Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 09:25

Plusieurs mois après l'organisation de la «journée de l'excellence scolaire » à Nkongsamba et du forum économique de la diaspora à Yaoundé, nous avons eu l'occasion de nous entretenir avec Me Edimo Nana Ferdinand, le 08 mars 2011 dans l'arrondissement de Nkongsamba 3ème. L'avocat international a une vision différente de la façon de développer le Grand Moungo. Me Edimo Nana Ferdinand est Docteur en Droit, Avocat aux Barreaux de Fort de France et du Cameroun, Maître de Conférences des universités.

Ferdinand nana edimo Scores2000 : Quelles étaient vos objectifs en organisant la journée de l'excellence scolaire à Nkongsamba l'année dernière?

Me Edimo Nana Ferdinand : Certains enfants de Nkongsamba et des environs ont eu la chance de se faire former avec beaucoup de facilités. Aujourd'hui, avec le coût de la vie un peu élevé, certaines familles rencontrent des difficultés. Je me suis permis de leur venir en aide et ainsi apporter ma modeste contribution à l'émulation en milieu scolaire.

Vous avez parallèlement à cette action offert un véhicule à une personnalité et du matériel aux jeunes. Dans quel autre esprit?

J'ai eu la chance d'être placé par mon père au centre de l'activité familiale et c'est pour répondre à une question qui le préoccupait, être au servi des autres que nous avons fait ce geste. Nous avons aussi rencontré des jeunes qui ont exprimé des besoins et en tant que originaire de cette localité, nous avons répondu favorablement, de manière désintéressée et sans vouloir faire concurrence ni ombrage à qui que ce soit. Des informations concordantes montrent que cet apport a été bien utilisé et nous aurons l'occasion de recommencer avec ce genre de soutien lors de la semaine des activités culturelles et sportives de mai 2011.

Le Cameroun se prépare à une élection importante, la présidentielle d'octobre 2011, pensez-vous que les jeunes peuvent jouer un rôle important?

Il faut prendre du temps pour faire comprendre certaines choses aux Hommes. Il faut promouvoir des idées, éviter l'orgueil et regarder ses propres limites. Ce sont des notions qui manquent à beaucoup de camerounais aujourd'hui. J'interpelle d'ailleurs la presse à être professionnelle, car l'information n'est pas la nouvelle et les journalistes ont une grande responsabilité dans cette démarche. Les jeunes auront un rôle important à jouer, mais ils doivent surtout respecter les aînés. Ces aînés qui ne sont pas mauvais, ils ont fait du temps, regorgent d'une grande expérience qu'ils voudraient transmettre aux nouvelles générations. Les jeunes doivent être vigilants, éviter de laisser le champ à certaines personnes qui viennent promouvoir les intérêts de certaines grandes puissances étrangères.

Comment changer les mentalités et promouvoir le développement du Grand Moungo?

Nous ne devons pas compter sur les facteurs exogènes, mais intensifier nos forces, rechercher les débouchées et de nombreux réseaux sociaux. Le Moungo devrait être la région la plus riche du Cameroun avec l'avantage d'un sol fertile pour l'agriculture, une population multietnique, diversifiée et laborieuse, des atoûts touristiques inestimables... Il est important de faire comprendre aux forces vives que la division et l'exclusion sont des facteurs de régression, l'individualisme doit céder la place au regroupement, aux fédérations, à  la modernisation du travail et à l'industrialisation.

Je suis pour la formation des masses, il faut à Nkongsamba des  logements sociaux et surtout universitaires.

Vous avez été la cheville ouvrière du Forum Economique de la Diaspora à Yaoundé. Pensez-vous au jour d’aujourd’hui, pendant que ce célèbre la journée internatinale de la femme 2011, que vous approchez de vos objectifs ? Surtout que l’Etat du Cameroun vient de réussir son plan pour l’emprunt obligataite et que les banques sont surliquifdes ?

Déjà, pour moi, la notion de camerounais de la diaspora est péjorative. Je suis né à Manjo et j’ai grandi à Nkongsamba, j’ai effectué mes études en Europe, sans que cela n’enlève rien à la haute considération que j’ai pour mes frères camerounais ou du Moungo. Le culte du diplôme n’est pas mon apanage car j’aime voir le maçon au pied du mur... c’est une culture qu’il faut inculquer aux camerounais. Pour revenir à l’essentiel de votre question, certains camerounais un peu éloignés de leur pays pensent et s’organisent autour des projets ambitieux pour le développement. C’est ce que nous avons fait lors du forum économique de Yaoundé. Le premier succès est d’avoir fait le premier pas et échangé avec tous les acteurs de la société, particulièrement avec l’administration camerounaise.

http://www.scores2000.info

Contact Rédaction : +237 78 89 40 92 /+237 33 49 18 21 / +237 99 45 19 20– e-mail : scores2000@hotmail.com

  SIE 2011 : Salon International de l'Entreprenariat de Nkongsamba

Du 01 au 07 Mai 2011 à l"Hôtel le Moungo, Football au Stade de Bonangoh

Contacter l'Association des Editeurs et Correspondants de Presse du Moungo

e-mail: assepm2009@yahoo.fr         Site Internet:www.assepm.org

Partager cet article
Repost0

commentaires

K
Bonne et heureuse annee 2017 que cette annee vous apporte sante et prospzrite dans toute vos entreprise je souhaite entrer en contact avec vous. pour les besoins de defence nkongsamba ce 1janvier2017
Répondre

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens