Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 21:42

L’Etat du Cameroun a déposé une plainte en mai 2005, au sujet de la gestion des retombées financières et matérielles des participations du Cameroun aux compétitions internationales depuis 1998, l’opacité des contrats avec l’équipe Puma, les recettes publicitaires, le sponsoring, etc

Le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), M. Iya Mohammed a été entendu à plusieurs reprises ces dernières semaines à la sous direction des enquêtes économiques de la police judiciaire (PJ) à Yaoundé.
L’Etat du Cameroun a déposé une plainte en mai 2005, au sujet de la gestion des retombées financières et matérielles des participations du Cameroun aux compétitions internationales depuis 1998, l’opacité des contrats avec l’équipe Puma, les recettes publicitaires, le sponsoring, etc. Après quelques années de silence, cette enquête a été relancée au lendemain du match nul (0-0) entre le Cameroun et le Sénégal, et qui amenuise considérablement les chances de qualification des Lions indomptables pour la Coupe d’Afrique des Nations Gabon-Guinée équatoriale 2012. Un signe peut-être, que les pouvoirs publics sont décidés à mettre un terme à «la cacophonie» qui règne dans le football camerounais.
1.- AFFAIRE DES MAILLOTS UNIQT: M. IYA MOHAMMED DÉFIE LA FIFA

Le 16 avril 2004, la Fédération internationale de football association (Fifa), sanctionne le Cameroun en lui retirant 6 points dans la perspective des éliminatoires couplées Can/Coupe du monde 2006. La sanction est assortie d'une pénalité pécuniaire de 80 millions de FCFA. Lors de la Can 2004 en Tunisie, les Lions indomptables ont délibérément arboré un équipement jugé non conforme par la Fifa. La Fifa s'appuie alors non seulement sur la loi 4 du jeu, mais aussi sur l'arrogance des dirigeants du football camerounais qui, malgré les rappels à l'ordre, n'ont pas cru devoir changer de tenue.

Si l’on peut évoquer une contradiction entre la position de la Confédération africaine de football et celle de la Fifa, la Fecafoot commet une erreur à l'issue de son quatrième match, contre le Nigeria. Cette dernière n’a pas répondu, aux demandes d’explication de la Fifa du 13 février et du 2 mars 2004. En réalité, après le coup des maillots démembrés de la Can et la coupe du monde 2002 qui ont certainement permis à l'équipementier Allemand de se refaire une certaine santé financière face à la concurrence impitoyable des mastodontes que sont Adidas et Nike, Puma a décidé de remettre ça en confectionnant pour la campagne tunisienne des Lions, la célèbre tunique UniQt, une combinaison maillot short, transformant du coup les Lions indomptables en de véritables hommes grenouilles.

M. André Nguidjol Nlend, le patron de la direction administrative des équipes nationales est sacrifié. Un collectif d'avocats est mis sur pied sous la conduite de Me Akere Muna pour plaider le dossier des Lions à Zurich. Une forte délégation de Puma atterrit dans la capitale avec à sa tête le vice président du groupe. Elle va intenter une action en justice contre la Fifa.
M. Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, le ministre de la jeunesse et des Sports d'alors, est limogé à son tour. Le 23 avril 2004, un communiqué du secrétaire général de la présidence de la République suspend la tenue de l’assemblée générale élective de la Fecafoot et annonce la création d'une commission de relecture des textes de la Fecafoot et d'une
commission d'enquête. Le 21 mai à Paris, lors de son 54ème congrès, la Fifa lève sa sanction. La firme Puma exigera de la Fifa plus d'un milliard de FCFA de dommages et intérêts, d'après le verdict rendu par un tribunal de Nuremberg en Allemagne. Mais, les autorités camerounaises sont bien décidées à faire la lumière sur l'implication de M. lya Mohammed dans cette triste affaire d'argent.
2.- OU SONT PASSEES LES RETOMBEES DES COMPÉTITIONS INTERNATIONALES ?
La police judiciaire enquête également sur les retombées de plusieurs compétitions internationales depuis 13 ans. Les enquêteurs sont sur les traces des fonds issus de la participation des Lions indomptables au mondial 98 en France, 2002 en Corée japon, la coupe des Confédérations 2003 et des coupes d'Afrique des nations 2000 et 2002. Etc.
Au terme du premier tour de la coupe du monde 2010 en Afrique du Sud le Cameroun a reçu de la Fifa environ cinq milliards de FCFA. Avant le tournoi, le Cameroun, à l'image de chaque équipe participante, a reçu un million de dollar US (environ 500 millions de FCFA) pour la préparation. La Fifa a décaissé ensuite neuf millions US (4,5 milliards de FCFA) pour la phase des poules au cours de laquelle les Lions indomptables ont affronté le Japon, le Danemark et les Pays-Bas.
Pour la première fois de l'histoire de la Coupe du monde, il y avait aussi des paiements effectués par la Fifa pour les clubs des joueurs représentant leurs équipes nationales durant de ce tournoi. C'est un total de 26 millions d'euros (plus de 17 milliards de FCFA qui ont été reversés aux clubs, soit plus de 1000 euros, 655 000 de FCFA par joueur et par jour.
Afin de mettre un terme au flou entretenu par la Fédération camerounaise de football sur la gestion des fonds, M. Michel Zoah, le ministre des Sports et de l'éducation physique (Minsep), a pris des mesures conservatoires. «Nous avons pris la décision de bloquer cet argent dans les comptes de la Fifa, en attendant que la Fédération camerounaise de football nous présente un programme d'utilisation de ces fonds», a-t-il indiqué, le 29 mai à Yaoundé, au cours de l'assemblée générale ordinaire de la Fecafoot.

Le Minsep a promis veiller afin que les retombées financières de la 19ème coupe du monde 2010 soient utilisées pour la réhabilitation et la construction de nouvelles infrastructures sportives : construction du nouveau siège de la Fecafoot, et des ligues régionales ou départementales, qui en sont dépourvues.
3.- UN DÉTOURNEMENT DE 3 MILLIARDS DE FCFA
Le 17 mai 2004, l'ancien ministre des Sports, M. Etame Massoma créé une commission d'enquêtes dirigée par l'inspecteur d'Etat Christophe Ngack Mahop. Avec à ses côtés, MM. André Akam Akam, Pierre Kameni, Gaspard Bih, Aliou Dewa et Mme Marie Louise Secke Pouka.
Ils ont pour missions de recenser, répertorier et contrôler la régularité de la gestion des retombées matérielles et financières de la participation des équipes nationales aux compétitions internationales, du sponsoring et des droits de retransmission audiovisuelle ainsi que l’organisation des matchs amicaux et la publicité dans les stades entre l'an 2000 et le 1er semestre 2004. Le 13 juillet 2004, la commission Ngack Mahop boucle ses travaux et rend sa copie. Plus de 3 milliards de FCFA détournés entre 2000 et 2004.
La Commission Maho s’est employée à reconstituer les différentes recettes tombées dans les caisses de la Fecafoot, soit un peu plus de 8 milliards de FCFA. De cette somme, l'on a pu fournir des justificatifs qu'à hauteur de 5 milliards de FCFA. Plus de 3 milliards de FCFA ayant pris des destinations inconnues.

M. lya Mohammed aurait reconnu n'avoir pas reversé en totalité les sommes dues au ministère des Sports et de l’éducation physique (Minsep) et au Trésor public. C'est ainsi que s'agissant des dettes de la Fecafoot vis-à-vis du Minsep, selon le rapport précisément, il s'agit de 333.000.000 FCFA de reliquat de la quote-part du Minsep sur les retombées de la coupe des Confédérations 2003; 35.000.000 FCFA représentant le reliquat de la quote-part du Trésor public sur les recettes de sponsoring et des matches amicaux en 2003; 109.390.000 FCFA au titre de la quotepart des infrastructures sur les recettes de sponsoring et des matches amicaux en 2004; 53.060.000 FCFA comptant pour la quotepart du Trésor public sur les recettes de sponsoring et des matches amicaux en 2004; 5.000.000 FCFA ayant trait à la quotepart du volet Infrastructures sur les recettes générées par la publicité sur les stades en 2004; 2.500.000 FCFA représentant la quotepart du trésor public sur les recettes produites par la publicité sur les stades en 2004 et 33.837.493 FCFA comptant pour la quotepart du Minsep sur les retombées de la Can 2004. A la suite des conclusions de la commission Mahop, le procureur de la République avait recommandé l'incrimination d'un certain nombre d'agents de la Fecafoot, dont le président Iya Mohammed pour détournement de fonds.
4.- AFFAIRE DU «TROP PERÇU»: LES 45 MILLIONS QUI EMBARRASSENT M. IYA
Le «trop perçu» de 13 responsables camerounais ayant fait partie de la délégation officielle du Cameroun au mondial 2010 en Afrique du Sud s'élevait à 235 millions de FCFA. Sous la pression du Premier ministre, l'argent indûment perçu a été restitué. Et pourtant, M. lya Mohammed, l'un des responsables ayant perçu en trop 45 millions de FCFA, a dans un premier temps, laissé entendre qu'il n’a rien reçu, ni remboursé. Par la suite, un bref communiqué du secrétaire général de la Fecafoot est venu créer une nouvelle confusion: «Contrairement à certaines informations diffusées par certains médias, les primes perçues par les membres visés de la Fédération camerounaise de football dans le cadre de la coupe du monde de la Fifa Afrique du Sud 2010, ont été effectivement reversées au Trésor public conformément aux instructions de monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement», précisait le communique de M. Tombi A Roko, publié sur le site Internet de la Fédération.

C'est le ministre des Sports, M. Michel Zoah, qui aurait appelé le président de la Fecafoot pour le sommer d'avouer. En tout état de cause, cette affaire du «trop-perçu» embarrasse au plus haut point les dirigeants de la Fecafoot. Ils ont toujours soutenu qu'ils ne recevaient pas un centime de l'Etat. Ce qui leur permettait d'affirmer leur autonomie, voire leur indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics. Et du jour au lendemain, l'on apprend que M. lya Mohammed a perçu plusieurs dizaines de millions de FCFA dont il n'aurait finalement remboursé au Trésor public qu'un trop-perçu de 45 millions. Un autre dossier qui intéresse particulièrement la police judiciaire.

Source : © Jean Robert Fouda | Repères

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens