Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 10:56

RECIT D'UN JOURNALISTE ET COMMUNIQUE DE PRESSE DU PRESIDENT DU SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES DU CAMEROUN. 

Guibai Gatama, Directeur de publication de L’ŒIL DU SAHEL, se trouvait au restaurant concordia à Bastos à 15H , quand  des personnes armées, et en civil ont débarqués, (renseignées par un indic), saisissant les téléphones de GUIBAI GATAMA et l’embarquant de force en se présentant comme des gendarmes.

Une journal

Tout serait parti de cette "Une".

Je suis alerté par Xavier Messe dix minutes plus tard, mais avant de bouger, je lance l’alerte sur les réseaux sociaux.

Une fois au SED, je fais le tour de la brigade de recherche avant de rejoindre le groupe de journaliste mobilisés pour retrouver le journaliste enlevé.

-  Haman Mana    Christophe obiokono,  Jules Domche Jean Baptiste K.Gustave Samnik

Sont dans le bureau du SP au SED. Je prends place et on attend ! un quart d’heure plus tard, un capitaine vient nous chercher, et nous conduit dans la salle de conférence de Jean Baptiste Bokam, secrétaire d’état à la défense. Ce dernier entre une minute après accompagné du Général de Brigade Elokobi. Il introduit en disant que c’est exceptionnellement qu’il nous reçoit parce qu’on lui a dit qu’il s’agit de la sécurité de l’état ; et là, il nous donne la parole ; nous laissons parler l’aîné Haman Mana qui lui demande où se trouve Guibai ; Bokam commence par expliquer qu’il ne sait pas, tantôt qu’il n’a pas d’explication à nous donner etc…et qu’il est possible que des explications soient fournies à l’avocat de Guibai. Le Secrétaire Général de l’UJC Bobiokono prends la parole et évoque l’état de droit où on ne doit pas se permettre d’enlever des gens dans l’illégalité, ce qui a la don d’énerver le Général Elokobi, qui nous dit que nous ne sommes pas des interlocuteurs adéquat, et qu’il ne parleront qu’à l’avocat ; je prends la parole pour indiquer que Guibai a les problèmes de santé, et qu’on pourrait très vite se retrouver avec un autre journaliste mort dans les cellules pour rien ! Bokam me repond : « Je vous dis qu’il n’est pas ici, (il regarde sa montre) il est 20H30, et dites dans vos journaux qu’à cet heure ci Monsieur Guibai n’était pas au SED »

En fait pendant qu’on était au SED, Guibai a été exfiltré à la DGRE, où on lui demande ce que c’est qu’un directeur de publication (surtout ne riez pas) avant de lui demander comment il a eu la liste des Boko Haram remis à l’administration négérianne ; Guibai leur répond « si c’est pour ça nous allons faire trois ans ici »

Pendant ce temps, Haman Mana et son commando sont à la recherche d’un avocat ; alors qu’on va en trouver un, Haman reçoit un coup de fil indiquant que Guibai a été libéré et se trouve au restaurant concordia ; c’est alors qu’on le rejoint sur place…et qu’il nous raconte sa mésaventure.

Rédigé par Sismondy Barlev Bitjoka.

Le Titre est de la Rédaction.


                                    COMMUNIQUE DE PRESSE DU SNJC


Notre confrère Guibai Gatama, directeur de publication de l’hebdomadaire régional l’œil du Sahel, enlevé vendredi en fin d’après-midi dans un restaurant de Yaoundé par des hommes en civil se présentant comme des gendarmes, a été libéré quelques heures plus tard.

Au secrétariat d’Etat à la Défense (SED) en charge de la gendarmerie, où il avait été conduit, d’autres confrères informés s’y sont précipités et ont mis la pression sur les responsables de cette administration. C’est grâce à cette mobilisation que Guibai Gatama a recouvré la liberté. Une dérive de plus ; une dérive de trop !

Tout en se félicitant de ce dénouement, et en saluant cet élan de solidarité, le Syndicat national des journalistes du Cameroun (SNJC) ne manque pas de s’inquiéter quant à cette autre manœuvre ourdie contre la liberté de presse dans le pays. Il appelle les autorités à s’abstenir, dorénavant, de tout acte d’intimidation ou de maltraitance contre des journalistes, parfois, comme ce fut le cas de Guibai Gatama, enlevés en plein jour sans que la moindre procédure judiciaire contre eux leur ait été signifiée, ou la moindre convocation adressée à ces présumés innocents.

Ces pratiques, loin de rassurer, créent un climat d’insécurité généralisée au sein de la corporation et donnent du Cameroun, à l’intérieur et au-delà, une image de pays dangereux pour l’exercice de la profession de journaliste.

Félix Cyriaque Ebole Bola

Président du SNJC.

http://www.scores2000.info – email : scores2000@hotmail.com

Contact Rédaction : +237 33017532 / +237 78894092 / +237 99451920


Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens