Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 17:10

Les 20 et 21 juillet 2010, 30 participants constitués des revendeurs, distributeurs et les représentant des organisations paysannes ont participé au séminaire sur l’utilisation des pesticides et appareils de traitement phytosanitaire. Une initiative de la Direction du développement de l’agriculture du MINADER et de CROPLIFE CAMEROON. Les participants venaient de chaque département de la région du Littoral. Compte tenu de l’importance des assises, il faillait pour chacun débourser un montant de 10 000 FCFA représentant les frais de participation (production de documents, logistique, pause café).

ngatcha-jean1.JPGLe  Le chronogramme de formation des acteurs de la filière produits et appareils de traitement phytosanitaires comportait : une présentation des généralités sur les pesticides, leur mode d’action ; les principes de base  et comment nettoyer, détruire et éliminer les emballages vides des produits par Mme ETOUNDI Gisèle ; Une présentation sur les emballages et étiquetage-comment lire l’étiquette et la bande toxique ; les produits frauduleux ; les dangers liés à l’utilisation non responsable des pesticides  par CROPLIFE et M. NSAKAMO ; La présentation des différents types de pulvérisateurs-utilisation et maintenance par  M.  NZOUAKEU DAMDJA Jean-Pierre, Chef de base phytosanitaire à  Nkongsamba.

 

Avant la séance des questions, on a assisté a une présentation de la Société ADER Cameroun sur l’utilisation des engrais par le directeur commercial, M. Ngatcha Jean, alors que son représentant dans le Moungo, M. Kamsu Sibiapa présentait des prises de vue des résultats dus à cet étude.

Les produits des pays comme le Ghana, le Kenya sont mieux vendu sur le marché international parce qu’ils pratiquent la protection intégrée. C'est-à-dire utiliser le moins possible de pesticides ou avoir le moins de résidus dans les produits pour être en conformité avec les normes de l’Union Européenne. Il y a lieu d’intégrer dans les comportements, la fertilisation avec le compost, les fientes de poules, de porcs, les déchets de café. Ne pas oublier que pour atteindre de gros objectifs, il faut une culture responsable comme dans l’exemple du cacao avec l’engrais spécial CACAOYER de ADER qui donne un surplus de production de près de 400 kgs à l’hectare si toutes les conditions sont bien remplies.

M. MOUKOKO Revignet, Délégué départemental de l’agriculture a fait un résumé des informations utiles à retenir pour ainsi contribuer à la relance de l’agriculture au Cameroun. Dans la région du Littoral, le Moungo est une zone importante de ce processus et il faut remplacer les techniciens  appelés par la limite d'âge, sans oublier de combler le vide de près de 30 personnels qualifiés,  à injecter dans la vulgarisation agricole.

Contact Rédaction : +237 33 14 59 54  ou +237 99 45 19 20 ou +237 76 65 90 23

www.scores2000.info

 

Entretien avec M. Nzouakeu Damdja Jean-Pierre et Mme Etoundi Gisèle sur l’utilisation des pesticides et des appareils de traitement phytosanitaires

Atelier régional sur l’utilisation des pesticides et appareils de traitement phytosanitaires au Coop-gic de Nkongsamba les 20 et 21 juillet 2010.

 

M. Nzouakeu Damdja Jean-Pierre est ingénieur général d’agriculture, Chef de la base régionale phytosanitaire du Littoral basé à Nkongsamba.

  • Est-ce que vous pouvez nous donner le contenu et les objectifs du séminaire qui se déroule aujourd’hui à Nkongsamba ?

   nzouakeu Damdja jean-piereAujourd’hui et demain, nous allons tenir un atelier de recyclage des acteurs de la filière des pesticides et appareils de traitement phytosanitaire. Ce qui signifie que nous tenons une session de formation chaque année et qui à pour cible tout ceux qui utilisent ou commercialisent les pesticides et appareils de traitements phytosanitaire à savoir : les distributeurs et revendeurs de pesticides et appareils, les producteurs et les encadreurs agricoles

 

  • Alors pourquoi est-ce que vous faites cette formation ?

 Les produits phytosanitaires sont des substances à haut risques pour la santé de son utilisateur et pour l’environnement quand ils sont mal utilisés, tout comme la maîtrise des appareils de traitement est un gage pour une utilisation rationnelle des ce produits. Donc la formation vise à faire prendre connaissance du danger potentiel que constituent les pesticides afin que ceux qui sont formés puissent prendre les mesures de précaution qui s’imposent.

 

  • Pourquoi le choix de Nkongsamba alors que les produits agricoles sont en baisse sur le marché ?

Cette formation qui réunit les participants venus de toute la Région di Littoral, se tient à Nkongsamba au lieu de Douala  parce qu’on peut dire que Nkongsamba est la capitale agricole de la Région du Littoral, d’une part, d’autre part, les phases pratiques, les démonstrations liées à  cette formation peuvent s’exécuter facilement ici  où il y a des exploitations agricoles. Pour ce qui est de la baisse de l’offre des produits agricoles sur les marchés, ceci tiendrait de la faible demande et du pouvoir d’achat du consommateur et qui fait orienter les productions vers les autres marchés comme Douala et autres.

 

  • Quels peut-être la durée du séminaire et quels sont les objectifs à atteindre ?

 Le séminaire à une durée de deux jours et les objectifs à atteindre sont les suivants : les participants au terme de la formation doivent pouvoir Maitriser les différents nuisibles des cultures afin de mieux poser un diagnostic, Maitriser les risques liés à une mauvaise utilisation des pesticides, Comprendre le message que véhiculent les étiquettes des produits, Connaitre les autres méthodes de contrôles des nuisibles des cultures autres que les pesticides ; c'est-à-dire les méthodes de la protection intégrée des cultures, Connaitre manipuler les différents appareils de traitements phytosanitaires, Maitriser la gestion des produits obsolètes et des emballages des produits phytosanitaires après utilisation

 

Mme Etoundi Gisèle est sous-directeur des interventions phytosanitaires cumulativement avec les fonctions de chef de service de l’encadrement de la formation phytosanitaire au Minader.

Scores 2000 : Quelles sont les différentes motivations ?

Etoundi Gisele : Vous savez que l’Etat s’est engagé à octroyer des appuis aux producteurs et nous ne pouvons pas mettre à la disposition des producteurs des produits alors qu’ils ne  connaissent pas les manipuler et aujourd’hui, avec les exigences internationales en matière des résidus des pesticides, l’Etat a pris l’engagement de sensibiliser et de former les acteurs de la filière des pesticides et appareils de traitement  phytosanitaires dans l’utilisation responsable des produits et appareils  de traitement phytosanitaire pour une bonne valorisation de ces produits et pour une meilleure production avec un minimum de résidus sur les produits récoltés.

Scores 2000 : Quels sont les acteurs concernés par cette formation ?

Nos cibles sont : les revendeurs, les distributeurs, les producteurs et les organisations paysannes.

Contact Rédaction : +237 33 14 59 5 4 / 99 45 19 20

www.scores2000.info

B.p.: 375 Nkongsamba-Cameroun

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens