Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 08:46

VOICI L'INTERVIEW EXCLUSIVE DU MODERATEUR NATIONAL DU FORUM REPUBLICAIN (FORE), M. ROLAND ROMAIN KOUOTOU.

 

Monsieur le modérateur  national du FORE, le Professeur Maurice Kamto vient d’être porté à la tête du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC). Comment avez-vous accueilli cette nouvelle?

C'est devenu une tradition au Cameroun de voir naître de nouvelles formations politiques, même si dans ce cas, quelques unes ont été dissoutes pour laisser place au MRC. J’espère que ce parti viendra avec une nouvelle méthode poignante, mais à propos, j’ai déjà des doutes énormes vue la timidité du discours de son leader.

Roland Romain Kouotou

Roland Romain Kouotou.

 

En quoi le discours du professeur Kamto est-il timide à votre avis?

Quand M. Kamto donne la priorité a cette déclaration : « Allez dérouler aux Camerounais nos propositions dans le respect des institutions et des autorités ». C’est pour faire comprendre à M.BIYA qu'il n'y a point de danger en lui. Il devrait éviter de pareils mots doux que le régime de M. Biya affectionne beaucoup.

 

Mais nous pensons qu’il a fait cette déclaration pour demander à ses responsables régionaux d’être proche de la base .C'est important pour un parti non?

Tout discours politique est destiné aux adversaires même si on s'adresse à ses partisans. Il ya les mots et phrases qu'on ne dit pas pour protéger les intentions politiques.

L'on peut signer devant un maire le régime de polygamie pas par nécessité de réaliser cette polygamie, mais pour passer un message à son entourage.

 

Vous critiquez cette façon de faire, mais un parti politique doit d'abord se soucier de convaincre la base, à savoir les potentiels électeurs avant de penser aux adversaires non?

Evidemment, on pense s'adresser aux partisans, mais c'est l'adversaire qui écoute mieux que son sympathisant. Le nouveau président du MRC aurait juste mieux fait de dire : « Allez dérouler aux Camerounais nos propositions ».J'e n'étais pas à cette convention mais j’ai le discours. Dans les rangs du RDPC, le message est entendu. Et pourtant le Cameroun a besoin d'un NI John Fru Ndi de 1990.

 

Respecter les institutions de la république comme veut le faire Maurice Kamto, est un acte normal non?

Ecoutez, les mots dégagent des énergies positives et négatives. Il faut éviter de présenter ses faiblesses à l'adversaire. C’est ce que M. Kamto a réalisé dans son message. Même si on devrait respecter les institutions, il n'est pas nécessaire de le dire. On ne montre pas ses pions au vis à vis, avant de pousser. On pousse et on attend.

 

Mais ça peut aussi éviter des débordements de la part de certains esprits. M. Kamto ne veut pas la violence il l'a dit...

En tout état de cause, je ne suis pas un apôtre de la violence, mais tout ce qui est nécessaire pour défendre les droits des citoyens ne devrait pas être épargné pour la cause. La violence vient du fait de ce régime qui refuse d’écouter les autres et qui brandit partout la menace de l'armée et des prisons aux autres acteurs de la scène politique. Devrait-on accepter ce fait accompli et dire amen ?

 

Monsieur Kouotou, un ancien candidat recalé de la présidentielle de 2011, Fabien Assigana président du Morep a rejoint le parti de M.Kamto pour être son Conseiller Spécial. Comment analysez-vous cette prise de position?

Je connais un peu M. ASSIGANA qui milite depuis pour le regroupement des forces politiques. J'ose croire qu'à sa rencontre avec les acteurs du MRC, il a été convaincu de la stratégie de ce mouvement à dégager ce régime à court terme. Cela peut donc sembler être une bonne prise pour le MRC, mais seulement il faut l'évaluer aussi par rapport au poids politique de l'ancien président du MOREP. Est-il un poids lourd ? Peut-il apporter de bons conseils au président- professeur ? On attend juste le temps de voir…

 

Peut-on dire à travers son acte que M. Assigana se sous estime? Au point de laisser la route du palais présidentiel à un autre leader? Et que pensez-vous également de la nomination de Martin Ambang au poste de vice président? Lui qui hier encore était avec M.Fru Ndi?

M. Assigana ne se sous estime pas. Il me semble qu’il a tout simplement évalué sa force pour en arriver là, notamment se dissoudre dans un grand mouvement. En fait les camerounais cherchent un leader et c'est peut être dans ce tâtonnement que tout va s'arranger. Je crois qu'il était question pour les artisans du MRC de faire un melting pot pour pourvoir convaincre la majorité. On-ils réussi ? Il faut attendre une adhésion populaire et non médiatique pour en avoir net dans l'esprit. Car ravir la vedette dans ce contexte médiatique corrompu ne peut pas être un baromètre crédible.

 

On dit que M. Kamto aurait tendu la main à plusieurs leaders politiques. Pour fédérer les forces. Avez-vous été contacté?

Je suis informé des activités du MRC sur internet. J'ai assisté a un débat avec l'un des vice- présidents M. Simh.  Mais il n'a pas  évoqué un sujet de ce genre. Et je suis plutôt content de n'avoir pas été contacté car la méthode ne colle pas avec ma vision.


M. Kamto tend la main à tous les camerounais, même aux militants du "parti dominant" pour reprendre son expression. Pensez-vous que dans ce "parti dominant" il y a déjà des partisans, non encore dévoilés, du MRC?

Evidemment. Mais pour l’heure il serait difficile de s'attendre à la transhumance politique des courtisans du régime pour le MRC. Personnellement je ne crois pas trop à la réussite du nouveau parti même si je lui souhaite beaucoup de réussite. Les populations manquent de culture politique or sans cela, ce sera toujours comme si l’on prêchait dans le désert. Et espérant que les leaders comprendront qu'il faille changer de langage à ce régime, et répondre avec fermeté a ses tentatives de frustration régulières.

 

Revenons à vous-même M. Kouotou. Que devient votre parti politique ?

Le FORUM REPUBLICAIN (FORE), marche à pas lent pour des raisons beaucoup plus structurelles. La politique au Cameroun est une entreprise d'utilité publique à but non lucratif, et quand,nous du FORE, entrons en politique par révolte, on peut faire face à des blocages de cet ordre que j'ai évoqués. Nous reconnaissons que notre voix ne porte pas haut et nous communiquons avec des medias, comme le votre, qui ne nous demandent pas d'avantage de sommes, de sacrifices financiers énormes. Vous savez, en politique, il faut avoir un espace de communication et nous nous attelons toujours et encore à pouvoir ouvrir cette porte.

 

Mais votre parti se prépare néanmoins pour les prochaines consultations électorales…

Nous avons déjà donné notre avis là-dessus. Il n'est pas question en l'état des lois électorales actuelles de donner une crédibilité à une malhonnêteté politique grandeur nature dans notre pays. Nous prônons le boycotte de ces élections avec ces lois qui empêchent les pauvres de participer a la vie politique du Cameroun. Rendez-vous compte que pour investir dans tout le Cameroun, il faut investir dans l'ordre de 3.5 milliards de FCFA à titre de cautionnement électoral. M.BIYA et ses amis doivent revoir la loi électorale dans son ensemble, à respecter le droit de tous les citoyens. La démocratie a cette particularité d'être pour tous et par tous.

 

Pour terminer monsieur le Modérateur du FORE, pensez-vous que l'opposition camerounaise est encore crédible aujourd'hui?

L'opposition dans son sens ancien a perdu de sa substance politique à cause de la répétition générale au sein de la sphère. On retrouve cette classe trop vielle avec les mêmes slogans qui n'ont pas porté. Il est bien de noter que la nouvelle génération qui constitue la majorité de la population n'a pas connu les avènements de 1990.Tout ceci nécessite une nouvelle orientation des jeux et enjeux. Donc pour moi la nécessité d'un nouveau leadership adapté au contexte actuel est primordiale et ce n'est possible qu'avec le concours de la presse qui, ma foi, a foutu le camp et est préoccupée par l'enrichissement des acteurs de ce corps.

 

Et qui à votre avis peut conduire aujourd'hui ce nouveau leadership dont vous parlez?

Tout acteur politique peut le conduire. Mais à condition de comprendre que le langage doit changer avec ce régime. Il faut arrêter un instant de jouer le pacifique, et répondre à la mesure du possible par des actes et actions politiques de masse populaire. On ne peut pas éternellement faire la politique dans les chambres dans ce pays. C'est dans la rue, ou dans les espaces publics.

 

Merci d'avoir accepté de répondre à nos questions monsieur le Modérateur national du FORE…

Merci à vous d'avoir sollicité notre point de vue pour éclaircir la population sur le devenir et l'avenir du Cameroun que nous aimons je crois tous.

Entretien avec Ericien Pascal Nguiamba (Journaliste)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens