Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 11:13

Le Budget 2018 de la Communauté Urbaine de Nkongsamba est adopté par 17 voix/17 depuis quelques jours, il est arrêté à la somme de 694 898 344 FCFA (six cent quatre-vingt dis-huit millions huit cent quatre-vingt dix-huit mille trois cent quarante quatre francs). Séance Présidée par le Dr KOLLO Basile, Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsamba, en présence de Irénée Galim Ngong, Représentant la tutelle et sous la modération de Mr Wangue Georges Liberté, Secrétaire Général de ladite institution.

En comparaison au budget de l'exercice 2017 en cours d'exécution et dont le montant est de 770 598 344 (sept cent soixante dix millions cinq cent quatre-vingt dix-huit millions mille trois cent quarante quatre francs), in consacre une diminution de FCFA 75 700 000 en valeur absolue, soit 9,82 en valeur relative.

Cette variation significative vers la baisse trouve son fondement dans les principales mesures prises par le Gouvernement de la République en vue de traduire concrètement et opérationnellement la réduction du train de vie de l’État dont la mise en relief actuelle constitue le fil conducteur des résolutions prises au cours du Sommet des Chefs d’Etat de la CEMAC de décembre 2016 sur la situation macroéconomique préoccupante de la sous région, amplifiée par le Programme que le FMI vient de mettre en place avec le Cameroun pour résorber le déficit budgétaire.

Cette tendance est d'ailleurs accentuée par la Lettre Circulaire N°00005183/LC/DCTD du 04 octobre 2017 relative à la préparation et à l'exécution des budgets communaux au titre de l'Exercice 2018 qui a revu à la baisse le montant trimestriel de la dotation Générale de Fonctionnement (DGF) à servir aux Communes d’Arrondissement de Nkongsamba dès janvier 2018. Ce montant pour ce qui concerne la Communauté Urbaine de Nkongsamba passe de FCFA 7 500 000 à FCFA 3 750 000 par trimestre et par Commune d’Arrondissement, soit une diminution annuelle non négligeable de FCFA 4 500 000.

Prenant la parole, le Préfet du Moungo, Mr Irénée Galim Gong a attiré l’attention des Grands Conseillers et de l’exécutif communautaire sur les manquements, notamment l’éclairage insuffisant dans la ville de Nkongsamba, les mauvaises conditions d’hygiène et de salubrité, les nids de poule qui jonchent la chaussée. Pour lui, il faudrait œuvrer à avoir au moins 10 taxis de ville afin que les usagers en costumes ou les personnes malades n’aient pas pour seul moyen de locomotion la moto. On a suivi aussi les Rapport des travaux en commission et les interviews de Moussa Issa Malam, Fowoa Aimé René, Mbongo Huberte.

En dehors du Maire Wandji Alain Thomas de Nkongsamba2ème, ses collègues El Hadj Oumarou Dandjouma de Nkongsamba1er et Mboula Elise-Henriette de Nkongsamba3ème étaient une fois de plus absents, mais avaient donné procuration aux conseillers provenant de leur Commune. Ndjeme Léopold par ailleurs président controversé de  de la Croix-Rouge ou de la Presby-Littoral et impliqué dans l’organisation de la 9ème Ascension du Mont Manengouba du 11 novembre dernier était absent…

Mr Evina Raymond, s'exprimant au nom de la Commission des finances a relevé les points important de ce budget, il connait une baissé, mais le chalenge reste toujours le choix de s priorités dans l'exécution... Le Délégué du Gouvernement, ordonnateur étant accusé à tord ou à raison des choisir  les rubriques bénéfiques pour les prestataires...

Dr Kollo Basile, Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsama, sous le contrôle des Grands conseillers, des invités spéciaux et de son Receveur Municipal Akolea Jeannot, s’est engagé a respecter avis, recommandations et instructions de la tutelle des communes. Cette journée s’est achevée par un repas copieux au profit du restaurateur habituel de la maison…

Madola Marie Claire, stagiaire

Contact Rédaction Scores2000 : +237 663 956 404 / 699451920

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 11:09

Note d'Information, pour diffusion immédiate : Bonjour chers membres et sympathisants de l'Ajsc. Ci dessous le rapport de l'Assemblée générale de l'Ajsc tenue à Sangmelima le 18 novembre 2017. Bonne exploitation.

RAPPORT DE L’ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DE L’ASSOCIATION DES JOURNALISTES SPORTIFS DU CAMEROUN
Le 18 novembre de l’an 2017 s’est tenue dans la salle des actes de la mairie de Sangmélima chef lieu du département de la Mefou et Afamba l’assemblée générale ordinaire des journalistes sportifs du Cameroun (Ajsc). Prévue à 9h30min, c’est aux environs de 11h que les travaux ont été ouverts officiellement par le deuxième adjoint au maire de la commune de Sangmélima Monti Akoulou Cosmas.

 

A l’ordre du jour, on avait cinq grands points
1-La prière
2- mot du président national de l’Ajsc
3- Mot de bienvenu du représentant du maire de la commune de Sangmélima
4- Bilan des différentes coordinations
-Centre
- l’Ouest
- Le Sud-ouest
- Le Nord-Ouest
-Le Littoral
Après l’exécution de l’hymne nationale du Cameroun par l’assemblée, la prière a été faite par le vice président de l’Ajsc coordination du Nord Ouest . ce dernier dans la langue de Shakespeare a remercier Dieu pour l’organisation de cette assemblée Générale et surtout pour le fait qu’ila voulu que cela se tienne dans la ville de Sangmelima. Il a demandé que sa sagesse accompagne les membres de l’assemblée afin que les travaux se déroulent bien et que les résolutions prises soient faites pour la bonne marche de l’Association dans son ensemble.
Bien avant le discours d’ouverture des travaux, une minute de silence a été observé en mémoire du membre de la coordination du Sud Ouest décédé de même qu’en mémoire du petit frère de Mathieu Nathaniel Njog, le Secrétaire générale nationale adjoint empêché pour la cause.
dans son mot de bienvenue, le président de la coordination du centre Janvier Njikam s'est dit heureux de la présence massive des membres des differentes coordinations. il a remercié le maire de Sangmelima pour son implication personnelle dans la réussite de cet événement. il a souhaité que les travaux se déroulent dans la quiétude.
Au sujuet de l’Ajsc national Eric Martial Djomo qui présidait les travaux dans son discours a rappelé que l’association est présente dans sept régions et qu’elle connait de nombreux problèmes. Notamment de fonctionnement (toutes les coordinations),les problèmes financiers puisque le bureau nationale ne perçoit pas toujours les cotisations des membres reversées dans les coordinations régionales. Dans ce chapitre la coordination du Littoral a été citée comme mauvais exemple. Le président a pareillement rappelé à l’assistance que la dette de l’Ajsc au plan international s’élève à plus de 1345 dollars.
Activités
Dans son discours de circonstance, Eric Martial Djomo a parlé des activités menées par l’association et notamment du tournoi inter medias remporté par l’Ajsc Littoral à Limbé.

Mot de bienvenue du Maire de Sangmelima.

Après avoir remercié le comité d’organisation de l’Assemblée générale sur le choix porté sur la ville de Sangmelima, le deuxième adjoint au maire de la commune de Sangmélima Monti Akoulou Cosmas a invité tous les membres à être sage. Il a émis le vœux de voir le journalisme sportif prospérer et surtout à œuvrer pour la promotion du sport.

Rapports d’activités

Dans la suite des travaux, l’on est revenu sur le rapport des activités des différentes coordinations, c’est la Coordination du Centre qui a ouvert le bal
Janvier Njikam le président de cette coordination a rappelé que depuis la tenue de l’Ag extraordinaire de Douala, la coordination du centre a pris la résolution de prendre part à toutes les activités organisées par l’Ajsc sur le plan national. Elle a pris part au Timef organisé à Limbé.
Dans le cadre de la relance des activités dans la région du centre, cette coordination a organisée un séminaire sur la responsabilité du journaliste sportif. Cette coordination a pareillement relancer les activités dans la coordination du Sud via l’assemblée générale qui se tient dans cette partie du Cameroun.

Rapport du Nord-Ouest

Le délégué du Nord-Ouest présent a rappelé que sa coordination compte à nos jours 20 memebres. Et que ces derniers siègent tous les jeudis de la semaine. Malgré le montant de 1000 francs cfa qu’ils cotisent pour être en règle, beaucoup de leurs membres n’ont pas toujours de cartes. Ayant été porté au poste de Vice président de la coordination après le décès de Christopher Ndikum le Bureau exécutif de leur coordination n’a jamais été installée. Ce dernier a aussi posé le problème de statut et de règlement intérieur de l’Ajsc dont leur coordination ne dispose pas.

Rapport Littoral

Le rapport du Littoral a été présenté par Hervé Villard Njiélé le secrétaire général de la coordination du Littoral sous l’onction de Narcisse Oum Vice Président et chefde
délégation.
Après la minute de silence demandée en mémoire du fils du vice président nationale Matute et du petit frère de Mathieu Nathanaël Njog adjoint au Secrétaire générale nationale, a laissé entendre que la coordination du Littoral connait des soucis de fonctionnement comme toutes les coordinations de l’Ajsc.
Au Chapitre des réalisations, il est revenu sur les différentes formations engagées dans la région du Littoral et les conférences avec les acteurs du sports pour avoir les informations fraiches de premières mains. Les problèmes de respect de l’éthique et de déontologie professionnelle qui minent le métier.

Résolutions

Au terme des travaux de l’assemblée générale de l’Association des journalistes sportifs du Cameroun tenue à Sangmélima le 18 novembre 2017 les recommandations ci après ont été adopté.

1-les coordinations régionales sont appelées à reverser au bureau national les contributions perçues pour l’établissement des Cartes Ajsc et aips pour la biennale 2016-2017. Ce d’autant plus que l’Ajsc a une dette de près 1345 dollars auprès de l’Aips. Cela doit être fait avant la date du 1er décembre2017 pour faciliter la production des prochaines cartes

2- L’assemblée générale recommande au Bureau exécutif national la mise sur pied d’un comité ad hoc pour statuer sur la délivrance des cartes aux membres de l’Ajsc.

3- Le bureau national tiendra une réunion extraordinaire à la veille de la finale de la coupe du Cameroun à Yaoundé pour résoudre la crise de leadership en cours dans cette coordination.

4-L’assemblée générale demande au bureau Exécutif d’envoyer dans les heures qui suivent une copie du statut et du règlement intérieur de l’Ajsc aux secrétaires généraux des différentes coordinations de l’Ajsc pour leur permettre de mieux connaitre l’association.

5- La coordination Ajsc Nord-Ouest doit proposer au bureau exécutif trois dates pour une descente en vue de l’installation des membres du bureau exécutif de leur coordination.

6- La commission du Bureau exécutif qui va au centre poursuivra sa mission dans la coordination du littoral Pour ramener la sérénité perdue. Les membres de cette coordination devront proposer trois dates au bureau national pour faciliter le déploiement de ses membres.

7- L’assemblée générale décide de la création d’un autre Forum Watssap de l’association dès le samedi 18 novembre au soir. Ce groupe dénommé Ajsc national officiel sera administré par tous les présidents des différentes coordinations et le secrétariat du bureau exécutif national. Ces derniers sont chargés d’y ajouter leurs membres.

8- L’assemblée générale adopte le nouveau logo de l'association et charge le Bureau National d'effectuer les modifications proposées et de le valider .

9- L’Assemblée générale a invité les responsables des différentes coordinations de l’Ajsc à faire parvenir au bureau national leur programme d’activités avant le 15 décembre 2017 pour faciliter le calendrier annuel des activités de l’ajsc pour l'année 2018.

10- La ville de Bamenda a été choisi pour la tenue de la prochaine assemblée générale en Aout 2018.
L'assemblée générale charge par ailleurs le bureau exécutif national de choisir la prochaine ville hote du TIMEF entre Obala et Buea.

11- Le président National conduira la délégation de l'Ajsc au Kenya pour la tenue du congrès AIPS Afrique.

12- Le Rapport de l’Assemblée générale sera publié en français et en Anglais

Fait à Sangmelima le 18 novembre 2017
Pour l’Ajsc
Eric Martial DJOMO
Journaliste
Président National AJSC
699444557

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 11:03
Le président de l’Union démocratique du Cameroun (UDC), a convié les personnalités politiques comme Elimby Lobe, Hubert Mono Dzana, Célestin Bedzigui, Jeanne Nsoga, Pierre Flambeau Ngayap et Hilaire Kamga pour revisiter les accords des assises de la Tripartite de novembre 1991 qui avait sauvé le Cameroun d’une guerre civile.

Le Palais des Congres de Yaoundé abrite le lundi 13 novembre 2017 à partir de 13h, une Conférence débat politique. A l’initiative du Docteur Adamou Ndam Njoya, le président du parti politique l’UDC (Union Démocratique Camerounaise), des acteurs politiques vont se retrouver pour revisiter les Accords de la Tripartie de novembre 1991.

«Sont attendus entre autres personnalités, Célestin Bedzigui, Dr sénateur P.Flambeau Ngayap, Pr Hubert Mono Dzana, Jeanne NSOGA, Dr Hilaire KAMGA» précise la note de la direction de l’UDC qui annonce ce rendez-vous.

En rappel, au début des années 1990 quand le vent de la démocratie souffle sur le continent africain, notamment sur les pays francophone, l’opposition exige aux régimes en place, l’organisation des conférences nationales pour trouver des solutions aux différentes revendications. Des revendications qui portaient entre autres sur le retour au multipartisme, la fin de la dictature et surtout la fin de la présidence à vie.

Au Cameroun, le régime Biya au pouvoir depuis 1982, avait déclaré cette conférence nationale sans objet. Il avait proposé en lieu et place, une Tripartite. Après l’avoir boudée, l’opposition finit par accepter cette proposition. Au terme de la Tripartite, plusieurs résolutions avaient été prises dont la plus importante portait sur la réforme constitutionnelle.

A nos jours, soit 26 ans après, certaines résolutions de la Tripartite ont été appliquées d’autres attendent encore dans les tiroirs.

Le Dr Adamou Ndam Njoya estime qu’il est temps de les ressortir des tiroirs afin d’amener le régime Biya qui est encore au pouvoir, à respecter ses engagements en mettant en pratique ces autres résolutions qui attendent depuis 26 ans.

Mais, la direction de l’UDC reconnait que la tripartite de 91 avaient sauvé le Cameroun d’une guerre civile. L’UDC estime donc qu’on peut s’inspirer du modèle de la tripartite pour trouver des solutions à la crise anglophone.

«C’est l’occasion pour nous, avec les personnalités politiques de tous bords, surtout avec les acteurs qui étaient à la tripartie de 1991, de revisiter les Accords issus de cette Tripartite pour voir qu’est ce qui est fait, pourquoi ce qui était convenu n’est pas appliqué, pourquoi ce qui devait être fait n’est pas fait. Et par rapport à la situation du Cameroun aujourd’hui, cette Conférence débat est aussi une occasion de voir comment attirer l’attention sur la nécessité de dialogue républicaine comme moyen de résoudre les problèmes qui se posent à la Nation» explique Adamou Koupith, membre de l’UDC.
Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net

Lu par la Rédaction de Scores2000 : +237 663956404/699451920

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 11:02

Tchad, Mali, Mauritanie, Niger, ou encore le Sénégal, l'organisation internationale Interpol a démantelé un réseau d'esclavage dans plusieurs pays d'Afrique. 40 personnes ont été arrêtées et 500 personnes libérées. "Cette opération internationale, aussi dénommée 'opération Epervier' s'est déroulée début novembre sur cinq jours. Elle a été financée par le ministère des Affaires étrangères allemand et coordonnée en grande partie depuis le siège d'Interpol, ici à Lyon (Rhône)", détaille Étienne Prigent. La moitié des 500 personnes libérées était des mineurs, forcés de s'adonner à la mendicité ou à la prostitution.

Un mineur sur le point d'être vendu et sauvé

Dans un communiqué Interpol cite notamment le cas de ce mineur de 15 ans. Voué au travail forcé, il était sur le point d'être vendu et a été sauvé in extremis. "Cette opération a aussi permis de mettre à jour un certain nombre d'autres réseaux de crimes organisés, ce qui va donner lieu à d'autres enquêtes et on peut l'espérer, d'autres démantèlements", poursuit le journaliste.

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 10:11

Dr GALIM NGONG Irénée, le Préfet du Moungo a débuté lundi 30 octobre dernier, une tournée de prise de contact et d'animation socioéconomique dans son territoire de commandement.

Il s'est rendu il y a quelques jours en compagnie de son Etat Major et d'une dizaine de Délégués Départementaux dans les arrondissements de Dibombari, Bonalea, Mbanga, Mombo et de Njombe-Penja en ce qui concerne l'Etape du Moungo-Sud.

Tout au long des deux premières qui l'ont conduit respectivement dans les Arrondissements de Dibombari, Fiko Bonalea , Mbanga et Mombo, il a noté l'ensemble des plaintes et attentes de ses administrés avant de prodiguer à tous quelques conseils et recommandations utiles.

Au sujet des plaintes des populations des unités administratives déjà visitées, l'on note entre autres : les problèmes de manque d'eau potable dont la durée n'est plus explicable selon les populations. Depuis près de 5 ans par exemple, certains quartiers de la ville de Mbanga manquent d'eau potable. A ces problèmes d'eau s'ajoutent ceux liés à l'insécurité, aux infrastructures routières pour la circulation et l'acheminement des vivres des villages vers les villes et à l'exode rural.

Comme recommandations, tout en souhaitant que son action et par conséquent celles des populations trouvent un écho favorable dans le développement et la cohésion sociale de l'unité, M. GALIM NGONG a rappelé à tous l'importance du vivre ensemble dans la paix pour des lendemains enchantées.

Le Préfet du Moungo a également appelé les Chefs Traditionnels à préparer leurs successions pendant qu'il est encore temps. En effet, dit-il, les Services de la Préfecture du Moungo et de plusieurs Sous-Préfectures sont assiégés tous les jours par des plaintes liées aux problèmes de succession dans les Chefferies. "Et pourtant, une succession bien préparée assure l'immortalité d'un Chef. "N'ayez pas peur de la mort les Majestés" a-t-il insisté.

Au sujet des Agents de l'État qui désertent les lieux de services, le Préfet du Moungo leur a envoyé le message de l'amour du service public. Ce phénomène est récurent dans le Moungo-Nord avec une absence remarquable des fonctionnaires à leur poste de travail. Soient ils sont dans les snacks et hôtels, soient ils sont dans leur seconde activité, les prestations de services ou tout autre business contribuant gagner beaucoup d'argent. A Melong chez le Maire Kuete Jean, à Loum Chez le Maire Kuate Wambo Guy Mesmin, à Baré-Bakem chez le Président Ngam Paul, à la Communauté Urbaine de Nkongsamba chez le Dr Kollo Basile, à Nkongsamba2ème chez Wandji Thomas ou à Manjo chez Sa majesté Ebako Charles, le représentant de l'Etat a demandé de se mettre véritablement au trvail pour le bien être des populations

Sylvain Timamo

Contact Rédaction de Scores2000 : +237 663956404/678894092/699451920

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 10:07
«L’évolution dramatique, la radicalisation, et les derniers développements tragiques qu’a connu la crise sociale devenue politique qui mine les Régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest, en font un objet d’intérêt national majeur par excellence et qui cadre parfaitement avec la lettre et l’esprit des dispositions constitutionnelles et légales…»

Comme nous vous l’annoncions dans un précédent article, le SDF a l’intention de perturber le déroulement de la 3e session parlementaire au SENAT qui se tient au palais des Congres de Yaoundé depuis le mardi 14 novembre 2017.

Dans une correspondance adressée au président de la chambre haute, le groupe parlementaire demande l’inscription de la crise anglophone à l’ordre du jour de la prochaine séance plénière.

Les députés SDF ont commencé par la même démarche à l’Assemblée Nationale, avant de lancer la semaine dernière, l’opération «Blocus» quand ils n’ont pas eu une suite favorable.

Les Sénateurs SDF se sont préparés à manifester aussi au SENAT si leur demande n’est pas satisfaite.

Ci-dessous, une copie de la correspondance adressée à Marcel Niat Njifenji:

Contact Rédaction Scores2000 : +237 663 956 404 / 699451920

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 18:16

Placées Sous le Haut Patronage de Mr IVAHA DIBOUA Samuel Dieudonné, les 10-11 et 12 Novembre 2017  étaient des journées spéciales dans le département du Moungo, plus précisément  dans la ville de NKONGSAMBA. Ceci pour cause de l'événement organisé avec récurrence et baptisée : "Ascension du Mont Manengouba". La 9ème édition cette fois célébrée avec pour qualification en ses Termes de Références «la Course de l’Émergence». Malgré quelles entorses humains qu'elle a connu, elle s'est effectivement déroulée et ceci dans des très bonnes conditions avec la bénédiction des Chefs des villages Baneka dans le Moungo conduits en ce lieu de cérémonie protocolaire par Sa Majesté NKOMBA EPANLO Martin qui reçu toutes les félicitations de Représentant du Gouverneur, le 2ème Adjoint Préfectoral du Moungo, Mr Etengeneng Kevin Oben....

Étaient donc présents plus de 39 Athlètes  venus  de différentes horizons à savoir : le groupe des Juniors constitué de 6 filles et 10 garçons; le groupe des seniors constitué 18 hommes et 5 femmes.

Le samedi 11 novembre 2017, à la place des fêtes de Nkongsamba, au environ de 7h45, le signal du départ est donné par Mr Nicolas Mbabe, Secrétaire Général Adjoint de la Ligue Régionale d’Athlétisme du Littoral, représentant le Président Bassomo Sadrack empêché. Le premier vainqueur de la compétition, le premier junior, sur un itinéraire réduit, limité au Carrefour Lélé dans l’arrondissement de Nkongsamba 2ème, autour de 9 heures a donc pointé ses jambes athlétiques sur la ligne de d'arrivée. Suivra les seniors Messieurs et Dames, tous pointés et accueillis par Mr Ngoumou Pascal, Officiel National d’Athéisme sur le regard de Mr Nicolas Mbabe, du secrétariat à l'organisation de Scores2000, du secrétariat de l'association des athlètes constitué de Mme Kemdjeu Régine et du Président des athlètes Ndishofon Charles Trigar...

A 12h30, la Cérémonie Protocolaire à débuté à la place des fêtes et ont donc répondu présents Mr Etengeneng Kevin Oben, le Représentant du Gouverneur de la Région du Littoral, 2ème adjoint  préfectoral du Moungo, Mr Foumane Akame Pierre, l'adjoint au Sous-préfet de Nkongsamba 1er, Me Penda Jean qui est huissier de justice, Mr Nyatte Alexis, le Contrôleur Régional des Finances du Littoral 2, les forces de l'ordre avec le Commissaire adjoint de police Ndoumbè, les autorités traditionnelles ( Mr KOMBA EPANLO, Chef Ndogmoa Nbeng, Président des Chefs traditionnels Baneka)  et de nombreux  responsables de partenariat à savoir la société Tecno Cameroun  représenté par Nnomo Jean Michel, le Régional et Youmsi Brice qui, pour la bonne marche de l'événement ont mis les petits plats dans les grands. Tecno Mobile a rendu beau la remise des prix de sa décoration des lieux  ainsi que des lots qu'elle a mis à la disposition des vainqueurs de cette course : sans être exhaustif, on notera 2 téléphones de marque Techno W1 d'une  valeur d'environ 75 000 FCFA l'unité, des Tee-shirts et blocs notes, agenda, sacs, stylos, primes en espèces  pour ne citer que ceux-la.

Étaient aussi présents, les responsables  de l'établissement RIFEPH, dépositaire de la marque Nanfang qui matériellement comme financièrement ont contribué à la bonne marche de l'événement, ainsi que l'Association  Pepawang, le responsable marketing des Brasseries du Cameroun Mr Francis Bedjialeu avec sa marque Tangui, La Radio Communautaire Bana, représentée par  Madame Monique Temanie, Chef de chaine, Les communicateurs de la radio FM  NKONGSAMBA et Africable télévision  représentée par Mr Jean Paul Mbia  et beaucoup d'autres invités venus de part et d'autre.

Cette cérémonie protocolaire était donc destinée à la remise des prix aux 15 lauréats. On a  donc eu comme 1er catégorie senior homme Ayimmai Titus (58,27minutes), 2nd Difometio  Guy (58,37minutes); 3eme Moungou Marcel (59,07minutes). Femme 1ere Ngwaya Ivonne (58,33) 2nde Ngong Sylvaria (1h32minutes), 3eme Hadeja Isa(1h52minute). Catégorie Junior garçon a pour 1er Gnoulimori Mbali Moliere (36,40minutes), 2nd Oumarou Isa Tambaya (37,53minutes) 3ème Ojomou Njoke Valdeque (39,53minutes). Junior Fille : 1ere Moukam Marlyse (43,54minutes), 2nde Kameni Feline (44,35 minutes), 3eme Maimouna Isa Tambaya  4eme Onanato Isa Tambaya (44,36minutes) le plus jeune  Né en 2007 et le plus âgé Tchuidji Bernard (24 mai 1959) N'ont pas échappé à la prime. La cérémonie s'est déroulée avec quelques prestations musicales à savoir celles de Eddy Michel de Loum, Pierre Bareko, le Groupe Yachagang ainsi que les discours du Président du Comité d'Organisation, Mr Timamo Tedjom Sylvain, du deuxième adjoint préfectoral en la personne de Mr Etenguenen Kevin Oben Ainsi celui, Représentant du Gouverneur de la Région du Littoral. Le rendez-vous pour la 10ème édition est pris pour le mois de novembre 2018...

Par Madola Marie Claire, Stagiaire - Contact Rédaction : +237 696 234 411

Discours de Monsieur Etengeneng Kevin Oben, Représentant du Gouverneur de la Région du Littoral, 2ème Adjoint préfectoral du Moungo

Tout en rappelant les difficultés qu'a connu la préparation de la course de montagne, celui-ci encourage Monsieur Timamo Tedjon Sylvain, Président du Comité d'Organisation de la 9ème Ascension du Mont Manengouba et son équipe. Il remercie également  les athlètes, les autorités administratives et traditionnelles, les partenaires sociaux, les invités spéciaux, pour avoir concouru à l’implémentation des objectifs à atteindre.

Mr Etengeneng Kevin Oben, au nom du Gouverneur de la Région du Littoral encourage aussi les fils de Nkongsamba qui œuvrent pour le développement de la ville à travers des initiatives à l'instar de l'Ascension du Mont Manengouba.

Il a tout de même noté  que, compte tenu des discutions centrées sur l'organisation de l'Ascension du Mont Manengouba, il en ressort que, les individus sollicitant l'organisation de la course  ne se verront pas empêchés de quoi que ce soit, car tout ceci concoure à l'animation, au développement de la ville de Nkongsamba et de ses environs. 

Propos recueillis par Ongomele Marie Cécile, Reporter

Discours de Monsieur Timamo Tedjon Sylvain, Président du Comité d'Organisation de la 9ème Ascension du Mont Manengouba tenue du 11 Novembre 2017 à Nkongsamba

Celui-ci dans son discours a tout d'abord apporté des remerciements à l'endroit des  participants  (athlètes, partenaires, autorités Administratives et  Traditionnelles, invités, membres du comité d'organisation). Ceci pour avoir contribué à la bonne marche de l'événement. Aussi ce 11 novembre 2017 marque le début du plan médias et relationnel pour l'organisation du 10èmeSalon International de l'Entrepreneuriat du Cameroun qui va se tenir du 19 au 27 mai 2018 dans une ville du Moungo.

Ensuite, il prie le ministère de l'Economie, du Plan et de l’Aménagement du Territoire de réhabiliter les routes qui vont jusqu'à la montagne ainsi que les trois refuges et la construction d'un héliport afin que l'ascension prévue pour l'année 2018 se fasse dans les bonnes conditions.

Il rappelle  aussi  que, l'ascension du Mont Mangounba étant  une course qui pourrait faire la fierté de tout  le Département du Moungo, ne devrait pas qu' être la chose d'une personne, mais de toutes les populations du territoire et des institutions décentralisées...  Ceci de telle sorte que la course ne soit plus seulement  locale, mais qu'elle soit connue sur le plan national et international afin que dans les prochaines éditions, on y retrouve les athlètes venus des différents pays de la planète.

Pour cela, il prie les autorités de mettre sur pieds les moyens nécessaires pour parfaire les éditions  prochaines.

- Merci à Mr IVAHA DIBOUA Samuel Dieudonné, Gouverneur de la Région du Littoral pour avoir accordé son Haut Patronage à la 9ème Ascension du Mont Manengouba2017;

- Merci à Sa Majesté NKOMBA EPANLO Martin, Président de l'Association des Chefs traditionnels des 12 villages Baneka pour son implication personnelle;

- Merci à Mme Essoungou Irène Patience, Déléguée Régionale des Sports et de l’Education Physique du Littoral pour son soutien et son expertise depuis 2016;

- Merci à la Société Tecno Mobile ici représentée par Mr Nnomo Jean Michel, son responsable Régional du Littoral pour nous avoir accordé son précieux sponsoring ;

- Merci à Mr Ndishonfon Charles Trigar, Président des athlètes du Moungo pour sa confiance en Scores2000 et la modeste personne de Mr Sylvain Timamo; Merci aussi à la famille Isa Tambaya

- Merci à Taffou de Towo pour les trophées offerts à la 9eme Ascension du Mont Manengouba du 11 novembre dernier. Un homme qui fait du bien ne comptabilise pas. Mais les bénéficiaires s'en souviendront pour une éternité...

- Merci  à Me EDIMO NANA Ferdinand pour son appui logistique et particulièrement pour de l'eau mise en quantité suffisante à la disposition des athlètes venus des 4 coins du pays

- Merci à Me EKANDJE NJANGA Eitheil, Président du Comité de Développement du Canton Baneka pour la prime spéciale décernée aux athlètes juniors de la 9eme Ascension du Mont Manengouba du 11 novembre dernier et son souhait de bienvenue aux touristes étrangers à Nkongsamba en novembre 2018 ;

- Merci au Président de l’Organisation Pepawang pour son soutien financier et logistique ;

-Merci à Mr Djomo Emmanuel, Promoteur des Ets RIFEPH Motos et accessoires à Nkongsamba ;

- Merci aux Brasseries du Cameroun ici représentées par Mr Bdjialeu Francis ;

- Merci à l’artiste musicien Samboulou, ancien athlète et compétiteur du Mont Cameroun;

- Merci au Dr Kollo Basile, Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsamba pour son accompagnement moral ;

- Merci à Mr Wangue Georges Liberté, SG de la Communauté Urbaine de Nkongsamba pour son expertise et sa disponibilité ;

- Merci à Mme Ngwaya Ivonne;  Championne du Mont Cameroun, pour sa participation et l'honneur qu'elle nous fait de venir à Nkongsamba

- Merci aux Autorités Administratives et FMO de Nkongsamba

Recueillis par Ongomele Marie Cécile, Reporter

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 18:14

Les résultats d’un essai clinique évaluant l’efficacité de Cerelac, une farine infantile enrichie en fer, pour corriger et prévenir l’anémie ont été présentés le 9 novembre 2017 à Yaoundé. Cette étude, financée par Nestlé Cameroun et menée par une équipe de chercheurs de la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales de l’Université de Yaoundé I, a démontré que l’enrichissement d’aliments de complément en fer peut aider à lutter contre l’anémie chez les enfants de moins de cinq ans.

Les micronutriments, comme le fer, sont des composantes essentielles d’une alimentation saine et ont des effets profonds sur la santé. Idéalement, ces nutriments sont fournis par une alimentation équilibrée et variée. Mais, dans de nombreuses parties du monde, les régimes alimentaires n’en contiennent pas assez et les carences sont courantes, notamment chez les enfants de moins de cinq ans et les femmes en âge de procréer. Afin d’aider à lutter contre cette forme de malnutrition, Nestlé s’est engagée à ajouter les micronutriments concernés dans les aliments et boissons consommés régulièrement par les populations vulnérables, comme les farines infantiles. Ce processus est appelé fortification ou enrichissement.

La carence en fer constitue le trouble nutritionnel le plus répandu dans le monde. Au Cameroun, trois enfants sur cinq souffrent d’anémie, principalement en raison d’une carence en fer. Ceci affecte négativement le développement cognitif, la croissance physique, et l’immunité des enfants affectés. Plus généralement, la carence en fer et l’anémie réduisent la capacité de travail des individus et de populations entières, ce qui a des conséquences économiques graves et entrave le développement national.

L’essai clinique, effectué dans la localité de Salapoumbé dans l’Est, portait sur un échantillon de 205 enfants anémiés, âgés de 18 à 59 mois. Ces enfants ont été répartis en deux groupe et ont reçu, pendant six mois, la même quantité de farine de blé, en supplément de leur régime alimentaire habituel. L’un des deux groupes recevait une farine enrichie en fer, alors que le second groupe recevait une farine non enrichie. Au terme de l’étude, les chercheurs ont constaté une diminution significative de l’anémie auprès de 54% des enfants recevant la farine enrichie, contre seulement 11% des enfants recevant la farine non enrichie.

« Bien que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande la fortification des aliments en fer comme l’une des mesures préventives de lutte contre l’anémie ferriprive, de nombreux pays, comme le Cameroun, n’ont pas encore mis en oeuvre cette mesure » a déclaré Prof. Tetanye Ekoe, doyen honoraire de la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales à l’Université de Yaoundé I et investigateur principal dans cette étude. « Au vu des résultats de cet essai clinique, qui démontre que l’enrichissement en fer des farines infantiles est susceptible de contribuer à lutter contre l’anémie des enfants de moins de cinq ans, nous encourageons le Ministère de la Santé Publique à poursuivre ses efforts de fortification des aliments des nourrissons et jeunes enfants en micronutriments, et particulièrement en fer » a-t-il ajouté.

« La malnutrition continue aujourd’hui à avoir un coût humain et économique exorbitant en termes de dépenses de santé et de perte de productivité. En tant que première entreprise agro-alimentaire au Cameroun, nous pensons pouvoir contribuer à l’amélioration de l’état nutritionnel des personnes à risques en offrant des aliments et boissons enrichis en micronutriments. Nous sommes fiers que notre marque Cerelac aide à soutenir un développement physique et intellectuel sain chez les enfants camerounais », a révélé Thomas Caso, Directeur Général de Nestlé Cameroun.

Selon l’OMS, l’enrichissement des aliments en micronutriments présente le double avantage de permettre d’apporter des éléments nutritifs à de vastes segments de population sans nécessiter de changements radicaux des modes de consommation alimentaire. Plus de 12 millions de portions de produits Nestlé enrichis ont été consommées au Cameroun quotidiennement en 2016.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 18:12

Il a reçu un prix le 11 novembre 2017  à l’occasion de la quatrième édition du CRITERIUM AFRICAIN tenue à Bruxelles en Belgique.

« Je suis ravi d’être parmi les personnes ayant été honorées au cours de cet événement. Merci à la diaspora pour cette belle reconnaissance » dit ce présentateur télé en service à la radiotélévision nationale du Cameroun, crtv.

En rappel, LE CRITERIUM AFRICAIN est un évènement animé par les 10 meilleurs DJ’s de la diaspora africaine. Il se donne principalement pour mission d’honorer les artistes et promoteurs de la culture africaine de la diaspora, tout en contribuant à créer une dynamique de rencontre entre des promoteurs culturels, Dj’s, artistes et amis de l’Afrique.

Loire Nzindi

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 18:09

Voici en intégralité la Déclaration du Ministre de la Communication, Porte parole du gouvernement Issa Tchiroma Bakary qui a également profité de l’échange avec la presse ce 10 novembre 2017 à Yaoundé, pour saluer l’élévation de deux compatriotes, tous des Parlementaires, à des dignités respectives de portée planétaire.

Mesdames, Messieurs les Journalistes,

Je vous souhaite une chaleureuse bienvenue à cette rencontre à laquelle je vous ai conviés, pour nous entretenir sur trois sujets d’actualité d’une importance majeure.

Mais je voudrais avant toute chose saluer la présence ici à mes côtés de Son Excellence Joseph DION NGUTE, Ministre Délégué auprès du Ministre des Relations Extérieures, chargé des Relations avec le Commonwealth.

Nous accueillons également pour la circonstance deux experts, Madame BEKOLO, Directeur de l’Intégration Régionale au MINEPAT, et Monsieur TAZOH, Sous-directeur Afrique Centrale à la Direction des Affaires d’Afrique au MINREX.

Je ne vous présente plus le Colonel Didier BADJECK, Chef de Division de la Communication au MINDEF, habitué des rencontres avec la presse chaque fois que cela s’avère nécessaire.

Mesdames, Messieurs les Journalistes,

Nous parlerons tout d’abord, si vous le voulez bien, de l’escalade terroriste que connaissent à nouveau les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

À ce sujet, tel que je l’annonçais dans mon communiqué daté du mardi 7 novembre dernier, la veille de ce jour, c’est-à-dire le 6 novembre 2017 aux environs de 8 heures, un groupe d’assaillants constitué d’une dizaine d’individus armés de lance-pierres et de machettes, a tenté de prendre d’assaut le lycée technique de Jakiri dans le Département du Bui, Région du Nord-Ouest .

L’objet de cette agression était d’expulser les enseignants et les élèves de l’enceinte de l’établissement où se déroulaient les cours, et de mettre à feu les différents bâtiments.

Se rendant compte de la situation, le Proviseur du lycée a immédiatement donné l’alerte aux Forces de Défense et de Sécurité postées non loin de là. L’intervention vigoureuse de nos Forces a permis de faire échec à l’entreprise criminelle des assaillants, contraints de battre en retraite dans la broussaille avoisinante.

C’est au cours de la battue organisée pour rattraper ces criminels que   le Gendarme-major DJONLAY Bienvenu a été pris à partie dans une embuscade puis, froidement abattu par ses bourreaux. Son corps a été retrouvé quelques minutes après, criblé de balles, à quelques encablures du théâtre des opérations. L’arme de service de la victime, de type AK 47, couramment appelée Kalachnikov, avait disparu, visiblement emportée par le groupe de terroristes.

Le Gendarme-major Djonlay Bienvenu était en service à l’escadron 51 à Bafoussam. Il venait d’être mobilisé en renfort à la Brigade de Gendarmerie de Jakiri.

Moins de 48 heures plus tard, le 7 novembre 2017 vers 23 heures, une seconde attaque terroriste était perpétrée contre un poste de contrôle mixte police-gendarmerie, sur la route menant vers la localité de Bafut, à la sortie de la ville de Bamenda. Cette fois-ci, c’est un individu cagoulé, agissant en bande, qui a ouvert le feu en direction du poste de contrôle, atteignant le Maréchal des Logis-Chef HINMA Dieudonné au dos, avant de prendre la fuite.

Le Sous-Officier de gendarmerie rendra l’âme quelques minutes après au cours de son transfert vers un hôpital de la place.

Une douille provenant d’une munition de guerre de marque fédéral 45 auto a été retrouvée sur le lieu du drame. Selon les informations puisées à bonne source, nos Forces ne sont pas dotées de ce type de munitions. La procédure d’identification est actuellement en cours.

Le Maréchal des Logis-Chef HINMA Dieudonné était en service à la brigade de gendarmerie de Kiki dans le Département du Mbam et Inoubou, Région du Centre.

Comme son autre camarade décédé à Jakiri, il était lui aussi muté en renfort à Bamenda.

Quelques heures plus tard, le 8 novembre 2017 vers 2 heures du matin, l’Élève-gendarme SALI David commis au service de sécurisation du Collège Saint-Michel au quartier Bayele à Bamenda, a été retrouvé mort, atteint d’une balle au cou, et son arme de service également de type Kalachnikov emportée, de même que les munitions qu’il portait par devers lui.

La balle ayant abattu  l’Élève-gendarme SALI David est du même type que celle retrouvée sur le lieu du crime du Maréchal de Logis-Chef HINMA à la sortie de Bamenda.

L’Élève-gendarme SALI David était stagiaire du   Commandement des Ecoles des Centres d’Instruction de la Gendarmerie, en position règlementaire à Bamenda.

Au petit matin du 8 novembre 2017 aux environs de 4 heures, le poste de contrôle du lieu-dit « Takédja », situé sur l’axe Kumbo-Nkambe a lui aussi subi une attaque à mains armées.

Ici, la réaction musclée des Forces en service a mis en déroute les assaillants, qui ont dû rebrousser chemin.

Dans la nuit du 9 au 10 novembre, le soldat YAYA Emmanuel en service au 22ème Bataillon d’Infanterie Motorisée appartenant à la 21ème Brigade d’Infanterie motorisée a été tué, cruellement égorgé par une autre escouade de terroristes.

Le soldat YAYA Emmanuel assurait, en même temps plusieurs de ses camarades d’armes, la garde du pont reliant le Cameroun au Nigéria voisin à hauteur de la localité d’Akwem non loin de la ville Mamfe, département de la Manyu dans la Région du Sud-ouest. La victime a été surprise par ses assassins, alors qu’elle s’était retirée pour assouvir un besoin physiologique à côté d’un bosquet.

Au total, et à l’heure où je vous parle, quatre membres des Forces de Défense et de Sécurité en service commandé ont donc trouvé la mort, tombés sous les balles de terroristes se réclamant du mouvement sécessionniste connu sous le nom de « Southern Cameroons Ambazonia Consortium United Front », en abrégé le SCACUF.

Ces attaques ont du reste dûment été revendiquées dans un communiqué  signé de cette organisation et rendu public.

Aux familles des vaillants soldats de la République tombés en service commandé, les armes à la main, pour défendre avec loyauté et fidélité, les valeurs fondamentales de la Nation tout entière, je présente les condoléances les plus attristées du Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA.

En son illustre nom, je leur donne l’assurance que leur sacrifice ne sera pas vain.

À ce sujet, je signale qu’au cours des ratissages organisés pour retrouver les assassins terroristes, les Forces de Défense et de Sécurité ont dû affronter la résistance d’individus visiblement suspects, qui refusaient d’obtempérer aux interpellations. Il s’en est suivi des échauffourées qui se sont soldées par la mort de deux terroristes et de cinq blessés parmi eux.

À ce jour, les investigations menées par les Forces de Défense et de Sécurité ont permis de mettre la main sur six dangereux suspects, porteurs au moment de leur interpellation de 12 minutions de 7,62 millimètres dans la localité de Misaje, Département du Donga Mantung, Région du Nord-ouest, au moment où ils s’apprêtaient à franchir la frontière en direction d’un pays voisin.

Il s’agit des nommés WIRNGO Flavian BONKIKEH âgé de 32 ans ; NDZELAMONYUY Livinus WIRASHY alias Livi, 26 ans ; NJODZEKA Leonard SUILIY, alias ALIOU OUSSAM SYSTEM, 26 ans ; WALA Ernest, 21 ans ; NGORAN Livinus, alias Livi, 31 ans ; et MDZEYUF Raoul alias AGÜERO, 23 ans.

Au cours de leur exploitation à la      Légion de gendarmerie du Nord-ouest à Bamenda, les suspects dont je viens de donner les noms ont tous avoué être les auteurs de l’attaque du lycée technique de Jakiri le 6 novembre 2017.

Ils ont par ailleurs précisé que c’est le nommé NDZELAMONYUY Livinus WIRASHY alias Livi qui a assassiné le Gendarme-major DJONLAY Bienvenu.

Voilà donc, Mesdames, Messieurs les Journalistes, la situation telle qu’elle prévaut, dans les Régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.

Au vu de cette situation, nous sommes à présent tous d’accord, tel que nous l’avons toujours affirmé et soutenu depuis le début des violences dans ces deux Régions, que notre pays fait bel et bien face à une entreprise terroriste, un ennemi implacable de la République, mu par une violence aveugle et une folie meurtrière sans limites.

Je le dis avec force et conviction, dans la mesure où nous avons été très souvent pris à partie par certains, sans doute naïfs, qui à un certain moment ont pu penser qu’il s’agissait alors pour le Gouvernement d’entretenir l’amalgame autour de la crise qui portait sur de simples revendications corporatistes ou républicaines exprimées par des manifestants dociles et pacifiques.

On nous a alors accusés de diaboliser des interlocuteurs de bonne foi qui ne demandaient qu’à être écoutés et invités au dialogue.

Mais la vérité est là aujourd’hui. Elle s’impose désormais à tous : les sécessionnistes viennent de déclarer la guerre à la République. Car dès lors que l’on s’attaque de la sorte aux institutions chargées d’assurer la protection de la population, dès lors qu’on donne délibérément la mort à ceux-là même qui, placés dans une simple posture de veille, garantissent la bonne marche et la vie paisible de la nation, on s’attaque aux fondamentaux de cette nation.

Cela n’a plus rien à voir avec la nécessaire expression d’une vue ou d’une opinion, fût-elle contraire à celle d’autres citoyens, mais qui participe toujours de l’indispensable dialogue pour la construction d’un avenir commun et d’un vivre ensemble immuable.

Que ces marginaux de la République, qui ont choisi la voie du sang et de la violence gratuite sachent donc qu’ils trouveront toujours face à eux un Cameroun uni, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

Que ces marginaux comprennent bien que les Camerounais dignes de ce nom, d’où qu’ils viennent et qui qu’ils soient, anglophones ou francophones,  chrétiens, musulmans, animistes ou même athées, tous ces Camerounais-là, dis-je – sont en ordre de bataille derrière leur Chef, Son Excellence Paul BIYA, Président de la République, Chef des Armées.

Par ailleurs, le Gouvernement marque son étonnement face au mutisme observé de la part des ONG de défense des droits de l’Homme et des libertés, alors que des cas flagrants et répétés de subversion armée et de violence d’une cruauté inégalable, sont perpétrés contre nos Forces de Défense et de Sécurité. Ces exactions continuent pourtant de se produire devant eux et au vu et au su de tout le monde, sans qu’aucune réaction ait à être enregistrée de leur part ; un silence assourdissant, qui témoigne sinon de la connivence, mais à tout le moins de la complaisance de nos donneurs de leçons habituels, incapables d’exprimer la moindre compassion pour les familles des soldats lâchement abattus, alors qu’ils n’avaient attaqué personne ; morts en service commandé et victimes de leur loyauté et de leur patriotisme.

En tout état de cause, le Gouvernement prend une nouvelle fois à témoin la communauté nationale et internationale, sur la tournure terroriste et manifestement anti-républicaine que prend la situation dans ces deux Régions.

Qu’il soit donc clair dans l’esprit de tous, que le Gouvernement a d’ores et déjà pris toute sa responsabilité, pour le rétablissement du maintien de l’ordre dans ces régions. Il s’agit là d’un préalable et d’un impératif incompressible et non-négociable, sur lequel aucune transaction ne sera autorisée, au nom du devoir régalien qui incombe à tout État, pour la sauvegarde des personnes, la protection des biens et la préservation de notre intégrité territoriale.

Mesdames, Messieurs les Journalistes,  

Je voudrais à présent aborder un sujet moins dramatique, mais plutôt réconfortant, qui concerne l’élévation deux de nos compatriotes, tous des Parlementaires, à des dignités respectives de portée planétaire.

En effet, l’Honorable Emilia MONJOWA LIFAKA, Député à l’Assemblée nationale du Cameroun et Vice-Présidente de ladite Assemblée, a été élue 7 novembre dernier à la tête du Comité Exécutif de la prestigieuse Association des Parlementaires du Commonwealth, la CPA en abrégé.

En effet, l’Association des Parlementaires du Commonwealth, qui regroupe les Parlementaire de l’ensemble des pays membres du Commonwealth à travers le monde, constitue un puissant outil de coopération et de promotion des valeurs de démocratie et de gouvernance entre les nations.

Fondée en  1911, cette puissante organisation inter-gouvernementale a récemment tenu son Assemblée Générale ici même à Yaoundé.

L’Honorable Emilia MONJOWA LIFAKA a été élue à ses nouvelles responsabilités au cours de la dernière session du CPA qui s’est tenue à Dacca, la capitale du Bangladesh, avec 107 voix, loin devant ses deux autres concurrents qui pointaient respectivement à 70 voix pour le deuxième et 15 voix pour le troisième.

En plus des qualités personnelles et de la solide expérience parlementaire de l’honorable lauréate, cette élection d’une digne fille de notre pays, atteste de la vigueur et du dynamisme de la diplomatie camerounaise, ainsi que la solidité de ses instituions marquées par une vocation démocratique.

La confiance que la famille parlementaire du Commonwealth vient ainsi de placer dans la personne de notre compatriote, témoigne en outre  de toute l’appréciation que cette auguste organisation porte au respect de ses valeurs par le Cameroun.

Je souligne que la candidature de l’Honorable MONJOWA LIFAKA a été présentée et portée à bout de bras par le Président de la République, Son Excellence Paul BIYA en personne. La volonté exprimée par le Chef de l’Etat vise aussi à affirmer aux yeux du monde, le biculturalisme de notre pays à travers son appartenance au Commonwealth et à la Francophonie.

Au cours des trois prochaines années, le Cameroun sera donc d’une certaine manière, à travers la toute nouvelle Présidente du CPA, à la fois porte-parole et le porte-étendard du Commonwealth à travers le monde entier.

L’autre Parlementaire camerounais à s’être fait distinguer sur la scène internationale est l’Honorable Joseph OWONA KONO, lui aussi Député à l’Assemblée Nationale du Cameroun.

Au cours des assises de la 47ème de l’Assemblée Parlementaire du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et celles de l’intersession de l’Assemblée Parlementaire ACP-Union Européenne,  qui se sont tenues du 10 au 12 octobre 2017 à Bruxelles, l’Honorable Joseph OWONA KONO a été doublement élu pour un mandat de deux ans comme Président de l’Assemblée Parlementaire des ACP et co-Président de l’Assemblée Parlementaire ACP-Union Européenne.

À chaque fois, le Parlementaire camerounais a été élu à l’unanimité.

Il conviendrait ici de relever l’importance des fonctions que va occuper notre compatriote pendant les deux prochaines années, tant au niveau politique qu’économique, eu égard au rôle accru dévolu au Parlement Européen, principal interlocuteur du Parlement ACP.

À ce sujet, la Présidence du Cameroun va certainement constituer un atout majeur dans le dialogue politique avec les instances européennes.

Là encore, et au-delà des atouts personnels du tout nouveau Président qui se trouve être l’un de nos compatriotes, c’est le rayonnement et l’entregent de la diplomatie camerounaise qu’il faut saluer, non seulement en Afrique, mais également dans son action en direction de l’Union Européenne tout entière.

A ces deux victoires diplomatiques, s’ajoutent encore l’élection de Monsieur SHEY Jones au poste de Commissaire à la CEMAC chargé des Infrastructures, et celle de Monsieur EVANE Evariste, porté aux fonctions de Directeur Général Adjoint de l’Institut Sous-Régional Multi-Sectoriel des Technologies Appliquées, de la Planification, et de l’Evaluation des Projets.

Je présente donc les chaleureuses félicitations du Gouvernement à nos deux compatriotes, ainsi que nos vœux de plein succès des missions à la fois prestigieuses et titanesques qui viennent de leur être confiées.

Un autre point de l’actualité que je voudrais aborder concerne l’application par la totalité des pays membres de la CEMAC, du principe de la libre circulation des personnes dans leurs espaces commun et réciproques.

Comme vous le savez, il s’agit là d’une mesure longtemps attendue avec une certaine impatience par les populations de la sous-région.

C’est au cours du sommet extraordinaire du 31 octobre 2017 à Ndjamena que les Chefs d’États de la CEMAC ont constaté la mise en œuvre intégrale par la totalité des pays membres de cette libre circulation des personnes dans l’espace communautaire.

Déjà, pendant la 13ème conférence ordinaire des Chefs d’État et de Gouvernement à Djibloho en Guinée Équatoriale, les Chefs d’État, en prescrivant la mise en œuvre intégrale de cette mesure, avaient ordonné une mission circulaire dans tous les pays de la sous-région, afin de s’assurer de la matérialisation de cette décision.

Comme principale disposition d’accompagnement de cette décision, les Chefs d’État ont en outre autorisé à prélever 1,7 milliard de FCFA sur les ressources du FODEC, le Fonds de Développement de la Communauté, pour le paiement du solde dû à INTERPOL au titre de la mission de sécurisation des frontières extérieures de la Communauté.

Cette mesure consacrant l’effectivité de la libre circulation des personnes, constitue une avancée notoire dans l’objection d’intégration de notre sous-région, actuellement en proie à une crise économique majeure.

À contrario, la mobilité des acteurs économiques que sont les personnes, devrait bénéficier en premier lieu à la dynamique d’intégration et de compétitivité dont nous avons tous besoin.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens