nous avons réalisé dans la fourchette des 36 mois que nous avons eu, presque 95% de nos objectifs et sur la prorogation des 12 autres mois, nous sommes en train d’épuiser la totalité des 750 MILLIONS  supplémentaires devant arriver à terme le 15novembre 2010. Les 6 derniers mois du projet ne devront servir qu’à la clôture du projet. Les activités réelles devront s’arrêter le 15 mai 2010.              

 

Avez-vous une recommandation importante pour les populations de la zone d’intervention du PDRBA-MN ?

Le programme de Développement Rural du Bassin Agricole du Moungo-Nkam (PDRBA-MN) au départ était un programme de près de cinq milliards pour le renforcement des capacités en infrastructures,  le développement rural, destiné au département du Moungo, du Nkam, d’une partie de la Menoua et du Haut-Nkam. La recommandation que je peux  formuler est que tout ce que nous laissons puisse bénéficier d’un entretien minutieux des populations, car c’est avec elles et pour elles que ces réalisations sont effectuées. C’est une motivation supplémentaire pour travailler ces jours sur les méthodes de fonctionnement des comités de développement, des Associations des Parents d’Elèves (APE) ; Au niveau des points d’eau, nous travaillons avec les comités de gestion des points d’eau ; Au niveau des routes, nous travaillons avec les comités des routes, Au nivaux de la Santé, avec les comités de santé. Toutes ces structures misent autour des infrastructures, ont pour objectif de pérenniser les actions qui ont été menées par le programme à un moment donné. C’est pour qu’après le départ du programme, ces infrastructures puissent prendre le relais avec l’aide des communes.               

 

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Aucune œuvre n’est facile lorsque vous la démarrée dans un milieu nouveau, quand l’approche participative n’est pas connue. C’est la première fois que l’approche participative est initiée dans la zone du projet. Les populations étaient encore dans l’approche e de l’intervention « cadeau » de l’Etat. Lorsqu’on expliquait aux populations que pour construire une salle de classe (14 millions environ, Ndlr), il fallait leur contribution (10%), ce n’était pas facile à accepter. Il a fallu une pédagogie sérieuse pour que cette population s’habitue à cette manière de faire. Nous pensons en fin de compte que la population a compris que c’était dans son intérêt. Vous savez que lorsque quelqu’un ne dépense pas pour une infrastructure, il ne se sent pas concerné. Pourtant, quant vous mettez votre argent dans un projet, vous voulez vous en approprier. Vous vous rendez compte que vous ne pouvez pas vous amuser avec votre propriété. C’est pour cela que les gens acceptent l’approche participative.

http://www.scores2000.info

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20  / +237 33 14 59 54

e-mail : scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> Les actions de cette coopération sont encourageantes.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.

Recherche

Pages

Liens