Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 11:56

           Depuis quelques semaines dans le Moungo, le public est confronté à une nouvelle forme de communication : le point de presse pour les uns et la conférence de presse pour les autres. Tout  commence à Ngwa à la résidence Essame Joseph Ernest Pierre lorsque plusieurs acteurs politiques réunis au sein du groupe «ensemble changeons Nkongsamba» décident de donner des informations sur leurs ambitions pour la ville de Nkongsamba. A la même table, face à tous les organes de presse de Nkongsamba, des élites politiques  s’expriment sur tous les sujets d’actualité.
            mbella mbolle felix Pour ce qu’on peut appeler aujourd’hui «cas d’école» eu égard à la présence massive de l’essentiel es organes de presse de la cité montagnarde et surtout au regard de cette nouveauté ayant surpris et alimenté les chaumières politiques de la place. C’est donc une première à Nkongsamba depuis l’avènement de la démocratie qu’un groupe aux objectifs s politiques clairs  communique  à cœur ouvert avec la presse et se laisse prendre au jeu des questions-réponses dans un élan de convivialité et de conviction avérée. Pour cette expérience inédite, on a retrouvé autour de la table : l’ancien député et maire de Nkongsamba rural Essame Joseph Ernest Pierre, Otti André Ledoux, Ekombo Raymond, M. Fouenang Christophe, Mbella Mbollè Félix, Tchoumen Fabrice Renad, Moustapha Mohamed Ben, Prince Ndedi Eyango, Yon Tesempa Basile et Mbeu Sa Gong Fengyep René(FERE).

              Les questions  ont varié autour du  choix politique et du projet social porté par ce groupe, de la motivation personnel de chaque membre du groupe et de l’apport qu’ils pourront ajouter à l’orientation de leur parti le RDPC. On a passé en revue la question de l’emploi jeune à Nkongsamba face au chômage grandissant et l’exode vers les grandes métropoles, des logements sociaux face à la baisse du pouvoir d’achat des habitants de la cité montagnarde, la question du développement infrastructurel et du tissu industrialo-commercial de Nkongsamba, l’approche en matière de financement de la communication sociale à Nkongsamba.

Après le mot introductif de Mr Essame Joseph Ernest Pierre qui a parlé de la crise politique et sociale à Nkongsamba  qu’il met au crédit des batailles intestines et du défaut de vision politique qui sou tend tout projet de société. On a entendu  par la suite Mr Fouenang Christophe revenir sur le fait que certains parmi eux sont des membres de premier rang de la section  Rdpc du Moungo-Nord, que leur regroupement actuel en dehors de cette section nait de la caporalisation du bureau  par son président El Hadj Oumarou Dandjouma et l’honorable SIME Pierre, plus encore la non prise en compte de tout ce qui  avait été projeté avant l’élection de 2007 pour la ville. Loin de ce qui peut être dit par certains communicateurs politiques proches de l’Honorable Sime Pierre et du Président de la Section Rdpc du Moungo-Nord, il faut être dans certains secteurs de la vie, comme la santé ou le commerce pour percevoir la misère d’un grand nombre de personne à Nkongsamba. Soutien que le gouvernement de la république faisait sa part (division de Nkongsamba en trois arrondissements par le Chef de l’Etat, construction des édifices publiques, recettes de la péréquation dans les communes) et il ne reste plus qu’a ceux qui ont eu la chance de détenir le pouvoir politique dans la ville de continuer enclencher par le sommet dans une synergie globale afin  d’ améliorer les conditions de vie des populations loin de «la politique du kilogramme du riz et savon» qui a cours actuellement a Nkongsamba. Mr FOUENANG finira son propos en se demandant si une ville se développe avec du riz et du pain chargé ou avec des personnes sérieux engagés aux coté des populations ?
M. Moustapha Mohamed Ben a dit qu’il est possible d’utiliser le tissu relationnel que nous offre la notoriété de Nkongsamba pour réaliser et améliorer des choses dans le cadre de vie des populations. «Ensemble, on peut faire des sacrifices, mobiliser des petits moyens pour entretenir des routes, créer des espaces vers au carrefour aviation par exemple ». Il regrette que l’opinion ait pu être manipulée par certaines personnes et qu’on ne pense plus à vivre avec ses potentialités et que l’on ne rêve que de voir certaines personnes venir distribuer 500 FCFA ou 1000 FCFA le trimestre. Mbella Mbollè Félix est rentré dans le même registre pour décrier la clochardisation des populations de Nkongsamba, particulièrement des militants du Rdpc par «deux individus» qui avec leur moyens sont contre toutes les autres progressions politiques, ces personnes qui ont transformé le Parti RDPC à un regroupement de mendicité au détriment du militantisme véritable.
M. Tchoumen Fabrice, un des jeunes du parti et par ailleurs  Président du conseil national de la jeunesse du Moungo, répondant à la question de «Le Vigile républicain » sur la braderie des propriétés foncières de l’Etat,  l’emploi jeune et la place du jeune au sein des instances décisionnelles (Exécutif communal et Députation). D’un ton ferme et serein, le Président Tchoumen dira qu’ il faut savoir que les gestionnaires des espaces et délivreurs des permis de construire sont les municipalités qui ont une grande responsabilité face à  l’anarchie qu’on voit à Nkongsamba, la deuxième personne est l’administration qui représente le ministère des affaires foncières qui doit protéger les domaines publics des aliénations de tout ordre. Pour le chômage des jeunes et l’emploi, c’est avec regret qu’il dit qu’aucune politique en ce sens n’est pas perceptible dans le discours politique de l’élite politique de la section Rdpc du Moungo-Nord. Il va plus loin en mentionnant que de tous les concours et recrutement enregistrés pendant ces dernières années, il n’a pas vu la main ni de section RDPC ou du député de la place pour que les jeunes soient recrutés dans la fonction publique ou tout simplement puisse s’installer pour leur propre compte à Nkongsamba. Dira qu’il est temps pour les jeunes qui aiment Nkongsamba de se donner eux-mêmes leur mandat politique, ce qui passerait par la promotion des «vrais jeunes» aux hautes fonctions politiques afin que ceux-ci s’assurent chaque fois que les décisions prises prennent en compte les préoccupations jeunes (emploi et formation) ; les jeunes doivent oser comme le Chef de l’Etat appelle de tout ces vœux, «les jeunes doivent aspirer aux fonctions de maire ou député qui ne sont point la chasse gardée des personnes du troisième âge».

          Répondant aux questions de Ngambo Louis-Marie de "Nkongsamba FM", comme lors de la première réunion de réflexion, Prince Ndedi Eyango et Me Ekandje Eitel sont convaincus que l’on pourrait exploiter d’autres possibilités pour changer et faire la politique autrement à Nkongsamba. IL faut intégrer tous les enfants de Nkongsamba à la concertation et une réflexion d’ensemble. C’est au cours cette conférence de presse qu’est annoncé la réhabilitation de l’axe aviation cité verte en passant par le Collège Mbamy Fochada et le 2ème tronçon est l’axe stade de Bonangoh–sapeur pompier. A la question d’"Elite Magazine" reprise par le correspondant de "Canal2", M.  Fengyep René (FERE)  que l’on connait pour sa  franchise du discours a dit qu’on peut faire la politique autrement. Qu’avec ses nouveaux amis il est convaincu que rêveront à nouveaux les enfants de Nkongsamba par des actions concrètes, ce qu’il a baptisé «la politique du faire et non du dire». S’étonne que les élus politiques avec les moyens des contribuables ne soient pas en mesure de verser de la latérite sur les routes dans les quartiers, de mettre des ampoules sur les poteaux, de créer quelques bonnes fontaines ou encore de faciliter le travail pour les jeunes. A la question de "Scores2000" sur l’appui aux medias qui ont un rôle important à jouer, le député et ancien Maire de Nkongsamba qui en son temps avait eu une bonne collaboration avec la presse locale a parlé de lobbying auprès des multinationales et sociétés commerciales du Moungo afin que la presse locale bénéficie des diffusions liées à leur structure afin de s’auto financer et éviter par là leur clochardisation par qui que se soit. C’est dans cette ambiance de convivialité que ladite communication de presse prend fin avec ceci de particulier qu’elle aura eu le mérite de prouver que la politique n’est pas un jeu d’hypocrisie, de coup bas, de trahison et démagogie, mais le lieu par excellence du débat contradictoire, le champ de rencontre entre le politique le public via les organes de presse et du débat, l’espoir de bâtir une société qui avance pour tous et dans l’intérêt de tous. L’avenir seul jugera.

http://www.scores2000.info-email:scores2000@hotmail.com

Contact : +23799451920/+23778894092

Partager cet article
Repost0

commentaires

W
Bonjour monsieur . C'est avec un réel plaisir que j'accuse réception et lecture de cette communication de presse de Ngwa. Je suis particulièrement du même avis que M. Fabrice Tchoumen quant à son<br /> intervention et surtout la mobilisation des jeunes et leur intégration au niveau des instances de prise de décision qu'il appel de toute ses forces.
Répondre

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.

Recherche

Pages

Liens