Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 07:58

L'histoire nous révèle l'interview du Chef Supérieur du Groupement Bayangam plusieurs mois après son intronisation, la particularité de cet entretien est quelle développe les grandes lignes de sa pensée et du programme social qu'il a pour sa grande communauté dans le monde. Une interview diffusée par le site web bamileke.com et reprise aujourd'hui par Scores 2000- Sa Majesté POUOKAM Georges Désiré effectuera sa première visite officielle à Nkongsamba les 29 et 30 mars 2014, une nouvelle qui a créée une effervescence positive au sein des populations tout en suscitant de la curiosité autour de cette haute personnalité...

Pouokam-Georges-desire-copie-1.jpgBAMILEKE.COM : Majesté, merci de nous recevoir au coeur de votre royaume… Quel sentiment avez-vous aujourd’hui avec le recul de votre nouvelle vie ?

SA MAJESTE POUOKAM Georges Désiré : Je fais avec ! C'est une très lourde responsabilité de diriger BAYANGAM qui est l’un des villages les plus difficiles à gouverner. Si Dieu m’a donné cela, je les assume !

BAMILEKE.COM : Votre intronisation ne se serait pas déroulée sereinement depuis votre choix comme successeur de votre papa. Est-ce vrai que de hautes et respectables élites ont tenté des coups tordus ?

SA MAJESTE : Je ne suis pas au courant parce que dès que j’ai appris la mort de mon père, je me suis isolé selon ses instructions. Il m’avait dit  : "occupe toi de moi comme tu le fais, mais à ma mort, isole toi et revient uniquement aux obsèques, puis à la fin rentre chez toi". Je ne suis arrivé que le 05 avril vers 10h30, il y avait la messe et j’ai fait le tour du deuil comme tout le monde. Et le sort a décidé que je serais l’homme qui devrait conduire le Groupement. Donc je n’ai rien ressenti.

BAMILEKE.COM : Majesté, pourriez-vous nous dire un mot sur vous ? 

SA MAJESTE : Je ne parle pas souvent de moi, je laisse le soin aux autres ; on ne saurait se juger soi-même.

BAMILEKE.COM : Quels sont les rapports que vous entretenez avec les élites ?

SA MAJESTE : Rien de particulier, j’attends toujours, c’est un groupe très diversifié. A part ceux qui viennent vers moi, rien. Il faut d’ailleurs les organiser. N’eut été le fait que je suis sur beaucoup de front, je m’y serais attardé déjà. 

BAMILEKE.COM : A votre avis quelles solutions pouvez- vous préconiser pour une meilleure connaissance des traditions BAMILEKE, BAYANGAM en particulier ? 

SA MAJESTE : Il faut que les gens aillent vers leur culture, il faut organiser des manifestations publiques et démystifier certaines choses. Dan un proche avenir l’Association des Chefs Supérieurs de l’Ouest pense organiser un FESTIVAL DES ARTS et de la CULTURE BAMILEKE.

BAMILEKE.COM  : Vous serez lu certainement par des milliers de personnes, quels commentaires faites vous aux jeunes compatriotes qui vivent à l’étranger et qui sont radicalement coupés de leurs racines ?

SA MAJESTE : Pour qu’une plante vive, il faut qu’il y ait de la terre sur ses racines ! Le contraire c’est la mort ! En d’autres termes, où qu’on soit, il faut protéger ses racines, ses origines. Il faut qu’ils sachent qu’ils peuvent s’appuyer sur moi autant que faire se peut. Les gens doivent savoir que je suis le père de tous les BAYANGAM sans exception aucune. 

BAMILEKE.COM : BAYANGAM semble á mon avis ne pas du tout progresser ! Quelles actions comptez vous entreprendre á votre niveau pour le développement de ce groupement ? 

SA MAJESTE : Est-ce BAYANGAM de 2002 est celui d’il y a 10 ans ?

SA MAJESTE : NON….

SA MAJESTE continue…: Il y a eu un fort exode rural des jeunes suivis de la création des lycées et collèges. Sur un autre plan, les vieux qui meurent ne sont pas remplacés. On n'investit pas assez et le niveau de vie est très bas. Il faut beaucoup de paramètres pour accélérer le développement. Je ne peux rien faire seul. Il faut que les gens proposent et entreprennent. 

BAMILEKE.COM  : Majesté, des questions qui pourront vous paraître superflues : combien de femmes avez vous déjà et vous comptez en avoir combien ? 

SA MAJESTE : HUM…j’ai 18 femmes dont 16 veuves ! Combien j’aimerais avoir, l’avenir nous le dira. J’espère que les internautes et les lecteurs comprendront ce que veut dire 16 veuves !

BAMILEKE.COM : Quelle est la situation de l’insécurité dans votre groupement ? 

SA MAJESTE : C’est la même situation partout au pays. Des petits cambriolages ici et là. Mais le problème fondamental c’est que les concessions ne sont pas habitées ! Avec de grandes concessions meublées, équipées et vides qu’attendez-vous ? Il faut à défaut d’un fils de la concession, avoir un gardien. 

BAMILEKE.COM : Comment comptez-vous vous y prendre pour unifier la famille BAYANGAM ? 

SA MAJESTE : Le problème est entre les enfants. Donc réparable, si cela était entre le père et ses enfants, cela aurait été catastrophique. Tant qu’ils viendront vers moi, on va s’atteler à unir et ce n’est pas grave dans ce cas là. Figurez-vous que même dans une famille monogamique, il y a parfois des problèmes. Quand ils sont entre les enfants ou entre les enfants et leur mère l’autorité du père peut mettre tout le monde d’accord. Par contre, si cela est entre le père et l’une des composantes de la famille, c’est la déchirure, la cassure. Bref ce n’est pas le cas ici et je m’attèle à garder tout le monde sans exclusion. 

BAMILEKE.COM  : Combien de quartiers BAYANGAM compte-t-il ? 

SA MAJESTE : Il y a 18 quartiers en regroupés en 9 grands ensembles.Tchalla est un regroupement de quartier ; TOMKHE est dans la grande unité. 

BAMILEKE.COM : Quels sont vos rapports avec les autres Chefs de Groupement voisins  à Bayangam? Avec le Maire de bayangam ? 

SA MAJESTE : Aucun problème, vraiment rien à signaler. Le Chef BANDJOUN c’est pour moi un père chez qui je vais souvent prendre conseil. BATOUFAM c’est mon ami, BANGOU est éloigné mais on se voit souvent, BAHAM et moi c’est des rapports fraternels ; on a beaucoup de choses en commun, les mêmes coutumes pratiquement, c’est les mêmes relations avec BAHOUAN. Avec le Maire c’est des rapports comme avec toute élite BAYANGAM, donc des rapports entre un père et son fils, donc globalement positifs… 

BAMILEKE.COM : Majesté, je voudrais vous dire tout de même que vos actions contre les voleurs ont été fort appréciées par les populations !

SA MAJESTE : ……ne dit rien….. Et passe à la question suivante.

BAMILEKE.COM : Majesté, je vous prierais de nous livrer une information en exclusivité…..

SA MAJESTE : Pas d’exclusivité, je suis un homme spontané. 

BAMILEKE.COM : A quand votre visite à DOUALA ou YAOUNDE ? 

SA MAJESTE : Ca ne dépends pas exclusivement de moi. Ces villes me font part et on s’arrange. La décision ne me revient pas, je suis là pour ça, à la disposition des BAYANGAM. 

BAMILEKE.COM : J’ai parfois entendu dire que vous fréquentez beaucoup plus les riches que le peuple. Est-ce que cette critique est fondée ? Car on parle beaucoup de vos séjours dans un palace de Douala qui appartient à une élite qui est loin d’être aimée par ses frères ! Seriez-vous bien aimable de nous éclairer sur ces affirmations qui ont le mérite de vous salir ? 

SA MAJESTE : Je vais souvent à Douala pour mes affaires personnelles. Il faut que les gens sachent qu’avant d’être Chef, j’étais autre chose hier ! Et si je viens en tant que Pouokam Georges, je ne dois pas mêler le Chef et vice versa. Il faut que ce soit clair !

S’il y a un autre BAYANGAM qui a un hôtel qu’on me le dise ! Comment voulez vous que j’aille ailleurs que chez un BAYANGAM ? Quand j’arrive dans une ville, s’il n’y a pas de BAYANGAM, ayant un hôtel, je vais chez un BAHAM et s’il y en a pas je vais chez un BAHOUAN. Si ces cas sont épuisés alors je vais voir ailleurs.

Comment vous pouvez achetez des produits chez le concurrent de votre fils ; Cette situation est typique des BAMILEKE ; il faut que nous nous soudions les coudes ! Cela doit être clair ; c’est une philosophie que j’applique. Ce n’est en rien une subordination à u tel ! C’est mal me connaître…

Je ne sais pas ce qu’on appelle riche ou pauvre ! Je vais chez tout le monde. Mais il se trouve que pour inviter le Chef, il faut des dispositions particulières. On dit par exemple qu’il faut <<la chèvre du Chef>> etc. Quand vous invitez votre papa il y a tout de même des dispositions à prendre ; C’est de la simple logique.

BAMILEKE.COM : Selon des informations concordantes, vous prépareriez un texte organique des communautés BAYANGAM qui préconisent un président élu et un Chef de famille nommé par vous. N’avez vous pas peur des tares du bicéphalisme ? Ne craignez vous pas une madasgacarisation des communautés ? 

SA MAJESTE : Le pouvoir traditionnel ne fonctionne pas avec des textes ! Tout se passe oralement. En réunion des Chefs traditionnels de l’OUEST, nous avons supprimé les appellations << chef de famille>> <<chef de communauté >> etc. On a assisté à des dérives avec ces titres.

Il y aura désormais un représentant du Chef et par exemple à Douala je n’en ai pas. Pour revenir à votre question, il n’y a pas de texte en préparation. 

BAMILEKE.COM  : Majesté ça c’est une exclusivité…. 

SA MAJESTE : Oui… il faut que cela soit clair. Il n’y aura plus d’élections nulle part mais des désignations. Pour les réunions et associations diverses, ayez des présidents et autres cela ne jeune pas et c’est même une bonne chose. 

BAMILEKE.COM : Donc si je comprends bien plus d’élections ni à Yaoundé ni ailleurs… 

SA MAJESTE : C’est terminé les élections ! IL N’y aura pas de bicéphalisme, mon Représentant sera Moi. Son rôle est celui d’arbitre pas comme un administratif qui a ses position, ses visées.

BAMILEKE.COM  : Il y aura des nominations dans la communauté BAYANGAM ? 

SA MAJESTE : Oui c’est sur mais je ne connais pas encore bien les gens. 

BAMILEKE.COM : Vous serez victime de pressions diverses… 

SA MAJESTE : Oui qu’ils viennent on verra bien ! 

BAMILEKE.COM : Je me suis laissé dire que vous étiez jeune et ambitieux. Je n’en doute pas. Quel sera votre programme pour le développement de BAYANGAM et de sa culture ?

SA MAJESTE : Je n’aime pas fonctionner sur programme. Un Chef Supérieur ne fonctionne pas ainsi. Mes actions doivent plutôt être des surprises. Mon programme c’est celui de la population, des élites. Si vous veniez ainsi avec une chose importante pour le développement ou la culture…Ben je vous donnerais le feu vert et tout le village en bénéficierait !

Il faut en somme être un bon arbitre. 

BAMILEKE.COM  : Je voudrais finir en parlant du développement de BAYANGAM. Où en est le CADBAY ? Les populations disent que c’est un bureau de fatigués et de dormeurs ! Vous qu’est ce vous en pensez ? C’est quand même grave cette léthargie ! 

SA MAJESTE : Je ne sais même pas ce qu’il en est du CADBAY, je ne sais pas s’il fonctionne ! Il faudra un congrès général comme celui qui avait avorté. Il faudra une structure permanente de développement. Par exemple, voici notre Chefferie à tous. Elle est entièrement à ma charge ! C’est dangereux ! Ce comité permanent prendrait en charge certaines choses. C’est à ce prix qu’est le progrès. Autre chose, lors des cérémonies officielles du LAKAM, les réunions étaient improvisées, les gérants de budget improvisées, les cotisations et les personnes ressources pareils. Cela a été très difficile ! Alors qu'avec une structure permanente, cela aurait été plus aisé, il y aurait des fonds à l’avance, des Hommes et il ne resterait plus qu’à décider de ce qu’il y a lieu de faire. Pour votre journal à paraître, sachez ceci : il y aura des CARTES DE DEVELOPPEMENT. Chaque BAYANGAM aura le sien en fonction de ses moyens. Ce sera la ressource principale de ce comité permanent de développement. Je commence à voir un peu clair et s’il plait à Dieu, d’ici l’année prochaine, nous aurons des funérailles avec l’accord des sociétés secrètes.

BAMILEKE.COM : Avez-vous des contacts avec les BAYANGAM de France ? 

SA MAJESTE : Pas de contacts directs ; je leur ai écris une fois. Et certaines personnes m’ont écris en particulier. 

BAMILEKE.COM : VOTRE MOT DE FIN ?

SA MAJESTE : Avec moi, il n’y a jamais de fin ! JE VOUS REMERCIE TRES SINCEREMENT......................Sa Majesté se lève et quelques minutes plus tard revient avec une bonne bouteille de vin d’une région bordelaise dont j’ai eu le bonheur de visiter et que tous les connaisseurs de vins connaissent SAINT EMILION !!!!

Et moi de le lui prendre mains jointes, genou fléchi et de lui exprimer en BAMILEKE un merci ! En BAYANGAM mot à mot il dira "arrive chez toi, avec ta famille faites quelque chose avec ceci !". Non sans une certaine joie de bien finir, nous passons aux dernières photos et une petite visite de la Chefferie!

MERCI-PAR GERARD PHILIPPE KUISSU - http://www.bamileke.org/Newfolder/bay_interview.htm

http://www.scores2000.info - email: scores2000@hotmail.com - Contact R"daction : +237 78894092/33491821

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.

Recherche

Pages

Liens