Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:38

Lions indomptablesL’Ingénieur de l'Ecole Centrale de Paris, Auteur des fondements mathématiques du football nous parle de son procès contre la Fécafoot et de son ouvrage en circulation.
"Joseph Antoine BELL  et Jules Nyonga ont été formés sur les fondements mathématiques du football"

Scores 2000 : Honorable Bitjeki, quel est le différend qui vous oppose à la fécafoot ?
HONORABLE BITJEKI : J'ai porté plainte contre M. Lambert EMEBE pour escroquerie et contre M. IYA Mohammed pour abus de confiance.  L'affaire est déjà passée au tribunal en sa première audience le 19 Mai 2009, renvoyé plusieurs fois dont la dernière était le mardi 16 février. Le dernier renvoi est datée 20 avril 2010 pour débat et renvoi ferme. Je ne pourrai révéler ici la quintessence de cette affaire car je n'ai aucunement le droit de le faire. Tout est expliqué dans la citation directe qui leur a été adressée.

Avez-vous pu toucher les personnalités de la place ou la  tutelle du football mondial pour essayer de régler cette affaire autrement ?
Si les gens pensent que mon combat avec la Fécafoot est juste et objectif, il leur appartient à me soutenir. Ce n’est pas seulement une affaire de BITJEKI. C'est tout les camerounais qui doivent être concernés par cette affaire. Je pense que c'est inadmissible que l'équipe de France de football puisse bénéficier et révolutionner leur jeu depuis 1998 grâce aux fondements mathématiques et que le Cameroun n'arrive pas encore à en profiter, jusqu'à nos jours, c'est regrettable .... quand nous perdons un match de football aussi capital comme les quart de finale de la CAN 2010, ce sont tous les camerounais qui sont mécontents alors que nous disposons des potentialités énormes sur tous les plans.

Parlons un peu des fondements mathématiques du football dont vous êtes l'auteur. Qu'est ce que c'est exactement ?
C'est une théorie simple qui explique le football à travers les mathématiques. Pour être plus clair, c'est un lien entre la vitesse du ballon, le déplacement des joueurs, les partenaires etc.
Mais tout ceci est définit par un algorithme mathématiquement cohérent. J'étais le seul au monde à pouvoir le démontrer ; Gérard Houiller qui était le Directeur Technique de l'Équipe de France a pratiqué de là, à la Coupe du Monde de 1998 et on a vu battre le Brésil par une victoire spectaculaire qui a surpris plus d'une personne. Le football de nos jours est devenu très rapide, mais nos joueurs ne sont pas encore formés sur les fondements mathématiques. D'où la nécessité de former nos éducateurs afin qu'ils enseignent à leur tour au plus bas niveau, pour permettre à tous les footballeurs de grandir avec cette culture.
Il y a beaucoup de choses qui entrent en jeu pour atteindre la victoire. Nous avons par exemple la Diététique, la biomécanique. Mais, l'effet fondement mathématique est très déterminant et nécessaire au Cameroun. Seuls les entraineurs comme Jules Nyonga et Joseph Antoine Bell ont pu bénéficier de la formation sur les fondements mathématiques du football.


Quel est l'avis de la FIFA sur les fondements mathématiques de football?
J'ai reçu une lettre de remerciement venant de la FIFA pour l'intérêt que je porte au développement du football mondial.

Quel est votre mot de fin, honorable ?
Je vous remercie sincèrement pour l'intérêt que vous portez à cette affaire entre la Fécafoot et moi et reste ouvert à toute personne qui voudrait connaître un peu plus sur les fondements mathématiques du football et merci encore pour l'entretien que vous m'avez accordé.

  Propos recueillis par Steve Seke (Grand Reporter +237 74 84 87 88)
http://www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:21

Yaoundé a abrité un forum d'échanges et d'informations entre la chambre des comptes et les présidents des conseils d'administration des établissements publics, Administratifs et des Entreprises du secteur public et parapublic.
photo essame josephForum rappelons-le a eu une durée de deux jours de travaux. Il est clair; l'économie camerounaise enregistre depuis près de vingt cinq année une baisse brutale des revenus d'exportations. Pour faire face à cette crise, le gouvernement, par le biais de la chambre des comptes de la cour suprême, a conclu une série de programmes d'ajustements qui ne produit pas les resultats escomptés.
En parlant d'ajustements, le Fonds Monetaire Internationale (FMI) avait accordé pour la cause, à la période allant du 1er juillet 1997 au 30 juin 2000 dernier, un appui financier pour couvrir le programme économique du Cameroun à moyen terme. Lequel programme devait aider à rehausser la mobilité financière de notre cher et beau pays. L'objectif général de ce forum a été d'aborder avec les PCA des droits et obligations dont ils disposent et qui leurs sont soumis, de presenter les questions liées aux statuts de la loi du 22 Décembre 1999, de vérifier l'applicabilité de certains textes réglémentaires relatifs à la gestion financière des entreprises dont ils ont la charge, enfin de presenter les disfonctionnements et lacunes constatés. L'habitude à la peau dure. La chambre des comptes rencontre une rude concurence, laquelle est due par les retards dans la production des comptes et l'insuffisance des pièces justificatives produites. Comme le dit tout explicitement l'honnorable Simon Matip << "en application de l'article n°37de loi n°200305du 21 Avril, la responsabilité pénale peut être engagée s'il y a détournement". Et il y a un personnel adéquat pour la circonstance. >> ajoute-t-il, Comme pour mettre en garde le restant des Camerounais véreux. Car, l'épervier, ne l'oublions surtout pas, plâne .
Lionnel Bayong (+237 70 10 42 48)
Correspondance depuis
Yaounde

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 11:42

Le Lieutenant-Colonel Mebebe Jean-Michel contribue une fois de plus à la santé des populations par l’exercice physique

 Dans le cadre de la relance de ses activités sportives de l’année 2010, la Ligue Départementale du Sport Pour Tous du Moungo a organisé le Dimanche 21 février une marche sportive à travers les artères de la ville de Nkongsamba, en présence des autorités administratives et municipales de la ville, des clubs de sport de santé reconnus.

101 4502Tout a commencé très tôt le matin avec l’arrivée des personnalités et membres des clubs de santé. Le coach Ndema Essoh, professeur d’éducation physique a lancé l’exercice de décrassage et peu après, a été lancé la marche dans les rues de Nkongsamba. Une marche pas comme les autres, puisque les populations ont eu le loisir d’observer les exercices physiques dans les carrefours indiqués. Après cette courbe, les participants, au nombre de 223, se sont retrouvés sur la place des fêtes de Nkongsamba pour d’autres exercices, sous une mélodie savamment choisi. Parmis les participants, on a observé les commissaires de police, les commandants de gendarmerie et plusieurs militaires. Il y avait aussi des hommes politiques, des commerçants et toutes les autorités administratives.

A la fin de cette deuxième expérience réussie, le Président de la Ligue départementale, le lietenant-Colonel Jean-Michel Mebebe a remercié tous les participants ainsi que les âmes de bonne volonté qui contribuent à la santé des populations par le sport.

  Le bureau élu le 03 décembre 2008 vers 12 heures et renouvelé après une assemblée générale extraordinaire est composé de la manière suivante:

Président: Mebebe Jean Michel

1er Vice-président: Moustapha Mohamed Ben

2ème Vice-président: Siwetcheu Michel

Secrétaire Général: MMe Ellobe Léocardie

Secrétaire Général Adjoint: Nkan Bonn Mazarin

Chef du Département financier: Mbuembe Lamère Pierre

Adjoint au Chef du Département financier: Ngome Martin

Commissaires aux comptes:  M. Legoumo Louis Erest

Conseillers: Mrs Nondje René, Djiopang David, Pasteur Njoh Njoh Raymond Eboule, Mbiandji Jean, Tchakoute Raymond 

 

Réactions lors de la rencontre de synthèse tenue au Régiment d’Artillerie Sol Sol (RASS) 

Lieutenant-Colonel Mebebe Jean-Michel (Président de la Ligue Départementale de Sport Pour Tous du Moungo)

Les participants sont venus nombreux et j'espère qu’à la prochaine séance qui se tiendra dans un mois exactement, qu’il y aura plus de personnes. Le sport contribue à la santé de l’homme et c’est la raison pour laquelle nous organisons cette rencontre qui marque le lancement de nos activités pour cette année. Nous allons travailler pour que tous les arrondissements du Moungo soient actifs.Je n'ai pas oublié la fondation de la Maison du sport pour tous du Moungo.

 

M. Kouamo Pierre (Président du Club de Santé la Détente)

Nous avons apprécié l’exercice de ce matin. C’est en partie ce que nous faisons tous les matins du dimanche et des jours spécifiques dans notre club. Pour aller plus loin, il nous faut des moyens, des encadreurs d'éducation physique et nous sollicitons l’appui de la Ligue qui est notre sommet en la matière. Nous attendons un coup de pousse, sans baisser les bras puisque la solidarité qui nous anime nous permet déjà d’offrir ces exercices à nos membres.

 

M. Siweutcheu Michel (Vice-président de la Ligue Départemantale de Sport pour tous du Moungo)

Depuis l’année dernière, nous travaillons pour vulgariser cette activité qui contribue à l’épanouissement de l’humain dans notre société. S’agissant des projets dont vous parlé, nous comptons bien organiser dans un avenir proche l’ascension du Mont Nlonako. Le projet a été un peu retardé parce que notre président, le Lieutenant-Colonel Mebebe  Jean-Michel était en stage. Nous allons faire en sorte que nos activités ne soient pas que pour les élites. et dans cette optique, une grande campagne de sensibilisation à travers les communautés, les médias et les membres des autres ligues sportives du Moungo.

Propos recueillis par Sylvain Timamo

Contact Rédaction: +237 99 45 19 20 ou  +237 33 14 59 54

http://www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 11:06

Le stade de Bonangoh à Nkongsamba a été le théâtre des premiers matchs

Ngondi EmmanuelLes rencontres ce sont tenues le samedi 20 février 2010 sur la supervision du responsable départemental du football des jeunes du Moungo, M. Fofié Komo Joseph.

Tout a commencé vers 9 heures avec l’installation des équipes et des panneaux du sponsor Orange cameroun. Les rencontres intéressantes ont opposés les équipes jeunes des établissements scolaires de Nkongsamba.

La première rencontre a opposé le Lycée du Manengouba  vainqueur par par 6 buts contre 5 pour le Lycée Bilingue;

La deuxième rencontre a opposé le Collège Socka Bongue vainqueur par 1 but contre 0 pour le Collège de l’Espérance;

A Match de classement, le Collège de l’Espérance est sorti vainqueur devant le Lycée Bilingue par 1 but contre 0.

A la finale, le Lycée du Manengouba est sorti vainqueur par 1 but contre 0 pour le Collège Socka Bongue.

A la fin de ce tournoi, les responsables de Orange Cameroun, Mrs Seoul Eboua et Valentin Bayoumous ont félicité les joueurs. Ils sont suivis de l’arbitre Tamen Nenda et du commissaire des matches Siwetcheu Michel. Tous les jeunes venus nombreux au stade de Bonangoh ce sont déportés vers l’esplanade de la Communauté Urbaine de Nkongsamba pour assister au spectacle offert sur le car-podium de caravane Mobile.

On se souvient il y a quelques semaines, au passage du Directeur de la Communication, M. Ngondi Eboua Samuel, que des promesses avaient été faites par l'entreprise Orange Cameroun : "Le Moungo ne sera pas oublié dans les actions marketing et communnication de Orange Cameroun à la veille d'un événement aussi important que la Coupe du Monde d'Afrique du Sud". Aujourd'hui, on peut tout simplement dire, promesse tenue... 

http://www.scores2000.info

Contact Rédaction: +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54 / e-mail: scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 10:40

Le samedi 20 février 2010, les responsables nationaux et régionaux de l’Association Nationale des Jeunes Handicapés du Cameroun (ANAJEHCAM) ont occupé la place des fêtes de Nkongsamba pour un dialogue citoyen.

 LogoCUNTout a commencé vers 9 heures du matin avec l’installation de deux tentes offertes par le RASS et 200 chaises de la Commune d’arrondissement de Nkongsamba 1er3.aré-Bakem, Melong et Nkongsamba sont venus progressivement pour cette rencontre. Ils ont eu droit aux explications préliminaires la rencontre par le représentant local, M. OSSOMBA Yves Marcel.

A 15heures et 30 minutes, on assisté à l’arrivée du Coordinateur National en la personne de M. Jean-Pierre Fopa, du représentant du Maire de Nkongsamba 1er, M. Moussa Issa et du Sous-préfet de Nkongsamba 1er, M. Jean-Claude Obame.

Dans son propos, le Coordinateur National, M Jean Pierre Fopa a indiqué que cettection est un ouveau départ pour les handicapés qui doivent passer du stade d’éternels assistés à celui d’acteurs au Cameroun. Selon une enquête de l’organisation Mondiale de la santé, les handicapés représentent 10¨% de la population du Cameroun, soit environ deux millions de personnes. Ils sont plus de 5300 handicapés recensés et doivent faire un effort pour que les autres, tapis dans l’ombre et la pauvreté aient accès aux soins de santé, disposent des pièces d’identité et militent même dans les partis politiques. Depuis 1990 que la loi sur la protection des personnes handicapées été promulguée beaucoup d’efforts ne sont pas faits pour que cette tranche de la population accède à l’éducation et à l’emploi. Ce mouvement doit résoudre une partie de ces problèmes. Déjà 80 % d’handicapées n’ont pas de Carte Nationale d’Identité (CNI) et le plus dur est que dans la conception du tracé des routes, des tribunes, des escaliers de service, des bureaux administratifs, on n’a pas pensé à la mobilité difficile des handicapés. Ils réclament ainsi des postes dans toutes les administrations au Cameroun car quelques soit la volonté de certaines personnes, elles ne peuvent pas autant penser aux handicapés que les handicapés eux-mêmes.

Après la séance des questions-réponses, le Sous-préfet de Nkongsamba 1er, M. Jean Claude Obame a apporté quelques réponses aux préoccupations des uns et des autres. Ils peuvent bien participer aux élections et Elecam leur facilitera la tache. Pour les manquements des services sociaux, l’autorité administrative et la justice sont là. Mme Zoko Gilberte après sa forte contribution a eu la promesse de recevoir une chaise roulante dans quelques jours. Tout s’est achevé par le refrain de l’hymne national.

Contact Rédaction : +237 99451920 ou +237 33145954

www.scores2000.info

B.p.: 375 Nkongsamba-Cameroun

e-mail: scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 11:08
Le Restaurant de l'Hôtel des Députés à Yaoundé a abrité du 16 au 17 février 2010 une table ronde sur un thème aussi vieux que les indépances des pays africains. C'est une initiative de la société civile camerounaise à la veille des échéllances électorales. Principalement de l'IGC & Open Society Justice Initiative.
Dans la meute des intervenants, il y a eu des nombreuses personnalités issues des horizons divers. Des hommes de medias aux universitaires en passant par les syndicalistes et les fonctionnaires de l'administration camerounaise. Bien que certains sujets semblainet facheux, il a été relévé que la justice camerounaise n'est pas totalement indépendante, qu'elle est encore inféodée au pouvoir politique.

Il a été question de l'implication des medias dans la promotion de la liberté d'information.
Lors du sous-atelier "Implication des Medias dans la promotion de la liberté d'information", les journalistes Xavier MESSE de Mutation et Guy Roger EBA'A de la CRTV sont revenus sur les problèmes liés à l'indépendance de la presse au Cameroun. Une presse qui ne peut être responsable que si elle est économiquement indépendante.
Il faut avouer pour une fois que le sujet est intéressant, les journalistes et observateurs de la scène de presse sont venus nombreux écouter, mais surtout donner leur point de vue.
http://www.scores2000.info
Contact Rédaction : +237 33 14 59 54 / +237 99 45 19 20 / +237 73 18 17 05
e-mail : scores2000@hotmail.com
Partager cet article
Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 17:09

E n  mémoire de ceux qui sont dans le désarroi en Haïti et tous ceux qui ont quitté ce monde dans cette terrible catastrophe, aussi pour ceux qui  courageusement combattent pour survivre...... S.V.P.,  ne pas  l'éteindre.  
Lui  permettre de faire le tour du monde  !
CHANDELLE  POUR L’ESPOIR DE RETROUVER DES SURVIVANTS.......


 
Tout ce qui est demandé c'est de garder cette  flamme en circulation.  Même si ce n'est qu'une seule personne de plus.  Pour tous ceux qui se battent pour vivre.
Une chandelle ne perd  rien lorsqu'elle sert à en allumer une  autre.
S'il vous plait, gardez la flamme  vivante!
Au Cameroun, la communauté nationale reste sécouée et le souvenir de ce jour tragique hante encore les esprits. Le gouvernement de la République a fait un don d'un montant d'un million de dollars. Les associations sont nées et apportent leur soutien aux familles du Cameroun et des envois de fonds sont effectués.
Dans plusieurs confections religieuses, des messes sont oganisées pour le salut de l'âme des victimes, sans oublier des collectes de fonds. Le Cameroun a aussi connu ses intants douloureux avec l'émanation des gaz toxiques au Lac Nyos. Plusieurs centaines de morts , la végétation et les animaux détruits.

http://www.scores2000.info

Contact Rédaction : +237 33 14 59 54 / +237 99 45 19 20 / +237 73 18 17 05

e-mail : scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 17:05
Organisé sous le haut pâtronnage du Ministère de la Santé, l'ONG (ACPT-IMR) entendez Association Camerounaise du Personnel Technique d'Imagerie Médicale et Radiothérapie, a éffectué, la tenu du 8² congrès des professionnels techniques en imagerie médicale au Cameroun, Afrique et Madagascar, dans les locaux du Djeuga Palace Hotel, à Yaoundé, le 12  et 13 Février dernier, sous le thème "IMAGE DIGITALIZATION AND INNOVATION DIAGNOSTIC MODALITIES".  
La Mise en cause étant, le recrutement et la fomation sur le "TAS", du personnel médical et paramédical, laquelle expliquerait donc en outre la non disponibilité, l'incoherence la fabulation la mauvaise interpretation l'incompétence, le tout aboutissant innéluctablement aux taux de mortalités élevés dans nos Hopitaux.
Le but de ce congrès étant d'évaluer les pratiques et les perpectives tout en se fixant des recommendations dans l'avenir, pour éviter les variabilités dont rencontrent les "T.M..S ou M.S" au quotidien.
  INNOVATION DIAGNOSTIC ?
En collaboration avec ses partenaires, d'un oeil intelligent et observateur, Monsieur NWEDJIWE  NANA Narcisse president national de cette organisation à caractère institutionnelle, prévient donc tel un Oracle avisé, la chûte prochaine de la radiothérapie, par la mise en garde de tous et de chacun, pour qu'afin que nulle n'en ignore, du fait de la pertinence du risque éventuel perpétuel de la radioactivité qui en découlerait et dont ferait objet le technicien en imagerie et radiothérapie sans toute fois oublier les patients.
ETRE AU PARFUM DE LA NOUVELLE  TECHNOLOGIE       DE     L'IMAGERIE    MEDICALE
D'où l'intérêt donc à organiser une batue, pour pouvoir combattre cet état d'éthique, au profil de la formation proprement dite.A cet éffet,des centres agréés par le Ministère de l'Emploi et de la Formation Professonnelle ont été mis à disposition.
Tout de même notons que, l'Association Camerounaise du Personnel Technique d'Imagerie Médicale et de radiothérapie (ACPT-IMR) est créée en Mai 1997 sous le régime des Associations à but non lucratif, lequel regroupe une cohorte de 70(soicente dix) professionnels  Ingénieurs technique et  techniciens médicaux assimilés d'imagerie médicale et de radiothérapie promtements incrits.
Lionnel BAYONG (Correspondance particulière)
http://www.scores2000.info
Contact Rédaction : +237 33 01 75 32 / +237 99 45 19 20/+237 73 18 17 05
e-mail : scores2000@hotmail.com- B.p.: 375 Nkongsamba-Cameroun
Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 14:47

Les établissements scolaires déploient leurs talents artistiques à travers les représentations de qualité à l’esplanade de la Sous-préfecture.

chute d'ekom-nkamC’est depuis 2009 que le défilé se fait sur la rue principale, à la décision du Sous-préfet Jean Mabou dont le souci était de rendre la célébration des fêtes nationales populaires. Une fois de plus, la tradition est respectée et on peut noter que les élites sont venues très nombreux. A la tribune officielle, sont installés, le Maire Tchamba Simplice, son adjoint Paul Ngam, le député suppléant Fonkou Rigobert, le percepteur Minkoua Minkoua Olivier et un parterre des chefs de service, des forces de maintien de l’ordre. Les opérateurs économiques sont ici représentés par Kwindja Patrice.

La cérémonie a débuté par des représentations culturelles et la SAR-SM, le Lycée de Baré, Le Collège d’Enseignement Technique et Industriel et l’association des motos taximen de Baré-Bakem ont été des exemples. Par la suite, c’est le défilé proprement dit avec le passage des scouts, des écoles maternelles et primaires. Deux partis politiques sont de la partie : le Rdpc et le Sdf. A la fin du défilé qui a durée plus de 3 heures, un vin d’honneur est offert à la résidence du Sous-préfet Jean Mabou.


L’adjoint au Maire, M. Paul Ngam a été solennellement félicité pour son élection à la tête du Mouvement de soutient au Président Paul Biya (PRESBY) et dans la foulée, les élites présents se sont engagése à organiser un grand meeting en son honneur dans les prochaines semaines. Ces élites qui se sont données rendez-vous pour la cérémonie de présentation des vœux 2010 à l’autorité administrative le lendemain.

Sylvain Timamo

  Réactions des personnalités à la fin de la cérémonie

M. Mabou Jean (Sous-préfet de Baré-Bakem)

La fête s’est bien déroulée et je félicite l’ensemble des commissions pour le travail abattu. Les populations doivent continuer à faire confiance au gouvernement dans la discipline et la paix. Vous avez constaté que Baré-Bakem est en chantier et avec la décentralisation, nous allons, aux cotés du Maire, résoudre les problèmes qui se posent.

 

M. Tchamba Simplice (Maire de Baré-Bakem)

Tchamba SimpliceNos jeunes ont compris qu’en dehors de ce qui s’apprend en classe, il faut faire vivre notre culture et notre tradition en étant soit même acteur. J’ai beaucoup apprécié les sketchs, les ballets et toutes les autres interprétations des élèves. Nous devons maintenir l’espoir et créer de l’emploi. C’est pourquoi dans notre plan de campagne 2010, il y a le projet d’un marché au Carrefour Yimo. Nous avons des chutes, des grottes et un sol fertile et devons encourager les populations à mener des activités génératrices de revenus

Propos receuillis par Sylvain Timamo

Rédaction: +237 99 45 19 20 / +237 33 14 59 54

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 13:19

Les rencontres traditionnelles et culturelles du Moungo (1ère édition) se sont déroulées simultanément à la place des fêtes de Nkongsamba et sur l’esplanade du Cercle Municipal de du 08 au 14 février 2010.
groupe-eyango.jpgLes cérémonies d’ouverture et de clôture ont été présidées par le Préfet du Moungo. Dans la quintessence du discours du représentant des ministres, nous avons retenu que cette manifestation participe aux actions de revalorisation du patrimoine culturel et traditionnel ; sans oublier son apport incontestable au développement économique de la région. Il a insisté sur l’espoir qui est désormais permis. Le Préfet a cité par exemple la réhabilitation de la voirie municipale de Nkongsamba, l’ouverture de l’Institut des Beaux Arts (IBA) de l'Université de Douala et les chantiers d’infrastructures réalisés et en cours dans le cadre du Budget d’investissement public. Le Prince Ndedi Eyango, Président du Comité d’organisation a été remercié par le numéro un du département, dans la même lancée que le Dr Kollo Basile, délégué du Gouvernement, pour la forte mobilisation qui lui permet ainsi de se retrouver avec les élites du département. «Il aurait pu organiser cet événement aux Etats-Unis ou à Douala où il fait l’essentiel de ses affaires, mais le choix de Nkongsamba montre son amour pour la terre de ses ancêtres» ; ce Ngalmoa qui l'a vu naître et grandir. Ebomba 2010 ferme ses portes ; avec l’espoir des lendemains meilleurs. Parodiant le Prince Ndedi Eyango, Nkongsamba sera bientôt le New-York du Cameroun. Ce dernier dans son discours de clôture a ainsité sur le fait qu’il n’a pas d’ambitions politiques, mais pense par la culture et la musique en particulier, réunir les enfants de ce vaste département de plus de 750 mille habitants. Ebomba 2010 a aussi été le théâtre d’une grande conférence pendant laquelle le patriarche Ewané Ngangué nous a parlé de la place de l’autorité traditionnelle, qui doit être au centre de tout et mérité le respecte de touts San scontour de mot, il a parler le l’homme physique et invisible qui sont des entités qui vivent ensemble et se complètent. D’où la nécessité du retour à la source pour les peuples de la foret. Les notables doivent entourer les chefs dans la pratique des rites de la foret, de la purification et de la vie. Nous n’oublierons pas de mentionner que bien que ce soit une initiative du Prince Eyango, nous avons vu très actif l’Honorable Epoube Lydienne, député à l’Assemblée Nationale, M. Jean-Jules Ebongue Ngoh, Délégué du Minessec, M.  Christian Bikei et Sa Majesté Epanda Henri.

Ebomba a donné le ton traditionnel et culturel et à la tombée des rideaux, s’ouvre la cinquième édition du Salon International de l’Entreprenariat de Nkongsamba (SIEN2010) qui est plus une rencontre économique. Dans tous les cas de figure, ces deux manifestations participent de la promotion touristique de la région.

Réactions des personnes rencontrées pendant le Festival Ebomba 2010 

M. Emmanuel Ngondi Eboua (Elite, Directeur à la Communication de Orange Cameroun, Personnalité Ressource de la Fondation Ban Ngo pour la Protection de la Nature et le développement Durable)

Ngondi EmmanuelJe pense que la rencontre a été importante pour exprimer la diversité culturelle. Les organisateurs doivent déjà se mettre au travail pour préparer l’édition prochaine. Il faut valoriser le patrimoine de ce département en comptant d’abord sur les jeunes. C’est pourquoi nous recrutons 100 (cent) jeunes pour un projet baptisé Cameroon Life Save dont j’aurais l’occasion de vous faire le détail bientôt.

 

M. Mannon Cristol Georges (Elite, Directeur Général de la Mission d’Aménagement de la Zone Industrielle-MAGZI, Personnalité ressource du parti dans le Nlonako)

Mannon-Christol-Georges.jpgLe Moungo regorge d’un potentiel traditionnel qu’il faut inventorier et mettre en valeur. Ebomba est un début de solution et j’encourage notre frère Ndedi Eyango à aller de l’avant. Il est tout de même souhaitable pour pérenniser ce festival que cela s’étende à tout le Moungo. Il faut travailler pour faire venir les délégations de tous les arrondissements. Toutes mes félicitations au Comité d’organisation. 

El Hadj Oumarou Dandjouma (Maire de Nkongsamba 1er, Président National de l’Association culturelle Ya-Kamata)

El Hadj Oumarou130809500Ce que je peux dire est que Nkongsamba bouge, Nkongsamba change et chaque fils de la cité doit apporter sa pierre à la construction du nouvel édifice. Mettons fin à l’afro-pessimisme et sachons que l’expression de l’indenté culturelle n’est pas une mauvaise chose. La nature s’est apprécier ceux qui ont de bonnes idées, sans tricherie ni fioriture. Ebomba est entrée dans l’histoire de la ville et en tant que premier magistrat, nous apprécions à sa juste valeur.

Dr Elong Ngono (Elite, Neurologue à Yaoundé)

elong ngono samuel-neurologueVous avez constaté que la conférence a été très intéressante et nous souhaitons qu’à la prochaine édition, qu’il y aient plus de thèmes. Je voudrais par exemple parler de l’impact des dos d’ânes sur la santé, du patrimoine dans tout son ensemble. Les organisateurs du festival ont tout notre estime. C’est un besoin profond, peut-être dicté par les ancêtres car nous avons constaté que tous les 7 ans, les fils originaires de cette région se retrouvent dans le cadre d’une grande manifestation. 

M. Njome Epah Simplice (Coordonnateur Départemental d’Ebomba dans le Moungo, Président de la Section Ojrdpc dans le Moungo-Nord)

simplice njomé epahLe festival a connu quelques difficultés parce que nous n’avons pas eu suffisamment de temps pour expliquer les objectifs et les implications. Tout est bien qui finit bien, parce que nous avons fait les soirées culturelles, l’élection des Miss, la visite de la chute d’Ekom-Nkam et la marche sportive. C’est ici l’opportunité pour moi de remercier les élites qui ont contribué au succès de la manifestation, en commençant par le journal Scores 2000 qui a fait un bel article en décembre dernier. Merci aussi aux annonceurs qui nous ont fait confiance dès la première édition comme par exemple MTN, Les Brasseries du Cameroun, SODIFIS Sarl, Le Groupe Eyango, www.Cameroonlifesave.org.

 

M. Moussa Issa Malam Salo (Grand Conseiller à La Communauté Urbaine de Nkongsamba, Styliste)

Je constate une fois de plus que notre ville a eu l’honneur de recevoir de nombreux visiteurs grâce à un événement d’envergure. Cela va laisser un peu d’argent liquide dans le tissu économique pour quelques mois. Avec Ebomba, j’ai également eu droit à beaucoup d’émotions en regardant les prestations des artistes musiciens, le défilé des candidates à l’élection de la Miss Ebomba. Tout ça me renvoit à plus de travail parce que je vais faire un défilé de mode lors de la cinquième édition du Salon International de l’Entreprenariat de Nkongsamba, le 08 mars dans la soirée. Il faut savoir satisfaire le public et j’ai appris cela pendant les activités d’Ebomba. 

Prince Ndedi Eyango (Président du Comité d’organisation d’Ebomba)

ndedi eyangoC’est une fois de plus pour la ville de Nkongsamba et ses populations que nous avons initié Ebomba. Sans arrière pensée ni calculs masochistes, dans le même esprit que j’ai eu en chantant pour la première fois pour Nkongsamba. Je n’ai pas de calcul politique. Lorsque le tam-tam résonne, on ne peut être tous présents pour écouter le message. Mais ce qui est certain est que ce message est transmis d’une personne à l’autre et c’est que va opérer Ebomba. Je remercie les autorités administratives du Moungo pour toutes les facilités qu’ils nous ont accordé, au premier plan, le Préfet Justin Mvondo et ensuite le Dr Kollo Basile, Délégué du Gouvernement.

 

Lydienne EpoubeHonorable Epoube Lydienne (Elite, Député à l'Assemblée Nationale du Cameroun)

Ebomba mérite d'exister. C'est bon de savoir d'où on vient et dans quelle direction on va. Toutes les cultures du Moungo ce sont exprimées pendant cette édition. Il est question de faire mieux lors des prochaines éditions. 

Propos recueillis par Hubert K, Aaron Epanda et Sylvain Timamo

Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 ; +237 33 01 75 32, +237 78 89 40 92

http://www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.

Recherche

Pages

Liens