Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 20:05

Les acteurs brillent par leurs maladresses à gérér l'enveloppe de plus de deux milliards de francs

motassi salomonLe 07 janvier 2010, dans la salle des actes Ekwabi  Ewane, à la commune de Nkongsamba 1er, s’est tenue la rencontre bilan des membres du Comité départemental de suivi du Bip, sur la présidence de l’honorable Mpacko Kotto Jean Claude. Sur 223 projets programmés pour un coût total de 2 204 447 000 FCFA, 193 sont achevés. Ces travaux ont malheureusement démontré que la majorité des membres de ce comité ne sont pas des militants de la lutte contre la pauvreté et de la décentralisation.


Les travaux sont annoncés pour 10 heures, puis 11 heures, mais ce n’est que vers 12 heures et 43 minutes que le 1er adjoint préfectoral, M. Silla Thomas Charly et M. Mpacko Kotto Jean Claude, feront leur entrée dans la salle non sans applaudissements de plusieurs Chefs traditionnels, maires et chefs de service. Une employée du MINEPAT  va, dans une nonchalance qui dénote un manque de motivation distribuer les documents de travail. Ces informations produites en quantité insuffisante vont créer quelques malentendus parce que certains hommes de medias n’appréhendent pas que pour quelques pages photocopiées, qu’on soit astreint à faire de la discrimination alors qu’une communication sera une fois de plus faite sur cette activité qui dispose d’un budget de 6 millions de francs pour son fonctionnement.

Le président de la commission, l’honorable Mpacko Kotto Jean Claude, député du Moungo Sud à l’Assemblée Nationale, va remercier tout ceux et celles qui ont fait le déplacement avant d’annoncer que le taux d’engagement financier de cet exercice est largement positif, de l’ordre de 2 181 447 000 FCFA, plus de 98%. Il va tout de même regretter que plusieurs Gics du Moungo soient tombés en forclos, ce qui fait perdre à l’agriculture et à l’élevage de ce vaste département près de 8 millions de francs.


Lors de la séance de questions et de réponses, reviendra le problème de l’insécurité au Carrefour Bekoko et de la contribution de 10% des communautés à la réalisation des actions du Projet de Développement  Rural du Bassin Agricole du Moungo-Nkam (PDRBA-MN). Sur ce cas, les populations et surtout ceux qui les représentent ne comprennent pas les procédures de l’Union Européenne. La préoccupation principale étant de savoir si l’apport des populations est une somme d’argent à verser en espèce aux responsables du projet ou une contribution en nature. Sur ce, Sa Majesté Charles Ebako de Manjo, en direction du  1er adjoint préfectoral, a émis le vœu que lors de la signature de telle convention, que le gouvernement envisage un suivi parallèle des comités locaux.


Sur quelques réalisations, des incompréhensions sur le choix des sites, la qualité des travaux ont été relevées. M. Moukouelle Joseph Raymond et les populations de Mbanga sont contre la réalisation d’un puit d’eau dans la concession du 1er adjoint au Maire et le Délégué de l’Energie et de l’Eau, M. Tatsing Richard est soupçonné de complicité. Des travaux d’entretien des routes à Nkongsamba 1er et Loum sont suspendus pour mauvaise exécution.

Le Sous-comité recommande d’impliquer les services techniques locaux dans le suivi des marchés passés aux niveaux central et régional, pour permettre un contrôle de proximité ; car il est constaté des malfaçons dans l’exécution des projets PPTE de certains ministères : MINSANTE, MINEDUB, etc.

Les participants neutres dans leur majorité n’ont pas été convaincus des explications du Délégué du MINEPAT, M. Motassi Salomon. Surtout qu’il y avait de l’électricité dans l’air causé par le fait que des Gics (7) du département n’ont pu bénéficier de la dotation du MINADER, soit un million pour certains et deux millions pour d’autres à cause de la Référence d’identité bancaire. On n’a pas compris et accepté les explications du représentant du contrôleur des finances qui s’est étalé vaguement sur ce sujet, que des Gics à cause de la non opérationnalité d’un compte qui s’ouvrirait à environ 25 000 FCFA dans une coopérative et environ 62 000 francs dans une banque classique perde un appui de 2 000 000.

Où sont passés les hommes politiques chargés de protéger les organisations paysannes, où sont passés les maires qui dans le cadre de la décentralisation doivent œuvrer pour leurs communautés, que font ces chefs de services qui sont envoyés dans le Moungo pour, par leur expertise impulser le développement ? Quelqu’un a dit dans la sale que c’est parce que les délégués de ces Gics n’ont pas «Vu» les personnes en charge du dossier. Comment un pauvre paysan ne disposant pas déjà de l’argent pour se nourrir, même appartenant au grand groupe peut-il disposer des moyens pour aller «VOIR» le MINEPAT ou le Contrôleur des finances ? Les populations du Moungo qui viennent de perdre cet argent qui va retourner à Yaoundé, environ 8 000 000 de FCFA, soient plusieurs milliers de plants de bananiers plantains, de plants d tubercules de manioc, d’espèces de poussins souhaitent la démission pure et simple de cette commission. Parce qu’entre autre, les entrepreneurs en bâtiment n’ont presque pas perdu leurs marchés chiffrés en millions. Voudraient-ils la tête de tous ou particulièrement celle de Motassi Salomon qui à la fin des travaux, au lieu d’éclairer la lanterne de certains, s’est mis à parcourir la ville à la recherche de son agenda égaré

Contact rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 49 18 21 / +237 78 89 40 92

www.scores2000.info - e-mail : scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

W
<br /> Les acteurs de comité doivent avoir des problèmes de conscience.La société civile devrait mieux s'impliquer.A la lecture du papier, on se rend compte qu'il y a des pratiques de pots de vin.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.

Recherche

Pages

Liens