Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 14:43
HON. PAUL ERIC DJOMGOUE « L’ENFANT DU PEUPLE »
HON. PAUL ERIC DJOMGOUE « L’ENFANT DU PEUPLE »

L’ÉLU DU PEUPLE FAIT L’HUNANIMITE DE SON QUOTIDIEN : ÉCOUTER - CONSEILLER - DONNER

Ne dit-on pas que «aimer c’est mourir en soi pour revivre en autrui ?» L’honorable Paul Eric Djomgoue a fait sienne cette maxime en donnant toute sa vie à son prochain. Ses journées sont ainsi partagées entre diverses sollicitations et interpellations qu’il veille à satisfaire parfois en s’oubliant soi-même. Sa permanence parlementaire est un véritable lieu de pèlerinage où se bousculent jeunes, femmes et vieillards dans le but de trouver une oreille à leur écoute.

Pour les jeunes en âge scolaire, l’honorable Paul Eric Djomgoue, à travers le concept « vacances utiles » contribue à l’amélioration de la qualité des enseignements et des apprentissages. Ce programme s’appuie sur les valeurs telles que l’échange humain, la responsabilité, l’esprit d’équipe et de solidarité. En bref « vacances utiles » est un levier pratique qui a pour but d’aider les jeunes à choisir et à réaliser des activités éducatives durant les vacances et à mieux gérer les moments de temps libre. Ce programme est structuré en quatre modules d’activités : scolaires, sportives, éducatives, jeux et divertissements. Ainsi au sortir de ses semaines d’activités périscolaires les jeunes de 7 à 18 ans reçoivent des prix et des bourses scolaires pour mieux débuter l’année scolaire. C’est dans cette optique que plus de 700 jeunes ont été à l’honneur le 27 aout 2015 à l’occasion de la quatrième édition de ce concept qui est devenu une tradition. Pour Paul Eric Djomgoue sa priorité est l’éducation de la jeunesse pour un meilleur avenir.

Pour les jeunes en quête d’emplois, une plate forme leur est déroulée par l’honorable Paul Eric Djomgoue qui met à leur disposition un plaidoyer efficace pour leur insertion socio-professionnelle par des emplois permanents ou temporaires. A ce jour, on dénombre plus de 100 emplois trouvés. On note aussi la mise à jour d’un fonds d’appui rotatif aux initiatives créatrices de revenus et d’emplois (un peu plus de 30 octroyés à ce jour) montant à partir de 250.000fcfa. L’accompagnement financier et matériel des associations de jeunesse exerçant dans les domaines du sport et de l’hygiène et salubrité est à l’ordre du jour. On n’oublie pas son soutien académique aux chercheurs évalué à un peu plus de 4 millions de francs cfa pour le mandat en cours.

Pour le bien de tous, l’honorable Paul Eric Djomgoue, a procédé à la création d’une mutuelle de santé parlementaire en partenariat avec l’hôpital de la Cité- verte et le district de santé de la Cité-verte, en vue de l’amélioration de l’accès des populations aux soins de santé. Il procède aussi à la construction des infrastructures socio-communautaires (ponts, pistes, forages et autres). Les dons de diverses natures et financiers sont octroyés aux associations, individus et groupes sociaux. (Un peu plus de 4 millions par mois depuis sa réélection). Les femmes en dehors du fait de bénéficier des séminaires de formation à l’auto-emploi et aux initiatives créatrices de revenus, sont appuyées financièrement pour la célébration de la fête du 08 mars et bien d’autres manifestations. Ses aides diverses vont aussi à l’endroit des démunis pour événements heureux ou mal heureux.

Norbert NDI MFOUMOU (675844328)-Rédaction de Scores2000 : +237 663 956 404

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 10:20
Le Sous-préfet Etta Bokaya Ashu, le Chef Supérieur Epanda Henri et les FMO de Nkongsamba2
Le Sous-préfet Etta Bokaya Ashu, le Chef Supérieur Epanda Henri et les FMO de Nkongsamba2

Le Préfet HONA Thomas a mis en place une commission ad-hoc d'identification du site pour ce complexe sportif. Elle est présidée par le Sous-préfet de Nkongsamba 2ème et a pour membres le représentant de la Commune de Nkongsamba 2ème, le Chef Supérieur du Canton Baneka, Sa Majesté Epanda Ebouel Henri et les FMO. Le site de 15 hectares est identifié à Ekangté à quelques encablures du Collège de la Grâce.

La pose de la première pierre serait imminente courant juin 2016. Un autre signe de la renaissance de Nkongsamba. Cette structure si elle venait à se concrétiser dans un bref délais permettrait d'améliorer l'offre en infrastructure sportive et même en site de loisir à Nkongsamba. On se souvient que sur les antennes du Groupe Equinoxe, la société civile décriait l'irresponsabilité des autorités municipales de Nkongsamba en la matière.

La cité des montagnes aujourd'hui n'a pas de stade de football praticable, encore moins des aires de jeux secondaires pour la pratique de ce sport roi qui favorise aussi le tourisme et les affaires. Le stade de Bonangoh aurait reçu environ 40 millions pour sa réhabilitation. Mais certains conseillers municipaux sous cape qui craignent le courroux du Maire WANDJI Thomas dénoncent l'irrationalité des travaux effectués. Selon ces derniers, le travail qui a éte fait sur se site ne représenterait pas la moitié des sommes engagées.

Le stade Mbaressoumtou à Nkongsamba 1er connaît le même problème, submergé par les eaux salles et les dépôts d'ordure pouvant dépasser 12 tonnes. El Hadj Oumarou, maire de Nkongsamba 1er qui serait en grogne avec les amoureux du ballon rond dont il était un des fervents pratiquants n'arrive pas à donner des explications crédibles. Rencontré à ce sujet, le Délégué du Gouvernement auprès de la communauté Urbaine ne comprendrait pas l'entêtement des deux maires à vouloir tirer la couverture d'un potentiel financement qui viendrait de la Fecafoot, estimé à près d'un milliard, dans le cadre de la phase 2 du processus. Selon toujours Dr KOLLO Basile, personne ne veut céder à l'autre le leadership pour conduire les négociations visant à la réhabilitation d'un stade digne de ce nom dans l'optique de la préparation des coupes d'Afrique féminine et masculine de 2016 et 2019. Les principaux responsables de la Ligue départementale de football; M. FOGUE Jean et FOFIE Joseph sont taxés de laxiste et nonchalent pour n’avoir rien fait comme signal en direction de TOMBI A ROKO ; le nouveau président de la Fecafoot.

Espérons que l'entrée en scène de HONA Thomas, Administrateur civil Hors Echelle et préfet du Département Moungo, de Sa Majesté Epanda Henri, Chef Supérieur du Canton Baneka et grand conseiller de la communauté et des porteurs de la chose footballistique au plus haut sommet viendra mettre fin à cette dichotomie infantile et politicienne.

Etoga Nestor, envoyé spécial - Contact Rédaction : +237 663 956 404

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 10:07
Mme MBOULA Elise-Henriette Epse ESSAME lors de la présentation du Compte Administratif 2015
Mme MBOULA Elise-Henriette Epse ESSAME lors de la présentation du Compte Administratif 2015

Le Maire MBOULA Elise-Henriette en croisade pour l’augmentation des logements communaux

C’était le 30 mai dernier que la session du conseil consacrée au vote des comptes de gestion et de l’adoption de 11 délibérations importantes s'est tenue. En présence du Préfet, M. HONA Thomas et du Sous-préfet M. MOUHAMADOU Bachirou.

En présence de 17 conseillers municipaux et soutenu de quatre procurations présentées par le Secrétaire Général NGAME NGONDO Phillibert, le Conseil Municipal de la Commune de Nkongsamba 3ème a arrêté ses comptes de l’année 2015. Le budget initial était de 437 687 754 FCFA, il a connu une augmentation de 95 960 930 pour se situé à 533 648 684 FCFA.

Les recettes de cet exercice sont de 168 697 585 FCFA et les dépenses sont évaluées à 133 776 473 FCFA ; soit un excédent de recettes sur les dépenses d’un montant de 35 121 078 FCFA. Cet excédent est en réalité un blocage des fonds inérants au mécanisme budgétaire et relatif au paiement de la dernière phase de la construction des logements communaux. Dans les explications de Mme ESSAME Elise Henriette, il ressort que sa commune a reçu de la dotation annuelle à reverser par la Communauté Urbaine de Nkongsamba une somme de 16 millions sur l’ardoise de 20 millions réellement attendue, ce qui entraine un reste à payer d’environ 18 500 000 francs. Les transferts de l’Etat d’environ 30 millions ont servi à acheter 03 tricycles, à l’entretien routier. Selon Mme SOMBE Fany Charlotte Georgette, Receveur Municipal, 38 558 061 FCFA ont été utilisés pour les équipements et l’investissement. Ce qui entraine un taux de performance réel de 31,64 %. Ces chiffres sont appuyés par l’intervention du Comptable matières EPOH NOM Richard qui a présenté en existant et en entrée de la Commune une somme de 37 756 249 FCFA : en sortie au 1er semestre une somme 2 654 546 FCFA, au second semestre une somme 11 069 866 FCFA, soit un reste en durable de 23 983 469 FCFA et en service fait un décaissement de 58 594 850 FCFA. Récapitulant, M. EPOH NGOM Richard a noté dans ses livres en entrée 96 583 607 FCFA et en sortie 72 319 233 pour l’exercice 2015.

La lecture des rapports de commission exécutée tour à tour par Mme ENGOLA MBONGO Huberte, MATIKE Daniel et Mme DONFACKK TSOBGNI Suzanne, respectivement des commissions des finances, de Grands Travaux et de la commission de l’Environnement et du Développement Durable, ont présenté des fonds sécurisés pour environ 272 millions pour le règlement des factures des infrastructures prioritaires avec en premier plan, l’Hôtel de la ville de Nkongsamba 3ème. Ce qui porte sous réserve de l’exécution de ces rubriques budgétaires le taux de performance de la Commune à 62%. Après les débats, toutes les 11 délibérations sont votées en raison de 19 voix sur 21.

Le préfet HONA Thomas a félicité les conseillers municipaux pour la cérénité retrouvée. Il a rappelé à ces derniers que l’humilité n’est pas un signe de faiblesse et que là où il y a la paix, c’est le signe que Dieu est présent. Il a encouragé M. MATIKE Daniel à persévérer dans sa démarche de paix et de recherche de solutions pour la consolidation d’une union entre les partenaires politiques de la Section du Moungo-Nord III. Dans son mot de clôture, Mme ESSAME Elise-Henriette a laissé entendre qu’elle est pour la paix et que sa priorité est de contribuer avec tous les membres de sa liste à l’émergence de la ville de Nkongsamba. Elle a indiqué que deux appartements sont déjà acquis par les locataires et que deux autres cherchent encore preneurs et qu’elle a la promesse des pouvoirs publics de donner plus de moyens à la Commune pour continuer l’exécution de son plan d’investissement.

Sylvain Timamo - Contact Rédaction : +237 663 956 404 / 699 451 920

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 10:05
Don de matériel agricole et de denrées alimentaires du CERAC dans le Moungo : Linda YANG rappelle que le Moungo est la mamelle nourricière du Littoral

C’est à la place des fêtes de Nkongsamba que le monde paysan s’est réuni le 28 mai dernier pour accueillir Mme Linda Yang, représentante de la présidente fondatrice, Mme Chantal Biya, dans l’optique de recevoir le don du Cercle des Amis du Cameroun (CERAC).

Cinquante organisations paysannes qui quelques jours auparavant, notamment les 24, 25 et 26 mai étaient en formation à la salle des conférences de l’évêché, sont les bénéficiaires des brouettes, machettes, houes, haches, limes, pulvérisateurs, moulin, engrais, bottes, combinaisons et autres objets de valeur.

Après le mot de bienvenu du Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsamba, Dr KOLLO Basile, l’allocution du Délégué Départemental du Ministère de la promotion de la femme et de la famille, de la représentante des organisations paysannes, et un gala culturel, la représentante de Mme Chantal BIYA s’est longuement exprimée en français et en langue locale sur le but de cette intervention dans le Moungo. Elle a encouragé la femme et également les jeunes à continuer à gagner leur vie dans les métiers de la terre, à contribuer de leur manière à l’émergence du Cameroun. Le cercle des amis du Cameroun est venu une fois à Nkongsamba comme dans le passé dans les localités de Dibombari, Mbouroukou, Bouapakai. Cela augure qu’il pourrait revenir. « Nkongsamba, carrefour des cultures, riche de sa démographie avec sa population dynamique et entreprenante » à l’attention de l’épouse du Chef de l’Etat. Elle rappelera ensuite que depuis 1995, soit 21 ans, le CERAC mène sa croisade contre la misère, la faim et la maladie en impactant de manière durable sur les modes de vie des citoyens nécessiteux. Elle rappela une fois de plus le séminaire de « renforcement de capacité des femmes Rurales du Moungo aux techniques de Transformation de Manioc et à l’utilisation des engrais et des pesticides » présidé par M. HONA Thomas, préfet du Moungo et qui a connu l’expertise de Mme ACHIDI ACHU, Mme ENONGUENE Pauline, Mme BALEVENG Bernadette, Mme SIDIKI Félicité epse MANON.

Cette cérémonie s’est achevée par un repas au domicile du Ministre des Relations Extérieures où de nombreux cadeaux ont été remis à l’hôte du jour. Occasion de félicité les dames LEJEUNE, ETAME, EPOUBE MINONO pour leur forte implication.

Lijouom Chetou - Contact Rédaction : +237 663 956 404

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 09:58
26ème anniversaire du Social Democratic Front à Nkongsamba et appel pour une élection présidentielle à deux tours

Une marche pacifique organisée à travers les artères des trois arrondissements

Le 26 mai dernier, les militants du SDF de Nkongsamba se sont réunis au centre ville, à proximité de l'ancienne gare ferroviaire pour célébrer le 26 ème anniversaire de la naissance de leur parti. A la tête des manifestants, Messieurs MBOUE Pierre, MELIi Bernard, TIKEU Jean marie, ISSA SOULEYMANOU , LAMENI Christian avec pour maître d'oeuvre le Secrétaire à l'Organisation de la CE1 KEMEGNE Etienne René.

Après cette phase, les délégations de Nkongsamba 3ème, 2ème et 1er accompagnées des fanfares ont parcouru les artères de la ville dans l’optique de démontrer leur engagement militant et le souci d’attirer les sympathisant à rejoindre les rangs de ce parti dans la ville chef-lieu du département du Moungo. Ces militants se sont retrouves dans les différents points de chute pour débattre sur des thèmes choisis et approuvés par la hiérarchie.

A Nkongsamba 1er, notamment à leur lieu de retrouvaille dans le quartier Ekelko, c’est le cadre du parti MELI Bernard, qui dans le franc parlé et a l’éloquence de l’enseignant qu’on lui connait qui exposé sur le thème : « bien comprendre la politique et les enjeux de la politique ». Il est parti du fait que la politique est la manière par laquelle un groupe bien organisé travaille pour arriver au pouvoir. Il est passé par les enjeux lié à l’élection qui encadrent les intérêts individuels et collectifs. Se servant régulièrement de l’expression « Dieu ne nous a pas envoyé sur terre pour souffrir ». Nous devons avoir la santé, la liberté, l’emploi, le logement, la justice sociale, élément sans lesquels nous ne pouvons nous épanouir. D’où la responsabilité sociétale des élus à chaque niveau : conseiller municipal, maire, député, sénateur, président de la République qu’il a qualifié «d’employé des électeurs». Car selon lui, les patrons des élus sont les électeurs qui n’ont pas encore compris cela au Cameroun et cela pose un problème à la transparence électorale car, les participants sont souvent corrompus.

Répondant à quelques questions des curieux, il a qualifié la candidature unique de l’opposition d’utopie et le chemin qu’il propose et qui est la démarche de la hiérarchie du SDF au parlement est de réviser le Code Electoral pour la mise en forme d’une élection présidentielle à deux tours. Il terminera en laissant comprendre que le SDF est pour une commission électorale véritablement indépendante, le bulletin unique comme dans beaucoup de pays africains avant d’inviter ses camarades autour de 17 heures à se préparer pour une élection démocratique dans la Circonscription Electorale (CE) de Nkongsamba 1er le 05 juin 2016.

Lijouom Chetou - Contact Rédaction : +237 663 956 404

Partager cet article
Repost0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 13:18
L'artiste et artisan Joe la Conscience à Loum
L'artiste et artisan Joe la Conscience à Loum

Cette fois, Joe La Conscience dénonce les conditions d’exploitation des carrières camerounaises et revendique le bitumage de la route Tombel-Loum à la filiale camerounaise de la société Dangote Cement. Evocation

«Vous savez chers frères, il y a plusieurs fronts à notre combat. Je viens là juste d’en ouvrir un autre. Comme on dit au quartier, c’est quelque chose qui fait l’autre. Cimencam certes exploite depuis plus de 50 ans la pouzzolane de Ndjoungo. Et lorsque vous arrivez dans ce village, vous avez l’impression d’être dans une contrée irakienne qui a subi de graves bombardements, avec des toitures ayant plus de 5 centimètres d’épaisseur de poussière. Sans oublier qu’il n’y a pas d’électricité à Ndjoungo. Alors mon combat, c’est d’empêcher que Dangoté réédite à Loum, cet abus». C’est sur ces propos que Joe de Vinci Kameni, plus connu sur le pseudonyme de Joe La Conscience, artiste musicien et par ailleurs, activiste actant en faveur des causes nationalistes et panafricaines, de défense des droits de l’homme et de la démocratie, a lancé sa nouvelle campagne. Cette fois-ci, c’est l’entreprise de cimenterie Dangoté Cement détentrice d’un agrément d’une durée de 5ans du ministre de l’industrie et des mines datant du 15 octobre 2014 pour l’exploitation d’une carrière de pouzzolane de 27 hectares à Tombel qui est sa cible. Il nous revient que cette entreprise s’est engagée de surcroît à verser 2,7 millions par an dont 15% aux communautés locales et 10% à la commune ainsi que la promesse de recrutement d’une centaine de locaux. Joe La Conscience lance l’alerte sur la manière dont ces types d’entreprise exploitent la pouzzolane parfois au mépris des règles élémentaires de protection environnementale et des conditions conséquentes d’épanouissement des populations riveraines. Dans cette nouvelle campagne, outre sa page Facebook, l’activiste est sur le terrain où il manifeste en brandissant une pancarte qu’il présente publiquement pendant les grandes occasions officielles. Tel a été encore le cas récemment pendant la tournée d’animation socio-économique du Gouverneur du Littoral, M.Samuel Ivaha Diboua. Sur cette pancarte, Joe La Conscience considère et écrit que « Dangoté exploite abusivement notre pouzzolane ». De ce constat, Joe la Conscience dénonce «Les conditions iniques d’exploitation de notre carrière de pouzzolane par DANGOTE. Je voudrais que le milliardaire bitume tout au moins la route Tombel-Loum qui permet à son entreprise de sortir la matière première». Cette nouvelle initiative met la lumière sur le chapitre noire de la politique de gestion des ressources naturelles et minières par l’Etat du Cameroun qui accorde parfois des agréments aux entreprises étrangères et locales sans véritablement garantir le bien-être des populations riveraines qu’il est supposé protéger. A ce propos, cette campagne citoyenne initiée par Joe La Conscience se limiterait-elle qu’à cette nouvelle entreprise Dangote Cement, alors qu’une autre par exemple, voisine en l’occurrence, présente depuis des décennies au Cameroun, des états de services sociaux en faveur des riverains extraordinairement bas, mais continue par contre à rendre parfois les zones d’exploitation invivables?

Didérot Dopna- Conscience N°017 du 09 mai 2016, Télécharger au format PDF gratuitement dans le Groupe facebook-Conscience 2.0

Partager cet article
Repost0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 13:15
MUSIQUE ENGAGEE VALSERO VOMIT 33 ANS DE REGIME BIYA

Le rappeur camerounais s’est encore illustré la semaine dernière avec la sortie d’un nouvel album ‘’Motion de soutien’’ qui accable les 33 années de gouvernance du président Biya.

Evocation

10 mai 2016, telle une onde de choc, une vidéo fait le buzz sur le web. A regarder de près, ce buzz résulte de la mise en ligne d’un clip musical sur You Tube. Lequel suscite l’intérêt des internautes, qui le lisent et le partagent à coeur joie dans les autres réseaux sociaux (facebook, Istagram, Tweeter, Whatsapp,..). La raison de ce grabuge, c’est le nouvel opus de Valsero, une chanson de rap engagée qui dépeint en des termes forts, les 33 années de pouvoir du régime Biya. « 33 ans de dictature, 33 ans de corruption, 33 ans de népotisme, 33 ans de destruction, 33 ans de souffrance, de misères sans interruption, 33 ans de d’arrogance, de violence et d’humiliation, 33 ans de mensonges bercés par des illusions, 33 ans de pénitence, de sueurs, de larmes à profusion, 33 ans de prières toujours en quête de solution33 ans de 33 pour noyer nos ambitions, 33 ans de Castel et de Guiness comme une punition, 33 ans de promesses, promesses de grandes ambitions; 33 ans de Bikutsi pornographique com-me solution, 33 ans de contrôle, contrôle de nos émotions, 33 ans de chinois de grosses incompréhensions; 33 ans de sodomie comme une étrange addiction; 33 ans d’agressions, de viols à répétition; 33 ans de couche- toi je t'allume et ferme ta gueule; Après 33 ans chaotiques tu te prépares aux élections qu'est-ce qui t'arrive? Arrête la Coke c'est quoi ton truc, l'explosion. Regarde ces jeunes ils ne rêvent plus sinon de partir très loin. Regarde ces jeunes ils ne rêvent plus sinon de partir très loin. Regarde ces jeunes ils ne luttent plus, ça sert à rien pour cer-tains; Tu veux garder le Cameroun pour toi, ok on te laisse, oui vas-y prends-le, et si tu veux, étouffe-toi avec ! On préfère prendre la mer et mourir parmi les poissons, il y a plus de chances de s’en sortir au milieu des requins ... ». L’on peut ainsi l’écouter en boucle dans le déroulé de cette chanson intitulée curieuse-ment« motion de soutien ». Une motion de soutien d’un autre genre qui accuse, met à nu au lieu magnifier comme ce que nous avons l’habitude de suivre, étaye même son argumentaire de faits indiscutables mais lais-se à la fin, un impression de résignation. Comme-ci, face à la « dictature » du régime d’Etoudi, rien ne pouvait être fait pour l’ébranler. Et que toute possibilité de changement était inenvisageable. De ce point de vue, cette chanson dans son ensemble pose un diagnostic critique vraisemblable certes, mais les solutions envisagées pour s’en sortir restent floues, plus, elles semblent inviter les jeunes à abandonner leur pays pour braver les routes incertaines et dangereuses du « front ». En tout état de cause, cette opus confirme tout de même la posture citoyenne du Général Valsero qui peut exprimer sans ambages ses idées et ses convictions sur la marche de notre pays, quitte à « déranger » les partisans du régime. Surtout que cette autre titre, marque sa continuité d’actions donc la cohérence de son opposition au système en place parce que cela rejoint une précédente intitulée « ce pays tue les jeunes », un peu comme une certain Lambo Pierre Roger de regretté mémoire à son époque, Gaston Phillipe Abe Abe de son vrai nom hisse haut le flambeau de la musique engagée au Cameroun de tel enseigne que l’on peut dire sans risque de se tromper que « Lapiro est mort, vive Valsero ! ».

Didérot Dopna, Directeur de publication du Journal Conscience, N°018 du 16 mai 2016, Télécharger au format PDF gratuitement dans le Groupe facebook-Conscience 2.0

Partager cet article
Repost0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 13:08
Jean Daniel Njoueya, Directeur Général de la CBC
Jean Daniel Njoueya, Directeur Général de la CBC

Qu’est-ce que la CBC ?

La CBC, entendez «Cameroun Business Center », est une entreprise de droit camerounais, inscrit au Registre de Commerce sous le numéro M110800026053-G, titre de patente numéro 150285, spécialisé dans la prestation de service divers, entre-autres, la promotion immobilière, vidange, curage, fosses sceptiques, latrines, etc.

Depuis un certain temps, l’on entend parler du projet «Projet:Nkongsamba Horizon 2025 ». De quoi s’agit-il ?

L’initiative dénommée «Nkongsamba Horizon 2025 » est un programme de développement urbain intégré et inclusif destiné à l’aménagement urbain du domaine foncier de l’ancienne Société Pastorale Africaine, contenu dans les titres fonciers N° 69 et N° 640 au village Poola jusqu’au village Mboriko. En d’autres termes, c’est la mise à la disposition des populations camerounaises et des investisseurs désirant un espace de terre viabilisé pour leurs initiatives, des parcelles de terrains lotis inscrits dans un plan d’urbanisation global et innovant.

Pouvez-vous nous situer le site ?

Bien sûr ! Il est situé à 980 mètres de l’axe lourd Douala-Bafoussam, à partir de la résidence du feu Samuel EBOUA, au village Poola dans l’arrondissement de Nkongsamba 3ème. Le site contient le domaine de l’Institut des Beaux Arts de l’Université de Douala à Nkongsamba.

Quels avantages procure le site par rapport au reste de la ville ?

La proximité du site avec celui de l’Institut des Beaux Arts dont la construction est imminente, lui confère un atout majeur sans compter le bitumage de la route d’accès. En plus, il présente des atouts naturels, notamment de l’eau de très bonne qualité, du gravier, etc. En terme d’aménagement, nous projetons mettre à la disposition de la population en collaboration avec les autorités compétentes :un espace d’habitation ; Un stade olympique ; Une bibliothèque ; Un espace de jeu et de loisirs ; Un marché moderne ; Une zone industrielle de 100 Ha ;Un service de santé et autres. Ainsi plus de 5000 lots titrés sont déjà disponibles et commencent à s’arracher comme de petits bouts de pain.

Alors dites-nous, comment faire pour acquérir une parcelle ?

C’est simple : vous vous rapprocher de nos services, soit dans nos bureaux de Mballa II à 100 m de la radio ou sur le site à Poola où vous remplirez la documentation nécessaire. Il faut rappeler que le prix promotionnel pour les locaux reste de 2750 FCFA le m2.

Quel est votre mot de fin de cet entretien ?

Vous savez, Nkongsamba a été la 3ème ville du Cameroun, mais qui a sombré depuis quelques années dans un marasme socioéconomique sans précédent. Nous pensons que sa renaissance est l’affaire de tous et de chacun. Le Président de la République à engager le Cameroun sur la voie de l’émergence pour 2035. Nous, à notre niveau, pour l’accompagner, avons lancé le « projet Nkongsamba Horizon 2025 » qui s’inscrit en droite ligne de la vision du chef de l’Etat ! Nous exhortons tout le monde à nous y rejoindre. Merci !

Propos recueillis par Paul Njock, Rédacteur au Journal Conscience

Partager cet article
Repost0
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 12:41
Entretien avec FOGUO TALA Jules Magloire, Président de la Commission des Grands Travaux  de la Commune de Nkongsamba 3ème

Cet acteur de la scène politique à Nkongsamba 3ème est Conseiller Municipal, Président de la Commission des Grands Travaux, enseignant à ISMAM, comptable de formation et Opérateur Economique.

Scores2000 : Vous avez plusieurs fois été interpellé au sujet des actions de développement de cette cité. S’il fallait en parler, par où commencerions nous ?

Naturellement par notre commune, nous avons travaillé à mettre sur pied des infrastructures durables, notre Hôtel de ville futuriste, des logements sociaux composés de quatre appartements VIP, 05 forages à motricité humaine, la Sous-préfecture de Nkongsamba 3ème et la brigade de gendarmerie sont en chantier, les plantations communautaires prennent forme. Magré quelques difficultés, nous sommes en construction de notre commune.

Pensez-vous pouvoir terminer vos chantiers avant la fin du mandat, parce que ceux qui viendront après vous diront qu’ils en sont les auteurs ?

Oui, nous avons quelques retards selon le calendrier préétabli, à cause de certains prestataires qui soumissionnent, gagnent les marchés et abandonment par la suite. Nous avons été obligés de réaliser une nouvelle attribution pour le cas de l’hôtel de ville. Notre plan de campagne appuyé par les pouvoir publics a projeté la réalisation en bicouche le tronçon Poola-Boriko, et aussi Poola Lycée bilingue. L’histoire retiendra que c’est l’œuvre de tous les conseillers conscients de ce mandat.

Qu’a personnellement apporté le conseiller Foguo Tala Jules Magloire dans cet arrondissement de Nkongsamba 3ème ?

Mes activités sont nombreuses, je pourrais par exemple citer le désherbage, le nettoyage du carrefour de la femme depuis 2013, la participation au mouvement sportif. Par notre initiative, ce carrefour connaît une mutation qualitative. Les troncs de bananiers et autres cultures ombrageux ne font plus leur lit dans ce carrefour. La place est laissée aux espaces verts régulièrement entretenus par le comité que nous avons mis sur pied. Les maraudeurs, animaux en divagation et insectes de brousse ont débarrassé les lieux.

Comme militant du RDPC, vous avez été suspendu des activités du parti. Comment vos camarades vous ont accueilli à l’expiration de cette sanction?

A la reprise, nous avons été bien accueilli par nos camarades lors de notre première sortie le 24 mars dernier, la fête était très belle… nous avons fêté dans les appartements privés de Sa Majesté le Chef de Mbaressoumtou où la fête s’est prolongée jusqu’à tard dans la nuit. J’ai eu le sentiment d’un amour retrouvé.

Vous parlez de 22 conseillers municipaux. Pourquoi ? Avez-vous définitivement exclu 03 de vos camarades ?

Le conseil n’a exclu aucun conseiller. Mais par contre, il a constaté l’absence de certains conseillers municipaux qui n’ont jamais siégé malgré les multiples convocations. C’est pas notre faute, C’est la loi et une maxime bien connu dit, «nul n’est sensé ignorer la loi ». Sur cette question, eux seuls pourront utiliser les voies de recours, ou encore être réhabilités par le même conseil par voie de délibération.

Un mot de fin à cet entretien?

Je souhaite que les autres frères et amis conseillers municipaux reviennent dans un esprit de construction collective pour débattre des questions urgentes de la circonscription en faisant entendre leurs voix. La politique de la chaise vide s’est avérée improductive car la loi permettra à cette assemblée de délibérer jusqu’à la fin du mandat.

Martial Tchuenté Nono/CP - Contact Rédaction : +237 663 956 404 / 699451920

Partager cet article
Repost0
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 11:42
Guerre des factions à Nkongsamba, Mgr Atangana joue au médiateur

"Le projet du déploiement de HYSACAM à Nkongsamba n’a pas prospéré ... les trois communes de la ville n’ont pas pu s’entendre pour mobiliser les 12 millions nécessaires"

Une importante réunion s’est tenue le lundi 23 mai dernier dans les salons de l’Evêché de Nkongsamba. Y prenaient part le Préfet du Département du Moungo M. HONA Thomas et les trois Sous-préfets, le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Nkongsamba le Dr KOLLO Basile, le député Essamé Joseph Ernest Pierre, Madame MBOULA Elise-Henriette, Maire de Nkongsamba 3ème, Sa Majesté EPANDA EBOUEL Henri le roi des Baneka , l’adjoint au maire de Nkongsamba 2ème NGUEGANG Gabriel. Le point à l'ordre du jour portait sur les voies et moyens pour taire les dissensions et agir d’une seule voix pour la renaissance de la ville de Nkongsamba. L’absence des ténors de l’une des factions à cette importante réunion a bien évidemment été remarquée et déplorée.

En effet, il n’est plus un secret pour personne que Nkongsamba souffre profondément de la guerre fratricide que se livrent les principaux acteurs politiques. Leur adversité est devenue au fil des temps une haine mutuelle viscérale qui plombe littéralement et systématiquement les tentatives et initiatives de développement de la ville. La situation a atteint son paroxysme avec le blocage récurrent de la kyrielle de projets structurants dont la ville aurait pu bénéficier.

A l’appel de Mgr Dieudonné Espoir ATANGANA, les participants ont ouvert leur cœur et certains sont passés à la confession publique. L’occasion a été donnée d’apprendre des choses à peine croyables qui témoignent des blocages organisées des initiatives des uns par les autres et vice versa. C’est ainsi que l’on a pu apprendre que plusieurs projets pourtant bien ficelés et d’autres concernant le développement de la ville et le bien être des populations n’ont jamais connu un début de réalisation. Les leaders des factions ne souhaitant laisser l’initiative de réalisation à l’autre. Un peu comme pour dire "ce qu’il veut faire ne passe pas si ce n’est moi qui suis en tête".

Le Dr KOLLO Basile; Délégué du Gouvernement a résumé la situation en disant : "Lorsque je veux faire quelque chose avec les gens, on va payer ces gens-là pour qu’ils ne le fassent pas... Le projet de la mise en place d’une batterie d’engins initié par la CUN aurait du plomb dans l’aile. Ou encore le projet du déploiement de HYSACAM à Nkongsamba n’a pas prospéré parce que les trois communes de la ville et le Délégué n’ont pas pu s’entendre pour mobiliser les 12 millions nécessaires".

Il en est ainsi de plusieurs autres projets d’importance comme l’initiative de la création d’un campus annexe de l’Université de Douala à Nkongsamba dont la requête officielle élaborée depuis octobre 2015 souffre du manque de signature des politiciens locaux. Certains décriant le porteur de l’initiative, d’autres refusant d’apposer leur signature sur un même document que « l’adversaire ». A titre d’exemple, Bafia vient de bénéficier de la création d’un campus annexe de l’Université de Dschang par arrêté du Minesup signé le 12 mai 2016.

Sa Majesté EPANDA EBOUEL Henri; le Roi des Baneka a souligné que "certains parmi nous pactisant avec le diable, ne sont pas prêts à accueillir l’esprit de paix et de développement et cela expliquerait que la prière des Evêques n’ait pas encore porté des fruits".

Pour finir, l’idée de rencontres périodiques a été retenue et des efforts seront faits pour pousser et booster les projets connus par des personnes disposées à le faire. Mgr Dieudonné Espoir ATANGANA a souhaité que "chacun des fils de Nkongsamba laisse son cœur ouvert à l’autre pour laisser l’intérêt général prendre le dessus". Il s’est dit disposé et disponible pour apporter son concours pour restaurer la paix entre les principaux acteurs de la ville de Nkongsamba.

Nkongsamba Edm- Contact Rédaction : +237 663 956 404 email:scores2000@hotmail.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens