Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 11:15
Minepat-Moungo :Réunion du 1er comité départemental du suivi participatif du BIP du Moungo pour l’exercice 2016

L’exercice budgétaire 2016 est bel et bien entamé, la session des travaux du comité départemental du suivi participative du budget d’investissement public du Moungo pour le compte du 1er trimestre en est une illustration et c’est la sale des actes de la Commune d’arrondissement de Nkongsamba 1er qui comme à l’accoutumée, a servi de cadre le 13 avril 2016 pour cette première session des travaux.

Présidé par Emile Ekango, vice-président dudit comité, assisté de Nsoa Cédric du Minepat, des autorités traditionnelles, municipales, des ingénieurs de suivi, des gestionnaires de crédits et des membres de la société civile; les travaux de ce premier trimestre ont donné l’occasion aux participants d’évaluer une fois encore les réalisations de l’exercice 2015 dont le taux d’exécution physique affiche 86,92 % et 74,86 % pour l’exécution physicofinancière … taux de réalisation qui aurait été plus reluisant si les collectivités territoriales décentralisées s’étaient réellement mises à l’ouvrage. Aussi, l’occasion a été donnée aux participants d’échanger sur les blocages rencontrés durant l’exercice précédent et de mettre de nouveaux jalons pour faire de l’exercice 2016, une année charnière avec un taux de réalisation de 100 %; pour ce faire, les différents acteurs doivent se mettre à la tâche et la mise en place des cadres de concertation dans l’optique de prises de décisions, pourrait-on dire. Dans son intervention, l’autorité administrative, en dénonçant le laxisme de certains agents publics, notamment des ingénieurs de suivi qui affichent des comportements contrastant avec le respect de la réglementation en vigueur en ce qui concerne la qualité des ouvrages réceptionnés ou la résiliation des contrats des prestataires véreux a, dans un ton ferme, martelé que le régime de la passivité et du copinage est terminé ... Gare donc aux fossoyeurs de la république. Notons qu’au cours de cette rencontre, la situation des marchés publics en rapport avec les projets du BIP 2016 a été présentée, et il ressort qu’à ce jour, 33 marchés ont été programmés et attribués et 9 contrats signés et notifiés sur plus d’une centaine de projet d’une enveloppe globale de plus 1.500.000.000 F CFA. Si on peut se réjouir du travail déjà abattu, il faut noter la lenteur observée dans certains collectivités territoriales décentralisées qui brillent non seulement par leur absence à ce comité mais aussi et surtout dans la réalisation de leurs projets. En espérant que cette année 2016 sera marquée par une synergie véritable entre les différents acteurs de la chaine pour améliorer l’exécution du BIP dans le département en résorbant le sempiternel problème d’entretien routier concédé aux communes, ou encore l’abandon des chantiers et les malfaçons observés ça et là et qui avaient fait du département un (no man’s land), puisse les uns et les autres mettre à profit les conseils reçus lors de cette rencontre afin que le Moungo tourne définitivement le dos aux pratiques peu orthodoxes et qui mettent à mal la dépense publique.

Paul Foute/CP- Contact Rédaction de Scores2000.info : +237 663956404

Partager cet article
Repost0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 11:02
EEC Paroisse Bakwat : Cérémonie de dédicace du temple rénové à 18 millions

Les chrétiens de l’Église Evangélique du Cameroun, paroisse de Bakwat dans le district ecclésiastique de Ndoungue-Sud, région synodale du Moungo-centre sont désormais heureux de faire le culte dans un temple digne de ce nom, contrairement aux années antérieures ou la parole de Dieu était partagée dans une baraque.

Le temple rénové est le fruit des multiples efforts fournis par Robert Tchoffo, digne fils de Bakwat qui pour exprimer se reconnaissance envers le Seigneur pour ses bienfaits. D’ou l’initiative l’ayant amené à finaliser les travaux de construction, arrêtés depuis plusieurs années au niveau de la fondation faute de moyens financiers.

Le bienfaiteur a contribué à hauteur de 18 millions de francs CFA pour l’achèvement des travaux. Le dit temple a été dédicacé le dimanche 20 mars, dimanche des rameaux, au cours d’un culte solennel célébré par Révérend Docteur Robert Kong, président de la région synodale du Moungo-centre de l’EEC. Un culte marqué par le baptême. C’était en présence de nombreux chrétiens, des élites, des autorités traditionnelles, religieuses, politiques et administratives au rang desquelles le sous-préfet de l’arrondissement du Nlonako Bartholomew Tabe Etchok qui avait a ses cotés Georges Christol Manon, Directeur Général de la MAGZI: S’inspirant des saintes écritures, le prédicateur du jour a rappelé que le Seigneur aime ceux qui donnent avec joie et en revanche, ils recevront au centuple. Révérend Docteur Robert Kong a invité les chrétiens de faire bon usage de cette maison de l’éternel en la gardant toujours propre. Il a souhaité que Robert Tchoffo puisse avoir toutes les bénédictions de Dieu.

Le bienfaiteur Robert Tchoffo n’entend pas s’arrêter en si bon chemin avec ses œuvres de générosité. Son souci majeur reste la construction d’un presbytère pour la même paroisse. Une somme de plus de 250. 000 francs CFA a été collectée au cours de ce culte solennel pour le lancement des travaux de construction.

Leonard Wekon/Cp- Contact Rédaction +237 663956404

Partager cet article
Repost0
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 10:53
Leumassi Jacques Reginald
Leumassi Jacques Reginald

Cet autre drame de la route survenu à Penja le 12 avril 2016 la nuit tombée a fait entre autres victimes mortelles Leumassi Jacques Reginald, Directeur de publication du journal Le Radar du Moungo.

Indiqué à Nkongsamba à 17 heures, il avait emprunté un bus de l’agence Nkongsamba Express, en partance pour Douala. Des informations font état de la collision entre le bus et un camion après que le chauffeur ait été ébloui par des phares. L’épave du bus resté sur le trottoir; et non loin du Carrefour de Penja en dit long sur la gravité du choc ayant ôté la vie à 7 personnes et fait 11 blessés graves. Informée, l’épouse de Leumassi Jacques Reginald qui nourrissait sans doute le rêve de voir le couple accueillir leur bébé s’est évanouie.

L’accident de Penja survient alors que reste frais dans les mémoires celui survenu dans la nuit du 25 au 26 mars au lieu dit “Djoungo” après le long trait de Njombé. Un bus de transport de l’agence Menoua Voyage parti de Dschang pour Douala dans la nuit était entré en collision avec un camion transportant les pâtes alimentaires.

Le choc avait été si violent que le camion s’était couché sur la chaussée, bloquant ainsi la circulation alors que le bus de transport de 30 places avait été projeté dans la rigole. Le bilan provisoire de cet accident était de 12 morts ainsi que de 28 blessés graves. Informés, les sapeurs pompiers de Nkongsamba sont descendus sur les lieux et des secours organisés. Les blessés ont été transportés à l’hôpital Saint Jean de Malte de Njombe et les différents corps déposés à la morgue. L’excès de vitesse et le mauvais état de la route sont pointés du doigt dans ces accidents mortels de la circulation routière, enregistrés sur l’axe lourd Douala-Nkongsamba.

Léonard Wekon/Cp

Partager cet article
Repost0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 10:52
S.M KAMSU Joseph et ses pairs
S.M KAMSU Joseph et ses pairs

C’est dans le Chef-lieu du département du Noun à quelques kilomètres du Chef-lieu de la capitale régionale de l’Ouest, Bafoussam, que Maître Kamsu Joseph Gentil est intronisé dans la « charge » de Chef de la Communauté Bayangam le 20 mars 2016.

Conformément aux dispositions des articles 5 et 6 de la loi N° 90/055 portant régime des réunions et manifestations publiques, M. Jean Claude Etoa Mballa, Administrateur Civil Principal Hors Echelle, Chevalier du mérite camerounais a autorisé la tenue de ces assises traditionnelles et culturelles qui ont eu pour cadre l’esplanade de la Mission Catholique de Foumban le 20 mars 2016.

Trois jours de festivités précédés des arrivées des délégations de Douala, Mbanga, Nkongsamba, Bafoussam, Dschang, Yaoundé et d’autres villes lointaines annoncent le cérémonial. Tout a débuté autour de 15 heures par la présentation du programme détaillé par le président du comité d’organisation, M. SIMO Emmanuel, suivi de la lecture du récépissé de déclaration de manifestation publique N°026/RDMP/F32.01/BAPP du 16 mars 2016. Lecture confiée au représentant de M. Fotso Jean Paul, Chef de la Communauté Bayangam de Nkongsamba, invité spécial du récipiendaire.

Dans son propos, M. SIMO Emmanuel, Président du comité d’organisation, Président des Bayangam de Foumban a indiqué que le choix de Me Kamsu Joseph Gentil est l’aboutissement d’un processus démocratique, il a été élu majoritairement en janvier de l’année en cours pour remplacer le défunt Chef Sa Majesté Timamo Jean Paul. Il a été jugé capable par l’ensemble de ses pairs, remplissant de nombreuses conditions d’homme accessible, doué d’humanité, proche de son prochain, aimant et aidant la communauté chaque fois qu’il est sollicité, homme du milieu judiciaire, reconnu comme « doyen des huissiers de justice du Cameroun » et par ailleurs « patriarche parmi ses pairs en Afrique Centrale ».

Après le rituel d’installation, selon les rites et normes traditionnelles exécutés par le grand notable KOM Joseph appelé TA WAFO, on a écouté le témoignage de Maman Magni qui avant sa désignation, 11 ans durant, l’appelait déjà « FO WA YOGAM CHE», c'est-à-dire le Chef des Bayangam du Noun. Mais la nature a voulu qu’il soit finalement le Chef de a Communauté Bayangam de Foumban où il exerce comme Huissier de justice depuis environ 26 ans. Me Kamsu Joseph Gentil est désormais le représentant de Sa Majesté le Chef Supérieur du regroupement Bayangam dans la ville de Foumban. Un digne représentant pour le roi de Bayangam Sa Majesté POUOKAM Georges Désiré. Voila que par la force des bénédictions de la communauté des Hommes qui ont cru en lui, il servira de courroie de transmission entre le peuple d’ici et celui de là-bas, au village. Sa Majesté Kamsu Joseph Gentil doit désormais s’habituer à cette appellation, lorsqu’on le verra dans la salle de réunion, on aura aussi une image de son roi, cela lui vaudra du respect, imposera la révérence et la soumission… Le fils du patriarche KONCHE Pierre, président du BUNKER est marqué pour poser sa marque.

A la fin de la cérémonie vers 18 heures, un repas copieux est offert à plus de 2000 invités, suivi des photos souvenirs et l'invite au gala de Foumbot. Une chance pour ceux qui n’étaient jamais dans la ville du Roi Njoya de garder les présents de cette randonnée culturelle et touristique… NJITARI NJOYA Célestin, Chef de la station adjoint de la Radio Communautaire du Noun qui a suivi de bout en bout le processus d’intronisation ne nous démentira pas.

Lijouom Chetou - Contact Rédaction : +237 663 956 404 / 699 451 920

Partager cet article
Repost0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 15:48
31ème anniversaire de la naissance du RDPC à Melong : Le contenu du message de Laurent Esso, Chef de la délégation du Comité Central pour le Littoral

C’est à la maison du parti de Melong, au centre urbain, en face de l’Hôtel de ville que les militants des différentes sous-sections de la Section RDPC du Moungo Nord-Est 1 se sont retrouvés pour décérébrer l’anniversaire de la création de leur parti.

Accueillie par le président de section M. ENONE Eugène, la Délégation du Comité Central conduite par le Ministre de la justice garde des sceaux Laurent Esso a fait son entrée dans la salle autour de 13 heures et 37 minutes. Attendaient déjà à l’estrade les députés Sime Pierre et Essame Joseph Ernest Pierre, les autres membres de la section et les élites. Lors des allocutions, on a écouté le mot du président des jeunes, M. Ewone Ekango Christian qui a remercié la hiérarchie du parti pour son soutien à l’activité de la jeunesse. Il a saisi l’occasion pour remercier au nom des jeunes de Melong le président national du parti et Chef de l’Etat S.E Paul Biya pour le recrutement de 25 000 jeunes dans la fonction publique. Du déblocage d’une enveloppe de 102 milliards en plan spécial triennal jeune dans l’optique de financer les emplois.

Mme Etapa Ekani Marie Louise dans son allocution est revenu sur les divisions au sein du parti à la suite du renouvellement des organes de base. Pour elle, il y a un mal qui rode dans la maison Rdpc de Melong et qui sera un handicap pour les batailles futures, la médisance, la calomnie, la division des militants en factions rebelles. Des handicaps qui seront un frein à l réalisation du thème de cette célébration qui se résume en «accélération de la croissance et lutte contre Boko haram… ».

Le président de la Section Enone Eugène, prenant la parole pour son allocution a mentionné la place prépondérante qu’occupe la section du Moungo Nord-Est 1 dans la politique du parti dans le Littoral. Cela pourrait expliquer le choix du chef de la délégation, le ministre Laurent Esso en ces lieux ce jour. Il a demandé aux militants de rester lucides et objectif parce que le Rdpc fait et fera beaucoup dans le développement de l’arrondissement de Melong. On peu en juger par la construction des CES et Lycée, l’investissement de plus d’un milliard en peu de temps dans la construction et la réhabilitation du réseau routier de Melong.

Après un bel intermède musical, le Chef de la délégation permanente du CC a pris la parole. Pour Laurent Esso, la Section du Moungo Nord-Est 1 est sur la bonne voie et il en profite pour adresser ses vives félicitations aux nouveaux élus qui en peu de temps ont préparé et organisé une si belle fête d’anniversaire, le 31ème anniversaire de la naissance du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC). Il leur a recommandé de continuer dans ce sens et de suivre scrupuleusement les directives de leur parti. Constatant de lui-même que l’appel de Douala est revenu dans la motion de soutien, il s’est engagé à transmettre fidèlement, dès son retour à Yaoundé, au président national, M. Paul BIYA, le désir des militants et sympathisants du Rdpc de la section du Moungo Nord-Est 1 de le voir se présenter candidat à la prochaine élection présidentielle.

Le meeting s’est achevé autour de 15 heures par l’exécution du refrain de l’hymne national et la délégation s’est rendue à la résidence du sénateur Siegfried David Etame Massoma pour des derniers réglages avant le départ de l’invité spécial en direction de Douala.

Patrice Martial Tchuente/CP - Contact : +237 696 627 552

Partager cet article
Repost0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 15:31
M. M. NKECK Jules Ascension Godefroy
M. M. NKECK Jules Ascension Godefroy

« Le stade municipal Loum new-look respecte les normes exigées par la Confédération Africaine de Football »

La ville de Loum est dans un tournant important de son histoire, au moment ou le pays va investir près de 20 milliards dans les projets de la décentralisation et les programmes d’urgence décidés par le Chef de l’Etat. L’exécutif communautaire issu du Social Democratic Front à Loum a pris la pleine mesure et donne et toute l’énergie nécessaire à l’implémentation des programmes et éléments infrastructurels émanants du Budget d’investissement public et du plan de campagne 2016. Le second adjoint au maire que nous avons rencontré à la fin du Comité départemental des finances publiques du Moungo nous fait parcourir la feuille de route.

Scores 2000 : Monsieur l’adjoint au Maire, Comment appréciez-vous les travaux du CODEFIL ?

NKECK Jules Ascension Godefroy : Je voudrais commencer par remercier M. HONA Thomas, Préfet du Moungo et tutelle des Communes pour nous avoir associé à ses travaux enrichissants. J’ai lors de mon propos apprécié la collaboration et l’expertise des sectoriels pour les chantiers en cours et pour ceux de 2015 dans la ville de Loum. Leur apport et leur diligence nous ont permis de gagner en temps. Les exposés sont enrichissants et le timing est respecté, occasion de l’auto évaluation et levé des rideaux entre les tâches des magistrats municipaux, des secrétaires généraux et des receveurs municipaux.

La méthodologie du président du Comité, le Préfet HONA Thomas consistait en la présentation du bilan de l’année écoulée en distinguant les financements issus du budget d’investissement public, de ceux de vos ressources propres et enfin les apports de vos partenaires. Comment avez-vous restitué vos travaux ?

Le bilan de l’exercice 2015 dans notre commune se présente ainsi qu’il suit :

- pour la source de financement BIP, nos projets sont au nombre de 13 pour un montant de 111 081 100 FCFA, le taux d’exécution physique est de74, 61% et le taux d’exécution financière est de 65,38%.

- pour la source de financement FEICOM, le nombre de projet est 03, pour un montant de 146 035 777 FCFA, le taux d’exécution physique est de 59,33% et les documents pour le paiement sont en cours.

- Pour la source de financement PNDP, il y a un projet d’une valeur de 25 320 592 dont le taux d’exécution physique est de 100% avec 0% d’exécution financière.

- Pour les projets financés avec les ressources communales propres, ils sont 29 pour un montant de 89 150 452 FCA pour un taux d’exécution physique de 93,10% et un taux d’exécution financière de 79,31%.

Vous avez également mentionné des travaux de 2014. De quoi s’agit-il ?

Un bref rapport de l’exercice 2014 nous démontre que deux importants projets restent inachevés, l’élaboration d’un plan d’occupation des Sol (POS), du BIP MINHDU 2014 d’un montant de 50 millions. Pour ce cas, seul le rapport diagnostic dans sa version provisoire nous a été servi en décembre 2015. Parlons également de l’exécution des travaux d’entretien des voiries revêtus d’un montant de 128 448 464 FCFA. L’entreprise adjudicataire Global Technologie BTP n’est pas sur le terrain, le chantier est abandonné.

Le chantier du stade municipal de Loum a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Ce stade est-il aujourd’hui praticable ?

Oui, le stade municipal de football de Loum est praticable. L’aire de jeu est aménagé, les vestiaires, les mûrs du stade sont réhabilités. La mairie a consenti des moyens pour les travaux et nous avons également tendu la main à la Direction générale des Plantations du Haut Penja (PHP) qui dans son programme Fair Trade, et sur la base des devis proposés par nos services techniques a investit des moyens complémentaires. Des élites de Loum et des associations ont participé à ce plaidoyer et nous sommes fiers d’avoir aujourd’hui un beau stade de football à Loum qui respecte les normes exigées par la Confédération Africaine de Football (CAF). Nous remercions les populations de Loum pour leur patience et par la même occasion tous nos partenaires financiers.

Votre exécutif piloté par le Maire Kuate Wambo Guy Mesmin a mis un accent particulier sur l’éducation de votre jeunesse et l’urbanisation de la ville de Loum. Comment pensez-vous piloter un si vaste chantier avec des moyens modeste ?

En effet, le taux de croissance en population de Loum est élevé par rapport à celui des autres localités environnantes et nous mettons un point d’honneur à la rigueur budgétaire. Ces deux dernières années, notre exécutif a réhabilité et construit des salles de classe, confectionné des centaines de table-bancs. Ce n’est pas encore suffisant parce qu’il y a encore des écoles où l’on retrouve plus de 100 élèves par classe. Comme vous l’avez suivi, le Chef de l’exécutif, M. KUATE WAMBO Guy Mesmin a dit lors du vote du budget de l’exercice 2016 évalué en recettes et en dépenses à la somme de 578 803 000 (Cinq cent soixante dix huit millions huit cent trois mille francs), que nous allons continuer à chercher des financements pour résoudre ce problème. Quant à l’urbanisation, des ressources propres sont investis dans le réseau routier urbain et rural, des édifices naissent comme le lot de boutiques au marché, le premier lot est déjà réceptionné et attribué. Nous sommes disponibles, à l’écoute des populations pour que le développement durable impulsé au delà des efforts de notre équipe, des conseillers municipaux soit celui des populations de Loum, dans une synergie globale.

Propos recueillis par Sylvain Timamo

Partager cet article
Repost0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 15:28

Le Lycée Bilingue de Melong du proviseur ENOPA Henri était en effervescence le 18 mars 2016, à la faveur de la cérémonie solennelle de remise des bulletins du second trimestre de l’année scolaire 2015-2016. Effervescence dûe à la présence des partenaires dudit Lycée à savoir, le WWF et la Fondation « Cœur d’Afrique » de Roger Milla.

La cérémonie fort courue de remise solennelle des bulletins de notes pour le compte du second trimestre le 18 mars 2016 à l’esplanade du Lycée Bilingue de Melong, s’est révélée riche en sons et couleurs avec la présence de plusieurs artistes de la localité venus rehausser l’éclat de l’événement. Et pour cause, la présence du partenaire environnemental le WWF représenté par M. PEGUE MANGA Fidelis, qu’accompagnait la Fondation Cœur d’Afrique de l’Ambassadeur itinérant Roger Milla représenté à cette cérémonie par le directeur des Projets Jean-Keller KOTTE.

Les représentants des deux partenaires suscités dans leurs allocutions se sont accordés dans leurs propos de circonstance, quant au caractère jovial, convivial, vivifiant et propice aux études et à la protection de la nature que présente le décor physique dans l’enceinte du Lycée Bilingue de Melong, non sans promettre de fructifier ce type de partenariat qui dure depuis six ans entre le WWF et les établissements scolaires dans la lutte contre le réchauffement climatique, telle que contenu dans les résolutions du COP21 tenu à Paris au mois de décembre dernier.

Quant au proviseur ENOPA Henri, dans son allocution, il a reconnu les fruits déjà engrangés par ce partenariat depuis six ans et dont il poursuit l’œuvre de ses prédécesseurs. On peut citer entre autres les espaces verts mis sur pied dans l’enceinte du Lycée, les constructions des toilettes écologiques. La main qui reçoit étant toujours insatiable, le Proviseur ENOPA Henri entend mettre en terre plus de 2000 arbres ombrageux dans une opération « un élève, un arbre » dans les tous prochains mois. Ambition qui sera accompagnée par les deux partenaires telle que promis ici par le représentant de la Fondation « Cœur d’Afrique » Jean-Keller KOTTE.

Rappelons que ce CES créé en 1978 est érigé en Lycée en 1992, puis en Lycée Bilingue en 2006 et compte à nos jours une vingtaine de bâtiments, près de 2000 apprenants pour une vingtaine d’enseignants titulaire et vacataire, dirigé depuis près de six mois par M. ENOPA Henri, PLEG et ancien pensionnaire du CES. La cérémonie qui a démarré par l’hymne national chanté en langue « Mbo » par les élèves dudit Lycée s’est achevée par un repas convivial à l’occasion du 40ème anniversaire de ladite institution, et ponctuée par la remise des bulletins de notes.

Ngotcho Ngambo Louis Marie/Cp

Partager cet article
Repost0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 15:24
Allocution de Nja Mbu’ Nana TCHAPTCHET, Président du Conseil des Chefs de Communauté Bamiléké du Noun prononcée lors de l’installation du Chef de la Communauté Bayangam de Foumban le 20 mars 2016

Leurs Majestés les Chefs des familles Bamboutos, Haut-Nkam, Hauts-Plateaux, Koung-Khy, Menoua, Mifi,

Mesdames et Messieurs,

Chers invités.

Le moment tant attendu est enfin arrivé, nous allons tout à l’heure procéder à l’installation d’un digne fils du pays comme Chef de famille de la Communauté Bayangam à Foumban et ses environs en remplacement de Sa Majesté feu Timamo Jean-Paul de regretté mémoire.

Avant donc de procéder à cet événement combien grandiose, qu’il me soit permis de livrer en quelques mots à votre intention un aperçu sur ce qu’est le Conseil des Chefs des familles Bamilékés.

Ce Conseil était tout d’abord un vaste regroupement de plusieurs entités transportées hors de leur terroir natal pour se déverser à Foumban et ses environs un peu avant la première guerre mondiale semble-t-il. Ceux-ci exerçaient le petit négoce probablement la vente de colas et certains produits de premières nécessités, avant de s’installer définitivement comme commerçants, agriculteurs ou artisans.

Comme vous en doutez peut-être, il y a de cela un peu plus d’un siècle que nos ancêtres habitant provisoirement la localité de Foumban avaient bien voulu créer une grande réunion familiale dans la ville, sous la conduite d’un représentant, le feu NODOM Joseph, président de tous les Bamilékés, et ceci dans le but de rassembler tous les fils et filles qui à l’époque aveint élu domicile dans le pays.

Le but initial de ce rassemblement était entre autre objectifs primaires, la récupération des impôts des différents membres afin de les verser à l’administration et aux chefs en charge à l’époque car le respect de la légalité républicaine et de l’autorité traditionnelle restent et demeurent un principe sacré pour le peuple bamiléké.

Ce principe de respect de la légalité nous avait ramené à faire renaître de nouveau, cette volonté indubitable dans un conseil à valoriser, tout en continuant à faire prôner les mêmes vertus donc la solidarité et l’entraide mutuelle entre les membres des différentes familles, afin, d’assumer en harmonie le meilleur encadrement de tous les ressortissants Bamilékés et leur petite famille en résidence dans le Noun, aux travers des assises d’information et d’éducation dans le cadre des réunions familiales dans chaque communauté.

Mais contrairement aux prévisions, la mort brutale de l’un de ces derniers encadreurs du regroupement, le regretté MOTCHOUANG Justin, mi fin à cette démarche et l’éteignit durant douze ans pendant lesquels la structure de rassemblement va se désagréger.

Alors, en 1992, à la suite du départ à l’au-delà de Sa Majesté, le Sultan Roi des Bamoun, un groupe de Chefs de famille Bamiléké se remobilisa en vue de ressusciter cette famille Bamiléké en déclin, pou préparer à son niveau les funérailles du grand Monarque dont la disparition pesait de tout son poids sur la population d’adoption.

A la longue, la bonne marche de ce nouveau regroupement avait suscité chez les grands membres de cette nouvelle structure de toutes les familles Bamilékés du Noun dans son ensemble, l’ardent désir de fraternité et d’entraide mutuelle.

Notons que ce milieu, loin d’être un cadre de concurrence déloyale en matière de comportement ou de suffisance matérielle, est un milieu fondamentalement voué à l’encadrement traditionnel de tous ses fils sans distinction aucune. Ainsi donc, ce sont ces chefs de famille sans exclusive qui sont décidés de commun accord à pérenniser l’œuvre de ceux qui nous ont précédé.

Ainsi donc fut crée le Conseil des Chefs de famille dont la toute première assise eut lieu le 20 août 1992 au domicile de NJI TAGUE Théodore désigné représentant des chefs des familles bamilékés dans le Noun.

Les représentants de ces chefs de famille en présence prirent part à la toute première assise du conseil qui avait formé la toute jeune assemblée constitutive qui désigna son représentant comme cité plus haut.

Le Conseil des Chefs nouvelle formule était un rassemblement apolitique et laïc ayant en outre d’autres objectifs, comme :

  • Rapprocher les membres les uns et les autres,
  • Encadrer tous les ressortissants d’outre-Noun,
  • Amener les membres à se donner mutuellement des conseils
  • Consolider l’esprit d’entraide entre les membres en cas d’événement heureux ou malheureux
  • Eduquer et informer les membres sur les différents problèmes de la vie active.

Pour mener à bien les objectifs ainsi consentis, le conseil des chefs de familles s’était doté d’un organe exécutif, bien structuré, ainsi, la mise en place de cet organe à caractère tradi-social avait permis d’évoluer dans la paix et la concorde pendant plus d’un quart de siècle.

Le Conseil des Chefs de familles avait aussi tôt commencé ses œuvres par :

  • L’encadrement à travers les visites régulières dans les différentes familles,
  • L’encadrement de la population par une intense activité culturelle et sociale à travers nos chefferies dans le but d’entrer en contact avec la population en profondeur,
  • Sauvegarder les intérêts de la communauté dans divers domaines,
  • Le conseil des Chefs de famille travaillant dans légalité avait reçu le récépissé de dépôt d’association N°746/RDDB/F32/BAPP du 29 septembre 1998 conformément aux dispositions de l’article 07 de la loi numéro 90/053 du 19 décembre 1990 portant sur la liberté d’association.

Depuis 1992, nous avons eu à installer 11 Chefs dès la mise en exécution du Conseil, d’autres Chefs des familles en remplacement des anciens décédés.

Nous citerons de regretté mémoire :

  • le Chef Menoua,
  • le Chef Bamboutos,
  • le Chef Batoufam,
  • le Chef Koung-Khy
  • le Chef Bangang-Fondji
  • le Chef Bangou
  • le Chef Bayangam.

En ce jour solennel, nous allons procéder à l’installation du nouveau Chef de la famille désigné à son sein par la famille Bayangam selon les règles de bienséance.

Après cette désignation, la famille a fait appel au Conseil des Chefs de famille pour signifier ce choix populaire.

Oui la famille Bayangam a désigné son digne fils en la personne de Maître KAMSU Joseph Gentil a qui nous demandons de se présenter pour les cérémonies d’usage.

Voici, Majestés, Mesdames, Messieurs, Honorables invités, le bref aperçu que je tenais à vous présenter.

Merci pour votre bienveillante attention.

Fait à Foumban le 20 mars 2016

Nja Mbu’ Nana TCHAPTCHET

Partager cet article
Repost0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 15:19
Me kamsu Joseph gentil, Nouveau Chef lors de son Discour
Me kamsu Joseph gentil, Nouveau Chef lors de son Discour

Discours du récipiendaire

Sa Majesté Monsieur le Président du Conseil Supérieur des Chefs des familles bamilékés du Noun,

Leurs Majestés les Chefs des familles Bamilékés du Noun,

Leurs Majestés de quelques degrés que ce soit,

Monsieur le Président de la Communauté Bayangam de Foumban

Mesdames les Maffo et Messieurs les Notables,

Messieurs les autorités politiques, administratives et religieuses,

Monsieur le Président de la Chambre Régionale des Huissiers de Justice de l’Ouest,

Messieurs les Magistrats,

Chers Maîtres les Huissiers, les Notaires et les Avocats,

Mesdames et Messieurs les invités de tout Bord chacun dans son statut, en sa qualité et prérogative,

Chers sympathisants.

Je voudrais de prime abord vous souhaiter la bienvenue et vous dire combien je vous aime, je saisi cette occasion pour vous renouveler mon amour. Je vous salue très respectueusement. Je sais que vous aussi, vous m’aimez. Poussés par cet amour, vous avez quitté vos occupations pour vous regrouper ici à la Mission Catholique. Dieu vous a porté jusqu’ici. Pour ceux qui sont venus de loin, je suis sûr que Dieu vous portera encore au retour.

Vous êtes venus nombreux pour voir cette page de ma vie qui se tourne aujourd’hui en ces lieux. Je vous remercie d’être témoins de mon intronisation.

Les yeux pleins de larmes, je vous prie de vous lever et observer une minute de silence en la mémoire du défunt Chef de la famille Bayangam et les autres membres de la Communauté qui sont décédés au cours de l’année 2015. Ils sont au nombre de six.

Ainsi, vous les Bayangam m’aviez choisi pour être votre guide. J’avoue que cette marque de confiance me surprend, je suis tout aussi content et fier car Dieu vient de me montrer que je peux être utile à mes semblables. Mon intronisation prouve que Dieu est capable de renverser toute situation car je ne croyais pas être digne de la confiance que la famille Bayangam de Foumban vient de mettre en moi.

Toutefois, je souhaite ardemment dans le but de pouvoir m’améliorer de plus en plus afin de mieux vous séduire, de mieux vous conquérir, que vous puissiez me dire en quoi je suis à la hauteur de répondre à vos aspirations, de porter très haut et de représenter vos sentiments.

Quant à moi, j’accepte la charge que vous les BAYANGAM de FOUMBAN m’aviez confiée. Je vous promets que vous ne serez pas déçus. Pour cela, j’ai besoin de votre assistance et de votre collaboration comme supports.

Je jure que je serais un chef toujours disponible, toujours à l’écoute et prêt au dialogue avec tous les BAYANGAM de FOUMBAN dont je défendrais inlassablement les intérêts.

Ma priorité sera de trouver à Foumban un espace décent pour loger votre Chef de famille que je suis et de travailler de toutes mes forces pour rassembler tous les BAYANGAM de FOUMBAN et de la périphérie.

Ma feuille de route prévoit des mesures urgentes pour la construction d’un foyer culturel et d’une cellule pour le suivie de nos malades et nos handicapés.

Il ressort de mon agenda que des structures seront mises en place pour encourager nos jeunes dans leurs études. Y compris toutes formes d’apprentissage outre la recherche de l’emploi tout en favorisant l’épanouissent moral et matériel des membres de la Communauté.

Je sais que vous êtes une famille éprise de paix et de justice, je vous encourage à garder le cap, à vous comporter toujours de manière irréprochable comme par le passé, c’est-à-dire à vous aimer les uns les autres, à entretenir des bons rapports de voisinage, à toute les autorités quelles soient administratives, politiques, judiciaires, religieuses, ou traditionnelles. Je suis de ceux qui pensent que là où il y a la paix, il y a le progrès, il ne nous reste plus qu’à prier régulièrement afin que la guerre cesse partout dans le monde.

Vive la Communauté Bayangam de Foumban,

Vive les Bayangam du Cameroun

Vive le Peuple Bamoun,

Vive le Cameroun.

Je vous remercie

Fait à Foumban, le 20 mars 2016

Maître Kamsu Joseph Gentil

Patriarche des Huissiers de Justice

Président National du Bunker

Nouveau Chef de la Communauté Bayangam de Foumban

Partager cet article
Repost0
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 19:36
L’ARMEE A CELEBRE UN HEROS NATIONAL DANS LE MOUNGO :

La bravoure du valeureux soldat lieutenant-colonel KWENE Beltus Honoré tombé au champ de bataille contre les actions menées par Boko haram au Cameroun le 14 Février dernier, a été célébrée de façon exceptionnelle ce weekend dans le canton Mwamenam département du Moungo. L’oraison funèbre s’est déroulé en présence de nombreuses personnalités parmi lesquelles le préfet Thomas HONA qu’entouraient ses plus proches collaborateurs.

L’émotion était grande dans les tribunes bâties pour la circonstance, de nombreuses personnalités au rang desquelles le préfet du département du Moungo Thomas HONA sont venues rendre cet ultime et dernier hommage mérité à ce digne fils du département tombé dans les mailles tendues par cet ennemi Boko Haram qui menace la nation depuis plus de deux ans à travers les actions barbares et les attaques kamikazes.

D’un parcours élogieux, cet homme d’honneur qui commandait la Zone Sud de l’opération Alpha a su conduire ses camarades de manière déterminée dans lutte acharnée contre la nébuleuse qui cause l’insécurité à nos frontières, cette bravoure et ce sens du sacrifice ont été salués à la juste valeur par le Chef Suprême des forces armées camerounaises qui a décerné plusieurs médailles de la vaillance à celui qui a définitivement quitté la scène les armes aux poings.

Par ailleurs, recueillement et Tristesse se sont rendues de plus en plus visibles sur les visages des familles, amis et connaissances, mais surtout ses promotionnaires qui n’ont pas manqué de l’exprimer à travers des témoignages et autres prises de paroles qui ont marqué quelques temps forts les obsèques du Lieutenant Colonel KWENE EKWELE Beltus Honoré qui à débuté le 12 Mars par une messe en passant par des témoignages. Des explications du Commandant Jean Michel Mebebe, ces introductions laissent place aux honneurs Militaires et une inhumation selon un spectre bien défini.

A près avoir servir la nation toute entière pendant 18 années, le Lieutenant- Colonel KWENE Beltus a ainsi tiré sa révérence à l’âge de 39 ans, laissant derrière lui une femme et six enfants. Dans les conversations, ses camarades soldats émettent le vœu de voir le combat contre Boko Haram atteindre son apogée en sa mémoire. Le régiment d’artillerie Sol Sol qui est basé à Nkongsamba, organisation de défense avec l’élite militaire à reçu le ministre de la défense en visite éclair. Occasion pour M. BETI ASSOMO de remonter le moral des troupes. Le Ministre a été fortement accompagné par la délégation des forces de sécurité et de maintien de l’ordre, sous la conduite du CPP HAMADJAM Joseph, Commissaire Central de la ville de Nkongsamba, la délégation des services spéciaux, sous la conduite des CP. NKOSGO Théophile, Commissaire Spécial du Moungo, CP. BEKALE EFFA, chef d’Antenne de la surveillance du territoire du Moungo, l’Administration Pénitentiaire. La délégation des Hommes d’affaires était conduite par Djankou Nkuissi Gabriel, promoteur de la Nlonako Valley land, suivi de Njiaking Aimé du Groupe Synergie Nord-Sud.

Lijouom Chetou et Appolinaire Kameni

Entretiens:

1- AKOLLA Rigobert : Elite Mwamenam/Moungo

2- Dr Francis EKOSSO : COM10 GPE SAPEURS POMPIERS

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens