Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 20:16
"Je crois qu'avec tout ça, vous serez une entreprise assez compétitive et prête à affronter les défis de la mondialisation"
Directeur Général et promoteur de l'entreprise STATIONS CALLS à Yaoundé Ngousso, Cet homme d'affaires hors du commun est également fournisseur d'accès Internet, de téléphone international, maintenancier. Il entretien et installe par ailleurs des réseaux informatiques sans oublier les formations qu'il dispense à de nombreux camerounais.

Scores 2000 :Est-ce que vous pouvez nous présenter brièvement votre structure ?
M. Kuitchoua Patrick Roméo : Merci au journal Scores 2000 de me donner l'opportunité ici de présenter aux millions de camerounais la structure que je dirige. Stations Calls a été créée au courant de l'année 2004 à Yaoundé et dès lors, nous avons débuté par un Cybercafé et quelques années plus tard, nous avons lancé la téléphonie internationale, l'installation des réseaux informatiques, la maintenance et la réparation. Il existe une formation en entreprise grâce à notre équipe dynamique, jeune, forte et très ambitieuse.

Scores 2000: Quels sont les différents services que vous offrez au public ?
M. Kuitchoua Patrick Roméo : Bien évidemment, nous offrons la téléphonie internationale à partir de 25frs la minute, car, notre but est de permettre au camerounais d'avoir accès à un moindre prix aux NTIC. Entre autre, nous offrons des services Internet sans fil, l'installation des réseaux informatiques, la maintenance et l'entretien-réparation, la formation en entreprise. Tout ceci est à la portée de tous.

Scores 2000 : IL existe plusieurs structures comme la votre dans tout le pays, avez-vous peur de la concurrence ?
M. Kuitchoua Patrick Roméo : Je pense qu'une structure qui a peur de la concurrence n'avancerai pas. Nous sommes au 21ème siècle et les technologies sont très avancées et se créeraient tous les jours à une vitesse grand V. Alors il faudrait déjà être capable d'affronter cela, grâce à sa capacité d'assurance en soit et à la qualité des ses services et à son personnel qualifié et dynamique. Il faut toujours être à l'écoute de ses clients. Je crois qu'avec tout ça, vous serez une entreprise assez compétitive et prête à affronter les défis de la mondialisation.

SCORES 2000 : Quels conseils pouvez-vous apporter au camerounais qui veulent se lancer dans ce domaine ?
M. kuitchoua Patrick Roméo : Je leur dis tout simplement de murir d'abord leur projet avant de se lancer car, le domaine des NTIC comme dans tout autre domaine d'activité est difficile. Ceci nécessiterai tout simplement aux potentiels promoteurs de s'entourer des professionnels, des personnes qualifiées dans ce domaine, car il ya trop de brebis galeuses, de beaucoup écouter les plus anciens, d'être ambitieux et patients.

Scores 2000 : Quels sont les problèmes récurrents que vous rencontrez dans le cadre de votre travail?
M. Kuitchoua Patrick Roméo : Le seul problème que nous avons l'habitude de rencontrer est la baisse du débit internet, la connexion est lente et les clients se plaignent. Cela cause un impact sur la téléphonie internationale et les clients n'arrivent plus à appeler normalement. Cependant, la vulgarisation de nos différents produits passe par une bonne connexion internet. Le problème dans l'ensemble est causé tout simplement par nos partenaires et fournisseurs. L'installation définitive de la fibre optique au Cameroun est la bienvenue et va résoudre ces problèmes récurrents qui empêchent une activité optimale.

Scores 2000 : Votre mot de fin?

M. Kuitchoua Patrick Roméo : Je lance un vibrant appel à tous les camerounais de se rapprocher de nos locaux, sis à la descente du Carrefour-paradis, en allant vers l'hôpital Général, à 100 mètres à votre droite afin de se procurer de multiples services de STATIONS CALLS, et de visiter notre site web à l'adresse www.stationscalls.com.
Propos recueillis par Steve Seke
www.scores2000.over-blog.com
Contact Rédaction : +237 99451920 / +237 33145954
Partager cet article
Repost0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 22:01
 Intégrer nos langues locales dans les politiques de développement durable
Du o2 au 05 décembre 2009, s’est tenu à Yaoundé une autre édition de la Conférence Internationale des Ingénieurs. Un événement fort médiatisé qui a bien fait de démarrer par un diner de presse à l’Hôtel Djeuga Palace sous la présidence du Pr Maurice Tchuenté.
tachago2.JPGEn scrutant de près les différentes articulations de la conférence, on se rend compte que les objectifs étaient nombreux. Sur le même plateau, des personnalités bien connues du milieu intellectuel camerounais comme le Pr Maurice Tchuenté, le Pr Charles Binam Bikoï, directeur de CERDOTOLA, le président Perrial Jean Nyodog et M. Tachago, président des élèves ingénieurs diplômés de l’école polytechnique de Yaoundé. Beaucoup de pays développés ont utilisé leur langue locale pour la recherche, l’industrie, la culture, parce qu’on ne peut mieux exprimer les pensées que dans la langue qu’on maitrise. Seulement l’Afrique dispose de plusieurs langues et pour le cas du Cameroun, il existe plus de deux cent ethnies, avec une même proportion de langues maternelles. Mais pour le Pr Maurice Tchuenté, on ne peut avancer en oubliant la différence linguistique.

 Le Pr Charles Binam Bikoï, répondant à une question d’un étudiant de Polytechnique a dit qu’il n’est pas nécessaire de créer une langue unique au Cameroun, mais qu’au mieux, que chaque camerounais maitrise sa langue, puisse l’écrire et la parler et dans l’optique de la conférence, qu’on exprime sa culture sur Internet. On va ainsi résoudre la problématique de la valorisation des résultats de la recherche. Les pays développés ont le même problème, or l’Organisation des Nations Unies (ONU), reconnait environ cinq langues : le Russe, l’Espagnole, l’Anglais, l’Arabe et le Français. L’Union Européenne dispose de 25 langues. Tout ceci pour dire, à la suite du Pr Charles Binam Bikoï, spécialiste de l’anthropologie et de la littérature, qu’il n’est pas nécessaire de créer une langue africaine unique. Il faut essayer de conquérir son identité dans le monde avec sa propre langue.

Le Président de la Conférence Internationale ASAP2009, M. Perrial Jean Nyodog, reconnait la complexité du sujet tout en notant que les plus grandes publications scientifiques, les plus grands contrats commerciaux sont disponibles sur Internet en langue anglaise. Sur un milliard de population en Afrique, 3,9% participent à la toile alors que la pénétration est de 6,7%.

Dans les résolutions de la cérémonie de clôture au Hilton Hôtel, lues par le Lieutenant Colonel Louis Tsague, on a retenu entre autre, la nécessité du développement des programmes, la mise sur internet des langues locales africaines, la facilitation de la diffusion, de la standardisation, des fonctions administratives. Ces résolutions sont bien partagées par M. Amadou Ali, Ministre de la justice et représentant personnel du Chef de l’Etat, S.E Paul, qui va plus loin en invitant à la promotion des compétences africaines. Pour ce dernier, les ingénieurs, les politiques et les linguistes doivent travailler ensemble à trouver des programmes nécessaires à la vulgarisation du thème : « diversité culturelle et internet multilingue en Afrique ».
Ce sujet sera une fois de plus au cœur de la principale table ronde du Salon International de l’Entreprenariat (SIE2010) qui se tiendra au Chef lieu du département du Moungo, région où vivent plus de 700 mille personnes en quête d’industrialisation, le 1er mars 2010.
www.scores2000.over-blog.com
Contact Rédaction : +237 99451920 / +237 33145954
e-mail : scores2000@hotmail.com
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 17:15

Le coach Paul Le Guen met fin au suspens

La liste est connue, les camerounais se mobilisent à travers des charters pour aller ramener le trophée de la coup continentale. Jama Conseils et le Ministère des Sports de Michel Edzoa mettent les petits plats dans les grands
Lions indomptables

 

1. Kameni Idriss Carlos, Espanyol Barcelona - Spain 2.Souleymanou Hamidou, Kayserispor – Turkey 3.N'dy Assembe Guy Roland, Valenciennes – France 4.Song Bahanag Rigobert, Trabzonspor – Turkey 5.Njitap Fotso Geremi, Newcastle United – England 6.Bedimo Henri, Chateauroux – France 7.Bikey André Stéphane, Burnley FC – England 8.Assou Ekotto Benoit, Tottenham – England 9.Chedjou Aurélien, Lille OSC – France 10.Nkoulou Nicolas, AS Monaco – France 11.Song Alexandre, Arsenal FC – England 12.Makoun Jean II, Lyon – France 13.Mbia Stéphane, Olympiques de Marseille – France 14.Mandjeck Georges, Kaiserslautern – Germany 15.Matip Joel, FC Shalke 04 – Germany 16.Eyong Enoh, Ajax Amsterdam – Holland 17.Nguemo Landry, Celtic Glasgow – Scotland 18.Emana Achille, Real Betis – Spain 19.Somen A Tchoyi, Red Bulls Salzburg – Austria 20.Alo’o Efoulou Paul, AS Nancy – France 21.Webo Achille, Rcd Mallorca – Spain 22.Idrissou Mohamadou, SC Freiburg – Germany 23.Eto’o Fils Samuel, Inter Milano – Italy

Scores 2000 : Hebdomadaire des Sports

Contact Rédaction : +237 99451920/ +237 33145954

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 14:36
Favoriser l’épanouissement des comités de développement dans l'arrondissement de Yaoundé sixième...
executif-yaounde-6.JPGYaoundé sixième est une commune pas comme les autres dans le département du Mfoundi avec sa forte concentration des populations venant d’horizons multiples. Sa session ordinaire consacrée au budget du 19 décembre 2009 en apporté la preuve suffisante à la grande satisfaction du Maire ADJESSA MELINGUI Jean Claude qui met en orbite un projet de budget de 1 161 600 000 FCFA.
Ils étaient nombreux, les conseillers municipaux, les autorités administratives et les forces de maintien de l’ordre dans la salle des actes pas loin du lieu communément appelé Rond-point express pour suivre le déroulement de ces moments importants pour les populations de cette localité.
Le projet de budget pour l’année 2010 est repartie en deux blocs : le budget principal de l’ordre de 761 600 000 FCFA. Le budget annexe de l’ordre de 400 millions. Les recettes de fonctionnement sont de 651 600 000 FCFA alors que les recettes de fonctionnement sont de 110 millions de francs. Le budget annexe 2010 équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 400 millions de francs, représente essentiellement le crédit FEICOM pour la construction de l’hôtel de ville.

Les conseillers municipaux ont félicité l’exécutif conduit par le maire Jean-Claude Adjssa Melingui pour la promptitude à résoudre les problèmes et à traduire en acte le plan de campagne. Ils ont par ailleurs souhaité que pour l’année 2010, que quelque chose soit fait pour améliorer la vitrine de la recette municipale qui n’est pas à l’image de cette cité moderne. Le Maire dans son propos de fin s’est engagé à donner plus de moyens aux comités de développement pour résoudre les problèmes dans les quartiers. Dans une ardoise de 1 161 600 000 FCFA (un milliard cent soixante un mille six cent mille francs), il y a une grande marge de manœuvre et en plus, les conseillers municipaux disposeront des frais de transport pour aller négocier des financements de projets pour la cité.

Le 6 novembre 2008, face à la presse, le Maire Jean Claude Adjessa Melingui a laissé entendre que de nombreux réfugiés, les ressortissant du Grand Ouest, du Grand Nord et du Littoral vivent dans cette partie de la capitale, d’où une immobilisation de 54 millions de francs pour les travaux de voirie et de construction d’un centre de sport et loisirs ; l’aménagement des espaces publics estimé à 50 millions sans oublier l’achat d’un minibus.

Yaoundé 6ème est une zone touristique et à la fin des travaux, le maire a offert un repas copieux au «Centre International Touristique Etok-Koss», un complexe multifonctionnel de loisirs et d’élevage qui se développe à la périphérie, à la frontière avec Mbankomo et où la commune vient d’acquérir des espaces pour la construction des logements nouveaux, s’inspirant de la rubrique achat et immatriculation de terrains estimé à 20 millions de francs.
http://www.scores2000.info
Contact Rédaction :  +237 99451920 / +237 33017532/  +23778 89 4092
B.p.: 375 Nkongsamba-Cameroun
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 20:17

Cette importante cérémonie s’est tenue le 22 décembre 2009 dans le bureau du maire et les professionnels de la presse écrite et audio visuel ont été une fois de plus édifiés sur les ambitions réalistes de cet ancien délégué à l’éducation, chercheur et auteur de plusieurs ouvrages scientifiques devenu par la magie du destin, porteur des espoirs de plus de 8o milles citoyens camerounais. 

Voici en intégralité le contenu du document :

  1 – NOTRE IDENTITE 

- Une collectivité locale semi -urbaine et semi-rurale ;

- Création : le 13 / 04/ 2007 par décret présidentiel n°2007/115, suite à l’éclatement de l’ancien Arrondissement de Nkongsamba en trois (03) ;

-Aire géographique : Arrondissement de Nkongsamba 2e

- Limites  territoriales :

Au nord, par les Arrondissement de Mélong et de Baré - Bakem ;

Au Sud, par les Arrondissements  de Nkongsamba 1er, 3ème et la rivière Essoua ; 

A l’Est par l’Arrondissement de Baré Bakem 

A l’Ouest par le sommet du Mont Manengouba, limitrophe avec l’Arrondis-sement de Bangem.

-Superficie : 67 Km environ

Population : 80 000 habitants environ

Nombres d’agglomérations (villages et quartiers) : 11 (Ekangté-Mbeng – Ekangté Village, Ekangté Palmiers, Ekangté CRTV, Ndogmoa-Mbeng, Edjogmoa, Ehalmoa, Bonangoh, Sosso, Ediakap, Ndogmoa-    Nko’o)

Situation provisoire : à côté de l’école publique  Gr 6 (montée carrefour Leroy-Bonangoh)

Hôtel de ville : en construction au chef-lieu : Ekangté-Mbeng

II- NOS ATOUTS

-    Population :

- Une population cosmopolite, laborieuse, accueillante et habituée aux échanges interculturels ;

- Une équipe communale dynamique, à l’écoute et engagée à faciliter l’implantation des entreprises et micro entreprises, vecteurs de créations d’emplois et développement.

 

-Activités économiques :

Agriculture

- Sol riche, fertile s’adaptant à toute sorte de spéculation agro-alimentaire : culture de rente (café robusta), cultures vivrières (céréales, tubercules cultures maraîchères…),

 

¨Petit Elevage (chèvres, porcs, volailles etc …) 

¨Existence de quelques usines à café qui reprennent vie.

Infrastructures de base :

¨Etablissements Scolaires et Universitaires :

- 08 écoles maternelles ;

- 18 écoles primaires ;

- 11 établissements d’enseignement  secondaire dont le célèbre Lycée du Manengouba qui a formé une partie des Elites du pays, le Lycée Technique de Nkongsamba avec diverses spécialités dont celle d’Affûtage - Sciage qui fait de lui un exemple de professionnalisation en Afrique Centrale  car formant des techniciens directement opérationnels.

- 01 ENIEG : une des vieilles institutions scolaires de ce genre (Education de Base) au Cameroun ;

- 01 Ecole Supérieure Professionnelle Privée : l’Institut Supérieur du Ménagement du Moungo (l’ISMAM) dont la tutelle est l’Université de Yaoundé II.

-  Une  Ecole des Infirmiers Diplômés d’Etat

- 01 Faculté des Beaux Arts (une délocalisation de l’Université de Douala) qui démarre en janvier 2010.

¨ Formations sanitaires :

02 Hôpitaux dont 01 Hôpital Régional ;

06 Centres de santé ;

01 Clinique ophtalmologique (Eyes clinic) ;

01 morgue ;

 

Structures sportives et loisirs

01 Stade de football (Bonangoh)

01 cour de tennis (enceinte Travaux Publics)

Plusieurs infrastructures sportives scolaires dont 01 Gymnase au Lycée Manengouba

 

¨Petits Métiers (couture, coiffures, garage, boutiques, petites boulangeries/ONG, GIC, Call–Boxe, etc…) 

 

  ¨ Infrastructures routières

Commune traversée par la Nationale N°5 (se trouve  à  mi-parcours entre Douala et les Grandes Villes de l’Ouest) ;

Commune sillonnée par des routes internes en dégradation avancée.

 

¨ Infrastructures de communication

 

Existence d’une antenne relais et émettrice de la CRTV qui arrose toute la Commune et ses environs ;

Existence d’une antenne relais CAMTEL à Ekangté Mbeng qui garantit la télécommunication dans la Région ;

 

  Patrimoine touristique et structures d’accueil :

- Climat : un climat propice au tourisme toute saison ;

- Relief : un relief favorable au tourisme alpin ;

- De nombreux sites touristiques : la Chefferie Supérieur du Canton Banéka, la Cathédrale,

 L’Imprimerie Protestante, les Lacs mâles et femelles du Mont Manengouba (avec accès par Ekangté ou Ndogmoa), le Lycée Manengouba et le captage d’eau d’Ekangté offrent un charme devant lequel aucun visiteur ne résiste ;

- Des structures d’accueils adéquates :

* Hôtel  Le Moungo, Hôtel  La référence  et Hôtel  Mbifano.

 

Cathédrale de Nkongsamba

 

¨ Réseau hydraulique

- Un château construit après le point de captage

CDE d’Ekangté qui alimente aisément les 03 Communes de Nkongsamba par un système gravitaire.

 

¨ Electrification :

- Existence du réseau AES SONEL dans la Commune ;

- Ce réseau est insuffisamment présent dans quelques villages (comme Ndogmoa village) et nouveaux quartiers (comme Ekangté CRTV et Ekangté palmiers).

 

 

¨ Sécurité des hommes et des biens :

- La sécurité est assurée par le Commissariat du 2ème Arrondissement et les Sapeurs pompiers de Nkongsamba dont les locaux sont dans notre Commune.

 

 

III- NOS PROBLEMES :

Absence d’une place de marché ;

Absence des gares routières ;

Absence de sites touristiques aménagés ;

Insuffisance des structures d’accueil ;

Eclairage public insuffisant ;

Accès des populations à l’eau potable insuffisant ;

Misère du monde paysan victime de la mévente des cultures de rente (Comme le Café) ;

Routes internes non bitumées, sans dénomination et constamment dégradées par l’érosion. Comme il ressort de la photographie ci-dessous.

 

IV- NOS PROJETS :

- Construction de l’Hôtel de Ville pour abriter les services de notre jeune Mairie à Ekangté-Mbeng (Chef-lieu) ;

- Aménagement des Places des Marchés ;

- Elaboration du plan Directeur d’Arrondissement et de développement (feuille de route);

- Aménagement d’une Gare Routière ;

- Viabilisation des Accès des Quartiers (routes) ;

- Création d’un CDI ou d’un TCP (Télé Centre Polyvalent) ;

- Assurer la Collecte et le Traitement des Ordures Ménagères ;

- Créer un Parc de Loisirs et des Sports ;

- Créer un bois (forêt artificielle) pour améliorer l’environnement (apport en oxygène, lutte contre la désertification, etc…)

- Création des Stades multi-sports Municipaux ;

- Création des espaces verts et des places publiques;

- Susciter la création des Centres de Formation pour Emploi des Jeunes etc.…

- Continuer la politique à l’amélioration de l’éclairage public et de l’accès à l’eau potable ;

- Finaliser le processus de l’adressage des rues et des cases de la Commune.

V- NOTRE AMBITON :

FAIRE AVEC VOUS : POPULATIONS, ELITES, PARTENAIRES, AUTORITES ADMINISTRATIVES, POLITIQUES, TRADITIONNELLES, RELIGIEUSES,… DE L’ARRONDISSEMENT DE NKONGSAMBA 2EME, UNE COMMUNE PROPRE, MODERNE, DOTEE D’INFRASTRUCTURES APPROPRIEES.

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 20:06
"La première édition qui se déroulera du 08 au 14 février 2010 est placée sous le signe de l’espoir" : Christian Bikei
L
a conférence de presse qui a servi de cadre de lancement officiel du volet communication de ce festival s’est tenue le mardi 22 décembre dans la salle de délibération de la Communauté Urbaine de Nkongsamba. Il est plus de 12 heures et 30 minutes lorsque M. Albert Tapga, le deuxième adjoint préfectoral en charge des activités culturelles dans le département du Moungo, département avec une concentration de plus de 700 milles âmes fait son entrée, accompagné du Sous-préfet de Nkongsamba 1er, M. Jean-Claude Obame et de la star internationale Ndedi Eyango.
ndedi-eyango.jpgIls sont accueillis par le Délégué du Gouvernement, le Dr Kollo Basile. Sur place, sont déjà installés les principaux chefs traditionnels du Moungo avec la présence très significative de Sa Majesté Epanda Henri, chef supérieur Baneka. Dans sa présentation, le président du Groupe Eyango déroule Ebomba comme une occasion d’unir et de rassembler les fils et filles du Moungo, de la valorisation, la promotion et la pérennisation des valeurs traditionnelles et culturelles. Pour le Dr Kollo Basile, Ebomba 2010 que sa communauté accepte de parrainer sera une plate-forme du donner et du recevoir, où les populations autochtones et allogènes cohabitant pacifiquement à Nkongsamba pourront valoriser leur diversité culturelle.

Pour les autres artisans du projet que sont Christian Bikei et Ernest Seidou Moluh Mougnol, il y a lieu de mobiliser toutes les populations de la région pour un accueil chaleureux à de nombreux touristes qui viendront des quatre coins de la planète. Sont également attendus des artistes de renommé, avec une grande place aux artistes du terroir qui monteront en levé de rideau. Pour M. Ernest Seidou Moluh Mougnol ; directeur général du réseau de communication CamerounLink, Ebomba signifie l’instant de rencontre entre 2 rencontres sous l’arbre à palabre. Les grands dignitaires sous la conduite du Chef se retrouvaient pour dresser le bilan de leurs actions et se fixer de nouveaux objectifs pour la gestion des affaires et le bien être de la communauté.

Les activités prévues sont nombreuses : le défilé des délégations, la grande marche sportive, la lutte traditionnelle, le tir à la corde, les danses traditionnelles, les représentations théâtrales et humoristiques de la vie au village, les concerts de musique gratuites, les conférences et débats, la foire exposition qui durera 7 jours, la visite des sites touristiques.
Le préfinancement des rencontres traditionnelles et culturelles du Moungo est assuré par le Groupe Eyango, mais des annonceurs et élites sont attendues pour parfaire cette œuvre de renaissance, d’où la justification de l’objectif central : «un nouveau départ». Les étudiants de la faculté des baux arts à Nkongsamba apporteront certainement une touche particulière.
www.scores2000.info
Contact Rédaction :+237 99451920 / +237 33145954
e-mail : scores2000@hotmail.com
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 20:01

Les populations soufrent d’une absence injustifiée des actions du Maire
KOLLO BASILESamedi 19 décembre 2009, le Sous-préfet de Nkongsamba 1er, M. Jean-Claude Obame a organisé des élections dans le but de désigner les chefs de quartier de son unité administrative qui est constitué de 14 quartiers. Les élections se sont déroulées suivant le texte de loi présenté par l’autorité administrative. Le corps électoral était constitué de la manière suivante : lé député, le maire, le conseiller municipal du quartier, les chefs de famille et de bloc.
A Ekel-Mbeng, on a observé 21 blocs et 7 familles. Il y a eu 3 candidats et 28 votants : Nandjo Jean (23 voix), Mounkam Augustin (3 voix), Ditchou David (2 voix). Nandjo Jean (enseignant) est déclaré Chef de quartier élu d’Ekel-Mbeng et installé dans ses fonctions avec sont adjoint Monoko Mamfred, puis du comité de vigilance composé principalement de Djoumessi Samuel, Megabche Jérôme et Tatchuengue.

Au Foyer Bangoulap, on a procédé à l’élection du Chef du quartier Eboum-Mbeng. Il y a eu 22 votants. Zoukou Gabriel (11 voix), Wande Martin (8 voix), Taffou Bernard (2 voix), Djiande (1 voix). Zoukou Gabriel qui est un commerçant bien connu de la place est déclaré Chef de quartier élu d’Eboum-Mbeng avec pour adjoint M. Ngounou Isidore. Dans son premier discours, il a déclaré être prêt à travailler avec tout le monde et annoncé qu’Eboum-Mbeng sera parmi les meilleurs quartiers de Nkongsamba. Le journaliste Sylvain Timamo Tedjon a été fait notable principal de cette communauté.

A Mbarésoumtou Stade, il y a eu 11 votants et seule la candidature de M. Ngolekou Emmanuel (enseignant) est enregistrée. Ce dernier est élu à 100%. Le Sous-préfet Jean-Claude Obame a procédé à son installation avec son adjoint Djofang Jacques. Ici, le comité de vigilance a pour président M. Tchana Ngatcha Paul.

Pour assurer la régularité du scrutin, l’autorité administrative est accompagnée du représentant du commissaire spécial, M. Lematsop Fabien, de l’Adjoint au Commissaire du premier arrondissement, M. Amang Elie et du représentant du commandant de gendarmerie, M. Barya Philémon. Il a été dit que ces quartiers sont parmi les plus pauvres de Nkongsamba 1er et bien que leur vote a été en faveur du Rdpc, les populations souffrent d’une absence injustifiée des actions du Maire. Le chômage des jeunes est criard et l’auto-emploi est inexistant parce que les parents âgés, qui sont en majorité des anciens cultivateurs de café robusta ont vu leur épargne disparaitre à la défunte Biao.

Contact Rédaction : +237 99451920/+237 33145954

www.scores2000.info

e-mail:scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 18:16

Une fin d’année pas comme les autres pour les artistes camerounais, ils sont sollicités pour les  grands concerts. Nombreux sont aussi ceux de la diaspora qui on fait le déplacement. Parmi les plus connus, nous avons rencontré la franco-camerounaise Viviane Etienne à Douala. Lisez-plutôt!

viviane etienneScores 2000 : qu’est-ce qui explique  votre venue au Cameroun à la veille des fêtes de fin d’année ?

Viviane Etienne : Les raisons sont purement artistiques, mais c’est aussi l’occasion de communier avec mes frères et sœurs camerounais, sans oublier qu’en tant que présidente d’une association de bienfaisance,  je me déploie un peu.

 

Scores 2000 : Parlant justement de votre association et de ses missions. Avez-vous le temps et les moyens de vos ambitions?

Viviane Etienne : L’association est bien organisée pour remplir ses missions. J’y reverse 30% de mes revenus d’artiste. Les membres de la cellule exécutive qui sont des bénévoles remplissent bien leurs missions et tout se passe normalement. L'Association Aide et Paix Internationale (ASAPI) est une organisation créée en 1994 en France et nous aidons quelques fois les artistes qui arrivent en Europe, organisons des concerts de musique, parrainons les artistes dans leurs choix sur ce terrain assez concurentiel.


Scores 2000 : En dehors de vos talents de chanteuse, le public camerounais a également noté que vous êtes grande danseuse. Avez-vous été dans une école de danse?

Viviane Etienne : Je n’ai jamais été dans une école de danse, ni plus de chant. La musique a été pour moi une passion et le génie créateur a suivi. J’ai écouté la musique, j’aime chanter et surtout danser. Même dans mon cadre assez privé, je fredonne des mélodies qui peuvent faire du bien à plus d’une personne.

 

Scores 2000 : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

Viviane Etienne : Continuer à faire mieux que dans le passé. D’ailleurs, je vous prépare une surprise pour les mois à venir.

 

Scores 2000 : Que vous inspire le départ tragique de Michael Jackson ?

Viviane Etienne : Il faut dire que ce départ précipité nous a choqué. Les génies ne restent pas souvent longtemps. Mais nous devons garder à l’esprit que nous avons eu sur cette planète un musicien hors pair.

Propos recueillis par Sylvain Timamo

www.scores2000.info

Contact Rédaction : +237 99451920/ +237 33145954

Depuis son départ, voici quelques mois du Cameroun où elle était venue faire la promotion de "Mélodies d'Amour", son dernier album, revoici Viviane Etienne, la diva de la musique africaine, annoncée à Yaoundé, dès ce 1er décembre prochain.
L'artiste, qui, une fois retournée en France, s’était repliée sur ses affaires  - ce chef d'entreprises est basée à Montpellier – qui l’accaparent beaucoup. Sur place, elle compte mettre à profit son séjour pour affiner le clip de 'Bonam', un des titres-phares de "Mélodies d’Amour". De plus, elle devra, dans la foulée, enregistrer plusieurs émissions spectacles pour des chaînes de télévisions locales, donner des interviews, et, faire avancer les travaux préparatoires de son nouvel opus.
Aussi, la vie n'a-t-elle pas toujours été un long fleuve tranquille pour cette artiste, humanitaire jusqu'aux bouts des ongles. Entre affaires et concerts, elle n’a jamais pris du temps pour elle-même. C'est ainsi qu'on a souvent retrouvé la belle Vivy, sur les estrades des tribunes cirées et dorées des prestigieuses salles de spectacles en Europe.
Selon certaines indiscrétions glanées auprès de l'entourage de cette chanteuse de charme, il est dit qu'une fois, au Cameroun, elle ne dérogera pas à un geste devenu banal chez elle : offrir son cœur. Aux enfants déshérités qu'elle soutient, grâce à l'Association Aide et Paix Internationale (ASAPI), son ONG créée, il y'a quelques année déjà... et qui œuvre à l’insertion des jeunes défavorisées d’Afrique.

Et "Mélodies d'Amour", cet album tombé dans les bacs en 2007, continue avec succès, de bercer les douillets instants des fans et mélomanes des quatre coins du monde. Eux, qui n'attendent qu'impatiemment l'arrivée de leur diva. Vivy, c'est forcément une dame de coeur.

www.scores2000.info

Rédaction: +237 99451920 / +237 33145954

e-mail:scores2000@hotmail.com

B.p.: 375 Nkongsamba-Cameroun

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 10:23

"Droits de l’Homme et Police Judiciaire au Cameroun",
La protection du suspect dans le code de procédure pénale

 Ils étaient plus de 300 invités et amants de la littérature à arpenter les escaliers du Hilton Hôtel le mardi  08 décembre 2009 à 16 heures pour participer à la première de la dédicace du livre de Me Simon-Pierre ETEME ETEME. Sur le plateau de la présentation de l’ouvrage, Me Mbeng, M. Roger Mondoué, le Directeur des éditions l’Harmattan et M. Sosthène Médard Lipot, critique littéraire, ont dépouillé avec l’éloquence qu’on leur connait, le riche contenu de l'ouvrage scientifique de cet auteur.

En ouverture des présentations, M. Roger Mondoué  a défini sa structure comme une maison d’édition qui publie en particulier les œuvres qui s’intéressent à la promotion des droits de l’homme et partant, il a qualifié l’ouvrage de Me Eteme Eteme de scientifique, un ouvrage de perfection qui ouvre et s'ouvre au débat. Me Mbeng en prenant la parole a tout d’abord voulu rendre un hommage particulier à son confrère qui honore la profession. Dans la quintessence de son message, on apprend que Me Eteme Eteme arrive comme avocat au barreau du Cameroun en  1996 et en 1998, il obtient un certificat d’aptitude à la profession. Il va ensuite se spécialiser en droit de l’homme et obtiendra par la suite un master en droit de l’homme et action humanitaire. Cet homme de droit est prédisposé à l'aristocratie de la science de part les connaissances acquises au développement durable, à la solidarité internationale, au respect des droits de l’homme. Il a, à n’en point douter, une vision futuriste de la profession d’avocat.  M. Sosthène Médard Lipot, journaliste et critique littéraire, fait son entrée en appréciant la vitrine de l’ouvrage, de couleur jaune, qui indique l’espoir et le titre «Droits de l’Homme et Police Judiciaire au Cameroun»,  floqué en rouge sur la page de couverture, est une expression de vie, de vitalité sous fond d’espérance. Cette œuvre de 243 pages est préfacée de Jean-Marie Tchakoua et se subdivise en deux parties : la reconnaissance des droits du suspect  et enfin le catalogue des sanctions avec des recours judiciaires et non judiciaires.

L’auteur, Me Simon-Pierre ETEME ETEME, pense que l’enquête et le passage devant l’Officier de la Police Judiciaire (OPJ) est la partie la plus stressante   de la procédure pénale. Il a voulu rassurer, au regard des nouveautés sur cette phase de mise en semence du procès pénal. Cet ouvrage est une bouteille jetée dans la mer pour désenvouter les pratiques anciennes. Son rêve est que les suspects bénéficiant de la présomption d’innocence, soit face à un enquêteur, un gentleman  et non face à un bourreau. Il ne faudrait plus que l’on se retrouve avec des affaires comme celle des neuf de Bepanda où des enfants sont morts à cause d’une bouteille de gaz.
Reste maintenant que la maison d’édition l’Harmattan s’harmonise à la réalité économique pour que cet apport à la réflexion, aux textes atteigne particulièrement les couches les plus défavorisées. Selon M. Njiki Epara, il serait intéressant que le livre dédicacée au prix de 15 000 FCFA, soit un document qui aidera le profane et même le professionnel du droit sur la question de la procédure judiciaire. Il se dit que malgré l’existence du nouveau code de procédure pénale, que les droits de l’Homme sont violés dans les commissariats et les brigades de gendarmerie.
Voilà qui va encore enrichir notre environnement judiciaire.

Sylvain Timamo
www.scores2000.over-blog.com

Contact Rédaction : +237 99451920 / 33145954

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 14:16

Le Directeur Général, M. Jean-Louis BEH MENGUE, autorise le lancement officiel du plan d’orientation du Programme Sectoriel de lutte contre cette pandémie.

jean-louis beh MengueDans la matinée du 08 décembre 2009, à la salle de conférence de l’Agence de Régulations des Télécommunications (A.R.T) du Cameroun, se sont retrouvés les administrateurs de l’agence, le personnel, le coordonateur de l’ONG Groupe de Recherche et d’Appui en communication Participative pour le Développement (GRACODE), le secrétaire permanent du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS), dans l’optique d’approfondir les connaissances sur le VIH/SIDA et les modes de protection.

Après deux présentations utiles des organisations présentes, le Directeur Général de l’ART a pris la parole pour répondre à une exigence du Bureau International du Travail (BIT) et de la stratégie multisectorielle nationale qui exige que chaque administration mette sur pied une stratégie de lutte contre cette pandémie.
L’équipe focale de lutte contre le VIH/SIDA de l’ART est mise sur pied par décision n° 165/ART/DG/DAAF/CAARH/SRHF du 29 octobre 2009 et se compose de la manière suivante :
-          Messieurs :
EYENE Marcel Justin (Point Focal)
EBALLE Jean Léon (Point Focal) 
-          Mesdames :
LOBE YANGA Jeanne Marius (Pair éducateur)
IDRISSOU Maryamou (Pair éducateur)
AKEM Augustine (Pair éducateur)
MAHI Michèle (Pair éducateur)
NGO BEKEY Elisabeth (Pair éducateur)
NGA MBARGA Marie (Rapporteur Pair éducateur)
Dans le discours du DG, on a une fois de plus suivi que le VIH/SIDA, est une pandémie qui induit une perte inestimable des compétences humaines et qui ralentit la production en augmentant les dépenses de santé dans les différents secteurs économiques. Dans les pays en voie de développement, le Sida occasionne une perte estimée à plusieurs  milliards de francs CFA par an. Sur le plan social, les personnes infectées ou affectées par le VIH/SIDA sont stigmatisées, victimes d’exclusions, parfois purement et simplement licenciées.

Cette communication de l’ART du 08 décembre 2009, à la veille des fêtes de fin d’année, arrive à point pour mettre en garde son personnel  et par ricochet le reste de la société contre cette mort silencieuse.

www.scores2000.over-bog.com 

Contact Rédaction : +237 99451920/+237 33145954/+237 76659023

e-mail : scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens