Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 14:16

Le Directeur Général, M. Jean-Louis BEH MENGUE, autorise le lancement officiel du plan d’orientation du Programme Sectoriel de lutte contre cette pandémie.

jean-louis beh MengueDans la matinée du 08 décembre 2009, à la salle de conférence de l’Agence de Régulations des Télécommunications (A.R.T) du Cameroun, se sont retrouvés les administrateurs de l’agence, le personnel, le coordonateur de l’ONG Groupe de Recherche et d’Appui en communication Participative pour le Développement (GRACODE), le secrétaire permanent du Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS), dans l’optique d’approfondir les connaissances sur le VIH/SIDA et les modes de protection.

Après deux présentations utiles des organisations présentes, le Directeur Général de l’ART a pris la parole pour répondre à une exigence du Bureau International du Travail (BIT) et de la stratégie multisectorielle nationale qui exige que chaque administration mette sur pied une stratégie de lutte contre cette pandémie.
L’équipe focale de lutte contre le VIH/SIDA de l’ART est mise sur pied par décision n° 165/ART/DG/DAAF/CAARH/SRHF du 29 octobre 2009 et se compose de la manière suivante :
-          Messieurs :
EYENE Marcel Justin (Point Focal)
EBALLE Jean Léon (Point Focal) 
-          Mesdames :
LOBE YANGA Jeanne Marius (Pair éducateur)
IDRISSOU Maryamou (Pair éducateur)
AKEM Augustine (Pair éducateur)
MAHI Michèle (Pair éducateur)
NGO BEKEY Elisabeth (Pair éducateur)
NGA MBARGA Marie (Rapporteur Pair éducateur)
Dans le discours du DG, on a une fois de plus suivi que le VIH/SIDA, est une pandémie qui induit une perte inestimable des compétences humaines et qui ralentit la production en augmentant les dépenses de santé dans les différents secteurs économiques. Dans les pays en voie de développement, le Sida occasionne une perte estimée à plusieurs  milliards de francs CFA par an. Sur le plan social, les personnes infectées ou affectées par le VIH/SIDA sont stigmatisées, victimes d’exclusions, parfois purement et simplement licenciées.

Cette communication de l’ART du 08 décembre 2009, à la veille des fêtes de fin d’année, arrive à point pour mettre en garde son personnel  et par ricochet le reste de la société contre cette mort silencieuse.

www.scores2000.over-bog.com 

Contact Rédaction : +237 99451920/+237 33145954/+237 76659023

e-mail : scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 18:01

Le SPIHT s’engage auprès du Mintour pour la formation de 2000 employés modèles


Il y a quelques jours, le Syndicat Patronal des Industries de l’Hôtellerie et du Tourisme pour la région du centre a organisé une grande cérémonie de remise de diplômes aux stagiaires formés à la sale des conférences l’Hôtel Hintel à Ngousso.

 

avion camairLa cérémonie de remise de parchemins à plus de 30 stagiaires des hôtels et restaurants de la ville de Yaoundé s’est tenue en fin d’après midi,  en présence de M.  Boniface Piga, inspecteur N°2 au Ministère du Tourisme, de M. Simon Emile Engoulou Engoulou, président régional du SPIHT, de M. Robert Ngatchoua, promoteur de l’hôtel du Lac, de M. Abraham Koagne, gérant del’Hôtel Meli-Melo,  ainsi que de plusieurs autres opérateurs du secteur.

 

Dans son propos de bienvenue, le président régional du SPIHT a laissé entendre qu’une révolution s’opère dans le secteur touristique au Cameroun et qu’il est nécessaire que les employés soient bien formés,  aptes aux marchés nouveaux. L’objectif principal est d’atteindre avant la fin de l’année 2010, près de 2000 personnes formées. Le jour de la remise des diplômes de fin de formation, on en était à 300 stagiaires. La formation était basée sur la gestion de la clientèle, la comptabilité, l’accueil et bien d’autres éléments du touristique. Cette formation est dispensée avec l’appui  des canadiens venus déjà deux fois au Cameroun et qui vont poursuive avec cette initiative de renforcement des capacités. Les canadiens de cette série, M. Gilles Dumoulin et Mme Marie-Pier Auger  ont exprimé  leur satisfaction sur les aptitudes des apprenants. M. Gilles Dumoulin, conseiller pédagogique et membre de du corps de l’université du Québec au Canada a fait des remarques sur la durée des enseignements, une semaine selon lui est insuffisant. Pour l’inspecteur N° 2 du Ministère du Tourisme, M. Boniface Piga, les employés ainsi formés doivent immédiatement faire usage des enseignements reçus.

 

En 2008, seulement  386 000 touristes  sont dénombrés au Cameroun, un chiffre en dessous  du menimum de cinq cent mille touristes par an, exigés par l’organisation mondiale du tourisme.

Il faut dire que l’accueil, les conditions de sécurité et la mauvaise promotion de la destination Cameroun contribuent à ce mauvais résultat. On espère que l’exploit des lions indomptables va quelque peu pousser des curieux à venir au Cameroun.

 

Armand Ndi Bekomo

www.scores2000.over-blog.com

Contact Rédaction : +237 99451920/33145954/7665

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:58

Former des étudiants aptes à conquérir le marché international du travail 

Depuis bientôt quatre années, ce nouveau fleuron de la formation a apporté à la cité des montagnes de 250 mille habitants ses lettres de noblesse. Il a fallu que dans un entretien fort amical, que le principal promoteur de cet institut, M. Gabriel Nkuissi,  demande au Ministre de l’enseignement supérieur de délocaliser une faculté de l’université de Douala à Nkongsamba.

ismam uneA cette requête, le ministre lui a lancé comme par enchantement : « va créer une université privée à Nkongsamba». M. Gabriel Nkuissi, fonctionnaire international s’est ainsi vu au centre d’une révolution spirituelle salutaire. L’institut Supérieur du Management du Manengouba (ISMAM) a vu le jour et compte déjà plusieurs étudiants admis à l’examen du Brevet de Technicien Supérieur (BTS), en Capacité en Droit. Avec l’appui du Fonds National de l’Emploi (FNE), ISMAM a formé plusieurs personnes en informatique et en anglais. Ismam en peu de temps, a reçu les félicitations du Ministre de l’Enseignement Supérieur, le Professeur Jacques Fame Ndongo.

 

Après le passage du Dr Charles Eteki, historien Mondialement connu à l’administration, l’institut est aujourd’hui dirigé de main de maître par Maître Siéwé, avocate au barreau du Cameroun, qui est en plus enseignante de droit. L’institut qui compte dans un proche avenir construire une autre université des métiers de la terre sur neuf hectares de terrain à Nkongsamba 3ème affiche une centaine d’étudiants, plus de vingt enseignants, 65% de réussite au BTS, et dégage près de 3 millions de charge mensuelle.  Une manne financière qui contribue à l’évolution économique, culturelle et sociale de l’ancienne troisième ville du Cameroun.

 

Ismam a innové par l’organisation de plusieurs conférences  d’un niveau élevé, présentés par les professeurs des universités de Douala et de Dschang, à la promotion des artistes camerounais dans son campus rénové, à la capitalisation d’un espoir nouveau.  Ce qui lui a valu d’être élu meilleure structure de promotion de la jeunesse à Nkongsamba avec une note très élevée. Le Prince des montagnes et artiste musicien Ndedi Eyango de retour d’une tournée américaine a effectué un don important en table-banc à l’institut tout en invitant les enfants de la diaspora à suivre le chemin de Gabriel Nkuissi. 

                       Nadine Hortense Maka
                       www.scores2000.info
Entretien avec Gabriel Djankou Kuissi, Fondateur de l'ISMAM

C’est dans une ambiance festive que les nombreux et distingués invités ont pris part à la cérémonie officielle de la sortie de la deuxième promotion et de la rentrée solennelle 2008/2009 de l’Institut Supérieur du Management du Manengouba (ISMAM), le mercredi 17 Septembre 2008, à l’esplanade de son Campus à Bellevue I à partir de 13 heures. Nous avons eu en exclusivité cet entretien avec M. Gabriel Djankou Kuissi, fondateur et fonctionnaire international. Lisez-plutôt !

 

gabriel kuissiScores 2000 : Quel est votre sentiment après l’ouverture solennelle de la rentrée académique 2008/2009 ?

M. Gabriel Djankou Kuissi : C’est un sentiment de joie et de satisfaction pour la forte affluence observée au Campus de l’Institut, un sentiment de satisfaction pour les propos aimables que les uns et les autres ont prononcé à l’endroit du succès du développement de l’Institut et enfin, un sentiment d’espoir parce que bien que les choses soient difficiles pour l’instant, nous avons la ferme conviction qu’avec l’élan de cœur que j’ai pu ressentir, que les choses iront beaucoup mieux dans les mois à venir.

Sous quel signe placez-vous cette rentrée solennelle 2008/2009 à l’ISMAM ?

Sous le signe de la rigueur dans la gestion interne, de la rénovation et de l’expansion sur le plan académique.

Puisqu’il s’agit aussi de la sortie de la deuxième Promotion, pourquoi la baptisez-vous «promotion Alphonse Kuissi » ?

Promotion Alphonse Kuissi,  comme je l’ai expliqué dans mon discours, parce que le patriarche Alphonse Kuissi est l’un des pionniers de l’université populaire à Nkongsamba dans les années 60 et déjà à cette date là, les gens pensaient créer une université à Nkongsamba. C’est pour rendre hommage à ce grand pionnier de l’enseignement supérieur à Nkongsamba.

 

Après deux années d’expérience, quelles sont les principales innovations de l’Institut ?

Bien, parlant des innovations comme vous avez constaté, il y a l’extension de notre campus. Aujourd’hui, nous disposons d’un amphi de 200 places et de trois nouvelles salles de classe chacune d’une capacité de 30 tables. Ensuite, nous avons apporté une innovation particulière au niveau de l’orchestre pour permettre aux étudiants qui seront inscrits ici de se divertir et de participer aux festivités d’animation de la 3ème ville du Cameroun. Les innovations les plus importantes sont au niveau des filières ouvertes, notamment : l’économie sociale et familiale,  l’hôtellerie et le tourisme. 50 ordinateurs à la pointe de la technologie sont fournis cette semaine pour renforcer la capacité du Centre International Multimedia de l’ISMAM.  Voila les principales innovations que nous avons apporté pour cette années 2008/2009.

 

Que représente la ville de Nkongsamba pour vous pour y consentir de tels sacrifices ?

C’est ma raison d’être. Vous devez savoir que tout mon nombril est enterré à Nkongsamba. C’est la ville de ma naissance, qui m’a vu évoluer, qui m’a vu grandir. J’ai un amour sans borne pour cette cité montagnarde et tout ce que je fais aujourd’hui, c’est pour essayer, je précise, de redonner un peu à cette ville de ce qu’elle m’a donné.

 

Quelles sont les perspectives pour l’avenir ?

Je dirais tout d’abord que votre question relève d’un constat qui déroule  l’occasion de signifier tout mon engagement. En effet, l’Ismam n’est que le début d’un grand projet plus vaste que l’on appellera d’ici 10 ans, l’Université Professionnelle et Internationale de Nkongsamba (UPIN). Toutes les dispositions premières sont prises, un site est trouvé, la maquette est déjà établie. Il reste alors à trouver des financements internes ou externes. Il faut comprendre le projet et le rêve du promoteur de l’Ismam par rapport à son souhait de voir Nkongsamba renaître. L’Ismam est né à Nkongsamba et est le début du rêve de contribuer à la renaissance de Nkongsamba, notre ville tant aimée ; et je pense que Nkongsamba est aujourd’hui comme cette maman abandonnée qui a pourtant élevée beaucoup d’enfants, une maman malade. Notre maman Nkongsamba, pour ne pas mourir, a forcement besoin de tous ses enfants. Que ce soient les enfants du premier mariage (autochtones), que ce soient les enfants du deuxième mariage (allogènes). Au chevet de la maman, nous avons aussi besoin du médecin spécialisé : le gouvernement. C’est tous ensemble, dans un même regard, que la cité des deux monts renaitra définitivement. l’Ismam est un premier pas, une preuve qui en vaut la peine.

Source : édition Scores 2000, N° 139 de septembre 2008

Contact Rédaction : +237 99451920/ +237 33145954/ +237 73 18 17 05

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:55

Une responsabilité accrue des maires dans la décentralisation

Le Ministre du Développement Urbain et de l’Habitat (MINDUH), Son Excellence Clobert  Tchatat, a personnellement présidé le 2 décembre 2009, la cérémonie de lancement de cet atelier destiné au renforcement des capacités des maires et autres membres de l’exécutif des mairies,  des cadres des autres ministères impliqués dans la décentralisation, au Palais des Congrès de Yaoundé.
tchatat clobertLes participants représentaient les régions du Centre, du Sud et de l’Est.  Les autres régions du Cameroun abriteront dans quelques semaines  le même atelier.

«Par la loi n° 2004/003 du 21 avril 2004 et ses textes d’application en cours d’approbation, le Cameroun, sur la voie de la modernité, entend se doter d’un véritable code de l’urbanisme et de la construction. Ainsi, dans nos villes, nul ne pourra plus s’installer, construire un ouvrage s’il n’a préalablement rempli toutes les obligations légales et réglementaires. C’est-à-dire s’il n’a obtenu toutes les autorisations nécessaires auprès des autorités compétentes, ou alors ce sera à ses risques et périls ». Ces propos de Maître Jeannette NGUEWOU tenu au cours du Séminaire d’examen et de validation du projet de décrets d’application de la loi régissant l’Urbanisme au Cameroun illustre à suffisance l’importance attachée à ce texte de droit.

Par cette importante législation en effet, le gouvernement  camerounais, en concrétisant ses engagements contenus dans la Constitution de 1996 et en considérant un contexte national marqué par la décentralisation de la vie publique, la libération économique, la décentralisation et l’exigence de la bonne gouvernance urbaine, s’engage résolument à opérer avec cette troisième grande étape de l’histoire de la législation en matière d’urbanisme au Cameroun après 1966 et 1973, une véritable révolution dans la gestion de nos villes par le renforcement en premier lieu des responsabilités des maires, la clarification des rôles des autres acteurs et la formalisation de la participation de la société civile et des populations.

Cet outil précieux de la réglementation et du contrôle de l’occupation et de l’utilisation du sol urbain est intervenu pour faire des communes au même titre que l’Etat, des gestionnaires et garants de l’espace territorial national (article2 de la loi) dans le pays, à l’instar de toutes les autres nations en voie de développement, se caractérise par une urbanisation rapide, une croissance anarchique des villes, une dégradation continuelle et alarmante de l’environnement urbain, une précarité de vie en milieu urbain ainsi qu’une insécurité galopante.

C’est donc pour remédier à une situation hautement préjudiciable à l’efficacité, pour améliorer la productivité globale des villes et leur environnement, pour appuyer la décentralisation et l’exercice des compétences qui en découlent, que le MINDUH, en concertation avec le MINATD, les CVUC et avec l’appui technique de ses partenaires (dont l’IRCOD et la coopération française), a décidé d’organiser  ces ateliers régionaux de vulgarisation afin de mettre à la disposition de tous les acteurs urbains des outils facilitant l’application de la loi régissant l’urbanisme au Cameroun et ses textes subséquents.

Reste maintenant à faire en sorte que la connaissance soit partagée au niveau le plus bas de l’administration, notamment des conseillers municipaux et même des autorités traditionnels pour éviter des éventuels conflits.
http://www.scores2000.info
Contacts Rédaction : +237 99 45 19 20, +237 33 14 59 54 / +237 73 18 17 05

e-mail : scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:40
Une soirée de récompenses pour les moins de 15 ans
Le tournoi Hiltonia destiné aux minimes s’est déroulé au Hilton Hôtel le samedi 5 décembre 2009, de 9 heures à 20 heures et 30 minutes, sous la supervision du représentant du Délégué régional des sports et de l’éducation physique du centre, Mme Marguerite Mounchikpou.
La compétition a vite pris des allures de gala de Taekwondo à la grande satisfaction de M. Félix Ngompe, Président Régional de cette discipline. L’objectif principal est de promouvoir le Taekwondo auprès des enfants de moins de 15 ans, en leur inculquant les valeurs de l’olympisme afin de renforcer les techniques de ce sport pour la vie.
Le tournoi sur le plan technique est supervisé par M. Franck Nguimbi, directeur du tournoi. Le tournoi Taekwondo Hiltomania est une initiative de Me Bidzogo Urgue, qui est aussi le responsable du Club Taekwondo du Hilton.

12 trophées étaient en compétition pour 3 catégories. Lors de la remise des diplômes, le public venu très nombreux a apprécié deux distinctions : celle du meilleur fair-play du tournoi, attribué au jeune Sahazang Loïc et celle du meilleur combattant de la journée attribuée au jeune Gnolo Ewané Blondin.

La fine fleur des arbitres et maitres de Taekwondo de la région du centre telles, Me Kalmet Kepsu, Me Ambroise Bineli, Me Junior Sébastien Akoa était présente. Dans son propos, le Président régional a laissé entendre qu’un grand tournoi régional destiné à la jeunesse est envisagé pour le mois de février 2010.
Sylvain Timamo

Classement des meilleurs de la journée : 
I- Moins de 40 Kgs
Engagna Marie(1er); Nvondo Michel(2ème); Tamegke Anne Océane(3ème); Sundjo Amaïs(4ème)

II- Plus de 40 kgs
Nyodoy Yvette 1ère); Nganso Tchapmi(2ème); Nkoto Angoula(3ème); Ngaketcha Jordane(4ème)

III- Ceinture blanche finale
Nasr Rayn(1er); Moukala Jerry(2ème); Yonkeu Onkam(3ème); Defo Ryan(4ème)

IV- Moins de 28 kgs
Mindzie Amougou(1er); Mbarga Bella(2ème); Mindzie Amagui(3ème); Ngake Cha Arlette(4ème)
Pour plus d’informations, contacter Me Franck Nguimbi(Tél. : 99359539), Président Félix Ngompe(96712166)
www.scores2000.info
Contact rédaction : +237 99451920/ +237 33145954
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 20:28
Le développement durable n’est possible qu’a travers le dialogue interculturel. Telle est la quintessence d’une des principales résolutions de la première édition de Forum Universel des cultures de Barcelone en 2004. Pour se faire, les acteurs du dialogue interculturel doivent disposer des appuis de toute nature nécessaires à favoriser les échanges dans le grand village planétaire. Qu’en est-il des entreprises camerounaises. Pour aborder le sujet, nous avons rencontré M. Jean René Eba du service communication de Orange à Yaoundé, le 4 décembre 2009.
orange-libreScores 2000 : Qu’est-ce qui explique la présence de Orange à cette Conférence de la Fédération Internationale des ingénieurs ?

M. Jean René Eba : Déjà, nous faisons dans les techniques de l’information et de la communication comme premier opérateur au Cameroun. Nous venons en appui à l’organisation de la manifestation. Notre présence s’explique aussi en terme d'option de recrutement dans la mesure ou Orange recrute souvent les produits de l’Ecole Polytechnique de Yaoundé. C’est par ailleurs, un segment en terme de connaissance et de compétitivité.

Scores 2000 : Pourquoi cette conférence et pas une autre à cette période ?

M. Jean Réné Eba : Avant tout, Orange est une entreprise citoyenne. Nous avons un partenaraiat avec l’Ecole Polytechnique de Yaoundé et la collaboration avec l’assotiantion des ingénieurs sorties de cette école s’est montrée satisfaisante. Donc, nous avons entière satifaction et ne pouvons pas être insensible.

Scores 2000 : Nous avons en plus observé sur votre stand des images et gadgets aux couleurs des Lions Indomptables de football. Comment expliquez-vous cette approche ?

M. Jean René Eba : Le images positives des Lions Indomptables sont présentes pour le plaisir des camerounais et que ce soit pour la Can ou le Mondial, Orange va innover dans son approche marketing.
Sylvain Timamo
www.scores2000.info
Contact Rédaction : +237 99 45 19 20 ou +237 33 14 59 54
e-mail:scores2000@hotmail.com
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 13:34

Nyodog.tif.jpgLa conférence internationale Asap 2009, a effectivement démarré le jeudi 03 décembre par une ouverture officielle du Vice-premier Ministre, Ministre de la justice et garde des Sceaux, Son Excellence Amadou Ali, Représentant personnel du Chef de l’Etat. A la fin de la première série d’atelier, nous avons rencontré M. Perrial Jean Nyodog, Président du Comité de la Supervision générale pour faire le point.

Scores 2000 : Quel est votre sentiment à la 2ème journée de cette conférence 2009 ?

M. Perrial Jean Nyodog : Oui, je pense que la conférence se déroule très bien. Comme vous l’avez constaté, la qualité des exposés est d’un niveau élevé. Nous sommes convaincus qu’aux termes de cette conférence, nous aurons une évolution sur le sujet. La conférence se tient dans la capitale camerounaise, mais, l’esprit sera partagé dans les autres villes africaines. Assurer l’existence des langues africaines sur Internet est un levier qui pourrait contribué à notre développement. 

Scores 2000 : Du regard du profane, on a l’impression que les participants aux ateliers sont plus des ingénieurs et les étudiants de l’école polytechnique de Yaoundé. Quelle était votre cible ?

M. Perrial Jean Nyodog : Nous avions pensé qu’il fallait que les élèves ingénieurs s’appuient sur ce qui se passe ici. Nous avons eu cet exposé brillant de la Société Internationale de Lingustique (SIL) et les interventions des responsables en charge des projets gouvernementaux  en la matière. Ce sont des exposés très riches qui cadrent bien avec le thème central « Diversité culturelle et Internet multilingue en Afrique ».

Scores 2000 : Le label « ingénieurs du Cameroun » n’est pas très utilisé dans les grands chantiers à l’aube des Grandes Ambitions au  Cameroun. Peut-on avoir le sentiment qu’à travers la communication faite sur cette conférence internationale, qu’un changement de mentalité s’opère?

M. Perrial Jean  Nyodog : Je pense que les ingénieurs camerounais sont impliqués dans la plupart des projets qui sont en exécution au Cameroun. Ils sont des cadres dans les entreprises qui travaillent chez nous. Ces sociétés sont étrangères, mais la plupart des cadres sont camerounais. Mon  vœu est qu’il y ait un plus d’entreprises camerounaises, que se développe un entreprenariat  plus conquérant. C’est clair que lorsque les ingénieurs auront plus d’entreprises performantes, qu’ils auront plus accès aux marchés publics. Dans tous les cas de figure, nous avons déjà un nombre très important d’ingénieurs formés.

 Sylvain Timamo et Lionnel Bayong

Contact Rédaction : +237 99451920/ +237 33145954

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 18:15

Le Partenariat Ringo et Microsoft pour un accès facile aux TIC

Le mercredi 02 décembre 2009, s’est tenue à l’Hôtel Hilton de Yaoundé une cérémonie de lancement des nouveautés de la firme internationale, Microsoft, spécialisée dans la production des systèmes d’exploitations.
ringo-pubDès 9 heures du matin, les nombreux participants venant des entreprises, des administrations et des organisations de défense des droits à la propriété intellectuelle se sont massées devant les stands des partenaires. Notamment, Ringo et  Prologic. Durant plusieurs heures, les experts de Microsoft ont donné des explications sur Windows 7 et Office 2007. Windows 7 selon les informations données par les organisateurs est rapide, facile à utiliser et permet de nombreuses applications sur les supports informatiques et Internet.
 

En début d’après midi, les journalistes de la presse audiovisuelle, de la presse écrite et cybernétique ont eu droit à une conférence de presse. A la table principale, on a écouté les explications des responsables de Microsoft pour l’Afrique Centrale, de Ringo et Prologic. De nombreux sujets ont été abordés par Olivier Leloustre, Anthony Samé Ekobo et Alain Sosso.

Ces derniers ont rassuré les éditeurs des journaux en ligne sur une éventuelle rémunération de l’exploitation de leur contenu. Dans cette optique, M. Olivier Leloustre a invité les éditeurs à plus de collaboration pour l’exécution d’un partenariat «gagnant-gagnant». Tout d’abord, il faudrait que les journalistes et éditeurs camerounais hébergent leurs site au Cameroun.

Ringo SA est un opérateur de télécommunication spécialisé dans la fourniture d’accès Internet dont les opérations ont été lancées officiellement le 03 novembre 2008 au Cameroun. Son capital est de 200 000 000 de Fcfa et son souci majeur est de rendre Internet accessible à tous au Cameroun. Cette entreprise vient de signer un contrat de partenariat avec Microsoft pour la commercialisation de Windows 7 et autres produits au Cameroun.

Un de ses responsables à la communication nous a confié ceci : «Le Partenariat de Ringo avec Microsoft cadre parfaitement avec l’évolution constante de notre service. Nous voulons être l’acteur principal de la construction d’un écosystème numérique au Cameroun, ceci pour mieux répondre aux exigences des consommateurs et contribuer au développement de l’économie du pays. Nous sommes très heureux de nous associer avec Microsoft pour offrir à nos clients les toutes nouvelles avancées sur les avenues des TIC ». Une pensée tirée d’une réflexion de M. Olivier Leloustre, Administrateur Général de Ringo. Pour atteindre cet objectif, l’entreprise compte couvrir de près de 70% le territoire national avant la fin de l’année 2010.

Sylvain Timamo

www.scores2000.info
Contact Rédaction :+237 99451920/ +237 33145954 / +237 72 18 17 05

 

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 15:33

Enjeux et perspectives

Les participants étaient nombreux le 30 novembre à l’Hôtel Hilton de Yaoundé pour la cérémonie d’ouverture des JCIM en sa deuxième édition.  Dans son propos d’ouverture, le Pr. Vincent de Paul DJIENTCHEU a remercié toutes les parties pour le sérieux accordé à cette démarche. Celle de réduire le temps de travail et le volume des dossiers médicaux à archiver, dans l’optique d’une meilleure prise en charge des patients.
Djientcheu.tifCes deuxièmes Journées se tiennent à la suite des 1ères Journées du 21 au 22 Novembre 2007, ayant permis de faire la promotion de l’Informatique Médicale et de la Télémédecine, de faire l’analyse situationnelles, de recenser les compétences et les différents projets Nationaux. Elles ont abouti à la création de la Société Camerounaise d’Informatique Médicale et l’Inauguration du Centre RAFT et UNFM de l’Hôpital Central de Yaoundé.

 

Le succès de la première édition a conforté les organisateurs dans la réalisation des thèmes phares de l’actuelle édition placée sous le haut patronage du Ministère de la Santé Publique et qui a pour thème général : «Informatique Médicale et Télémédecine : Quel enjeu pour le patient en terme de coût et d’accès aux soins ? ».

M. Blaise Etoa, partenaire à l’organisation pour le compte de Orange Cameroun, a reconnu que le thème choisi est d’une grande importance et contribuera à améliorer la santé des couches défavorisées. Faire de nombreux voyages pour rencontrer son médecin, rechercher les médicaments appropriés et partager les expériences sans l’interconnexion est coûteux…

L’espoir des organisateurs est qu’à travers le développement de l’Informatique médicale en Afrique, que soit développé un système de santé qui promeut la qualité de soins, l’accès aux soins, la réduction des coûts de la santé, la collaboration et l’échange entre les professionnels de la santé, aussi bien au plan national qu’international et enfin l’amélioration de la formation et de la recherche en santé.

Ainsi, les JCIM contribuent à la rupture numérique entre le Nord et le Sud, entre les grands centres urbains et les zones rurales.

Pour le Pr Vincent de Paul DJIENTCHEU, Président de la Société Camerounaise d’Informatique Médicale et de Télémédecine (SOCIM), il parait opportun de créer une Revue qui publiera les meilleurs productions scientifiques dans le domaine de la télé-santé ou «e-health» tant au niveau National, Régional et International.

Dans son exposé à l’Hôtel Hilton de Yaoundé le 30 novembre 2009, le principal organisateur de la cérémonie a montré des images d’archives des dossiers médicaux des patients en pile dans un hôpital de la place qui ne permettait pas de gagner en temps et un meilleur suivi médical des patients. Grâce à l’informatique médicale, les médecins et chercheurs au Cameroun peuventt désormais suivre des malades à distance, éviter des erreurs, mieux utiliser le personnel de santé et accroître le niveau de collaboration. Les résolutions de cette édition seront connues du public le 02 décembre à l’occasion de la cérémonie de clôture.

Sylvain Timamo

Contact Rédaction : +237 99451920/33145954

www.scores2000.info

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 18:38

-         M. Dieudonné Tchiankoua  (Upc)

Je pense que ce résultat du sondage est proche de la réalité et nous ne pouvons qu'encourager les jeunes qui travaillent dans ce projet. C'est intéressant de savoir que pour ce que nous faisons au quotidien, que des personnes averties nous observent et peuvent donner leur point de vue. Nous ne sommes plus dans une société unipolaire où des opinions n'émanent que d'une seule source. J'encourage par ailleurs les jeunes de Nkongsamba à travailler pour être indépendant sur le plan de leur opinion, ils ne doivent pas rester dans l'attentisme et se faire exploiter par quelques politiciens. 

- Honorable Pierre Sime (Rdpc)

J'ai bien reçu le diplôme que les jeunes m'ont attribué comme meilleure personnalité politique 2009. C'est pour le travail que je fais déjà qu'ils pensent que je peux aller de l'avant. J'ai aujourd'hui beaucoup de plaisir à aider les gens et comme vous-même vous le souhaité, pourquoi pas créer une fondation Sime Pierre, indépendante de mes activités politiques pour financer des projets ? 

 - M. Gilbert Njike (Pca de la Mutuelle Communautaire de Croissance à Nkongsamba)

njike gilbert3Nous sommes heureux de recevoir le prix de la meilleure structure de microfinance à Nkongsamba. Ce n'est pas un hasard parce que nous travaillons déjà beaucoup en créant des facilités pour permettre aux opérateurs économiques, aux éleveurs, aux agriculteurs de faire leurs activités. Mc2 de Nkongsamba doit continuer à mériter cette distinction dans la fourchette des produits que nous mettons en place. Nous faisons déjà du transfert d'argent et un service disponible est là pour servir notre clientèle de plus en plus nombreuses.

- M. Thomas WANDJI (Maire de la CAN II, www.nkongsamba2.info)

Nous sommes à l’écoute des populations et c’est avec beaucoup de modesties que nous recevons cette distinction de première meilleure mairie de Nkongsamba. Le sinistre que nous avons connu a retardé les actions envisagées pour notre arrondissement. Nous travaillons tout de même à créer des espaces de vie pour nos administrés avec pour bientôt un hôtel de ville, un parc d’attraction et plusieurs autres espaces animaliers.

- M. David Nyassi (Coordinateur SDF, 3ème personnalité politique à Nkongsamba)

Nyassi DavidNous respectons le travail que vous faites à Scores2000-association et ne pouvons que vous demander d'aller de l'avant. Il faut surtout mieux circonscrire vos activités pour bien faire et ne pas perdre de l'énergie utile. Il faut que les jeunes de Nkongsamba par ailleurs travaillent énormément pour garder leur indépendance d'opinion. Il y a par exemple l'élevage à faire, le petit commerce. L'élevage des cailles est rentable avec des œufs de cailles qui ont une grande vertu thérapeutique.

Innocent Nana et Sylvain Timamo

www.scores2000.over-blog.com

e-mail: scores2000@hotmail.com Tél.: +237 33 14 59 54 / +237 99 45 19 20

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens