Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 18:53

A Monsieur le Directeur de Publication du Journal Fee’ Fee’ Infos Edition N° 08 du mois de février 2011, Siège Social Bafang Nguenack

siewe-anne.jpgMonsieur,

Conformément aux dispositions de la loi n° 90/052 du 19 Décembre 1990 ayant trait à la Liberté de Communication Sociale au Cameroun,

Nous avons l’avantage de vous adresser un droit de réponse valant mis au point prévu par les articles 53 al. 1 à 7, 55, 69, de la loi précitée.

Nous attirons votre attention sur le fait que l’article 53 dispose :

« (1) Le Directeur de la publication d’un quotidien est tenu d’insérer dans les quarante-huit heures suivant sa réception, la réponse de toute personne nommée ou désignée dans la publication.

(2) En ce qui concerne les organes de presse non-quotidiens, la réponse doit être publiée dans le numéro qui suit le surlendemain de la réception.

(3) L’insertion de la réponse doit être faite à la même place que l’article qui l’a provoquée. Sa présentation s’effectue avec les mêmes caractères ayant la même force de corps.

(4) La réponse doit être faite à la même place que l’article qui l’a provoquée, non comprises l’adresse, les salutations d’usage et la signature.

Ces dispositions s’appliquent aux répliques lorsque le journaliste a accompagné la réponse de nouveaux commentaires.

(5) La réponse est toujours gratuite.

(6) La réponse n’est exigible que dans l’édition ou les éditions ou l’article a paru.

(7) Est assimilé au refus d’insertion le fait de publier une édition spéciale d’où est retranchée la réponse que le numéro correspondant du journal tenu de reproduire… »

A son tour, l’article 69 dispose :

« … Est puni d’une amende de 50.000 à 2.000.000 de frs quiconque refuse de publier ou de diffuser toute réponse conformément aux articles 53 et 57 de la présente loi… ».

Nous nous réservons bien entendu le droit de saisir les Instances Judicaires compétents suite au préjudice que nous subissons du fait de notre honorabilité et réputation ternie par les faits mensongers que vous avez fait paraître dans votre journal sur notre compte.

Comptant sur votre sens civique, croyez Monsieur, en nos sentiments distingués.

Par Me Anne SIEWE

Diplômée d’Etudes Supérieures de Droit

Ancien Avocat à la Cour d’Appel de Paris

Avocat au Barreau du Cameroun

Droit de réponse de Me Anne SIEWE à l’attention du journal Fee’ Fee’ Infos

haut-nkam nkongsamba

Plusieurs membres de la communauté Haut-Nkam de Nkongsamba ont été scandalisé par l’article paru dans l'édition N°08 de février 2011 en page 09 du journal Fee’ Fee’ Infos. A la suite de la diffusion de ce journal dans la cité des montagnes, de nombreuses consultations et enquêtes sont initiées pour faire meilleure opinion. En fin de compte, il se révèle que M. FANGUE Benjamin nourrirait une haine viscérale contre la famille SIEWE. Dans l’Interview accordé au correspondant de ce journal, M. Hen Château-Vallon, il accuse vivement les avocats SIEWE Colette-Joséphine et SIEWE Anne, élites reconnues  des familles Babouantou de torpiller des actions sociales à Nkongsamba.

Il y a forte contradiction entre ses déclarations, la titraille et les preuves écrites et disponibles apportées par Me SIEWE ANNE dans son droit de réponse qui n’a pas été publié dans les colonnes de Fee’ Fee’ Infos dans les délais requis par la loi sur la communication sociale au Cameroun.  La contribution de Me Siewé Anne, Mafeu Tassindjeu pour la construction de la Maison au village enfin est de 650 000 FCFA alors que toute la famille Babouantou à Nkongsamba aurait «contribué pour moins de 200 000 FCFA et que M. FANGUE Benjamin aurait transmis à la chefferie en y soustrayant près de 50 000 FCFA ».

L’on s’étonne particulièrement du fait que dans le recoupement de l’information, le rédacteur de M. André LEUMALEU, Directeur de publication de ce mensuel n’ait pas pris la peine de se rapprocher de Me SIEWE Anne pour avoir sa version des faits qui lui sont reprochés. Surtout lorsqu’on imagine l’effet boomerang que produiraitune telle information dans la cité.

Pour beaucoup d’observateurs de la presse, les ‘journalistes » n’ont pas fait leur travail.

Dans un élan de solidarité, tous les représentants Haut-Nkam Hommes de Nkongsamba se sont déportés chez Me Anne SIEWE le 03 mars pour lui présenter les vœux de nouvel an et lui décerner par la même occasion la distinction de Mafu SIEWE Anne, Reine-Mère du Groupement Haut-Nkam du Moungo. Plusieurs enseignants lui ont aussi par la personne interposée fait honneur, car cette grande dame est fortement impliquée dans le social du Moungo. Son dernier geste et pas des moindres est une contribution de 500 000 FCFA lors de la cérémonie de pose de la première Pierre  pour la construction des bâtiments devant abriter le CES Bilingue de Melong II.

Nous avons tenté de rencontrer deux des proches du plaignant, mais ils refusent de se prêter à nos questions alors que lui-même est introuvable dans la ville.

Dans tous les cas de figure, Sa Majesté KALEUK MONGOUE Pierre, Chef Supérieur du Groupement Babouantou aurait déjà tiré des leçons des allégations de M. FANGUE Benjamin qui dans la communauté est perçu comme un gros menteur et un gestionnaire indélicat. Les preuves l’accablent…  Des explications, au moment où s’ouvrent de nouvelles enquêtes sur la gestion des fonds et du patrimoine collectif dans la famille Babouantou à Nkongsamba conduiront certainement à rendre compte au nouveau représentant du Chef Supérieur, M. MBOUTCHEU Elie, nommé le 22 juillet 2008 et installé en mai 2009.

La Rédaction

http://www.scores2000.info

e-mail: scores2000@hotmail.com, Mobile : +237 33 14 59 54/ +237 99 45 19 20/ +237 13 18 17 05

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens