Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2019 5 15 /11 /novembre /2019 20:25

Chers membres de ce groupe, Kawtal, lorsque mon ami et de très loin mon petit frère mais ami tout de même, a créé ce groupe pour rassembler autour de mon engagement politique, ceux et celles qui partargent ma vision politique, j'étais loin, très loin de croire que vous serez plus de 5000 membres.
J'ose croire que, depuis l'adhésion de chacun à cet espace d'échange et surtout de soutien à mon engagement, certains n'ont pas souvent été totalement en phase avec moi: la vie intellectuelle et politique est ainsi faite. Toutefois, ce groupe a continué à se densifier, peut-être qu'il s'agit là de la preuve que pour l'essentiel, nous avons été unis dans le combat contre les injustices qui ont court dans notre pays et qui le rendent instable, fragile et le mettent en difficultés graves.
Vu comme cela, nous avons atteint notre objectif ô combien noble : «Nous mettre ensemble, conjuguer nos énergies intellectuelles, pour produire un corps d'idées dont la pertinence force le respect et suscite l'adhésion».
La nouvelle législature qui pointe doit être le moment idéal de passer à la phase de promotion de l'implémentation de ces idées qui nous ont unis dans ce groupe.

 

J'ai exhorté beaucoup d'entre vous à envisager d'être des acteurs politiques alternatifs aux acteurs politiques du régime Rdpc. C'est parce que j'ai l'intime conviction que pour changer d'ère politique, il faut mettre en face de chaque acteur du régime,une alternative ; c'est à dire, un acteur politique nouveau, porteur de nouvelles perspectives pour notre pays. Voila l'essence de ma propre candidature à l'élection des députés dans la circonscription électorale de WOURI-CENTRE ET MANOKA.
JE SOUHAITE QUE LES POPULATIONS DE WOURI-CENTRE ME DONNENT LA MISSION , COMME ELLES DE REPRÉSENTER LA NATION CAMEROUNAISE À L'ASSEMBLÉE NATIONALE POUR PARTICIPER AU CONTRÔLE DE L'ACTION DU GOUVERNEMENT QUE LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE METTRA EN PLACE.
JE SOUHAITE ÊTRE ASSOCIÉ À L'EXAMEN DES PROJETS DE LOIS QUE LE CHEF DE L'ÉTAT POURRA ÊTRE AMENÉ À PROPOSER À LA NATION À L'EFFET DE VEILLER À L'INTÉRÊT SUPRÊME DE NOTRE PAYS.
Le Président BIYA est déjà élu: qu'on l'aime, qu'on ne l'aime pas, C'EST LUI L'ELU DE LA NATION. IL DÉFINIRA PENDANT SEPT (7) ANS ENCORE LA POLITIQUE DE LA NATION.
Je n'adhère pas à l'idée ni au programme de le renverser de quelques manières que ce soient.
Je suis de ceux qui pensent qu'il faut envisager de gouverner avec le président Biya parce que c'est bien lui LE PRÉSIDENT ÉLU PAR LE PEUPLE CAMEROUNAIS.
JE RÊVE QU'IL Y AIT UNE NOUVELLE MAJORITÉ À L'ASSEMBLÉE NATIONALE, FAITE DE PERSONNES SAGES, PROBES, BIEN QUALIFIÉES POUR UNE BONNE MAÎTRISE DES AFFAIRES PUBLIQUES, DES PERSONNES AVISÉES QUI SAURONT SE METTRE À CÔTÉ DU PRÉSIDENT ÉLU SANS CRÉER DE CRISE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DONT NOTRE PAYS N'A PAS BESOIN.
JE SOUHAITE ÊTRE DANS CETTE NOUVELLE MAJORITÉ PARLEMENTAIRE OÙ ÊTRE SIMPLEMENT DE CE NOUVEAU PARLEMENT POUR POUSSER À L'AVÈNEMENT D'UNE NOUVELLE GOUVERNANCE QUI NE S'ACCOMMODERA PLUS DES APPLAUDISSEURS MAIS QUI VEILLERA À L'IMPLICATION DE TOUTES LES COMMUNAUTÉS DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES PUBLIQUES.
JE SOUHAITE ÊTRE DANS LA NOUVELLE ASSEMBLÉE NATIONALE POUR PARTICIPER À LA PROTECTION DE LA FORTUNE PUBLIQUE TRÈS SOUVENT L'OBJET D'UN MAUVAIS USAGE.
JE SOUHAITE ÊTRE DE CEUX QUI POUSSERONT À LA MISE EN ŒUVRE DE LA RÉFORME DE LA CONSTITUTION ET DU CODE ÉLECTORAL POUR QUE:
* Personne ne confisque plus le pouvoir suprême en remettant la limitation des mandats présidentiels
* Personne ne nomme plus les parlementaires en supprimant la nomination des 30 sénateurs
* La culture de l'alternance devienne un véritable catalyseur du DYNAMISME POLITIQUE en limitant également le mandat des parlementaires, des prochains présidents des conseils régionaux et des maires.
* Les camerounais de la diaspora participent dorénavant au contrôle de l'action du Président de la République qu'ils ont contribué à élire, en œuvrant pour que la diaspora camerounaise ait des sièges à l'Assemblée nationale
* L'exécutif dans les communautés urbaines soit démocratique et que le délégué du gouvernement soit nommé parmi les grands conseillers : ainsi le délégué du gouvernement aura désormais un mandat car il sera un conseiller municipal élu dans sa commune d'arrondissement d'attache et son mandat de délégué s'achèvera avec celui des conseillers municipaux. Chaque fois qu'on élit des nouveaux conseillers municipaux le chef de l'État nomme un nouveau délégué du gouvernement parmi les nouveaux grands conseillers de la communauté urbaine. Avec cette réforme, on conserve la fonction de délégué du gouvernement qui est un leg des pères fondateurs et qui fait la spécificité du Cameroun, puis on démocratise la fonction sans dépouiller le chef de l'État de ses pouvoirs constitutionnels.
* Les partis politiques aient la liberté de faire des coalitions électorales en réformant les articles 151,171 et 217 du code électoral pour autoriser le panache des candidats dans les listes des candidats.
* Pour asseoir le principe constitutionnel de la préservation des droits des populations autochtones en quantifiant la PRISE EN COMPTE DES COMPOSANTES SOCIOLOGIQUES LORS DE LA CONSTITUTION DES LISTES DE CANDIDATS. Au grand dialogue national, j'ai proposé le rapport (à discuter) de 80% au moins, arrondi à l'entier supérieur le cas échéant, d'autochtones ; les 20% maximum restants pour représenter la diversité ethnique de la circonscription électorale.; ainsi aucun parti politique ne pourra plus, nulle part, envisager la mise à l'écart des populations autochtones qui doivent être les principaux administrateurs des collectivités territoriales décentralisées.

Chers membres de ce groupe, j'ai maintenant besoin de votre proximité,
j'ai besoin de votre accompagnement pour faire gagner nos idées, faire gagner nos aspirations au changement, faire gagner ma liste que je finalise conformément à l'idée qui m'est chère : C'EST L'UNION DE L'OPPOSITION QUI FERA NOTRE FORCE.
J'ai besoin de vos contributions financières pour financer ma liste et apporter de l'aide à d'autres listes kawtal, à Douala 4, Douala 3, dans la Moungo, Douala 5, Ngoumou, Douala 2.
Pour toutes fins utiles :
Orange : 693 22 42 70
MTN: 677 05 31 82

LA PÉNALISATION DES DISCOURS DE HAINE À CARACTÈRE TRIBALISTE EST EN COURS DE TÉLÉCHARGEMENT...

Les députés présents à la session ordinaire de l'assemblée nationale débutée le 12 novembre 2019, auront entre autres responsabilités, de légiférer sur un projet de loi portant sur la pénalisation des discours de haine à caractère tribaliste.

Une première pour l’exécutif et son chef, le Président Paul BIYA qui, par cet acte semble pour une fois, commence à s'adresser sur le phénomène du tribalisme dont l'ampleur dépasse le seuil du discours.

Les compatriotes n'ont qu'a bien se tenir. Il leur faudra après l'adoption que les camerounais s'approprient du délit d'<outrage à la tribu>, punissable par un emprisonnement d'un à deux et d'une amende de 30 0000 FCFA à 3 000 000 FCFA.

La tribalisation saisonnière joute à kite politiques qui a atteint son paroxysme depuis l'entrée sur la scène publique de Maurice KAMTO et le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), aurait failli ajouté à la crise linguistique anglophone, une crise ethnique.

Une situation que les irrédentistes de tous bords continuent d'exploiter pour fragmenter le tissu social déjà si fragile.

Si aujourd'hui, le régime de Paul BIYA dont certaines pontes connues ont, des fois tenus des propos de cette nature, est à l'initiative de sa pénalisation, comme n'avait cessé de le demander plusieurs acteurs de la société politique et civile, il convient de saluer l'introduction de ce projet de loi antitribaliste malgré sa circonscription exclusive sur le discours alors que la pratique tribaliste est tout aussi dangereux pour la cohésion nationale.

Diderot E. DOPNA/Correspondant Agence Moungo Presse en Nkongsamba

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2019 5 01 /11 /novembre /2019 18:34

Au moment où notre pays est en proie à de nombreuses crises, et que les populations s’interrogent sur la direction à prendre pour améliorer leur condition de vie, les médias du Moungo se sont donnés une mission, celle de rechercher auprès des acteurs principaux de la scène sociopolitique, les meilleurs à même de proposer des solutions. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer Me Edimo Nana Ferdinand, né le 22 mai 1965 à Manjo au Cameroun. Il est sur le plan professionnel Docteur en Droit et Maître de conférences des Universités, avocat aux Barreaux de Fort de France et du Cameroun. Sur le plan politique, il est le Vice-président de la Section Rdpc du Moungo-Nord 3. Sur le plan social, il est grand notable, père de plusieurs enfants. Il a bien voulu nous accorder en exclusivité cet entretien.

Scores2000 : Fort de votre expérience d’avocat international et d’enseignant d’université, vous vous êtes impliqué dans la vie politique de votre pays. Peut-on savoir les raisons profondes ?

Me Edimo Nana Ferdinand : Mon implication n’est pas liée a ma qualité d’avocat international ou d’enseignant. Elle tient au fait que je suis un espoir pour mon pays qui a le profond désir d’être utile aux siens dans la quête d’amélioration du bien être quotidien des populations, de l’amélioration de leurs conditions de vie, comme vous le savez,  j’ai été à l’école comme de nombreux autres africains dans mon pays d’origine le Cameroun. Il m’a été donné d’échanger avec mes camarades de classe, mes professeurs au collège et de nombreux parents. Après avoir achevé mes études en Europe et entamé ma carrière professionnelle, j’ai acquis de l’expérience dans divers domaines. C’est ma connaissance sur le monde et ses mutations qui motive ce rôle que je joue et que j'entends jouer sans ménager aucun effort désormais.

Vous avez fondé en 2002 l’Association des Enfants Solidaires (AES). Cette organisation a-t-elle contribué à atteindre vos objectifs ?

L’association est le support ou encore la plate-forme qui aux yeux de la loi nous permet de remplir les missions que nous nous sommes assignées. Plusieurs camerounais de l’intérieur comme de l’extérieur se reconnaissent, s'y retrouvent à la lecture des statuts et des objectifs à atteindre. Oui, elle nous permet de toucher nos cibles en créant de l'émulation, en renforçant le lien de solidarité entre les Hommes, le vivre ensemble. C'est un support de manifestation de notre adhésion  à des valeurs universelles…

Quelles sont les actions menées depuis 2002 par l’association des enfants solidaires ?

Je ne pourrais pas les citer. Pour faire simple, je dirais simplement que plusieurs centaines, je voudrais dire des milliers d’élèves ont été scolarisés grâce aux contributions de l’association. Ces jeunes gens sont aujourd’hui à l’université et même dans le monde du travail, pendant que plusieurs dizaines poursuivent leurs études. Nous avons participé à la réhabilitation des écoles, construit des salles de classe, des latrines et bureaux pour enseignants comme vous pouvez le constater, participation à la construction des cathédrales, infrastructures des types des foyers dans les villes de Nkongsamba, Buea, Maroua, Baré-Bakem, Melong, Loum, Ekom-Nkam, Manjo. Nous sommes aux côtés des autorités traditionnelles, gardiens de nos traditions pour remettre débout des infrastructures culturelles, touristiques dans l’optique de la conservation de notre patrimoine.

Vous présentez la des actions en faveur de la grande majorité des populations. Que dire de celles qui touchent principalement la jeunesse?

Nous avons organisé des conférences thématiques pour les jeunes notamment, assisté de nombreuses associations, accompagné de nombreuses personnes pour qu’elles s’installent dans la vie professionnelles, mis en place des programmes d’assistance humanitaires, de santé, organisé des caravanes de solidarité, de noël pour les enfants... Bref, nous avons été tous les jours sur le terrain auprès des populations, et nous avons essayé, avec nos modestes moyens de les accompagner. Aujourd’hui, nous pouvons dire que des actions nombreuses sont initiées et réalisées en faveur de la jeunesse camerounaise toute entière. En dehors des bourses scolaires dans le cadre du concept «Journée de l’excellence scolaire» lancé depuis 2010, nous finançons en fonction des moyens disponibles des activités sportives, des visites touristiques, des voyages d’étude. Pour les personnes plus âgées, nous avons activé un autre concept qui est «le repas  de solidarité Me Edimo Nana Ferdinand» depuis 2016. La crise que traverse notre pays dans la zone anglophone nous a poussé à la réflexion et après un échange fructueux avec quelques gardiens de la tradition, nous avons pensé en 2018 impulser une action symbolique en faveur du retour de la paix et de la sérénité sans lesquels aucun développement n'est envisageable. C’est dans ce sens qu'a été organisée «la caravane de la solidarité et de la paix» en 2018.

Déjà engagé sur plusieurs fronts d’actions solidaires et de partage, a quoi servait ce séminaire et coaching sur le leadership des jeunes tenu les 08 et 09 février 2018 à Nkongsamba ?

Les questions sur les insuffisances des emplois, l’auto-emploi et la création des entreprises sont récurrentes dans notre société. Plusieurs diplômés des grandes écoles et des universités ne savent toujours pas comment faire pour avoir des revenus et subvenir à leur besoin ainsi qu'à ceux de leur famille. Nous avons pensé et à juste titre que le Moungo avait besoin de ce genre de rencontre piloté par des personnalités et repères de notre société. C’est ici l’occasion pour moi de remercier toutes les autorités administratives, religieuses et traditionnelles pour leur contribution multiforme au succès de cette opération. Vous avez eu à voir à Nkongsamba des éminentes personnalités comme le coach international, former president de la jeune chambre économique mondiale, Mr Laurent Kwemain, le Pr Lazare Kaptue, Monseigneur Dieudonné Espoir Atangana, les gouverneurs Ngambo Haman, Ndjaga Jules Marcellin, Eyeya Zanga, les professeurs Titalom, de nombreux responsables sectoriels et j’en passe. Ils se sont tous mis au service des participants et ont répondu à de nombreuses questions d’orientation. Il ne faut jamais attendre d’avoir les moyens avant d’oser...

On peut dire que l’Association des Enfants solidaires est très riche et que Me Edimo Nana lui-même, son fondateur dispose de moyens infinis pour porter à terme des projets aussi colossaux? Quels sont vos astuces pour ces événements connaissent une si forte adhésion populaire à tous les coups ?

La réflexion la plus importante lorsque nait l'idée d'un projet de ce genre n’est pas l’argent. C’est avant tout la grande volonté de réussir et d’apporter un plus à son prochain, à sa communauté toute entière. Par la suite, vous aurez le soutien de beaucoup de personnes qui pensent comme vous. Puis, le reste suivra, avec la volonté de Dieu...

Les observateurs de la scène dans le Moungo disent qu’on ne peut investir autan sur les plans humain, matériel et financier sans avoir des calculs politiques. Qu’en dites-vous ?

Depuis ma première année au Collège Sainte Jeanne d’arc, je portais déjà comme un fardeau les souffrances des autres et prenais mon argent de poche pour résoudre quelques problèmes. Ma première action sociale a été la reconstruction d’une salle à l’hôpital à Nkongsamba et j’étais élève en classe de Terminale. Nous devons manifester notre humanité et ressortir sans peur ce que nous avons de bien en nous. J’avoue aussi que je suis également un homme politique, vice-président de la section Rdpc du Moungo-Nord 3. Nous travaillons pour améliorer la gouvernance dans notre pays. Pour dire simple, je n’ai pas de calculs politiques, j’ai des ambitions politiques, un projet politique, et je pense que je suis prêt à prendre des responsabilités politiques.

Si je veux être plus direct dans ma question, vous aspirez à être Maire, Député, Ambassadeur ou Ministre au Cameroun ?

Ce n’est pas à moi de répondre à cette question. C’est un peuple qui en fonction de la direction qu’il veut prendre confie des responsabilités à des acteurs politiques. Vous n’oubliez pas que le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) est structuré et respecte des règles que ce sont librement  fixés ses membres. Dans tous les cas de figure, je suis disposé à contribuer d’une manière plus efficace aux destinées de notre peuple. Je suis prêt à assumer les responsabilités qui me seront confiées.

Un message à l’intention de ceux qui liront cet entretien ?

Je voudrais tout simplement dire que le Cameroun est un beau pays qui dispose d’énormes potentialités. Nous devons utiliser notre diversité comme un atout. Dans le Moungo en général et à Nkongsamba en particulier, nous devons redoubler nos efforts à impacter sur le bien-être de nos populations. Il y a du travail pour transformer véritablement cette localité.

Entretien mené par Sylvain Timamo Tedjon

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 22:47

C'est officiel. Ongodo Ondobo Gilbert est désormais le Sous-préfet du mythique arrondissement de Zoétélé dans le Département du Dja et Lobo, Région du Sud. C'était à la faveur d'une cérémonie de passation de commandement présidée par le Préfet du Dja et lobo à la place des fêtes de Zoétélé le mardi 29 octobre 2019.

Marié, polygame et père de cinq enfants, âgé seulement de 39 ans, Ongodo Ondobo Gilbert était avant sa nomination, premier adjoint préfectoral du Département du Moungo. Nous lui souhaitons bonne chance dans cette exaltante mission.

Rifin Ngope/Correspondance particulière

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

NDJANA Yves Bertrand Noël, le nouveau Préfet du Département du MOUNGO prend officiellement les commandes.

Le Gouverneur de la Région du Littoral Samuel IVAHA DIBOUA était a Nkongsamba il y a quelques jours où il a présidé la cérémonie de passation de commandement entre les préfets sortant et entrant du Moungo. Le gratin politico-administratif était fortement mobilisé pour accueillir le nouveau préfet NDJANA Yves Bertrand Noël précédemment préfet du Faro et Déo. Il remplace à ce poste Dr Irénée GALIM NGONG muté dans le MBAM-et-KIM.

 Ce dernier a passé 2 ans et trois mois à la tête de ce Département qui compte 13 unités administratives et qui s'étale sur une superficie de plus de 3700 km2 avec une population de plus de 500 000 âmes. Cette cérémonie a eu lieu à la place des fêtes de Nkongsamba. Un lieu de cérémonie paré de ses plus beaux atouts pour la circonstance. Le Gouverneur de la Région du Littoral Camerounais a invité le nouveau préfet du Moungo âgé de 43 ans à se mettre résolument au service de ce grand Département en apportant tout l'accompagnement nécessaire au collectivités territoriales décentralisées. Consigne particulière dans le processus accéléré de la décentralisation et à être le Préfet de tous. Dans son mot de bienvenue, le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsamba, Dr KOLLO Basile qui a remercié le préfet sortant pour d'éminents services rendus a la tête de ce Département pendant son séjour a dit toute la joie des populations d'accueillir celui qui arrive. Il est a rappeler que c'est le 07 octobre dernier que Chef de l'Etat, Monsieur Paul Biya a procédé a de vastes mouvements dans la territoriale. Dans le tableau synoptique des préfets qui se succèdent à la tête de ce Département, NDJANA Yves Bertrand Noël est le 25ème sur la liste.

Repas de Solidarité Me EDIMO NANA Ferdinand : Accorder de l’importance à toutes les couches sociales de Nkongsamba

Réunis autour de Mme NANA FEPA Lydie, présidente exécutive d’AES et de FEN, toutes les couches sociales à Nkongsamba ont eu droit à un repas annuel de solidarité le 30 décembre 2016. La particularité de la cérémonie est la mise ensemble, dans une synergie globale, de toutes les catégories sociales autour d’une table dans l’optique du partage d’un repas, sans que cela ne soit inscrit dans une catégorie événementielle déjà connue ont eu a le mentionner les membres du Comité d’organisation NZOKI EPOH Frédéric et  NDONGUE Eugène Wilfried.

C’est sous le Haut patronage du Préfet HONA Thomas, lui-même honorant de sa présence le concept en sa première édition, avec à ses côtés Monseigneur Dieudonné Espoir ATANGANA de la Cathédrale de Nkongsamba, L’Imam LIMAN Chouaibou de la Mosquée Centrale, du Révérend Pasteur MOTANEWO de l’Eglise Évangélique du Cameroun que la bénédiction œcuménique a ouvert la voie à une nouvelle ère de solidarité agissante.

Les couples des familles les plus anciennes et nouvelles des trois arrondissements de Nkongsamba, les handicapées, les chefs de quartier et de villages, les paysans, les commerçants, les associations ont eu droit à plusieurs heures de bonheur dans la salle des fêtes le Cercle Municipal de Nkongsamba qui contenait le millier d’invités conviés à cette première édition.

C’est dans sa simplicité habituelle que Maman NANA FEPA Lydie a délivré son mot de bienvenue avant de laisser la place au Président fondateur, Me EDIMO NANA Ferdinand. Celui-ci a restitué comme il sait si bien le faire dans la repartie qui lui est familière de par sa casquette multidimensionnelle le concept dans le contexte.

L’Association des Enfants Solidaires est née en 2002 avec pour but d’aider les enfants ayant une scolarité difficile dans le Moungo. En 2010, les membres statutaires, à la suite des propositions de Me EDIMO NANA Ferdinand lancent le concept de «l’excellence scolaire», et la recherche permanente des solutions aux problèmes de la société donne naissance à un nouveau concept de repas annuel de solidarité qui a une périodicité de deux ans.

Il se dégage selon le fondateur une vision sans équivoque : «la nécessité de procurer du bonheur et d’accorder de l’importance à toutes les couches sociales, de créer des moments de renforcement du sentiment d’appartenance à une seule et même communauté en dépit des différences ethniques ou d’âge».

Ce genre d’action doit être multiplié, mais compte tenu de nombreux programmes déjà en exécution, «le repas de solidarité Me Edimo Nana Ferdinand» se tiendra tous les deux ans. En plus du repas copieux offert dans un cadre convivial, dans un espace animé par les artistes du terroir, il a été procédé à la distribution du paquet minimum aux familles démunis visant à booster le repas de nouvel an.

Prenant congé de cette initiative inédite, le patriarche HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo a affirmé : «on ne donne pas parce qu’on est riche, on doit savoir partager avec les autres». Un message très bien accueilli par les universitaires, parlementaires, maires et opérateurs économiques conviés à cette cérémonie.

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 18:19

Les 18 et 19 mai 2016, une délégation de trente membres de l’organisation baptisée «Association des Enfants Solidaires» a séjournéa Maroua dans le Département du Diamarré, une localité de l’Extrême-Nord du Cameroun. L’objectif était de respecter les fondamentaux sur la solidarité, la générosité et le partage. C’est fort de son envie de contribuer au bien être de son prochain que Maître EDIMO NANA Ferdinand, fondateur et déjà connu sous la brillante étiquette d’avocat international, homme au grand cœur se servant du QG de circonstance en la résidence du Lamido de Maroua, a dirigé la Caravane de l’Excellence Scolaire 2016. En présence du Gouverneur de la Région, Mr MIDJIYAWA BAKARI.,  des anciens gouverneurs EYEYA ZANGA et NDJAGA Jules Marcelin, des préfets, des sous-préfets, des parlementaires, des chefs traditionnels, des délégués régionaux de l’enseignement secondaire et de l’éducation de base, des représentants des médias que cet autre appel est respecté.

La première phase de l’opération a eu pour site l'esplanade du Lycée de Godola le 18 mai 2016, où près de 700 élèves et 27 enseignants sont témoins de la rétrocession officielle d’un bloc de  deux salles de classe équipé de 60 tables-bancs et deux bureaux pour le personnel.

La phase protocolaire fera écouter tour à tour, le mot de bienvenue du Maire de la Commune de Meri, le Discours du Proviseur du Lycée de Godola qui a énormément et au nom de la Communauté éducative remercié le donateur. Il a aussi rappelé l’intermédiation de Me Kiki sans qui, cette infrastructure aurait pu leur échapper pour une autre localité de la Région.

Me EDIMO NANA Ferdinand dans son allocution de circonstance a remercié les présences des chefs traditionnels du Littoral, de l’Ouest, du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Lors de sa brève présentation de l’Association des Enfants Solidaires encore dirigée par la matriarche NANA FEPA Lydie, absente pour cause de maladie, il a mentionné les noms des deux anciens gouverneurs, notamment EYEYA ZANGA Louis, parrain d’AES et NJAGA Jules Marcellin qui en 2002 signa le Récépissé de Déclaration. Ce document est une pièce maitresse dans la reconnaissance  et l’implémentation des activités menées. C’est alors que le public a salué  tout le concept passé progressivement de «Journées de l’Excellence Scolaire » à «Caravane de l’Excellence Scolaire».

Prenant la parole pour son intervention, le Gouverneur de la Région de l’Extrême Nord, MR MIDJIYAWA BAKARI a salué l’action de cette organisation qu’il a taxé d’utilité publique. Pour lui, cela entre en droite ligne de la vision du Gouvernement de la République en ce qui concerne l’offre en formation, l’éducation. Favorisant la difficile marche vers l’intégration nationale, le dépassement des clivages ethniques et la promotion de l’unité nationale. Le bloc de deux salles de classe a été visité par tout le gratin politico-administratif et traditionnel réuni en cette journée historique.

La deuxième phase s’est déroulée à la place des fêtes de Maroua le 19 mai 2016 en présence de toutes les forces vives et des représentants des communautés locales. Me EDIMO NANA Ferdinand  a solennellement remis des bourses d’étude à près de 200 élèves de la région. Il a ensuite remis un important don constitué de denrées alimentaires et médicaments, apports de quatre amis de la diaspora destinés aux forces de défenses et de sécurité, ainsi qu'aux populations déplacées qui ploient sous les difficultés existentielles causées par le groupe terroriste BOKO HARAM.

Dans la même scène, et selon le propos du parrain EYEYA ZANGA Louis, «Me EDIMO NANA Ferdinand cherche à étoffer sa carte bancaire auprès de Dieu ». Rien à comparaître avec certaines personnes qui agissent ainsi parce qu’elles ont des calculs politiques. Et de renchérir, «je connais bien cet homme, avocat international, il a un grand cœur et aime partager. Ce qui ne veut pas dire qu’il dispose de plus de richesses que les autres, mais qu'autour de lui, il voudrais partager le sentiment qu’on ne peut être heureux tout seul».

Après l’intervention de MR MIDJIYAWA BAKARI, Gouverneur de la Région de l’Extrême Nord, le bienfaiteur se confiant aux médias a laissé entendre que ce don en médicaments aux forces de défense représente un appui de générosité de cinq membres de la diaspora vivant en Martinique. Ils viennent en soutien à leurs compatriotes Camerounais. Mrs Alain PAYE, Marcel DJEM, Ignas Ngameni, NGNIE …………… Invitent, contexte national oblige, les uns et les autres à dépasser les égoïsmes, les replis identitaires. Soulignent le fait que les Bassa, foulbés, Bana, Haoussa, Douala, etc, appartiennent à un grand ensemble qu’est le Cameroun. Le Cameroun qui est un beau pays contraint de conserver son intégrité et où les populations sont condamnées à vivre-ensemble.

Contact Rédaction de Scores2000 : +237 678894092/655421540

Caravane de la solidarité et de la paix : un plaidoyer de l'Association des Enfants Solidaires en faveur du retour de la paix dans les zones anglophones du Cameroun

Dans l'optique d’apporter sa contribution dans la résolution des problèmes qui alimentent la crise dans les zones anglophones du Cameroun, le président fondateur de l'Association des Enfants Solidaires (AES), Me EDIMO NANA Ferdinand a réuni le 12 juillet 2018 à Nkongsamba, près de 50 chefs traditionnels originaires des 10 régions. Après une rencontre stratégique avec le Préfet du Moungo, Dr Ngalim Ngong Irénée la veille, les gardiens de la tradition ont élaboré un programme riche en symbole, visant l’arrêt des hostilités dans les zones de conflit. Des discussions de cette longue nuit de travaux, en sont ressorties des propositions listées dans un document transmis au Chef de l'Etat Camerounais par l'entremise de son représentant à Nkongsamba.

Une marche pour la paix est inscrite dans les annales de cette journée, entamée dès 9 heures à partir de la place des fêtes de Nkongsamba, passant par la poste centrale, la sous-préfecture de Nkongsamba1er jusqu'à la préfecture  et enfin la remise du document susmentionné à l'autorité administrative. Peu après, vers 11 heures, la délégation s’est rendue dans l'arrondissement de Melong pour la remise d'un lot de denrées alimentaires aux déplacés internes de cette crise. Une cérémonie similaire s'est déroulée à 14 heures dans l’arrondissement de Mbanga dans le Moungo-Sud.

Selon Sa Majesté EFA, Vice-président du Conseil des Chefs traditionnels du Cameroun, le choix de ces deux localités symbolise  la rencontre et l'adresse du réconfort à tous les déplacés, réfugiés dans les 13 arrondissements du Département du Moungo. Il faudrait reconnaitre que plus de 20 000 ressortissants de ces deux régions du Cameroun sont forcés de vivre dans une promiscuité bestiale de logement dans des familles d’accueil impréparées à gérer de tels cas. Ayant quelquefois un seul repas par jour.

Pour Me EDIMO NANA Ferdinand, on ne peut faire mieux que d'élever des prières vers Dieu, le Très Haut afin que lui-même trouve une solution à cette crise dont les enjeux sont au fil du temps nombreux, divergents et complexes.

Ce plaidoyer de l'Association des Enfants Solidaires soutenu par les gardiens de la tradition venus des dix régions du Cameroun se fixe pour objectif d'aller plus loin en touchant les zones de la crise, les autorités de la république et toutes les organisations pouvant concourir au retour à la paix.

La caravane de la solidarité et de la paix est une première initiative de ce genre dans l’association mettant en avant deux choses :

  • L’impératif de solidarité et la nécessité de ne laisser aucune option susceptible de permettre une amélioration ;
  •  L’attachement à nos valeurs traditionnelles et au rôle de nos chefs comme ciment de la nation

Contact Rédaction de Scores2000 : +237 678894092/655421540

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 13:01

La troisième session du Comité Départemental de Suivi de l'exécution physico-financière du Budget d'Investissement Public (BIP) pour le Moungo rendue au troisième trimestre de l'exercice 2019, tenue le 10 octobre passé à la salle des actes de la Commune d'Arrondissement de Nkongsamba 1er, a délivré, par la voix du Délégué départemental du Ministère de l'Economie du plan et de l'Aménagement du Territoire (MINEPAT), Adalbert NYALEVE, ses conclusions avec en indicateur de performance majeur, le taux de réalisation physique des projets, prouvant que les exécutifs municipaux ont adressé effectivement des problèmes affectant les populations communales, a seulement 34,49%.

Un pourcentage déjà très peu reluisant mais encore en baisse par rapport à l'exercice précédent, qui était à la même période à 41,49%. La messe semble donc déjà dite, au regard de l'arrêt par les Services des Finances et du Trésor Public des visas budgétaires sur les contrats pour le 15 octobre passé et la fin des engagements pour le 15 novembre prochain.

Il est juste de relever que ce minimum de résultat est en grande partie l’œuvre de certains maires alertes qui ne font l'économie d'aucun moyen pour répondre aux préoccupations de leurs citoyens. Ce podium des bâtisseurs municipaux du département du Moungo, en cette exercice 2019, est présidé par Thomas WANDJI (71,48%), Maire RDPC de la Commune d'Arrondissement de Nkongsamba 2ème, suivi en deuxième rang par Sa Majesté Frédéric NGUIME EKOLLO (66,68%), Maire RDPC de la Commune d'Arrondissement de Dibombari et en troisième position, par El Hadj OUMAROU (62,85%), Maire RDPC de la Commune d'Arrondissement de Nkongsamba 1er.

Des performances malheureusement siphonnées par d'autres gestionnaires de crédit, qui brillent par une incapacité notoire à diligenter la bonne exécution de la commande publique, devenant pour certains, esclaves de leurs choix de prestataires qui, pour la plupart, ne semblent disposer très souvent d'une bonne assiette financière pour livrer les projets à temps. Il constitue pour cette exercice 2019, le trio de la fainéantise municipale pour le Moungo en tête duquel trône en première position, LEMBE MBAPPE (2,45%), maire RDPC de la Commune d'Arrondissement de Mbanga , suit en deuxième position, Jean Pierre KAHACK (13,50%), maire SDF de la Commune de Njombe-Penja en troisième position, Elise-Henriette ESSAME (13,91%), Maire RDPC de la Commune d'Arrondissement de Nkongsamba 3ème, qui ferme la marche.

S'il faut saluer les efforts que quelques exceptions parmi les magistrats municipaux font pour se rapprocher des 100% de réalisations attendues, il est malheureusement regrettable de constater que d'autres, pour diverses raisons, en fin d'exercice, auront encore à leur actif, plusieurs projets BIP non exécutés aux grands malheurs des populations locales tellement nécessiteuses.

Diderot E.DOPNA/Correspondant Agence Moungo Presse en Nkongsamba

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 12:54

Le Directeur de Publication du journal Scores2000, Sylvain TIMAMO TEDJON effectue depuis quelques jours, un voyage d’études de deux semaines à Paris en France à l'invitation d'une organisation de presse hexagonale.

Président du Conseil d'Administration de l'Association des Editeurs et Correspondant de Presse du Moungo (ASSEPM), le journaliste senior vient d'être fraîchement élu à cette fonction plus que représentative, il porte dans sa mallette quelques projets de cette institution corporatiste locomotive dans ce département.

L'homme de presse est l'un des poids lourds du landerneau médiatique du Moungo. La rédaction de l'Agence Moungo Presse lui souhaite un bon séjour et nourrit le vœu qu'il y décroche comme par le passé, au moins un partenariat bénéfice pour toute la corporation.

Diderot E.DOPNA/Correspondant Agence Moungo Presse en Nkongsamba

Contact rédaction : +237 655421540/678894092/669469666/677861194

ECONOMIE/BIP 2019 : LE MOUNGO A LA CROISÉE DES CHEMINS À LA FIN DES ENGAGEMENTS CONTRACTUELS RELATIFS À L'EXÉCUTION DES PROJETS DE L'EXERCICE BUDGÉTAIRE DE L'ANNÉE EN COURS.
C'est du moins ce que l'on peut dire au sortir des travaux du Comité Départemental de Suivi Participatif du BIP du Moungo pour le compte du 3e trimestre. Travaux qui avaient pour cadre la Salle des Actes de la Mairie de Nkongsamba 1er le 10 Octobre 2019, et présidés par le Vice-Président dudit Comité BILA NDAME, Roland représentant la Présidente, Honorable Marguerite DISSAKE, empêchée et en présence du 1er Adjoint Préfectoral ONDOBO Gilbert.
33,49% et 08,32% sont les taux d'exécution physico financière de l'exécution du BIP dans le Département du Moungo au terme du 3e trimestre, tel que le révèle le Rapport du Président du Sous-comité technique départemental dudit Comité. Présenté le 10 Octobre, NYALEVE Adalbert par ailleurs DD/EPAT/MOUNGO. Chiffres encore en deçà des attentes comparativement à la période de l'exercice précédent. Faibles taux d'exécution dus au non lancement total des Projets, la non attribution au total des Marchés, la non notification des Marchés attribués, ainsi que les Marchés démarrés qui sont encore en cours d'exécution, entraînant de facto le faible taux d'exécution financière, avec pour incidence la non transmission des dossiers de paiement par les différents Gestionnaires de Crédits à savoir, les Maires et autres sectoriels départementaux, bien que décriée par le Gouverneur de la Région du Littoral dans son Message porté n°250/MPC/C/SG/DAESC.
Malgré ce tableau peu reluisant de l'exécution du BIP dans le Moungo, quelques Communes tirent néanmoins leur épingle du jeu dans le classement de celles-ci, à l'instar des Communes de Nkongsamba 2ème qui occupe la tête de ce classement avec 71,48%, et les deux premiers accessits étant occupés par les Communes de Dibombari et de Nkongsamba 1er avec respectivement 66,68% et 62,85%.Tandis que les Communes de Nkongsamba3eme, Njombé-Penja et Mbanga ferment la queue avec seulement 13,50 et 02,45 %.

Par Ngotcho Ngambo Louis Marie/Correspondance Particulière

Contact rédaction : +237 655421540/678894092/669469666/677861194

Entretien Exclusif avec Me EDIMO NANA Ferdinand : "je suis disposé à contribuer d’une manière plus efficace aux destinées de notre peuple. Je suis prêt à assumer les responsabilités qui me seront confiées".

Au moment où notre pays est en proie à de nombreuses crises, et que les populations s’interrogent sur la direction à prendre pour améliorer leur condition de vie, les médias du Moungo se sont donnés une mission, celle de rechercher auprès des acteurs principaux de la scène sociopolitique, les meilleurs acteurs à même de proposer des solutions. Nous avons eu l’opportunité de rencontrer Me Edimo Nana Ferdinand né le 22 mai 1965 à Manjo au Cameroun. Il est sur le plan professionnel, Docteur en Droit et Maître de conférences des Universités, avocat aux barreaux de Fort de France et du Cameroun. Sur le plan politique, il est le Vice-président de la section Rdpc du Moungo-Nord 3. Sur le plan social, il est grand notable, Chef de la famille Nana, père de plusieurs enfants et fondateur de l’Association des Enfants Solidaires (AES). Lors de notre séjour à Fort de France en Martinique. Il a bien voulu nous accorder en exclusivité cet entretien.

Scores2000 : Fort de votre expérience d’avocat international et d’enseignant d’université, vous vous êtes impliqué dans la vie politique de votre pays. Peut-on savoir les raisons profondes ?

Me Edimo Nana Ferdinand : Mon implication n’est pas liée a ma qualité d’avocat international ou d’enseignant. Elle tient au fait que je suis un espoir pour mon pays qui a le profond désir d’être utile aux siens dans la quête d’amélioration du bien être quotidien des populations, de l’amélioration de leurs conditions de vie, comme vous le savez,  j’ai été à l’école comme de nombreux autres africains dans mon pays d’origine le Cameroun. Il m’a été donné d’échanger avec mes camarades de classe, mes professeurs au collège et de nombreux parents. Après avoir achevé mes études en Europe et entamé ma carrière professionnelle, j’ai acquis de l’expérience dans divers domaines. C’est ma connaissance sur le monde et ses mutations qui motive ce rôle que je joue et que j'entends jouer sans ménager aucun effort désormais.

Vous avez fondé en 2002 l’Association des Enfants Solidaires (AES). Cette organisation a-t-elle contribué à atteindre vos objectifs ?

L’association est le support ou encore la plate-forme qui aux yeux de la loi nous permet de remplir les missions que nous nous sommes assignées. Plusieurs camerounais de l’intérieur comme de l’extérieur se reconnaissent, s'y retrouvent à la lecture des statuts et des objectifs à atteindre. Oui, elle nous permet de toucher nos cibles en créant de l'émulation, en renforçant le lien de solidarité entre les Hommes, le vivre ensemble. C'est un support de manifestation de notre adhésion  à des valeurs universelles…

Quelles sont les actions menées depuis 2002 par l’association des enfants solidaires ?

Je ne pourrais pas les citer. Pour faire simple, je dirais simplement que plusieurs centaines, je voudrais dire des milliers d’élèves ont été scolarisés grâce aux contributions de l’association. Ces jeunes gens sont aujourd’hui à l’université et même dans le monde du travail, pendant que plusieurs dizaines poursuivent leurs études. Nous avons participé à la réhabilitation des écoles, construit des salles de classe, des latrines et bureaux pour enseignants comme vous pouvez le constater, participation à la construction des cathédrales, infrastructures des types des foyers dans les villes de Nkongsamba, Buea, Maroua, Baré-Bakem, Melong, Loum, Ekom-Nkam, Manjo. Nous sommes aux côtés des autorités traditionnelles, gardiens de nos traditions pour remettre débout des infrastructures culturelles, touristiques dans l’optique de la conservation de notre patrimoine.

Vous présentez la des actions en faveur de la grande majorité des populations. Que dire de celles qui touchent principalement la jeunesse?

Nous avons organisé des conférences thématiques pour les jeunes notamment, assisté de nombreuses associations, accompagné de nombreuses personnes pour qu’elles s’installent dans la vie professionnelles, mis en place des programmes d’assistance humanitaires, de santé, organisé des caravanes de solidarité, de noël pour les enfants... Bref, nous avons été tous les jours sur le terrain auprès des populations, et nous avons essayé, avec nos modestes moyens de les accompagner. Aujourd’hui, nous pouvons dire que des actions nombreuses sont initiées et réalisées en faveur de la jeunesse camerounaise toute entière. En dehors des bourses scolaires dans le cadre du concept «Journée de l’excellence scolaire» lancé depuis 2010, nous finançons en fonction des moyens disponibles des activités sportives, des visites touristiques, des voyages d’étude. Pour les personnes plus âgées, nous avons activé un autre concept qui est «le repas  de solidarité Me Edimo Nana Ferdinand» depuis 2016. La crise que traverse notre pays dans la zone anglophone nous a poussé à la réflexion et après un échange fructueux avec quelques gardiens de la tradition, nous avons pensé en 2018 impulser une action symbolique en faveur du retour de la paix et de la sérénité sans lesquels aucun développement n'est envisageable. C’est dans ce sens qu'a été organisée «la caravane de la solidarité et de la paix» en 2018.

Déjà engagé sur plusieurs fronts d’actions solidaires et de partage, a quoi servait ce séminaire et coaching sur le leadership des jeunes tenu les 08 et 09 février 2018 à Nkongsamba ?

Les questions sur les insuffisances des emplois, l’auto-emploi et la création des entreprises sont récurrentes dans notre société. Plusieurs diplômés des grandes écoles et des universités ne savent toujours pas comment faire pour avoir des revenus et subvenir à leur besoin ainsi qu'à ceux de leur famille. Nous avons pensé et à juste titre que le Moungo avait besoin de ce genre de rencontre piloté par des personnalités et repères de notre société. C’est ici l’occasion pour moi de remercier toutes les autorités administratives, religieuses et traditionnelles pour leur contribution multiforme au succès de cette opération. Vous avez eu à voir à Nkongsamba des éminentes personnalités comme le coach international, former president de la jeune chambre économique mondiale, Mr Laurent Kwemain, le Pr Lazare Kaptue, Monseigneur Dieudonné Espoir Atangana, les gouverneurs Ngambo Haman, Ndjaga Jules Marcellin, Eyeya Zanga, les professeurs Titalom, de nombreux responsables sectoriels et j’en passe. Ils se sont tous mis au service des participants et ont répondu à de nombreuses questions d’orientation. Il ne faut jamais attendre d’avoir les moyens avant d’oser...

On peut dire que l’Association des Enfants solidaires est très riche et que Me Edimo Nana lui-même, son fondateur dispose de moyens infinis pour porter à terme des projets aussi colossaux? Quels sont vos astuces pour ces événements connaissent une si forte adhésion populaire à tous les coups ?

La réflexion la plus importante lorsque nait l'idée d'un projet de ce genre n’est pas l’argent. C’est avant tout la grande volonté de réussir et d’apporter un plus à son prochain, à sa communauté toute entière. Par la suite, vous aurez le soutien de beaucoup de personnes qui pensent comme vous. Puis, le reste suivra, avec la volonté de Dieu...

Les observateurs de la scène dans le Moungo disent qu’on ne peut investir autan sur les plans humain, matériel et financier sans avoir des calculs politiques. Qu’en dites-vous ?

Depuis ma première année au Collège Sainte Jeanne d’arc, je portais déjà comme un fardeau les souffrances des autres et prenais mon argent de poche pour résoudre quelques problèmes. Ma première action sociale a été la reconstruction d’une salle à l’hôpital à Nkongsamba et j’étais élève en classe de Terminale. Nous devons manifester notre humanité et ressortir sans peur ce que nous avons de bien en nous. J’avoue aussi que je suis également un homme politique, vice-président de la section Rdpc du Moungo-Nord 3. Nous travaillons pour améliorer la gouvernance dans notre pays. Pour dire simple, je n’ai pas de calculs politiques, j’ai des ambitions politiques, un projet politique, et je pense que je suis prêt à prendre des responsabilités politiques.

Si je veux être plus direct dans ma question, vous aspirez à être Maire, Député, Ambassadeur ou Ministre au Cameroun ?

Ce n’est pas à moi de répondre à cette question. C’est un peuple qui en fonction de la direction qu’il veut prendre confie des responsabilités à des acteurs politiques. Vous n’oubliez pas que le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) est structuré et respecte des règles que ce sont librement  fixés ses membres. Dans tous les cas de figure, je suis disposé à contribuer d’une manière plus efficace aux destinées de notre peuple. Je suis prêt à assumer les responsabilités qui me seront confiées.

Un message à l’intention de ceux qui liront cet entretien ?

Je voudrais tout simplement dire que le Cameroun est un beau pays qui dispose d’énormes potentialités. Nous devons utiliser notre diversité comme un atout. Dans le Moungo en général et à Nkongsamba en particulier, nous devons redoubler nos efforts à impacter sur le bien-être de nos populations. Il y a du travail pour transformer véritablement cette localité.

Entretien mené par Sylvain Timamo Tedjon

à Fort de France en Martinique

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 12:44

La Commune d'Arrondissement de Nkongsamba3ème qui est parmi les plus pauvres et enclavés du Département du Moungo, avait bénéficie de 13 projets d'un coût global de 205 827 000 Francs CFA du Budget d'Investissement Public pour l'année 2019. A deux mois de la fin de l'exercice, le taux de réalisation physique de cette Commune, est seulement de 13,91%, la classant en troisième position sur le podium de la fainéantise municipale.

Sur les 13 projets BIP en question, seulement trois à cette date, ont effectivement été réalisés : L’équipement d'un bloc maternel de 40 tablettes, 120 petites chaises, 6 tableaux sur chevalets pour un montant de 2 millions de Francs CFA à l'école maternelle de Ngwa; L’équipement en tables bancs (60) et en bureaux de maitre (2) pour un montant de 2 050 000 Francs FCFA à l'École publique de Poola ; et La Réhabilitation du Centre de Santé Intégré (CSI) de Baressoumtou village, pour un montant de 10 millions de Francs CFA;

Par contre, dix (10) projets BIP 2019 n'ont pas vu le jour avec un nombre tombé sur la menace de forclusion (Perte du droit non exercé de réaliser un projet dans les délais prescrits). On décompte : La construction d'un bloc maternel pour un montant de 25 000 000 Francs CFA à l'école maternelle de Ngwa; La construction d'un bloc de deux salles de classe pour un montant de 18 millions de francs CFA à l'École publique bilingue de Nkongsamba3eme; La construction d'un bloc de deux salles de classe pour un montant de 18 millions de Francs CFA à l'École publique de Poola; L'acquisition des équipements dans le cadre de l'éducation inclusive pour un montant de 4 999 000 Francs FCFA à l'École publique de Baressoumtou Aviation. La construction d'un espace aéré pour un montant de 8 500 000 Francs FCFA à Ekolbeng; La construction de trois barrières de pluies aux deux entrées de Poola et Ekol-MBeng, pour un montant de 1 500 000 Francs CFA; La construction des logements communaux à la Pastorale, pour un montant de 30 millions de Francs CFA; La Construction d'une gare routière à Mbaressoumtou Aviation, pour un montant de 50 millions de Francs CFA; La réhabilitation du tronçon Carrefour piste-PMI Nlonako-Centre Sacré Cœur des Soeurs-PMI Nlonako-Collège Mbamy Fochada pour un montant de 27 778 000 Francs FCFA; Un appui financier des initiatives locales de développement pour un montant de 8 000 000 de Francs CFA au GIC VIRAGE.

Avec ce bilan qui prive surtout le secteur éducatif en des offres d'infrastructures et d'équipements alors qu'il existe encore aujourd'hui, une forte demande d'instruction aggravée avec l'arrivée massive des enfants issus des déplacés internes du conflit armé sur la rive anglophone du fleuve Moungo, il y a lieu de s'interroger si la mairesse de la Commune d'Arrondissement de Nkongsamba3ème, Élise-Henriette ESSAME, par ailleurs pédagogue, a pleinement conscience des conséquences de son inefficacité.

Diderot E.DOPNA/Correspondant de l'Agence Moungo Presse

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 12:43

Dans le cadre de la cérémonie de remise des parchemins à la cinquième promotion de l'Institut de formation professionnelle, Infopro La Référence, le Samedi 19 octobre passé, ils étaient au nombre de 40 récipiendaires à être honorés devant le représentant du Sous-préfet de l'arrondissement de Nkongsamba 1er, Mr Garba Bakari.

Avec la présence remarquée du Délégué départemental du Ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle (MINEFOP), des personnalités de la ville, des parents d'apprenants et des connaissances venus en nombre vivre ces moments de reconnaissance individuelle et collective du mérite.

Cette cuvée a produit comme tous les ans, des délégués médicaux, des auxiliaires de pharmacie, des secrétaires bureautiques, des maintenanciers informatiques, ...au terme d'un cursus de formation de douze mois dont sept théoriques et cinq pratiques.

Au grand bonheur de Obed Benjamin NEMCHE, promoteur de cet établissement crée et agréé depuis 2016 par le ministère de la formation professionnelle (MINEFOP). Ces nouveaux talents abordent ainsi, en toute confiance, comme leurs prédécesseurs, le marché de l'emploi au Cameroun. Entretemps, les inscriptions pour l'année d'apprentissage 2019-2020, dont le nombre est limité, sont déjà ouvertes au sein de l'institution qui connaîtra, selon les propos du fondateur, d'importantes innovations.

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2019 6 12 /10 /octobre /2019 13:15

La permanence du Mouvement pour la Démocratie et le Progrès (MDP) a été le lieu, le vendredi 11 octobre 2019, d'une réunion de travail entre le Président National du MDP, Paul Alain EBOUA, et les principaux cadres de son parti avec comme trame de fond, la remobilisation des militants pour les prochaines échéances électorales.

Une bifurcation a été faite, au regard du contexte sociopolitique de l'heure, vers une ponctuation de relecture et d'explication de la Déclaration du MDP relative au dialogue publiée 13 septembre dernier.

La position du MDP favorable à une forme unitaire et pleinement décentralisée de l'état où les compétences et les ressources sont véritablement transférées au niveau régional, avec la disparition du mode de désignation nominative des représentants en lieu et place de l’élection, est réaffirmée par le Président Paul Alain EBOUA.

"Pour ne pas tomber dans le piège du régime gouvernant comme ce fut le cas avec les difficiles acquis de la Tripartite, qui furent pour la plupart galvaudés, la véritable garantie pour l'application des conclusions du GDN est que l'opposition obtienne la majorité à l'assemblée nationale. Ce qui passe par le regroupement des forces politiques. Une logique offerte par la plateforme Kawtal à laquelle le MDP appartient déjà", a t-il suggéré.

Par ailleurs, certains militants ont lancé à l'intention du responsable de leur formation politique, un signal d'alerte relatif aux prises de position manifestement incendiaires et haineuses de Elimbi Lobe, par ailleurs un des Initiateurs de la Plateforme "Kawtal", qui sont de nature à plus diviser qu'à rassembler les camerounais autour de ce dispositif pourtant potentiellement utilitaire.

Pour y remédier, ceci après les interventions des camarades Ngoul Raphaël, Tedongmo Geneviève et Mbome Ndame, les militants ont prié le président national d’œuvrer pour une rectification d'expression et éventuellement, de favoriser l'émergence d'un nouveau communicateur agissant pour le compte de "Kawtal" par devant les médias.

Relativement aux élections à venir, le Président National du MDP s'est expliqué sur la nécessité de constituer à temps, les listes des candidatures à présenter pour les différentes échéances et circonscriptions électorales. Puisque selon ses prévisions, la convocation du corps électoral pour les municipales et les législatives pourrait se faire au plus tard en novembre prochain. Aussi, estime -il qu'ils doivent prendre toutes les dispositions pour être prêts le moment venu. A cet effet, il leur a prescrit le respect lors de la constitution des listes des candidatures de la représentativité sociologique, la conformité des pièces administratives requises, la disponibilité de la caution à verser, ...

Une unanimité s'est manifestée sur la nécessité pour le MDP de faire entendre sa voix au sein de toutes les tribunes médiatiques et républicaines.

C'est un leadership politique revigoré et enthousiaste devant les défis à relever qu'à laisser Paul Alain EBOUA au terme de cette séance de travail. Les carillons électoraux de 2020 tonnent peu à peu dans le département du Moungo pour une compétition politique qui s'annonce électrique. Selon Mr Ngapa Oscar qui assurait le secrétariat de séance, prenaient part à cette rencontre du Comité  Exécutif des délégations venues des 13 arrondissements du Département du Moungo, de Santchou et de Douala.

Diderot E. DOPNA/Correspondance particulière

Contact Rédaction de Scores2000 : +237 678894092/655421540/656845367

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2019 1 07 /10 /octobre /2019 12:36

Une cinquantaine de professionnels vous accueillent sur près de 50 m2. Démonstrations culinaires, dégustations de produits locaux, découvertes de circuits courts, Exposition de métiers d'art et espaces de restauration. Mr Nzoki Epoh Frédéric, Délégué Départemental des Enseignements Secondaires du Moungo est à la supervision.

Comme quoi, à l'occasion de la 25ème journée des droits des enseignants, la places des fêtes de Nkongsamba s'est transformée pendant deux heures d'horloge en lieu de création et de diffusion du savoir. À propos, des Espaces Enseignants, des Espaces Exposants, des Espaces professionnels pour des Expositions interactives et ludiques qui permettent aux élèves d'appréhender les sciences et le savoir - faire industriel.
À l'occasion, quelques informations pratiques ont été données par Ondobo Gilbert, représentant du préfet empêché. Certains exercices évoluant sur des fils en effectuant diverses manipulations...

Pour cette édition spéciale, les organisateurs ont mis en scène un dispositif impressionnant maintenu par des câbles d'acier qui tourne autour d'un axe. Ils ont mis en rotation rapide un moteur tout en essayant de conserver son ronflement, garantissant ainsi émotions et frissons. Côté représentation artistique, esthétique et même poétique, certains artistes ont réalisé d'étonnants numéros avec des tissus d'armure réunies et d'autres, réalisées avec des matières textiles végétales. L'art de faire bonne cuisine était également à l'ordre du jour, des numéros aussi drôle que créatifs et le public nombreux venu s'est trouvé bien surpris, attendant certainement l'apothéose prévue samedi prochain.
Pour cette autre activité, le succès est déjà enregistré. Synonyme de réussite totale. Des équipements sportifs et matériels pour professionnels ça et là. À quoi servent les différents appareils ? Supérieurement doué, un enseignant de sport est venu donner quelques leçons explicatives à l'utilisation au représentant du numéro 1 du département, venu rehausser la cérémonie.
Événement marquant, cette journée de Foire-exposition est surtout venue montrer au public quelques moments important de la vie d'un enseignant, à travers un réseau de transmission quotidien du savoir et de son savoir - faire

Serges Nana/Correspondance particulière

Contact rédaction de Scores2000 : +237 677861194/655421540/678894092/669469666

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique &quot;Le Chasseur&quot;.

Recherche

Pages

Liens