Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:33

  Le système d’information géographique au centre de la communication à l’amphi 200 de l’ISMAM

1La cérémonie importante en symbole a débuté le 15 avril 2010, vers 11 heures, avec l’arrivée de l’autorité administrative, M. Justin Mvondo, accueilli par le Chef du Projet, M. Jean-René Boul Anong et M. Ngouni Georges du Cabinet GADD qui ont conduit une délégation importante dans la salle des conférences de l’Institut Supérieur du Management du Manengouba (ISMAM)

Dans son mot de bienvenue, le Chef de Projet a loué le partenariat entre l’Etat, les Bailleurs de Fonds et les organisations non gouvernementales. Il a rappelé les objectifs du projet d’environ 5 milliards pour «relever de façon significative le niveau de vie des populations» et parlé de la consommation des crédits avant le terme du projet fixé au mois de novembre 2010. Selon M. Jean-René Boul Anong, la rallonge de 750 millions est consommé à plus de 75% et les actions sont là pour témoigner de la nécessité de cet apport dans les 23 communes de la zone d’intervention du projet

Le Préfet du département du Moungo, M. Justin Mvondo avant d’entrée dans le vif de son propos a regretté le fait que les 13 maires de communes de son arrondissement ne soient pas présents à une cérémonie aussi importante. Ces derniers ont préféré envoyer leurs secrétaires généraux, une représentation squelettique à coté de deux maires El Hadj Oumarou Dandjouma et Wandji AlainThomas, respectivement des commues de Nkongsamba 1er et 2ème. Le préfet a apprécié l’action du Projet de Développement du Bassin Agricole du Moungo-Nkam (PDRBA-MN) qu’il a taxé d’exemple unique dans la région en matière de développement participatif. Des actions qui sont là à l’aube de la décentralisation au Cameroun et qui seront peut-être des éléments de campagne pour certains politiciens.

Par la suite, M. Fernand ISSERI, expert du Groupement d'Appui pour le développement Durable (GADD), a expliqué le contenu du système d’information géographique aux maires présents, aux secrétaires généraux et aux membres de la société civile invités. M. Jean-René Boul Anong, Chef du Projet a complété cette communication en faisant part de l’utilité des données géographiques dans les actions à venir, car, cette base de donnée va aider les élus à savoir ce qui est fait et reste à faire dans leur région et entraînera un gain de temps pour les actions à mener. . Lui aussi a été un peu attristé par la participation des maires depuis novembre 2006, date de lancement des activités de ce programme, alors que ceux-là qui sollicitent les suffrages des populations devraient être les premiers au chevet des maux à traiter. Le seminaire atelier  se déroule sous le contrôle des représentants des bailleurs de fonds que sont Patrick Faure et Jos Verdumen. 

  Quelques réactions :

1-M. Noël Ndjodje (Responsable des infrastructures du projet)

Noel NdjodjeQuel est votre sentiment à la fin de cette présentation ?

M. Noël Ndjodje : Nous avons le sentiment du devoir accompli parce qu’au départ, il n’était pas évident de s’attendre à un tel résultat à cause des difficultés de compréhension. Le système d’information géographique est un support que les décideurs devraient garder à leur chevet pour orienter leur investissement dans la zone du projet, à moyen et long terme.

  Avez-vous résolu la majorité des problèmes posés par les populations cibles ?

Pour ce qui est prévu dans le cadre du protocole d'accord, un travail minutieux est effectué, des infrastructures de qualité sont réalisées et les ingénieurs comme les entrepreneurs ont travaillé avec délicatesse et moi-même. Seulement, je croix que nous aurons fait prés de 20% seulement des demandes parce qu’il y a beaucoup à faire pour sortir le Moungo, le Nkam, le Haut-Nkam et la Menoua de la pauvreté. Par exemple, sur une demande de mille cinq cent kilomètres de pistes à entretenir, nous avons travaillé sur environ 223.

 

M. Ndjodje Noel peut-il nous faire un bilan chiffré du département des infrastructures ? Sur le plan des constructions, ont été réalisés 10 bureaux des maitres, 8 centres de santé, 11 centres polyvalents, 8 hangars de marché, 53 réhabilitations de salles de classes, 132 constructions de salle de classe+latrines. En hydraulique villageoise, ont été réalisés 52 puits, 9 forages, 5 adductions d’eau potable, 4 réhabilitation Scan water et enfin 223 kilomètres de pistes.

 

2-M. Mathieu Enone Edjang (Responsable du développement rural du projet)

Nous avons fait ce qui était utile pour servir d’exemple. Sur plus de 1500 demandes de partenariat des organisations paysannes, nous avons retenu 150 seulement, en fonction des moyens disponibles. En somme, nous avons distribué 355 000 plants de cacao, 277 000 plants de café robusta, 100 800 plants de Palmier à huile, 545 000 plants de bananiers plantains. Il y a eu la fourniture d’équipements et matériels agricole pour environ 760 000 FCFA par GIC. Sans oublier le renforcement des capacités des responsables et membres des Gics.

 

3-M. Georges Ngouni (Facilitateur du Groupement d'Appui pour le Développement Durable, GADD)

Ce seminaire atelier s'étend sur deux jours, les 15 et 16 avril 2010 dans cet amphi de l'ISMAM. Nous expliquons et suscitons des réactions sur les techniques à mettre en place pour péréniser les acquis réalisés par le Pdrba-Mn. Nous avons ainsi à faire 5 ateliers et  avons commencé il y a quelques jours à Bafang et continuons avec 4 autres à Nkongsamba, ce, jusqu'au 21 avril 2010.

4-Mme Sophie Lozneanu (Expert de l'organisation "France Volontaires", en appui technique au GADD basé à l'ouest Cameroun)

Nous avons observé qu'il y a des compétences locales. Le Cameroun peut gagner le pari de son développement en utulisant les expériences des acteurs et élus locaux. 

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 09:25

  La mairie de Nkongsamba 1er abrite le premier séminaire atelier : l'approche de Zenü Network ou réseau des savoirs apprécié de tous...

  KOLLO BASILELa cérémonie a débuté aux premières heures de la matinée du 15 avril 2010, avec l’arrivée des conseillers municipaux et des membres de la société civile. Peu après, le Préfet du Moungo, M. Justin Mvondo est accueilli par le Maire El Hadj Oumarou Dandjouma de la Commune de Nkongsamba 1er. 

L’organisation non gouvernementale dirigée par M. Gilbert Soffo, la Zenü Network ou réseau des savoirs a expliqué à l’assemblée le rôle de la gouvernance locale dans le développement. Il n’est plus question de laisser tout le travail, les propositions d’action à la seule charge de l’autorité administrative et des chefs des exécutifs municipaux.

photo-3-mai-a-nsamba.JPGLe Maire de Nkongsamba premier, El Hadj Oumarou Dandjouma a souhaité avoir plus de collaboration entre les autorités administraives locales et leur institution et; répondant à sa préoccupation, le Préfet  du Moungo, M. Justin Mvondo a laissé entendre que Nkongsamba 1er est une commune privilégiée, puisqu’elle abrite les services de la préfecture et conséquemment, pourrait bénéficier d’une grande diligence dans le traitement de ses dossiers.

 

 Cette commune a naturellement voté le 22 mars 2010 son comte administratif 2009, arrêté en recettes et en dépenses à la somme de 46 795 790 FCFA. Son budget 2009 est de 117 941 109 et celui de 2010 est de près de 150 millions.

Selon M. Ambassa Ndengué, le Secrétaire Général, la population est estimée à environ 99 036 000 habitants et le conseil municipal est composé de 25 conseillers tous membres du parti au pouvoir.

Par la suite, le Maire El Hadj Oumarou Dandjouma a tenu une réunion avec les conseillers municipaux pour parfaire leurs connaissances sur la décentralisation.

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54/+237 73 18 17 05-email: scores2000@hotmail.com

http://www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 18:51

2L’accord de partenariat est dévoilé le mardi 13 mars 2010 dans la salle de conférence de l’Hôtel Djeuga Palace à Yaoundé, par le triptyque d’une conférence de presse. Il faut noter en passant que cette conférence de presse est relookée de la présence de nombreuses personnalités telles : Mme Abena Ondoua née Obama Marie Thérèse, Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille, M. Siegfried David Etame Massoma, Ministre Délégué en Charge du Contrôle Supérieur de l’Etat et enfin du représentant du Ministre de la jeunesse.

 
Dans son mot de bienvenue, M. Alain Sibenaler, représentant du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a expliqué les motivations du choix de l’artiste Ndedi Eyango dans la sensibilisation des masses camerounaises sur les fléaux qui minent la femme et les jeunes . C’est un choix lié à l’humilité et aux actions humanitaires de l’artiste. L'artiste est un exemple d’espoir et de développement de l’Afrique qui a choisi, malgré les opportunités offertes à lui à l’étranger, de revenir au Cameroun afin de participer aux actions de développement.

 

Prince Ndeddi Eyango pour sa part à montrer sa satisfaction pour l’honneur qui lui est ainsi faite et a décidé de ne pas décevoir. "Il ne faut pas que de l'argent pour changer le monde, il faut aussi de a volonté": a-t-il ajouté.

 

Prenant la parole lors de la séance des questions-réponses avec les journalistes, Mme Olga Tuyon, représentante des GODUCAMER, organisation de la société civile a laissé entendre qu’il existe un concours participant à la promotion de cette action. Les panélistes ont promis de tout faire pour sensibiliser la communauté nationale sur les biens fondés de ce partenariat, empreint de bénévolat, entre l’artiste musicien Prince Ndedi Eyango, le Montagnard de Nkongsamba et le Fonds des Nations Unies Pour les Populations (UNFPA)

  Le Concours d'art que lance à cette occasion l'association GODUCAMER pourrait connaître l'apppui technique de l'Institut des Beaux Arts (IBA) de Nkongsamba. ndedi eyango

 

contact rédaction :

+237 99 45 19 20 ou CTP: +237 33 14 59 54

Hebdomadaire des Sports, Sociétés et des Affaires ayant son siège à Nkongsamba

www.scores2000.info

 

  Projets en cours :

Compte tenu de l’intérêt que portent les jeunes sur le football et spécifiquement à l’occasion du mondial 2010, des  concours d’art seront organisés très prochainement à destination des jeunes. Ce sera pour les jeunes une plateforme pour leur permettre de s’exprimer dans un langage qui leur est propre, de traduire leur passion sur ce qu’ils aiment le mieux faire. Le thème général portera sur la femme autour du mondial avec les messages philosophiques sur la vie et le rêve. Les domaines concernés sont la philosophie, le graphisme, la peinture, la sculpture, le stylisme, le design, les cartes postales et la bande dessinée. Il est également prévu la réalisation d’un spot télé avec l’artiste Ndedi Eyango pour sensibiliser l’opinion publique sur la tragédie silencieuse des décès maternels. L’Institut des Beaux Arts (IBA) de Nkongsamba pourrait être mis à contribution.

 

Point Focaux : Mlle Ngo Itima Germaine (UNFPA), Tél. : 96 05 84 67 ou ngoitima@unfpa.org

M. ESSAME Christian (Groupe Eyango) Tél. : 94 27 59 09 ou email : groupeeyango@yahoo.fr

Partager cet article
Repost0
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 10:08

Le 25ème anniversaire du RDPC s’est célébré avec faste à Nkongsamba, à la Maison de la Paix, en présence du Chef de la Délégation du Comité Central, Son Excellence Siegfried David Etame Massoma (Ministre Délégué en chage du Contrôle Supérieur de l'Etat), accompagné de plusieurs autres personnalités.

etame massomaPendant cette cérémonie, 4 interventions auront retenue l’attention du public, celle du Président de l’OJRDPC, M. Njome Epah Simplice qui a dit qu’il pensait que la section n’accordait pas du crédit aux organes spécialisés. Mme Feppa Nana Lydie a remercié les dames qui avaient commencé leur fête depuis le 22 mars par une conférence statutaire. Le président Oumarou Dandjouma pour sa part a laissé entendre que la section du parti dans le Moungo-Nord était dans la bonne direction et pouvait mériter de la sollicitude du pouvoir central en terme d’infrastructures. Dans la foulée, il a présenté des militantes de l’Union Démocratique du Cameroun (UDC) du Président Adamou Ndam Njoya qui venaient de rejoindre la maison RDPC.

Le Ministre chef de la délégation a terminé en remerciant les uns et les autres dans un parti de rassemblement, car il est important de continuer à mener la bataille de positionnement dans le département, soulignant en passant les réalisations du renouveau à Nkongsamba avec pour principal exemple le grand nombre de lycées crées. Le Ministre s'est exprimé ici en présence de plusieurs employés du Contrôle Supérieur de l'Etat du Cameroun (CONSUPE). 

Tout s’est achevé par la coupure d’un long gâteau d’anniversaire.  Plus tard, sur la supervision du conseiller municipal et Chef du quartier Nlonko, M. Kamwa Homdim Philippe, une ardoise d'un montant d'un million et 200 mille francs est distribuée aux militantes et militants pour les réjouissances dans les quartiers.

Sylvain Timamo

5-copie-1Nous avons rencontré le maître de cérémonie. Bien qu’il soit un homme très occupé, El Hadj Oumarou Dandjouma, par ailleurs Coordonnateur général du Bureau de Gestion du Fret Terrestre (BGFT), membre du Comité de gestion du F"onds routiers du Cameroun" a bien voulu répondre à nos questions. Lisez-plutôt !

Scores 2000 : Quel est votre sentiment après le grand meeting d’anniversaire à la Maison de la paix de Nkongsamba ?

El Hadj Oumarou Dandjouma : Un sentiment de satisfaction parce que les militants, malgré leurs occupations, sont venus très nombreux. On peut dire que notre tournée dans les 21 sous-sections porte des fruits, que les militants et sympathisants veulent contribuer au développement de Nkongsamba en montrant au Président Paul Biya qu’ils ont la perception de la grande dimension de son message. Si nous allons dans le même sens, nous aurons nos routes, nos châteaux d’eau, etc... Je suis membre du fond routier au Cameroun et apprend que pour faire un kilomètre de route acceptable, il faut au bas mot, plus de 600 millions de francs. Aucun candidat à l’élection locale ne peut débourser une telle somme d’argent.

 

Quels commentaires faites-vous des discours tenus lors de cette manifestation ?

Nous sommes en politique et chaque discours a sa valeur. Sauf que ce qui est regrettable est que certaines personnes se comportent comme si elles étaient aveugles, en face du train du développement. Nous mettons notre temps et notre expertise à rechercher des financements pour les projets dans cette ville.

 

Qu’allez-vous faire dans les prochains jours ? Que dire de la conférence de section que vous préparez depuis de nombreux mois ?

Garder le cap des objectifs que nous nous sommes fixés. La conférence de section se tiendra en temps opportun et nous avons entrepris quelques démarches pour que le Secrétaire Général, Son Excellence René Sadi vienne à Nkongsamba. C'est l'occasion pour moi de remercier le Ministre Etame Massoma David pour son soutien inconditionnel, car nous convergeons tous vers une conférence conjointe des sections du Grand Moungo qui va regrouper cette région autour des projets de développement.

 

Que répondez-vous à ceux qui pensent que vous pratiquez le culte de la personnalité. Notamment en prenant tout seul la parole et en monopolisant les medias ?

C’est une fausse impression parce que je suis contrairement à d’autres un président de section qui donne la parole à tout le monde. Il est bon que les gens s’expriment parce que nous sommes en démocratie. C’est dans la différence que nous pouvons avancer. On ne peut ignorer que la tribune de la section Rdpc du Moungo-Nord est la meilleure pour les formes d’expression. Vous en avez bénéficié pour présenter les objectifs du salon international de l’entreprenariat qui s’est déroulé à Nkongsamba, devant un parterre de chef de communautés, des femmes de tous les horizons et des jeunes qui sont impliqués dans les circuits économiques et socio-culturels de cette ville.

Propos recueillis par Sylvain Timamo

 

Communiqué :Le Directeur Général des Ets Gaveurs Emmanou, Bp : 25 537 Yaounde, Tél. 77 75 32 29, informe le public que Mlle Bakam Marquise, précédemment fondée de pouvoir au bureau de Nkongsamba, ne fait plus partie de son personnel. La direction décline toute responsabilité pour tout acte que celle-ci poserait. La clientèle est priée de ne pas tenir compte des documents qu’elle détiendrait frauduleusement. .....La direction

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 ou +237 33 14 59 54

www.scores2000.info

BGFT : Bientôt, une édition spéciale sur cette organisation du transport camerounais

Partager cet article
Repost0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 10:52

Un bâtiment de 39 millions est la résultante des ambitions renouvelées lors de l’Assemblée Générale du 22  Août 2009.

foto1.jpgLa Mutuelle Communautaire de Croissance de Manjo est une structure de microfinance née le18 août 1993 qui compte plus de 1567 mutualistes. A son lancement, des braves agriculteurs, éleveurs, commerçants et autres personnalités de la société civile, ce sont réunis  pour marquer leur adhésion à un projet aujourd’hui rentable. Mais c’était aussi l’occasion de mettre fin aux souffrances multiples que les opérateurs économiques éprouvaient en se rendant à Nkongsamba, chef-lieu du département du Moungo, pour des transactions financières.


Au Conseil d’Administration de la Mc2 de Manjo, ce sont succédés depuis 1993, M. EYOUM Guillaume,  Tchientceu Jean Marie et enfin, M. Jean Kuete, très connu avec la Boulangerie Express de Manjo. Cet homme fait désormais parti du lot des industriels du Cameroun avec la fondation de la Société Industrielle de Transformation du Blé du Cameroun (SITRABCAM).

Le nouveau Bâtiment de la Mutuelle Communautaire de Croissance de Manjo est inauguré le 22 août 2009 par le Sous-préfet REBECA et a coûté la somme de 39 005 186 FCFA.

Ce jour, l’actuel PCA n’a pas tari d’éloges à l’endroit de M.  Paul Kamogne Fokam, fondateur de Afriland First Bank au Cameroun et  à l’ONG allemande ADAF (Appropriate Development For Africa Foundation), tous des partenaires qui auront permis et facilité la réalisation du projet. Il y a dont lieu de rester dans l’excellence, la cohésion et le développement, devises et leitmotiv des 12 membres du Conseil d’Administration.

Une équipe disponible et serviable est proche de la clientèle. Il s’agit de : Noubossi Joseph,

l'adresse de la structure est : Boite Postale 110 Manjo - Contact : +237 99 62 32 92 ; +237 77 52 07 06.

 

 

 

On peut dire que cette équipe et les principaux membres du conseil d’administration ont bien rempli le cahier des charges qui prévoyait : l’acquisition d’un terrain et la construction d’un bâtiment siège, l’achat d’un groupe électrogène, la signature d’une convention de partenariat avec la Mutuelle de Santé de Manjo, la connection à Internet, le transferts d’argent.

D’un capital de 25 millions au départ, la situation nette est aujourd’hui de plus de 47 millions avec plus de 1500 crédits accordés pour une enveloppe de 104 170 000 FCFA. Les statistiques montrent 47 dossiers de crédit traités en 2007, 74 en 2008 et près de 1500 en 2009

Sylvain Timamo 

Réactions des partenaires et des Elites de la MC2 de Manjo

M. Kuete Jean Rigolo (Président du Conseil d’administration)

Nous avons suivi les conseils des uns et des autres. La mise sur pied d’un Gic qui facilitera les transactions avec le monde paysan est un projet qui pour moi  est très important. Nous devons trouver des astuces pour que les engrais soient vendus moins chers. Ce bâtiment de d’environ 39 millions aurait pu coûter plus cher, mais nous avons utilisé notre portefeuille relationnel pour réduire les factures.

 

M. Kamgain Pierre (Représentant de Appropriate Development For Africa Foundation)

kamguen-pierre2.JPGIl faut continuer à sensibiliser et former les mutualistes. Bien qu’il y ait un adage qui dit : «qui ne risque rien n’a rien», il faudrait tout de même apprendre aux gens comment prendre des risques. La MC2 de Manjo est surliquide et il faut que cet argent serve dans le circuit économique.

 

M. Djomo Jonas (Cabinet du Commissaire aux comptes)

Les informations à notre disposition sont concordantes. Le comité de gestion fait bien son travail et nous tirons cette conclusion des informations générales et spécifiques.

 

M. Norbert Menankou (Chef d’Agence Afriland first Bank de Nkongsamba)

norbert-menankou2.JPGIl faut apprécier le travail effectué par M. Jean Kuete et Noubossi Joseph. Toutes les demandes de crédit sur les projets saints doivent trouver des réponses favorables. L’immeuble siège est là et représente une bonne garantie, il faut passer à autre chose…

 

M. Tadie Pascal, Mutualiste et ancien adjoint au Maire de Manjo

Je souhaite que l’on apporte plus d’informations sur la répartition des dividendes. Les mutualistes doivent également être informée sur des apports qui leurs seront utiles. Les fonds du gouvernement dans les MC2 pour l’agriculture et l’élevage par exemple ont un taux d’environ 12%, au lieu de 15% comme dans le cas du crédit classique. Il faut bien exploiter les crédits à long terme dont la durée s’étale sur 18 mois.

  Propos recueillis par Sylvain Timamo et Léonard Wekon

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 /  +237 33 14 59 54

http://www.scores2000.info 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 12:50

Le vice de forme décrié par le Préfet du Grand Moungo

Les travaux en commission se sont déroulés toute la journée du 31 mars 2010 avec la présence effective de 15 Grands conseillers sur 18, issus des trois communes urbaines d’arrondissement de Nkongsamba. Le budget de 587 734 953 FCFA voté pour une période de six mois est réalisé à 51,95%. 

Les recettes sont de 286 158 140 FCFA et des dépenses de 285 167 258 FCFA. L’excédent des recettes sur les dépenses est de 991 442 FCFA. Les dépenses d'équipement et d'investissement dont l'exécution en valeur relative est d'environ 34%, soit 69 554 937 FCFA, réalisés sur une prévision de 215 488 805 FCFA, ont permis le reprofilage, rechargement et compactage de la voie et construction des rigoles de la desserte de la résidence du Délégué du Gouvernement et du Marché B; l'acquision de 10 tables pour la salle des délibérations; l'équipement en matériel informatique, l'aménagement de 7 ronds points en béton circulaire, la contribution aux travaux de ravalement des sous-préfectures de Nkongsamba 1er, 2ème et 3ème; etc...

Le Dr Kollo Basile, Délégué du Gouvernement arrivé en fonction au mois de mars 2009 a rappelé ses chiffres dans son discours d’ouverture. Il a ajouté devant les invités venus nombreux que la cité des montagnards bénéficie désormais d'un partenariat  de financement avec le MINDUH de 3 milliards sur 3 ans.

Par la suite, Mme TSANANG Marthe, Chef du bureau de la coordination financière a été plus explicite sur les données chiffrées. Parodier par le receveur Municipal, M. MIHIYIG Clotaire, qualifié d’expert financier, puisqu’il assume la charge des trois autres communes urbaines d’arrondissement et est en plus Maire titulaire à Mouanko.

Lors de cette session, l’honorable Sime Pierre à huis clos a été élu Président de séance et a conduit le vote du compte administratif 2009 ainsi que les délibérations de la Communauté, reçus à l’unanimité.

KOLLO-BASILE.jpgLors de la lecture des rapports des commissions, les grands conseillers ont souhaité que lors de la prochaine séance, que le détail des dépenses leur soit présenté ainsi que la liste de prestataires de la Communauté.

Seule fausse note, le Préfet du Moungo, M. Justin Mvondo, représentant la tutelle n’a pas apprécié que le débat ne soit pas inscrit à l’ordre du jour. Pour ce dernier, c’est un exercice démocratique qui permet de faire la lumière sur le contenu des textes. Après avoir félicité le Délégué du Gouvernement et ses collaborateurs pour le travail abattu, il a relevé qu’il y a un problème d’incompréhension entre le Dr Kollo Basile et son Secrétaire Général, M. Wangue Liberté. Il n’est pas intéressant qu’au moment ou la troisième ville du Cameroun entreprend un nouveau décollage, qu’on assiste à une querelle de personne.

Qu’est-ce qui peut bien être renversant pour qu’un homme préfère aller servir comme secrétaire général dans une commune d’arrondissement que de rester dans une communauté urbaine ? Notre enquête est ouverte et vous aurez plu d’informations sur cette page dans quelques heures...

N'oubliez pas la "semaine des souvenirs" à Nkongsamba, dans la Communauté Urbaine, du 16 au 20 mai 2010, avec exposition des photos, livres et journaux sur nos leaders, une contribution à la célébration du cinquentenaire de l'indépandance du Cameroun

  Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 01 75 32

http://www.scores2000.info

Le Chemin de croix

L’activité importante du département du Moungo ces dernières semaines est l’étude du compte administratif 2009 de nos communes. Un exercice qui n’a pas du tout été facile pour certains maires qui auront joué de toutes les acrobaties avec les personnels dans l’optique de justifier les comptes. Ce qui est visible, est que dans les 13 communes du Moungo, il y a des élus qui travaillent et d’autres qui ne font presque rien en attendant les appuis du gouvernement.

Cependant, il est important de noter qu’à la Communauté Urbaine de Nkongsamba, l’organe délibérant s’est constitué comme une caste qui a peur de chercher à voir plus clair dans les dossiers, même si l’exécutif n’aurait rien à cacher ? En réalité, les principaux conseillers de cette commune sont selon certaines personnes inféodées à l’honorable Sime Pierre, en quête de positionnement pour les prochaines élections municipales.

 Néanmoins, les observateurs avertis semblent noter qu’il y a une avancée significative sur le travail à faire, mais une avancée qui reste insuffisante compte tenu des besoins énormes de cette agglomération longtemps sevrées d’infrastructures modernes. Une élite, cadre au Ministère des finances après l’érection de Nkongsamba en communauté, pensait qu’il était possible au courant de l’année de lancement des activités, de glaner près de 20 milliards pour les investissements à Nkongsamba. Le Dr Kollo Basile et son équipe ont déjà trouvé environ trois milliards de francs qui s’étaleront sur 3 ans. Ce n’est pas rien et puis … Il a y toujours assez visible, aux yeux du contribuable, que les routes secondaires ne sont pas entretenues, que les marchés de Nkongsamba montrent un squelette hideux de zone abandonnée,  les commerçants vivent dans une promiscuité bestiale de logement. Que principalement au marché central, les toiles d’araignée, les nids d’ordures et les comptoirs édentés se côtoient avec des cadavres en putréfaction.

A la veille de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance et le da réunification, les populations qui ont fondé un grand espoir sur le redémarrage de cette mégapole voudront voir une ville propre, faite de lumière, où il fait bon vivre et où les enfants de la diaspora pourront circuler en toute confiance pour rendre visite à leurs parents.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 11:40

Contribuer à l’autosuffisance alimentaire et réduire la dépendance au riz importé...

Mannon Christol GeorgesLe Lundi 15 mars dernier, l’esplanade de la Mairie de d’Ebonè, au Chef-lieu de l’arrondissement du Nlonako au Cameroun a été le siège d’un événement particulier. Plusieurs organisations paysannes du département du Moungo ont répondu à l’appel d’une élite qui veut contribuer à l’autosuffisance alimentaire.


En présence des autorités administratives et des élus locaux, la cérémonie a été diversement appréciée, car loin de ce qu’on a imaginé, M. Manon Georges Christol a remis gracieusement à plus de 50 organisations paysannes, 1,5 tonne de semences de maïs et d’autres appuis.

Dans son propos, le donateur a dit qu’il est désormais possible de mettre fin à la dépendance au riz importé en diversifiant l’alimentation des populations, mais surtout en participant à une campagne d’information et de communication.

M. Fonkou Xavier que nous avons rencontré ce jour, a dit que le don du Directeur Général de la Mission d’Aménagement et de la Gestion des Zones Industrielles (MAGZI) au Cameroun  aux populations a été d’un secours incalculable, à la veille des préparations des sols pour semer. Avec une tonne et demi de semences de maïs, il est possible de cultiver 120 hectares de maïs.

Cet homme s’est déjà distingué à plusieurs reprises dans le financement des activités sportives  lors des  vacances scolaires pour les jeunes, les aides diverses et par ailleurs, il est la principale personnalité politique du Rdpc dans le Moungo-Nord Est avec siège à Manjo. Selon Léonard Wekon, correspondant de la CRTV-LITTORAL, chaque fois qu'il y a une grande manifestation ou une action pour le développement de Manjo et de ses environs, cet homme est toujours présent.

Un homme riche est celui qui sait partager avec les autres et non celui qui vient souvent en campagne avec de grosses voitures narguer les populations. La nation lui est reconnaissante.

 Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

http://www.scores2000.info

e-mail: scores2000@hotmail.com / B.p.: 375 Nkongsamba-Cameroun

Partager cet article
Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 19:12

  La Session du Compte administratif de la Commune de Baré-Bakem s’est tenue dans le nouveau bâtiment de l’Hôtel de ville en présence du Premier Adjoint préfectoral, M. Silla Thomas Charly. Il est accompagné ce jour des FMO, du Sous-préfet de Baré-Bakem, M. Jean Mabou et enfin de Mme Solange Dipanda, Chef de la cellule  économique à la préfecture de Nkongsamba.

  chute-d-ekom-nkam.jpgLe A1 et sa délégation font leur entrée à 13 heures et 35 minutes, dans la somptueuse salle des fêtes de Baré-Bakem, un retard longuement constaté par les honorables conseillers qui sont sur les lieux depuis 10 heures du matin.

En Acte 1, le Maire Tchamba Simplice lira son discours de bienvenue et de présentation du compte à examiner. Les recettes en 2009 sont de l’ordre de 39 511 735 Fcfa et les dépenses de l’ordre de 36 413 790. L’excédent des recettes sur les dépenses est de 3 097 945 FCFA. Il faut dire que le budget de cette commune pour l’exercice 2009 est supérieur 90 millions. Cela suppose que le taux de réalisation est d’environ 43,65%.

Ces explications sont données par le Receveur Municipal de la Commune, M. Minkoua Minkoua Olivier, sous le regard attentif du Président de séance, élu à l’unanimité, le nommé Ekamdjoum Isidore.

En Acte 2, la parole est donnée au président de la Commission des Grands Travaux, M. Tcho Ndongo qui avec son rapporteur vont regretter l’inexistence d’un fichier du contribuable à Baré-Bakem. Ils iront plus loin pour dénoncer le non reversement des taxes d’abattage des bêtes sur leur territoire, sans oublier de mentionner que le Camion Benne de la Mairie obtenu sur un prêt au FEICOM fait dépenser plus qu’il ne rapporte.

Pour la Commission des Affaires Sociales et Culturelles, le premier mot est de reconnaître que le Conseiller Epale Roger Delor ne s’est jamais présenté lors d’une session du conseil. Cette commission va recommander au Maire de reverser les cotisations à la CNPS pour que les employés n’aient aucune difficulté à leur retraite. Les conseillers vont aussi demander des comptes à la gendarmerie sur les droits de fourrière non perçus.

La Commission des Finances a pour sa part félicité l’exécutif pour ses démarches, particulièrement la perception qui a réalisé un chiffre en recouvrement dans les marchés de plus de 116%. Elle a par ailleurs posé deux questions au Maire sur la gestion de la bibliothèque et l’incivisme de certains contribuables membres du parti au pouvoir.

En acte 3, Le Maire Tchamba Simplice sous le contrôle de ses adjoints Ngam Paul et Tagne Philipe, a donné des explications convaincantes. Pour lui, la bibliothèque joue un rôle social alors que pour le marché du Carrefour Yimo, la situation est compliquée à cause de la plainte de la famille Yimo, la détention par l’ancien Maire Bian Crispo d’un titre sur le même espace. Ce marché aurait pourtant pu voir le jour dans les prochains mois parce que la Mairie vient d’obtenir le la coopération Cameroun-Union Européenne un appui de quelques millions.

Le Chef de l’exécutif de Baré-Bakem, M. Tchamba Simplice, pour terminer, a ajouté que son groupe bénéficie de l’aide du gouvernement et des partenaires bilatéraux parce que le bâtiment de la commune a coûté près de 87 millions, l’électrification de cinq villages va suivre avec un financement de 246 millions, et le MINDUH est assez présent avec l’entretien de la voirie.

En acte 4, les conseillers sont passés au vote par un éclat de 23 voix pour, puisqu’ une absence est constatée. Le A1, M. Silla Thomas Charly a terminé par son propos réconfortant et invite les conseillers à poursuivre par des débats constructifs et non stériles. Baré-Bakem en somme est destinée a un avenir radieux… Des conditions de sécurité et le climat des affaires doivent être améliorés pour faire venir des investisseurs et touristes dans la cité de la "chute d'Ekom-Nkam" où des séquences du film Tarzan ont été tournées. 

Contact Rédaction : +23799 45 19 20 / +23733 01 75 32 / +237 78 89 40 92

http://www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 17:00

  "Il faut célébrer le cinquantenaire et construire des monuments"

  Le Deuxième Adjoint préfectoral du Moungo, M. Albert Tapga, a présidé le 30 mars 2010, à partir de 10 heures et 50 minutes, la session ordinaire  du conseil municipal de la Commune d’Ebonè consacrée à l’examen et à l’adoption du compte administratif 2009. Il est accompagné de M. Managa, Sous-préfet du Nlonako, Mme Dipanda, Solange,  Chef de la division économique à la préfecture de Nkongsamba et des FMO.

En acte 1, on a assisté à l’exécution de l’hymne national, puis, a suivie une courte prière dite par M. Esso Sopi. Le Maire Ekwelle René va faire son discours de bienvenue et de présentation du compte à adopter. Les recettes sont de l’ordre de 51 139 000 FCFA et les dépenses de l’ordre de 50 258 636 FCFA. Soit un excédent des recettes sur les dépenses de l’ordre de 741 503 FCFA.

Pour le Maire Ekwellè René, les recettes constitués en majorité des Centimes additionnels communaux  (CAC) ont servi principalement au paiement des salaires et avantages dues aux personnels, aux taxes et autres impôts, à l’immatriculation et à la réduction des impayés de la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale du Cameroun (CNPS), etc. Les conseillers ont longuement débattu sur le droit de fourrière que la gendarmerie ne reverse pas à la commune, l’adjoint du commandant à dit que seul son supérieur pouvait répondre aux questions. Sur ce, le représentant de la tutelle, M. Albert Tapga, à invité le sous-préfet à suivre ce dossier et à rendre compte à la hiérarchie.

Après les  délibérations, les conseillers municipaux sont passés au vote des délibérations après l’adoption du compte administratif par un vote favorable de 23 sur 25r.  La Commune d’Ebone dans le Nlonako compte plus de 50 milles âmes et a élu 25 conseillers tous issus du Rdpc. Son budget pour l’année 2009 est d’environ 85 millions. Mme Meli Astride, nouveau Secrétaire Général, Mme Tonye Sophie, Receveur Municipal et M. Chouaibou Ngon, comptable matière ont aussi exprimé leur satisfaction sur la collaboration avec l'organe délibérant.

En acte 2, Le représentant de la tutelle a remercié le Conseil Municipal pour sa maturité et  prodigué de nombreux conseils. Pour ce qui est des marchés publics, M. Albert Tabga a laissé entendre qu'aucun conseiller, ni membre de l'exécutif ou des ayant droits ne peut postuler dans l'espace de l'arrondissement de Nlonako. Il a recommandé aux forces de maintien de l'ordre de collaborer avec l'exécutif communal d'Ebone dans le recouvrement des recettes et l'application des décisions. Pour le représentant de la tutelle, il faut commencer à préparer la célébration du cinquantenaire et construire des monuments.

Sylvain Timamo - Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

http://www.scores2000.info

Les observations générales sont venues des conseillers pour l’amélioration de l’exécution du Budget

M. EPOMA PENDA Richard : Nous observons une baisse tragique du budget, d’une prévision de 82 millions, nous sommes passés à 50 millions de recettes recouvrées et la grande partie vient des CAC. Cela est inquiétant à l’aube de la décentralisation. Imaginons que le FEICOM ne nous donne plus rien? Cela suppose que nous n’aurons qu’a fonctionner avec environ 7 millions de taxes directes recouvrées. Les présidents de commission doivent jouer leur rôle et assister véritablement le Maire dans sa lourde Mission.

 

Mme Manon Félicité (Adjointe au Maire) : La nature du débat montre que nous sommes dans un conseil mature, que les uns et les autres ont le souci de développer cette région. Toutes les recommandations seront prises en compte pour le bien de nos populations. Il faut faire des efforts pour atteindre plus de 80 millions pour le compte administratif 2010.

 

M. ESSAME MBELLA Achille : Les présidents des commissions doivent contribuer au recouvrement des recettes et à l’exécution du budget, il est inadmissible que l’on laisse le Maire seul faire ce travail, surtout qu’il sort d’un accident grave de la circulation.

 

Ewane-noel.JPGM. Ewane Noël : Les motos taximen sont traqués par les gendarmes dans cette localité alors que nous n’avons même pas encore les routes. Pour comble j’apprends lors des ce conseil que les gendarmes ne reversent pas les droits de fourrière à la Mairie. Nous recommandons fortement à l’exécutif devoir ce problème et de faciliter la tache à ceux la qui aident nos vieillards et pauvres paysans à se déplacer dans l’arrondissement, ceci dans le respect  des lois de la république.

Propos Recueillis par Sylvain Timamo

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

http://www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 17:50

Adoption des comptes du Maire, du Receveur Municipal, du Comptable Matières et lancement des activités du GIC agropastoral des volontaires du progrès de la CAN2.
nkongsamba2La Mairie de Nkongsamba 2ème a tenu le 29 mars 2010, dans sa salle des actes, sa session ordinaire du premier trimestre, destinée à l'examen et à l'adoption du compte administratif 2009. Cette commune compte plus de 75 mille habitants et les observateurs ont constaté la présence effective des présidents de commission que sont : Otti André Ledoux aux finances, Nguegang Gabriel aux Grands travaux et Mme Ebongue Madeleine aux Affaires Sociales et culturelles.

Sime-pierre.jpgEn acte 1, tout a effectivement démarré avec l'arrivée du Préfet Justin Mvondo, représentant la tutelle. Après l'exécution de l'hymne national, on a suivi le discours du Maire Wandji Alain Thomas, qui est revenu sur les actions de sa commune : des appuis à la jeunesse, aux femmes et aux vieillards. On peut retenir dans son propos que "l'exécutif communal et le personnel ont fait des efforts pour améliorer la ponctualité et l'assiduité au travail. Notre service d'état-civil, vitrine de notre Mairie, est le plus fréquenté et nous avions été heureux d'enregistrer en 2009, environ 1000 naissances, célébrer un peu plus de 50 mariages et enregistrer une centaine de décès." Pour terminer son propos, le Maire Wandji Thomas a salué l'installation du tout nouveau Secrétaire Général en la personne de M. PATILI William.
En acte 2, le Receveur Municipal a confirmé les propos du Maire en laissant entendre que le budget en examen était de près de 110 millions de francs. Seulement, les recettes sont de l'ordre de 32 418 046 alors que les dépenses sont de l'ordre de 32 029 118 francs. Le receveur municipal, M. Mihiyig ressortira un excédent des recettes sur les dépenses d'un montant de 388 928 FCFA.

Peu après, ce sera la présentation du compte de gestion matière qui n'a souffert d'aucune contestation. Ce qui a encourager les conseillers à voter un budget annexe de près de 34 millions pour l’exercice 2010.
Les conseillers sont passés au vote du compte administratif sur la supervision du Président de séance élu, en la personne de M. Henko Michel Wilson. Ce compte administratif est accepté par un vote de 23 voix pour. Les conseillers qui ont à l'unanimité félicité le Maire pour ses actions lui ont donné quitus une fois de plus pour rechercher des financements, recevoir des aides, dons et des legs des enfants du terroir ou de la diaspora. La commission des grands travaux qui est allée sur le terrain le 26 mars 2010 a demandé à l’éxecutif composé de M. Wandji Thomas, Eyidi Yvonne et Wouapi Evariste de tout faire pour recharger la route qui va du Carrefour du Stade de football de Bonangoh-CRTV, d'enlever le grand dépôt d'ordure du carrefour Essoa, de poser des dos d'ânes sur la route qui va de Lélé à l'Hôpital régional en passant par le Lycée du Manengouba.

La commission des affaires sociales et culturelles a demandé à l’exécutif d'organiser dans un délai raisonnable, une campagne de dépistage de diabète et de la prostate, sans oublier que l'instauration d'une journée citoyenne de propreté va contribuer à faire changer les mentalités. Il y aura en plus cette année, la création des bornes fontaines et la viabilisation du marché de Sosso, la construction des forages, la poursuite et la finalisation des travaux d'adressage.
Dans cette lancée, les conseillers on voté toutes les délibérations, mais en invitant le Maire à mettre sur pied un service des assiettes fiscales pour mieux contrôler les recettes de la commune et ainsi faire face aux dépenses d'investissement.
En acte 3, le Préfet Justin Mvondo a pris la parole pour interpeller les conseillers municipaux de la CAN2 sur leur part de responsabilité. Ils doivent tous contribuer à la réalisation du budget en participant à une campagne d'information auprès du contribuable.
Dans la logique des discours de fin, le Maire Wandji Alain Thomas a présenté le projet d'un Gic qui regroupe en son sein, les conseillers municipaux qui sont les principaux actionnaires, ensuite, les participations  aux parts sociales vont s'étendre aux employés et enfin aux populations. Le projet est bien accueilli et dans les prochains mois, le Gic agro-pastoral ainsi crée va contribuer au développement de la commune en produisant du maïs, du manioc, des légumes et faire de l'élevage.
Tout s'est achevé par un repas copieux et un vin d'honneur.
Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

http://www.scores2000.info / B.p.: 375 Nkongsamba-Cameroun 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens