Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 09:32
C'est en présence de l'Adjoint au Préfet du Département du Moungo, M. Steve Patrick NTYE'E ZE, que s'est tenue samedi 27 novembre dernier, la cérémonie de clôture des activités de la fête culturelle, traditionnelle et du 5ème Congrès Ordinaire du peuple BAN'EKA. Il était accompagné du Sous-préfet de Nkongsamba 1er, du Maire Tchoumbi Ebodiam Yvonne épse Eyidi de la Commune de Nkongsamba3ème, de l'adjoint au Maire Taffou Bernard de la Commune de Nkongsamba1er et des sectoriels de Mouelle Jacques du Minac,  MOULDA Daissala du Mintoul, NJOCK KWIN Serge du Mincom. Des mots introductifs du Président sortant EKANDJE NJANGA Eithel du CODECABA, du rapporteur EPOH EBOUEL Guy Benjamin, les délégations présentes ont appri en primeur le plus important : Sur la prestigieuse place des fêtes de Nkongsamba, entre 10 et 14 heures, les populations et touristes n'ont sans faire fi de la luminosité du jour et de la canicule apprécié la qualité de la diversité historique. Ascension du Mont Nlonako, 1ère édition. L'histoire est désormais écrite, les portes sont ouvertes pour l'avenir...
Les résolutions fortes dans les priorités énoncées sont de Redynamiser les Comités de développement de chaque village du Canton Baneka; mettre sur pieds un fonds d'investissement d'environ 20 millions dans les six prochains mois; organiser une assemblée du Conseil des sages; capaciter et appuyer les jeunes BAN'EKA à la création de leurs entreprises; à long terme, contribuer au désenclavement des villages et zones de production.
Le Nouveau Bureau Exécutif du Comité de Développement du Canton Baneka est composé de la manière suivante :
Président : Prince NDEDI EYANGO ;
1erVice-présidente : Mme EKOBO Edith Colette;
2ème Vice-président : NGOLWA EPOH Jean-Pierre ;
Secrétaire Général : EBWELLE Bertin;
Secrétaire Général Adjoint : BENGA EPOSSI Ernestine;
Trésorier : NGOMBI Charles;
Commissaires aux comptes : NKANGA Gilbert et OKANDJO EPOH Norbert.
Il faut noter en passant qu'après le culte œcuménique d’entrée de cérémonie du représentant de la région synodale de l'EEC et de Mgr Dieudonné Espoir ATANGANA du Diocèse de Nkongsamna, plusieurs allocutions sont entendues selon le programme du PCO KOTTO NSOMBE Guillère: Celles des élites en passant par le Chef Supérieur Sa Majesté EPANDA EBOUEL Henri, du Président entrant NDEDI EYANGO et de M. Steve Patrick NTYE'E ZE, représentant du Préfet et responsable des Affaires sociales et culturelles dans le département du Moungo.
Sylvain Timamo Tedjon
Contacts de la Rédaction de Scores2000 :
+237 678894092/ 699451920
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 17:00

L’ancien joueur du FC Barcelone pourrait ainsi devenir le nouveau patron du football camerounais. En plus de Samuel Eto’o, la commission électorale pour le poste de président de la FECAFOOT a retenu les candidatures des Seidou Mbombo Njoya, Jules Dénis Onana, Soter Nyamsi, Justin Tagouh et Zacharie Wandja. Tout porte à croire que le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations est bien parti pour briguer la présidence de l’organe chargée de diriger le football camerounais. 

Adossé à une riche expérience européenne en tant que joueur, Samuel Eto’o dispose de tous les atouts nécessaires pour faire développer un football camerounais, qui ne fait plus le poids sur la scène continentale. 

Voici la liste totale des candidats retenus
- Samuel Eto'o Fils
- Seidou Mbombo Njoya
- Jules Dénis Onana
- Soter Nyamsi
-Justin Tagouh
- Zacharie Wandja
.................................................................................
Narcisse Mouelle Kombi: «La délocalisation de la cérémonie d'ouverture n'est envisagée et ne peut être acceptée par le Gouvernement». Il a ajouté lors de sa communication cette autre assertion, «Nous réaffirmons la volonté ferme de l'Etat du Cameroun et du COCAN de respecter les engagements et les obligations souscrits dans le cadre de l'accueil et de l'organisation matérielle de la CAN Total Energies Cameroun 2021".
Aussi bien, nous tenons à signaler qu'en aucun cas, l'hypothèse de la délocalisation de la cérémonie d'ouverture n'est envisagée et ne peut être acceptée par le Gouvernement Camerounais. Celui-ci ayant pris toutes les dispositions utiles et nécessaires, sur Très Hautes instructions de Monsieur le Président de la République, pour que ce stade, qui a déjà accueilli son premier match le 3 septembre dernier (rencontre Cameroun vs Malawi), soit dans un état complet de disponibilité et de fonctionnalité en vue de l'organisation de la CAN Total Energies Cameroun 2021 dans la poule A comme dans toutes les autres poules.»
Le Minsep, en réaction aux menaces de la CAF, relatives à une éventuelle délocalisation du match d'ouverture de la CAN 2021.
Correspondances particulières/
Contacts Rédaction de Scores2000 :
+237 699451920/678894092
Décision N°11/CRC/CD-Moungo/PCDMgo/11/21

Portant Réorganisation du Bureau Départemental et des Sections Techniques du

 Comité Départemental de la Croix-Rouge du Moungo

Le Président Départemental,

  • Vu les Statuts généraux et le Règlement Intérieur de la CROIX-ROUGE CAMEROUNAISE,
  • Vu le PV de l’assemblée générale de restructuration du Comité Départemental du Moungo tenue les 14 et 15 mai 2005 à Nkongsamba,
  • Vu la décision n° 008/D/CRC/CC/SG/CP/DO/om-05 portant validation du bureau du Comité Départemental de la Croix-Rouge du Moungo,
  • Vu la décision de l’Assemblée Générale Elective du 19 décembre 2020 à DIBOMBARI et les nécessités de service en rapport avec les nouvelles orientations à la Croix-Rouge Camerounaise,
  • Vu la note Réf : 2389/CRC/PN/SG/DPGED/em/21 du 15 novembre 2021 de Madame la Présidente nationale sollicitant la désignation des points focaux GENRE et DIVERSITE au sein des Comités Départementaux de la Croix-Rouge Camerounaise,
  • Considérant la nécessité de rendre le Mouvement plus dynamique,

Décide :

Article 1er : Le Bureau Exécutif Départemental de la Croix-Rouge du Moungo, ainsi que ses  Sections Techniques et les principaux responsables des Comités d’Arrondissements Croix-Rouge du Moungo sont, à compter de la signature de la présente Décision, actualisés et composés des  personnalités ci-après :

  1. Bureau Exécutif Départemental
  2. Sections Techniques
  3. Responsables des Comités Locaux d’Arrondissements

I- BUREAU EXECUTIF DEPARTEMENTAL :

  • Président Départemental :                      NDJEME Léopold
  • 1ère Vice-Présidente :                               Mme MBOUMTE Marguerite
  • 2ème Vice-présidente :                              Mme ESSO Suzanne
  • Secrétaire Départemental :                    M. ABONG NDEM Simon
  • Trésorière :                                              Mme NGALLE SIRIKI MBANGAMOH
  • Commissaire aux Comptes :                   M. EPANDA Jean Claude
  • Conseillers :                                             M. DJATEU Maurice / M. MOUSSA

II- SECTIONS TECHNIQUES DEPARTEMENTALES :

II/a- Section Gestion des Catastrophes                 

Chef Section :                                     M. NSIAKAM Rodrigue, Moniteur Secouriste

                        Adjoint au Chef Section :       M. NGWA EWANE Jean Pierre, secouriste

II/b- Section Formation en Secourisme       

Chef Section :                                     M. EWANE ETOUCK Raymond, Moniteur Secouriste

                        Adjoint au Chef Section :       M. PEMSIE Charles, Secouriste

II/c- Section de la Jeunesse (Scolaire, Universitaire et Ecoles de Formation)

Chef Section :                                     M. EPIE Damien, Secouriste  

                        Adjoint au Chef Section :        Mlle DJIENA YMSA Aurélie, Secouriste

II/d- Section Communication et Promotion des Valeurs Humanitaires           

Chef Section :                                     M. TIMAMO TEDJON Sylvain, Directeur de Publication 

                        Adjoint au Chef Section :       Mlle NGALLE EBELLE Hermine, secouriste

II/e- Section Genre et Diversité

Chef Section :                                     Mlle NJIBOT LANGUE Orriane, Secouriste

                        Adjoint au Chef Section :       Mme NGOUNOU MBELLA Minette, Membre

II/f- Section Rétablissement des Liens Familiaux

Chef Section :                                     Mlle SONGUE Lydie Lavaldine, Secouriste

                        Adjoint au Chef Section :       Mlle NDENGUE BENG Stéphanie, Membre

II/g- Section Affaires Sociales et Sanitaires

Chef Section :                                     Mlle DJEUKWI DJAMEN Claire, Infirmière Diplômé d’Etat 

                        Adjoint au Chef Section :       Mme NGO GWOS Marie, Secouriste

III- BUREAUX CROIX-ROUGE D’ARRONDISSEMENTS DU MOUNGO

 

COMITE LOCAL DE DIBOMBARI 

Présidente :    Mme MPULI Christiane         Téléphone :     699 92 12 40

696 59 13 63 (Secrétaire MBAPPE LONGUE)

 

COMITE LOCAL DE MBANGA

Présidente : Mlle DION EWANE Patricia      Téléphone : 694 44 06 13 / 679 65 42 65

Présidente (i) : Mme NJILA Marie Thérèse Téléphone :     677 07 16 00

676 64 46 03 (Secrétaire TCHAMKO Boris)

 

COMITE LOCAL DE MOMBO

Président :      M. EWANE Jean Paul                         Téléphone :     655 43 55 86

 

COMITE LOCAL DE NJOMBE-PENJA

Présidente :    Mme NGANMOU Isabelle Sylvie       Téléphone :     699 80 71 53

V/Présidente : Mme MBOUMTE Marguerite          Téléphone :     699 85 05 85 / 677 27 52 56

 

COMITE LOCAL DE LOUM

Président :      EBOKO MOUKOKO Lucien     Téléphone :     699 86 85 71

674 77 13 61 (NSIAKAM Rodrigue)

 

COMITE LOCAL DE MANJO

Président :      MOTTO MBELLA                    Téléphone :     698 43 01 80

699 24 29 10 / 678 38 80 99 (Secrétaire DJANKEU Cédric)

 

COMITE LOCAL DE NLONAKO

Président :      FOE NGOH Emmanuel           Téléphone :     698 6 15 97

678 45 27 45 (Vice-président EWANE Raymond)

696 20 48 43 (Secrétaire NKOTTE EKOUCK Yves Norbert)

 

COMITE LOCAL DE NKONGSAMBA 3  : en cours

 

COMITE LOCAL DE NKONGSAMBA 2

Présidente : Mlle BELEK Marie Ange            Téléphone : 695 11 95 57

680 43 41 91 (Secrétaire : Mlle DJEUKWI DJAMEN Claire)

 

COMITE LOCAL DE NKONGSAMBA 1

Président : HODE EWANE Willy Théophile   Téléphone : 693 44 73 74

698 37 20 33  (Secrétaire : Ismaela AROUNA)

 

COMITE LOCAL DE BARE BAKEM  : en cours

 

COMITE LOCAL DE MELONG

Président :      M. TENKEU Maurice              Téléphone : 677 33 13 52

695 12 71 41 (MELONG Abel)

 

COMITE LOCAL DE FIKO

Président :      MAKONE III Isaac                   Téléphone : 677 87 82 67

678 00 24 79  (Vice-président : FRU Fidélis)

Article 2 : Les responsables concernés sont hiérarchiquement sous l’autorité du Président  Départemental qui assure la coordination des activités des membres du bureau exécutif départemental et du Secrétariat Départemental pour les Sections Techniques. Des missions spécifiques leurs seront confiées en temps opportun et en fonction des nécessités.

 

Article 3 : Les fonctions, objet de la présente décision, sont bénévoles et les intéressés ne pourront prétendre à une quelconque rémunération pécuniaire de la part de la Croix-Rouge.

 

Article 4 : La présente Décision sera publiée et communiquée partout ou besoin sera.

Fait à Nkongsamba, le 24 novembre 2021

CC :

  • CRC Yaoundé
  • Préfet du Moungo
  • Sous-préfectures / Moungo
  • Mairies/Moungo
  • FMO Moungo
  • Archives
  • Intéressés
  • Chrono

Le Président Départemental  CR/MOUNGO

Léopold NDJEME

Instructeur National de Secourisme et des Urgences (Tél : 699 41 64 90 / 677 11 71 14)

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 15:48
Facilitation de la coopération Allemande (GIZ), du PRADEC, MINDDEVEL...
Lieu : Cercle municipal de Nkongsamba. M. MALAT ATIOGUE Brice Représentant la tutelle administrative a ouvert et clôturévles travaux en présence de M. DOUME NARCISSE, DDMINDDEVEL et de M. LE Maire Frédéric Nzoki Epoh de la ville de Nkongsamba. Deux jours de travaux et présentation des exposés qui ont relevé de nombreuses insuffisances à éviter dans l'avenir des relations de collaboration entre les CTD et les SDE...
.....................
Cameroun : Le GICAM applique la politique de la terre brûlée !
C'est dommage ! Le GICAM passe à la surenchère. Il rejette les mesures déjà très discutables prises par le gouvernement pour accorder un rabattement de 80% sur les droits de douanes aux importateurs. Nous rappelons que cette mesure curieuse sans demande de contrepartie partie était incompréhensible parce que non viable pour l'économie nationales dans la mesure où elle n'imposait pas aux importateurs de commencer à produire localement. Un Etat normal n'a aucun intérêt à subventionner les importations. Il subventionne plutôt la production locale parce que cette dernière permet de créer la richesse au niveau local. Pourtant, les importations permettent uniquement d'enrichir les pays fournisseurs et quelques individus au niveau national.
La politique de la terre brûlée consiste pour certains individus importateurs qui prennent en otage à la fois le GICAM et le gouvernement, de privilégier leurs intérêts immédiats (accumuler leurs milliards à grande vitesse) quitte à ce que le pays brûle après.
Vision à court terme
Si tout le monde est d'accord, même au niveau du GICAM, que la solution durable et viable se trouve dans l'opération des réformes structurelles, il faut noter que tout le monde devrait accepter de faire des efforts, chacun à son niveau, pour limiter les dégâts. Les patrons doivent accepter à leur niveau de rogner un peu sur leurs marges. Ils doivent accepter d'investir au niveau national quitte à ne gagner qu'à long terme. Vous ne pouvez lus être importateur de riz ou de blé et avoir zéro hectare de culture locale. Vous ne pouvez plus être un opérateur économique qui n'a aucune usine nulle part dans le pays. Les patrons doivent donc accepter de passer d'une vision à court terme à une vision à long terme. On ne peut pas applaudir des opérateurs économiques qui n'ont qu'une vision immédiate et qui se contentent de faire le commerce.
Dans tous les cas, la science ne ment pas. Nous disons au gouvernement en vain depuis 30 ans de soutenir la production locale. Ils ont dit qu'ils maîtrisaient. Voilà le résultat alors! Les jeunes disent que ce sont les pleurs du Mbole!
Bonne journée,
LMK
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 15:38
Conformément à l'article 395 du code général de la décentralisation, les communes sont soumises à l'exigence et à l'orientation des débats budgétaires, dans l'optique de la participation citoyenne des populations et de la prise en compte de leurs besoins.
C'est ainsi que la salle des fêtes a abrité lundi dernier une session budgétaire dont le thème est : "Débat d'orientation budgétaire dans la commune de Manjo" présidée par Mme EKOSSO Teclaire, Maire de la dite commune, assisté du Dr. Didier BIDJA, sous-préfet de l'arrondissement de Manjo nouvellement installé.
Ont pris également part: le GIZ 🇩🇪 ,le DD du Minddevel, les conseillers municipaux, les sectoriels, les chefs traditionnels, les chefs services, chefs de communauté, présidents d'association, jeunes.
A l'ouverture des travaux, la mairesse de cette municipalité a souhaité voir un budget participatif qui reflète les aspirations des populations, raison de ce débat d'orientation pour recueillir leurs suggestions et observations. Elle a présenté d'une part les réalisations des 3 précédentes années et surtout a étalé la vision de la commune pour les 3 prochaines années ; elle a conclu en invitant les forces vives, les conseillers municipaux, le paternaire PRADEC/GIZ 🇩🇪, pour que ce projet puisse prendre corps.
La suite a été ponctuée par des exposés du sous-préfet et du DD du MINDDEVEL.
Le modérateur du jour, M. Daniel NGOLLE MBAKA, secrétaire général de la dite commune après avoir défini le budget programme comme l'impact direct des projets sur le quotidien des populations a fait lecture du PIA 2022, des budgets à moyen terme (2023, 2024,2025);
Les participants se sont regroupés en différentes commissions que compte le conseil municipal pour une étude minutieuse des documents soumis à leur étude. Au terme des différentes lectures, plusieurs projets et propositions ont été pris en compte.Au sorti de cette session, tous ont émis le vœu de voir de tels débats se perpétuer.
Brillant MISSAMBO , CELCOM
.................................................................................................................

CAPEF en mode révolution : Les promesses des nouveaux élus …… Page5

L’agriculture, l’élevage et la problématique de l’industrialisation-commercialisation de nos matières premières se posent avec récurrence au Gouvernement Camerounais depuis une décennie. Un espoir de la relance se pose sur la nouvelle CAPEF réunie en session de plein droit au Palais des Congrès de Yaoundé le jeudi 07 octobre dernier, les membres de démembrements régionaux de la Chambre d’agriculture ont élu les responsables des différentes Sections. KAMGUE Rebecca, agricultrice dans le Département du Moungo prend la tête de la section agriculture. Installation directement actée par Ministre de l'Agriculture et du Développement Rural, Gabriel Mbaïrobé avec à ses côtés tous les hauts responsables du secteur.

On se souvient que pour le scrutin du 12 septembre dernier à la base du CAPEF (Chambre d’Agriculture, des Pêches, de l’Elevage et des Forêts du Cameroun) du littoral, son équipe était outillée en plus d’une profession de foi alléchante. Le «nouveau souffle à la CAPEF Littoral » soumis à l’attention des électeurs était composée de : Sa Majesté Epouner Pierre (agriculteur de la Sanaga-Maritime), Emmanuel Loka Ekoka (Sylviculteur section foret du Nkam), Dr Jean Marie Nganko (pécheur industriel du Wouri), Martin Kamdjeu (agriculteur du Nkam), Colette Diengue Otti (Agriculture du Moungo), Joseph Claude Abena (Section foret de la Sanaga-Maritime), Flavien Kouatcha (Section élevage du Moungo), Célestin Normen Yimnga (Section foret du Wouri), Edith Essombe (Section pêche du Wouri). Une liste qui remplissait les critères de représentation géographique et de la composante sociologique professionnelle. Leur profession de foi était résumé en ces termes : « Nous, colistiers de la liste EPOUNER Pierre et KAMGUE Rebecca, Candidats aux élections de la Chambre d’Agriculture, des Pêches, de l’Elevage et des Forets du Cameroun, Impliqués dans la production, la transformation et la commercialisation des produits agro-sylvo-pastoraux et halieutiques, conscients du rôle important de notre secteur dans le développement socioéconomique et culturel de notre région le Littoral, et convaincus de la nécessité d’accompagner le Gouvernement dans la préservation et le renforcement de notre sécurité alimentaire, et de maintenir une paix durable à travers le développement de notre souvairenetté alimentaire, nous nous engageons à faire des propositions concrètes à la CAPEF au Gouvernement pour :

  1. La Transformation de notre paysage agricole, à travers la promotion des chaines de valeurs agro-sylvo-pastorales et halieutiques ;
  2. L’amélioration des conditions de vie et du cadre de vie des paysans ;
  3. La contribution au développement durable des zones rurales en cherchant des solutions appropriées et adaptées au contexte de changement climatique et de pénurie d’eau ;
  4. La protection de notre environnement ;
  5. L’accès aux opportunités de croissance pour tous les acteurs de l’espace rural.

Voter la liste EPOUNER Pierre et KAMGUE Rebecca, c’est voter pour la collaboration entre jeunesse dynamique et l’expérience de terrain.

Voter la liste EPOUNER Pierre et KAMGUE Rebecca, c’est participer activement à l’amélioration du paysage agricole du Littoral et du Cameroun ».

Après avoir traversé toutes les étapes du processus, il est temps de juger le mâcon au pied du mûr, a laissé entendre le Ministre de l'Agriculture et du Développement Rural, Gabriel Mbaïrobé. Il a installé en cette cession de plein droit du jeudi 07 octobre le nouveau staff de la CAPEF pour la mandature 2021 – 2026 constitué de : Président (Martin Paul Mindjos Momeni), Secrétaire Général (Jacob Tanyi Tochot), Vice-président (Foula Mangada), les présidents des Sections (Kamgue Rebecca en agriculture, Ndiko Fonderson aux pêches, Bobo Bakary à l’élevage et Ekombo Ndjemba aux forêts). Une promesse de la nouvelle équipe de faire un tour d’horizon des dix régions du Cameroun commence à se matérialiser.  Ces membres de la CAPEF sont attendus à Mbanga du 15 décembre 2021 au 02 janvier 2022 pour la première édition de la foire agropastorale, artistique et culturelle du Moungo-Sud.

Phulbert Noubi et Sylvain Timamo

Contacts de la Rédaction de Scores2000 : +237 678894092/699451920

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 15:20
Une réunion de concertation relative à l'organisation du festival des saveurs du Cameroun et du Monde pendant le rendez vous footballistique international, s'est tenue ce lundi 15 novembre 2021 à 11h dans la salle des conférences du Mintoul
Présidée par M NDIORO a Mamoum, Secrétaire Général du Mintoul et Représentant Personnel du Ministre d'État Ministre du Tourisme et des Loisirs Bello Bouba Maigari, l'enjeu de cette concertation vaut son pesant d'or dans le contexte de la vente de la destination Cameroun avant pendant et après la CAN Total Énergies 2021. Si le Cameroun est déjà auréolé par la diversité d'infrastructures Sportives et Hôtelières, la restauration s'invite dans cette fiesta pour y mettre du goût à travers l'organisation du festival des saveurs du Cameroun et du Monde.
Et pour mettre la mesure à la hauteur des résultats escomptés , cet événement qui se célèbre du 8 au 15 janvier 2022 au Palais des congrès de Yaoundé, doit bénéficier d'un accompagnement citoyen. D'où la synergie d'actions mise sur pied par le Mintoul et la Crespac dont le point d'ancrage reste et demeure la vente de la destination Cameroun, côté gastronomie.
Un pari qu'il faudra à tout prix gagner.
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 15:09
La première session de la plateforme de la mise en œuvre et du suivi du partenariat stratégique institutionnel entre le CNCC et le Commonwealth Investment and Entreprise Council (CWEIC) se tient ce 16 novembre 2021 à Yaoundé.
Les travaux sont solennellement ouverts par le Ministre Felix MBAYU, Ministre délégué auprès du MINREX et Président de cette plateforme, en présence de Auguste MBAPPE PENDA, Vice Président de cette Plateforme.
Le 14 septembre 2021, il a été créé auprès du Ministère des Relations Extérieures une plateforme Ministère des Relations Extérieures (MINREX)- Conseil National des Chargeurs du Cameroun (CNCC) chargée de la mise en œuvre et du suivi du partenariat stratégique institutionnel entre le CNCC et le Commonwealth Investment and Entreprise Council (CWEIC).
Dans sa composition, cette plateforme est placée sous la présidence du Ministre Délégué auprès du Ministre des Relations Extérieures en charge de la Coopération avec le Commonwealth, SE Félix Mbayu, avec pour Vice-président, M. Auguste PENDA MBAPPE, Directeur Général du CNCC. Plusieurs administrations publiques, notamment la Présidence de la République, les services du Premier Ministre, les ministères, les administrations publiques et les organisations socio- professionnelles tel que le GICAM y sont membres.
La plateforme MINREX-CNCC a entre autres principaux objectifs de trouver des investisseurs dans le réseau CWEIC capables de financer les projets, de mettre à disposition des membres de la plateforme toutes informations afin de contribuer à la promotion de la profession et des activités de chargeur au Cameroun. La plateforme est également chargée d’identifier et de proposer au Premier ministre, Chef de Gouvernement, les nouveaux projets des entreprises inscrites à la plateforme susceptible de bénéficier de l’appui du CWEIC.
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 15:05
Thème : " renforcer la participation citoyenne pour un développement local efficient "
SALLE DE FÊTE D'AKWA 11 NOVEMBRE 2021
Le forum des organisations de la société civile (OSC)du littoral est un temps qui se veut être un espace de débat ouvert et de présentation des actions concrètes, initié et mise en œuvre par les OSC basées dans la région du littoral. Il s'agira d'un rendez-vous d'exposition et de partage des actions menées pas les OSC du littoral. Ce sera aussi un cadre de convergence et de construction des partenariats.
Ce forum sera dont un rendez-vous du donner et du recevoir pour les OSC du littoral qui se feront découvrir par d'autres organisations et des partenaires à travers les échanges et discussions; les expositions et partage d'expérience. Cette activité vise non seulement à soutenir les dynamiques associatives et la mise en réseau, mais aussi à présenter les OSC aux yeux du public comme étant des acteurs crédibles à même de contribuer efficacement à l'amélioration de la gouvernance politique.
L'objectif du forum est d'élargir l'espace de partage d'expérience afin de données la visibilité aux actions de développement des acteurs de transformation sociale OSC au niveau régional.
Il est prévu pour accueillir au moins 80 associations venant des 4 départements de la région du littoral, dans 10 du Moungo 10 de la Sanaga maritime, 10 du Nkam et 50 du Wouri.
Mohamadou Labaran Awal
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 14:48
Alors que les plaintes fusent de partout ou dénoncer la qualité des ouvrages livrés par les entreprises adjudicateurs des marchés publics d'une part et la lenteur observée dans la mise en œuvre les projets de développement d'autre part, les questionnements sur le respect de délai d'exécution physico financière du BIP 2021 se posent toujours avec acuité. En effet au cours des travaux du 3e comité départemental de suivi de l'exécution de l'investissement public pour le troisième trimestre ce 14 octobre 2021, présidée par l'honorable DISSAKE Marguerite en présence du premier adjoint préfectoral Ondobo représentant le préfet a empêché avec une absence fortement critiquée des maires et des autorités traditionnelles, les participants à ce forum ont pu constater avec amertume quelques égarement des différents acteurs.
Et c'est la salle des Actes de la commune d'arrondissement de Nkongsamba 1er qui a servi de cadre à ces assises. Les ingénieurs de suivi, certains gestionnaires de crédit,les acteurs de la société civile, les médias et les autres acteurs de la chaîne de dépense publique durant ce temps d'échange, ont eu l'occasion d'évaluer le niveau d'exécution des projets dans le département du Moungo pour l'année 2021, ceci à deux mois de la fin de l'exercice budgétaire... force est de constater avec amertume qu'en dépit des remarques faites par le chef de l'État constatant la sous-consommation du budget de l'État et de l'interpellation sans cesse croissante de la société civile, le pas reste marqué sur place. Sur 180 projets BIP pour une enveloppe de 3 284 537 000 francs CFA, inscris pour cet exercice, le taux d'exécution financier affiche 28,34 % contre 50,75 % d'exécution physique... chiffres inquiétant au regard de la physionomie moribonde des villes et campagnes du département du Moungo assombries davantage par le chômage des jeunes et l'absence ou l'insuffisance des services sociaux de base, toute chose qui vient rappeler la triste situation des années précédentes période durant laquelle de nombreux marchés n'avaient pas été livrés tandis que certains étaient livrés mais jugés non conforme par la brigade de contrôle de la délégation départementale du MINMAP... sans oublier la pléthore des chantiers abandonnés au non démarrés à l'instar des chantiers routiers. Toutefois certaines communes se frottent les mains pour avoir tenue leurs engagements à l'instar des communes d'EBone, Manjo et Nkongsamba1er.
Le délégué départemental du MINEPAT Adalbert NYALEVÉ devrait doubler d'ardeur au travail en associant véritablement tous les acteurs dans le processus de suivi sans considérer les autres comme des parias notamment les médias. Toutefois au-delà de ce qui précède, le représentant du préfet a énuméré de nombreux maux qui entament l'exécution des investissements publics, notamment l'incompréhension entre les différents acteurs, l'absence des véritables acteurs au comité, l'existence des rapports incestueux entre certains acteurs, l'absence des ingénieurs sur le terrain.. beaucoup parmi eux suivant les projets dans leur bureau. En espérant que ce nouvel engagement viendra booster le suivi et que les mers et les autres gestionnaires de crédits se donneront à cœur joie à cet exercice d'évaluation afin que le Moungo puisse sortir de ce gouffre d'enclavement très bientôt.
Paul Fouté F. Convergences Agro
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 14:43
Le document de proposition de réforme du code électoral camerounais élaboré par les 7 partis politiques d'opposition, a été rendu public ce 24 novembre. Voici quelques propositions apportées par le président du MRC :
1. Conseil Electoral : mandat des membres de 5 ans renouvelable une fois ; désignation des membres parmi les partis politiques représentés au parlement (😎, ceux (non représentés au Parlement) ayant participé aux
dernières élections législatives et municipales (3), ceux dont les candidats font partie des trois premiers arrivés en tête à la dernière élection présidentielle (3), ceux représentant l’Administration (3) et celui représentant
la société civile.
2. Direction Générale ELECAM : Mandat de 6 ans renouvelable une fois ; désignation des membres par le Conseil Electoral sur appel à candidature.
3. Commissions électorales : désignation des membres desdites commissions par ELECAM (Conseil Electoral et Direction Générale) et les partis politiques exclusivement.
4. Majorité électorale à 18 ans.
5. Vote obligatoire.
6. Calendrier électoral fixé par la loi.
7. Instauration d’un poste de Vice-Président élu en même temps que le Président de la République, lequel Vice-Président assure l’intérim en cas de vacance de la présidence de la République.
8. Mandat présidentiel de 5 ans renouvelable une seule fois.
9. Conseil Supérieur de la Magistrature (et non Président de la République) garant de l’indépendance du pouvoir judiciaire.
10. Conseil Constitutionnel : Mandat des membres de 9 ans non renouvelable ;
profil académique professionnel et moralité des membres du Conseil constitutionnel à énoncer.
11. Election de tous les sénateurs des Régions (abrogation de la nomination des membres du Législatif par l’Exécutif).
12. Revue à la baisse des cautions aux élections législatives et municipales.
13. Durée de la campagne électorale : 15 jours pour les législatives et les municipales et 30 jours pour la présidentielle.
14. Sanctions contre les autorités administratives, les membres du
Gouvernement ou personnes assimilées, les fonctionnaires ou agents de l’Etat qui prennent part à la campagne électorale ou mobilisent les ressources de l’Etat à cette fin.
15. Désignation et/ou remplacement des représentants des partis politiques dans les bureaux de vote jusqu’au jour du scrutin : compétence exclusive des partis politiques desdits représentants.
16. Jour du scrutin ouvré pour les huissiers de justice et les officiers de police judiciaire.
17. Valeur juridique identique de tous les PVs issus des travaux des commissions
électorales.
18. Listes d’émargement établie en autant d’exemplaires que de partis politiques
représentés dans la commission locale de vote, tous les exemplaires faisant
foi.
19. Contentieux des législatives : pas de nécessité de mentionner le nom de la personne déclarée élue sur la requête.
20. Bulletin de vote unique.
Paul C./CP
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2021 7 14 /11 /novembre /2021 18:23

Conduite par le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, qu’accompagnent ses collègues de l’Environnement, Hélé Pierre, et des Forêts et de la Faune, Jules Doret Ndongo, la délégation camerounaise a fait sensation au cours de la COP 26, qui s’est ouverte le 1er novembre 2021 à Glasgow, en Écosse. En effet, selon les experts des questions environnementales, le pays est devenu le tout premier dans le monde à intégrer la production industrielle du biochar dans sa stratégie climat et de développement durable.

Cette stratégie, qui a fait l’objet d’une présentation le 9 novembre 2021, apprend-on, révèle que, afin de lutter contre les changements climatiques, le Cameroun ambitionne de construire d’ici l’année 2030, une cinquantaine d’usines de production de biochar. Selon un expert, « le biochar est un produit solide à forte teneur en carbone, semblable à de la poudre de charbon de bois. Il est produit à partir de résidus agricoles, dont on extrait le carbone par pyrolyse ». Ce procédé, explique une source autorisée, consiste en la décomposition chimique d’un composé organique par une augmentation importante de sa température (entre 350 et 650 ℃ en l’absence d’oxygène), pour obtenir d’autres produits qu’il ne contenait pas. Avec la production du biochar, le Cameroun ambitionne de retirer de l’atmosphère et de stocker chaque année au moins 250 000 tonnes de CO2, un gaz à effet de serre responsable du réchauffement de la planète et donc des changements climatiques.

Afin de réaliser cet objectif de production du biochar à l’échelle industrielle, le gouvernement camerounais s’est attaché les services de la société NetZero, qui a récemment livré, en seulement quatre mois, la toute première unité de production de biochar en Afrique à Nkongsamba, dans la région du Littoral du Cameroun. Cette usine de 500 m² à une capacité de traitement de 10 000 tonnes de déchets. « Le potentiel de réplication au Cameroun est énorme, compte tenu des millions de tonnes de résidus agricoles inutilisés générés par l’agro-industrie », fait observer un expert dans le domaine.

Électricité

En dehors de la lutte contre les changements climatiques, selon des sources proches du dossier, la stratégie camerounaise vise également à tirer profit des autres avantages de cette matière, notamment dans les domaines de l’agriculture et de l’énergie. « Mélangé à la couche superficielle des terres agricoles, le biochar est aussi un moyen éprouvé d’améliorer durablement la rétention d’eau et de nutriments dans les sols, et donc le rendement des cultures. (…) Le processus de production du biochar dégage de l’énergie
renouvelable sous forme de gaz, lequel peut être transformé en électricité », peut-on lire dans une note élaborée par le Cameroun et son partenaire NetZero, à l’occasion de la COP 26.

Pour rappel, au cours de cette grand’messe autour de la préservation de la biodiversité, qui s’achève le 12 novembre 2021 en Écosse, les pays de la Commission des forêts d’Afrique centrale (Comifac), que préside actuellement le ministre camerounais Jules Doret Ndongo, ont obtenu des donateurs des promesses de financements d’un montant de 983 milliards de FCFA. Cette manne devrait contribuer à financer le projet biochar au Cameroun.

Brice R. Mbodiam (Investir au Cameroun)

Contacts Rédaction de Scores2000 :

+237 678894092/699451920

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens