Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 13:02

leopold djemeLe siège du Mouvement à Nkongsamba attend sa réhabilitation...

Le samedi 08 mai, la Croix-Rouge a célébré la 63ème édition de sa journée mondiale. Le thème de cette édition était : «Ensemble pour l’humanité». Le Président national de la Croix-Rouge camerounaise, M. William Eteki Mboumoua a donné un point de presse à Yaoundé le 03 mai dernier. Il a évoqué les actions de la Croix-Rouge en faveur des personnes vulnérables et dans le cadre de la préservation de la paix. Les dons promis dans le cadre de l’opération lancée en faveur d’Haïti ont été rappelés pour saluer les heureux donateurs et inviter ceux ayant fait des promesses ou émis des chèques à tenir à leurs engagements. Créée officiellement le 30 avril 1960, la Croix-Rouge camerounaise qui a eu pour premier président le Dr Simon Pierre Tchoungui a été reconnue par décret numéro 63/DF/6 du 9 janvier 1963 d’utilité publique et société de secours volontaire. Le 4 juillet de la même année, la Croix-Rouge camerounaise sera reconnue par le comité international de la Croix-Rouge. Entres autres missions, la Croix-Rouge vole au secours des personnes directement affectées par les catastrophes naturelles ou humanitaires, par les conflits armés. Elle assiste en tout temps les personnes les plus vulnérables. Le mouvement fondé par Henry Dunant compte au Cameroun plus de 46 000 volontaires. La résidence de la Croix-Rouge à Nkongsamba attend d’être réhabilitée et le président départemental a entrepris des démarches pour rendre cet immeuble vivant. Le siège sera équipé d’un outil informatique et d’un service permanent pour assurer le fonctionnement à plein temps… Le secrétaire général de l'organisation dans le Moungo, M. Ekane Kodjo et ses volontaires ont désherbé le site à l’occasion du travail manuel consacré à cette journée.

www.scores2000.info

Contact Rédaction :+237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54 / +237 76 65 90 23

Partager cet article
Repost0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 15:30

1.jpgSéminaire du Refemac à Nkongsamba 3ème et vie politique de la circonscription...

  «Nous avons apprécié à juste titre les thèmes développés pendant le séminaire. Ce qui entre dans le projet de promotion à l’émergence d’un dynamisme féminin en prévision aux élections municipales de 2012. Une initiative du Réseau des Femmes Maires du Cameroun (REFEMAC) en partenariat avec l’UNIFEM. J’ai constaté la présence de 8 femmes du SDfF une femme de l’UNDP et plusieurs autres femmes du RDPC. Les thèmes développés sont les suivants : Pourquoi la femme se doit-elle d’être en politique ? Comment la femme doit-elle arriver en politique ? Quelles sont les difficultés que rencontre la femme en politique ? Pour mieux expliquer ces sujets, nous avons eu l’honneur d’avoir comme personnes ressources, Mme Yvette-Claudine Ngono, épouse Etoundi Ayissi, Maire de Yaoundé Vème ; Mme Foning Françoise, Maire de Douala 5ème, conseillère au Bureau National du REFEMAC ; Me Okala Nicole, Maire de Mbangassina ; Mme Mengue Nkili, Maire de Zoétélé ; Mme Ngoumou Marie-Thérèse, Maire d’Edzedouam ; Mme Biloa Ngameka épouse Abessolo, Maire de Mvengue et comme Modératrice, Mme Essame Elise-Henriette, Maire de Nkongsamba 3… Pour les plus expertes, c’était l’occasion de se remémorer les expériences acquises et pour les nouvelles en politique, d’apprendre. Après mon intervention, les femmes du Rdpc ont entendu que nous étions dans le cadre d’une association apolitique et révisé leurs chants. Il faut désormais faire la politique autrement, que les meilleurs gagnent avec la manière et soient fiers de leurs résultats. Ce que nous avons appris va servir aux femmes du SDF dans les trois communes d’arrondissement de Nkongsamba et bien au delà. Tout en espérant que les autorités administratives ne vont pas nous refuser les autorisations de nous réunir pour échanger comme cela a été le cas à Loum. Le 26 mai prochain, nous allons célébrer l’anniversaire du Social Demoratic Font (SDF) dans le Moungo et allons saisir cette occasion pour enseigner et donner le goût des responsabilités politiques aux femmes.»

 

Liste des candidats Sdf à la Commune de Nkongsamba 3ème

  Nobok Lydie – Nyassi David – Teugne Georges – Mofor Peter – Kengne Albert – Elong Epanda Jean B – Nguepi Josephine – Tchokissy Edouard – Nono Celestine – Lodji Philippe Lambo – Sanwou Pierre – Keutchi René – Yota Albin Michel – Aboki Cathérine – Tchapda Guy Bertin – Lematsop Bernard – Djeussi Solange B – Augustin Moumbe – Fonkou Xavier – Nkwegwa Adolphe – Nganou Ngong Richard – Ntepe Epoh Jean – Lukong Joseph.

www.scores2000.info

Contact : +237 99451920 / +237 33145954 / +237 76659023

Partager cet article
Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 13:22

"Les sujets préconisent les élections pour assurer la pérennité des communautés"

Dans le cadre d’une tournée nationale, Sa Majesté Yonkeu Jean-Marie a été en visite de travail à Nkongsamba le 25 avril 2010. Une visite placée sous le signe du rayonnement de sa communauté dans les grandes villes du Cameroun et partout à l’étranger.

Ce jour, les membres du regroupement ce sont mobilisés pour donner un cachet particulier à la manifestation. Dans la foulée, ses homologues du Moungo sont venus pour la circonstance et partout où le Roi des Bangoulap s’est assis, il a été à côté de sa Majesté Epanda Henri, Chef Supérieur du Canton Baneka.

Il faut dire que le Chef dans son propos est revenu sur les problèmes du développement du village, les activités à financer en 2010 comme les adductions en eau potable, la construction du marché local, le désenclavement des quartiers, l’électrification, la construction du palais Royal, l’appui aux activités agro-pastorales, le congrès du CODEBA en septembre 2010.

Il se pourrait que l’installation du Chef de la Communauté à Nkongsamba aurait été reporté parce qu’il existe les candidatures de fortes personnalités. Sur ce point, le Chef hésite de créer un précédent irréparable, mais les membres de la communauté à Nkongsamba souhaitent passer par une élection transparente pour départager les camps. La médiation de l’honorable Sime Pierre, Président du Binam n’a pas abouti parce que son candidat semble impopulaire. Dans son discours de circonstance, il a dit qu'il attendait qu'on lui désigne le representant des Bangoulap à Nkongsamba pour travailler avec lui. Cette situation amène certaines personnes à demander aussi une élection dans le Binam, section du Moungo, parce que depuis que le président Sime Pierre est aux commandes, il n’y a jamais eu d’élection. Les candidats potentiels sont : Nya Jean, coordonateur de la transition; Ngueaba Jean, ancien chef et Tchoumkeu Nicodeme reconnu pour sa bonne gestion des finances de la communauté.

Le 16 février 2010, lors de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an à Bangoulap, le Chef Supérieur Yonkeu Jean-Marie avait laissé entendre qu’il sera désormais le seul à désigner les chefs dans les grandes villes et même à l’étranger. Ce message semble ne pas bien passer et l’opinion est divisée dans les communautés Bangoulpa du Cameroun sur cette façon de faire. 

www.scores2000.over-blog.com

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

Partager cet article
Repost0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 13:14

Silla-Thomas-Charly.JPGProgramme Général de la Commémoration du Cinquantenaire de l’Indépendance du Cameroun et de la fête nationale du 20 mai 2010 à Nkongsamba

 

Du 10 au 17 mai 2010 : éliminatoires et finales sportives

 

17 mai 2010 : 15 Heures, Conférence sur le thème «Nkongsamba 50 ans après», lieu : salle des actes de la Communauté Urbaine de Nkongsamba

 

18 mai 2010 : Foire exposition à la place des fêtes de Nkongsamba Remise des prix d’excellence scolaire à la place des fêtes de Nkongsamba

 

19 mai 2010 : 07 Heures, Marche de l’Unité depuis 4 points focaux à Nkongsamba 10 Heures, Vernissage (Exposition des photos)

                           15 Heures et 45mn, finale de Football au stade de Bonangho 18 Heures, retraite aux flambeaux 20 Heures, soirée culture de l’excellence à la Maison de la paix

 

20 mai 2010 : 10 Heures, défilé militaire et civil 13 Heures, vin d’honneur (RASS, Chefs lieux d’arrondissements, Nkongsamba1er, 2eme, 3eme) 20 Heures, Soirée de Gala au Cercle Municipal

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

www.scores2000.over-blog.com

e-mail : scores2000@hotmail

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 13:50

La préparation de l’équipe nationale du Cameroun a débuté le 03 mars dernier avec un match amical à Monaco contre l’Italie. Les deux formations qualifiées pour la Coupe du Monde s’étaient séparées sur un score vierge de 0-0. Un résultat qui a rehaussé le moral du peuple camerounais qui était jusque là tétanisé suite à la débâcle des Lions à la CAN angolaise en janvier 2010. Et surtout, il a permis à Paul Le Guen de roder son effectif.

Lions indomptables Il est à noter que Rigobert Song (pour la 1ère fois) et Geremi Njitap n’avaient pas été appelés par le sélectionneur pour le compte de ce match à cause de leurs piètres prestations en Angola. Quoiqu’elle ait été logique, la non convocation de ces deux mastodontes continue d’alimenter les polémiques dans les chaumières.

La suite de la préparation prévoyait un stage de détection d’amateurs de quatre jours à Yaoundé. Et le Breton a tenu à sa parole. 36 joueurs ont été convoqué (24 évoluant au Cameroun, 2 des clubs en RDC et e Algérie) pour une rude séance de travail du 12 au 16 avril 2010. Au terme de ce regroupement qui n’a duré que trois jours au lieu de quatre, Paul Le Guen s’est dit satisfait des efforts fournis par ses poulains. «Ce stage a rempli les objectifs recherchés, il nous a permis d’évaluer les joueurs qu’on a sélectionné. Yves Couleu avait vraiment dégrossi le terrain, il avait sélectionné 26 joueurs pour ce stage. Le cadre du stage, le timing, l’adhésion des joueurs nous ont permis de faire un travail intéressant».

Il compte d‘ailleurs convoquer quelques uns parmi ceux qu’il appelle meilleurs pour la dernière phase de préparation des Lions Indomptables pour la prochaine Coupe du Monde. «Dans le stage préparatoire certainement, parce que je vais élargir le groupe, je vais convoquer 28 ou 29 joueurs locaux le 10 ou le 11 mai, j’aimerai intégrer les joueurs locaux pas pour faire bien, mais parce que certains ont montré une vraie qualité et sont susceptibles d’être dans la liste des 23 pour la Coupe du Monde. Ce ne sera pas simplement de la communication, il est possible qu’un ou deux aient la possibilité d faire parti des 23 », a rassuré le technicien français. Un avis que ne partage pas Jean Lambert Nang. Ce dernier trouve que ce stage n’a pas de place dans le plan de préparation des Lions Indomptables. D’après-lui, c’est impossible due seulement entre le 20 mai et le 11 juin, un joueur local soit transformé en pur diamant. « Car après tout, ce n’est pas à un championnat d’Afrique des amateurs que nous allons, mais bien à la phase finale de la Coupe du Monde : la bataille entre ce que les nations comptent de grands joueurs et sélectionneurs, et qui, par leur talent, leur génie et leurs stratégies, visent à remporter l’unique trophée en jeu».

Parmi les grandes annonces faites par Paul Le Guen au cours de la conférence de presse du 17 avril 2010 à l’Hôtel Sawa de Douala après le stage, il y a celle portant sur les adversaires des Lions Indomptables au premier tour du Mondial Sud-africain. Le technicien a révélé que la supervision de ces adversaires est en cours et se déroule avec le concours d’une structure spécialisée dans la vidéo. Celle-ci, réquisitionnée par lui, met à sa disposition les matches préparatoires du Japon, des Pays-Bas et du Danemark. « Outre cela, chaque fois que nous aurons l’occasion, nous vivrons nous-mêmes les matches préparatoires de ces adversaires. Nous poursuivons cete supervision. Elle se déroule bien, il ne faut pas s’inquiéter ».

Par ailleurs, ça ne sera pas une surprise de retrouver au grand complet le code « 1984 » au pays de Nelson Mandela. Aussi, le coach à tenu à préciser qu’il n’a jamais été pessimiste. «Arrêtez de dire que j’ai été pessimiste sur le parcours des Lions au Mondial, ce n’est pas vrai. Je n’ai jamais été pessimiste jamais, jamais, jamais ! Je suis plein d’espoir, je suis confiant, je pense qu’on travail pour avoir une bonne équipe, arrêtez donc de rabâcher ce truc qui n’a jamais existé ». Il a également été clair sur le rôle de Samuel Eto’o au sein des Lions. « Le capitaine ne décide en rien du onze entrant, même pas du choix des joueurs à convoquer. Certes, je m’appuie sur lui et échange avec lui quand c’est nécessaire pour la gestion du groupe, mais, je suis le seul qui décide de la tactique et du choix des hommes à aligner ».

Paul Le Guen et ses poulains se rassembleront en Europe le 20 mai pour la dernière ligne droite de la préparation au Mondial sud-africain. « On va faire trois matches amicaux, le 29 mai contre la Slovaquie, le 1er juin contre le Portugal et le 5 juin contre la Serbie. On passera par Yaoundé les 6,7 juin et on s’envolera pour l’Afrique du Sud le 9 juin », a précisé le technicien français à la fin de la conférence de presse. On comprend sa détermination à ne plu s jouer le fugace comme ce fut le cas en janvier pour l’Angola. Il ne nous reste plus qu’à lui souhaiter bonne chance et de faire mieux qu’en 1990.

Joseph Onambele

www.scores2000.info

Contact Rédaction : +237 99451920/ +237 33145954 / +237 76659023

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:38

«Susciter les candidatures des femmes camerounaises pour les élections municipales de 2012»

bureau-refemac.jpgC’est l’essentielle de la causerie éducative de «l’université de Ngwa» le 07 mai 2010.

Cette cérémonie présidée par Mme Yvette Claudine Ngono épouse Etoundi  Ayissi, Présidente nationale du REFEMAC et Maire de Yaoundé 5ème a connu une participation populaire des principaux partis politiques du Littoral, du Centre, du Nkam.


Les travaux ont commencé en fin de matinée après l’ouverture solennelle par M. Thomas Silla Charly, Premier adjoint Préfectoral du Moungo, accompagné des Sous-préfets de Nkongsamba 1, 2 et 3. Pendant 7 heures de travaux, les femmes ont longuement échangé sur  leurs expériences de la politique et  abouti à plusieurs résolutions. On a noté que tous les chefs traditionnels du Moungo étaient présents, conduits par Sa Majesté Epanda Ekoue Henri, Chef Supérieur du Canton Banéka. Mme Françoise Foning, Maire de Douala 5 à la suite de Mme Essame Elise-Henriette, Présidente Régionale du REFEMAC-LITTORAL a encouragé les femmes du RDPC et du SDF à être sur les listes électorales lors des prochaines élections. Pour se faire, elles doivent être dynamiques, disponibles, éviter les coups bas et faire du social.  Comme beaucoup d’hommes qui mettent de l’argent en politique pour leur image de marque, les femmes doivent de singulariser en communicant avec les médias, surtout la presse écrite locale, faire des actions en faveurs de la jeunesse et des femmes qui sont nombreuse au Cameroun. Il faut organiser des réunions de groupe et avoir des projets structurants. Cinquante ans après l’indépendance, il est nécessaire de faire la politique autrement.

Fait important, Mme Mony  Monique épouse Mbongue, adjointe au Maire de Nkongsamba 1er est installée comme présidente départementale du REFEMAC pour le département du Moungo. Dans son propos de clôture, L’adjoint Préfectoral, M. Silla Thomas Charly a émis le vœux que cette rencontre porte des fruits afin que plus de 400 femmes soient élues Maires au Cameroun en 2012.

Le réseau des Femmes  Maires du Cameroun a déjà organisé des rencontres similaires à Okola, Yaoundé, Zoétélé, Mboma.

Sylvain Timamo

www.scores2000.info

REFEMAC.jpgPrésentation du Réseau des Femmes Maires du Cameroun (REFEMAC)

A la suite des élections législatives et municipales camerounaises du 22 juillet 2007, le nombre de femmes élues locales a augmenté de façon significative :

-23 femmes sont maires titulaires sur 360, soit 6,38%.

- 182 femmes sont adjointes aux Maires sur un total de 941, ce qui représente 19,34%.

- Au total 205 femmes sont maires (pleines et adjointes) sur 1301 que compte le Cameroun, correspondant ainsi à 15,75%.

Conscientes de cette force de parole, d’engagement et d’action qu’elles représentent, des femmes maires, réunies à Yaoundé les 26 et 27 mai 2008 à la faveur d’une assemblée générale constitutive, décident de la création d’une association apolitique, à but non lucratif dénommée Réseau des Femmes Maires du Cameroun, en abrégé REFEMAC.

La mise en route du Réseau a également été rendue possible non seulement par la tenue de la conférence des Ministres sur le renforcement des capacités de leadership pour la gouvernance décentralisée et la réduction de la pauvreté en Afrique, mais aussi, grâce à l’organisation de la Conférence Africaine sur la Décentralisation et le Développement Local (CADDEL).

Le Réseau des Femmes Maires du Cameroun rassemble les Elues Locales (Maires et Adjointes aux Maires) de tous partis politiques confondus.

En plus de ses missions stratégiques de regrouper les femmes maires pour un développement participatif ; de créer un espace de dialogue permanent entre elles ; d’impliquer les femmes maires dans la lutte pour l’insertion socioprofessionnelle des couches défavorisées sur tous les plans, le Réseau des Femmes Maires du Cameroun s’adosse sur une volonté qui consiste à impulser une dynamique de développement de la femme camerounaise dans les domaines socio-économiques, politique et culturel. A ce titre, il a pour objectif principal de favoriser l’insertion des femmes dans la gestion de la cité en les encourageant à adhérer en politique et se porter candidates aux élections.

Adresse : REFEMAC, Récépissé de déclaration d’association N° 00938/RDA/J06/BAPP du 16 Septembre 2008. Boite Postale 3189 Yaoundé, Téléphone : 22180475. Email : refemac@yahoo.fr

 

Réaction de Mme Nobok Lydie (Présidente de la circonscription électorale SDF de Nkongsamba 3ème) : «Nous 1avons apprécié à juste titre les thèmes développés pendant le séminaire. Ce qui entre dans le projet de promotion à l’émergence d’un dynamisme féminin en prévision aux élections municipales de 2012. Une initiative du Réseau des Femmes Maires du Cameroun (REFEMAC) en partenariat avec l’UNIFEM. J’ai constaté la présence de 8 femmes du SDF, une femme de l’UNDP et plusieurs autres femmes du RDPC. Les thèmes développés sont les suivants : Pourquoi la femme se doit-elle d’être en politique ? Comment la femme doit-elle arriver en politique ? Quelles sont les difficultés que rencontre la femme en politique ? Pour mieux expliquer ces sujets, nous avons eu l’honneur d’avoir comme personnes ressources, Mme Yvette-Claudine Ngono, épouse Etoundi Ayissi, Maire de Yaoundé Vème ; Mme Foning Françoise, Maire de Douala 5ème, conseillère au Bureau National du REFEMAC ; Me Okala Nicole, Maire de Mbangassina ; Mme Mengue Nkili, Maire de Zoétélé ; Mme Ngoumou Marie-Thérèse, Maire d’Edzedouam ; Mme Biloa Ngameka épouse Abessolo, Maire de Mvengue et comme Modératrice, Mme Essame Elise-Henriette, Maire de Nkongsamba 3… Pour les plus expertes, c’était l’occasion de se remémorer les expériences acquises et pour les nouvelles en politique, d’apprendre. Après mon intervention, les femmes du Rdpc ont entendu que nous étions dans le cadre d’une association apolitique et révisé leurs chants. Il faut désormais faire la politique autrement, que les meilleurs gagnent avec la manière et soient fiers de leurs résultats. Ce que nous avons appris va servir aux femmes du SDF dans les trois communes d’arrondissement de Nkongsamba et bien au delà. Tout en espérant que les autorités administratives ne vont pas nous refuser les autorisations de nous réunir pour échanger comme cela a été le cas à Loum. Le 26 mai prochain, nous allons célébrer l’anniversaire du Social Demoratic Font (SDF) dans le Moungo et allons saisir cette occasion pour enseigner et donner le goût des responsabilités politiques aux femmes.»

Contact Rédaction : +237 99451920 / +237 33145954

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:18

The third edition of the National day of Arts and culture in school was celebrated in Yaoundé de last Friday March 23. The event that was commemorated at the Yaoundé Multi sport complex brought together students, teachers and secondary education stake holders from all the ten regions of Cameroon.

ngantcha louis henriUnder the watchful eyes of the minister of secondary education Louis BAPES and the minister of family and women empowerment the animation was marked by fashion and of various ethnic groups, to portray a united country at the time Cameroon is celebrating its 50 years of independence and reunification.

Another point of top of the day was a guided visit to the domains of gastronomy, fashion and beauty, handicraft, painting, music and carpeting, other forms of arts like theatre, literature and sculpture included.

It is worth noting that the day is organized in a bid to promote art and culture as a factor of self-fulfilment. The artistic skills, once acquired become a window to professionalization and self employment. Take the short listed food industry, restauration, social assistance, material technology, artistic anatomy and visual education. At the end of their training the apprentice is awarded a ‘‘Baccalauréat’’ according to their study fields or options, thus ready for field work. So professional education is a complete integrated programme of secondary education.

Josiane TABI

http://www.scores2000.info

Contact Redaction : +237 33 14 59 54 / +237 99 45 19 20-

e-mail : scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:14

Local radio stations are to receive better care in the day’s a head.

The information was disclosed in Yaoundé last Friday by communication Minister ISSA TCHIROMA BAKARI & UNESCO representative Benoît Sossou during the official presentation of the evaluation report of local radio station in Cameroon .

issa tchiromaThe report document was written against the backdrop of detecting the failures and successes in local radio stations across the country revealed that those from the towns of Ebolowa, Baham and SA’A for instance are not functioning because the equipment have been destroyed or are too old, or their airtime has been suspended due to unpaid taxes. For one more reason, they lack financial means or have precarious earning. Meanwhile other radio stations are operational with high financial material resources, though the status of employers is not always clear. As a matter of fact, most radio stations lack legal documents; ¾ of members leave far from radio stations and they don’t meet frequently. Added to these the lack of logistics.

However, United National Educational, scientific and cultural organization representative in Yaoundé remarkes that many programmes on in those radio stations are carried out in vernaculars. Many are produced in partnership with institutions and the core issues discussed are AIDS, Agriculture, human rights and, Malaria  amongst others. That which is highly appreciated by listeners. But, radio programmes presenters are more often incompetent. They need to be well trained.

As part of suggestions made by the programmes costumers, the airtime should be reviewed local radio station should close late at night to allow them take advantage of their free time and enjoy the programmes best. For they have said the programmes provide tips for housewives and husbands, and youths in general and give detailed information about HIV/AIDS and sexually transmitted diseases, and above all favours change in life style.

The survey which was successful thanks to the participative approach led to the following conclusion: the creation of a local radio stations forum in May; a definition of rules and regulations in radio stations; the choice of equipment, functioning and funding; training of presenters and the content of programmes, should be taken as the basis for a smooth take off and the survival of local radio stations.

The evaluation report was presented in the presence of Thierry Mertes United Nations Resident Coordinator and United Nations Development programme resident representative in Cameroon . He reiterated the importance of local radio station in social development. He further encourages government effort to maintain, rehabilitate 15 multi-media centers in the up coming days. To quote Thierry Mertes ‘‘local radio stations and multi-media center are a source of cultural exchange for life, hope and other strong emotions human beings can share. It is a tool for communication, dialogue and sensitization’’.

  Josiane TABI

www.scores2000.info

Contact : +237 33 14 59 54

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:05

Le  Secrétaire Exécutif des Synergies Africaines contre le SIDA et les souffrances, Jean Stéphane  BIATCHA était face à la presse Jeudi dernier pour faire  le point sur les dix derniers mois de travail, depuis le 03 Mars 2009, date à laquelle les premières dames d’Afrique ont fait  le point des activités depuis Los Angeles, aux Etats-Unis d’Amérique. Autre point essentiel de sa communication,  les perspectives au sein de l’organisation panafricaine.

         stephane-biatcha.jpgAvant d’entrer dans le vif du sujet, Jean Stéphane BIATCHA a rappelé aux journalistes  tout azimut que beaucoup de contrats ont été enregistrés, de nombreux partenariats signés avec  les organisations internationales, et d’autres sont en cours. Ces partenariats permettront à coup sûr de renforcer la lutte contre le VIH/SIDA, les pathologies infectieuses et même d’autres types de pathologies non transmissibles comme le Cancer, l’Hypertension Artérielle, l’épilepsie entre autres.

Ainsi, dans le cadre du partenariat entre Synergies Africaines et SANOFI AVENTIS signé le 1er Avril 2009 et portant sur la lutte contre les maladies non transmissibles au Cameroun, Nigeria, Sénégal et Angola, SANOFI ADVENTIS  a mis  à la disposition des Synergies Africaines un important lot de 275 boîtes d’Oxaliwin RTU destinés au traitement des tumeurs cancéreuses. Ces médicaments ont été rétrocédés à l’association solidarité chimiothérapie (Sochimio), à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Cancer célébrée le 04 février 2010.

En dix mois, les Synergies Africaines se sont illustrées sur la scène nationale et Africaine dans le domaine de la prévention de la transmission du VIH de la mère  à l’enfant , (PTME) à travers des séminaires/ateliers de renforcement des capacités des professionnels de la santé (Burkina Faso, Cameroun, Burundi, Niger, Mali), lequel a abouti à la création d’un Centre International de Référence pour la Recherche sur la Prévention et  la Prise en charge  du VIH/SIDA. Bientôt une décennie d’engagement que les Synergies ont intégré et mené avec succès le programme de réduction de la mortalité maternelle et infantile ; la prévention et la prise en charge des IST, du SIDA ; les projets des «Ecoles Pratique d’Agriculture et de la vie pour les Jeunes» ; le soutien multiforme aux populations vulnérables avec l’implémentation du Programme National de Soutien aux Orphelins et Enfants Vulnérables (PNS-OEV) et le Programme d’éducation pour le bon usage des Médicaments (BUM). Et après ? Il y a plus que ça à faire.

Trois grands projets sont arrêtés dans le cahier d’activités des Synergies Africaines. Notamment le lancement de nouveaux programmes de lutte contre les maladies non transmissibles : épilepsie, hypertension artérielle, diabète, cancer, etc…. ; l’établissement d’une plateforme de collaboration avec la fondation OSWALDO CRUZ du Brésil (FIOCRUZ) ; enfin, le lancement de la campagne d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique (CARMMA).

On retient alors de la séance de questions/réponses que les Synergies Africaines, organisation panafricaine, est à utilité publique et ses projets sont réalisés avec l’aide des partenaires qui gagnent peut-être en vue, plus  le soutien de Son  Excellence Madame Chantal Biya.

En outre, la recherche nutritionnelle va bon train avec la collaboration du Professeur Vittorio Colizzi et plusieurs autres partenaires scientifiques. Donc, les Synergies Africaines n’empiètent  pas sur les programmes nationaux, encore moins, elle ne fait le plagia. Plutôt, elle apporte sa modeste contribution dans l’éclosion sociale et l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables.

Néanmoins, les hommes de médias sont restés insatisfaits sur la situation de l’ex-première dame du Nigeria, LARABA TANDJA, au sein de l’association. Le contact est maintenu, certes, mais l’on ignore ce que disent les textes des Synergies Africaines et le S.E n’ose pas les  citer.

Malgré l’incohérence, tout est bien qui finit bien dans la salle de conférence des Synergies Africaines contre le SIDA et les souffrances, dans son siège à Melen (Yaoundé)

  Lionnel Bayong  (Correspondant à Yaoundé)

Contact : +237 70 10 42 48

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 11:57

La fête n’est plus ce qu’elle était…

  Silla Thomas CharlyLe 1er mai 2010, sur la place des fêtes de Nkongsamba, quelques populations se sont regroupées pour assister au traditionnel défilé de la fête des travailleurs. Une cérémonie présidée par le Préfet du Moungo, M. Justin Mvondo, en présence du maître de cérémonie, M. Monekosso Magnus Mesembe, nouveau délégué départemental du Ministère du travail et de la sécurité sociale et de quelques forces vives du département.

 

Dans les nombreux discours qui ont ponctué les articulations de cette cérémonie, on a appris que les travailleurs souhaitent que le salaire Minimum interprofessionnel garantie (SMIG) soit porté à Cent mille francs (100 000 FCFA). M. Andang Enoch Cyrille souhaite que la sécurité sociale pour les employés du secteur privé et de l'informel soit pris en compte. Le défilé est marqué par le passage du carré du cinquantenaire et des entreprises qui malgré la crise se sont distinguées en préservant l’emploi et en restant au service des populations. On peut citer Et Fost Electricité, La Chanas Assurances, Les Plantations du Haut Penja, l'Agence Commerciale Cameoon Telecommunication, la Socapalm, L’usine à café Kwindja Patrice, Fujiprocolor service, Les MC2, La BEAC, La BICEC. Les communes du Moungo se sont aussi distinguées en défilant en tenue traditionnelle, des pagnes et chaussures locaux.

Le Chef du personnel de la Communauté urbaine de Nkongsamba, M. Yon Tesempa Basile a saisi l'occasion du vin d'honneur avec le Délégué du Gouvernement pour tenir un discours sur la situation du personnel. Le Dr Kollo Basile, ancien Directeur des Ressources Humaines au Ministère de la santé a répondu favorablement à certaines préoccupations et pour le reste, le personnel doit attendre le réajustement du budget.

Le diflé de cette année n'est pas classé populaire car l'on a observé que la tribune d'honneur était presque vide. L'on a aussi connu plusieurs coupures d'électricité comme si les ancêtres étaient mécontents de qualque chose dans l"organisation... Plusieurs Maires des communes du Moungo étaient aussi absents de la tribune.

 Contact rédaction :+237 99451920/33145954

www.scores2000.info

e-mail : scores2000@hotmail.com

  Réaction de Yon Tesempa Basile (Délégué du personnel, lors de la cérémonie fête le 1er mai 2010 à la Communauté urbaine de Nkongsamba)

Yon Tesempa Basile : «Les rappels d’avancement d’octobre 2009 ne sont pas payés. De même, le paiement du non logement de 20% des personnels décisionnaires décidé par le Chef de l’Etat n’a connu jusqu’à ce jour un aboutissement heureux… Nonobstant ces préoccupations, nous sommes heureux d’annoncer que Messieurs NJIFENJOU MAMOUDA  et NKOMBA EPONGUE Vivien Walter ont réussi avec brio le concours d’entrée au Centre de Formation pour l’Administration Municipale (CEFAM) de Buea, la seule Ecole de formation des cadres communaux de la sous-région d’Afrique. Le premier étant major du concours et le second quatrième…  Dans le même ordre d’idée, nous ne manquerons pas de mentionner que le Coordonnateur Technique, Monsieur SIEYODJI Duval Eimery est sorti major à l’issue du concours d’entrée à la Fondation publique comme Architecte-Urbaniste. En outre, lors de la nomination des secrétaires généraux, la Communauté Urbaine a enregistré deux promus à savoir Messieurs Armand Paulin TIAM TAMDJOKOUEN et NGAME NGONDO Philibert nommés respectivement secrétaire général de la prestigieuse commune de PETE-BANDJOUN et de la Commune d’Arrondissement de Nkongsamba 3eme».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens