Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 19:45

Un attentat-suicide perpétré par un homme déguisé en femme a visé le marché central de N’Djamena samedi matin. Il a fait au moins quatorze morts et plusieurs blessés.

Les autorités avaient d’abord affirmé que l’attentat avait été perpétré par une femme, mais ont ensuite indiqué que le kamikaze était un homme déguisé en femme. Sa tête, voilée, a été arrachée par l’explosion. Retrouvée près du lieu de l’attentat, elle a été montrée à des journalistes sur place.

Le directeur général de la police nationale, Taher Erda, qui s’est rendu sur place, a confirmé que le kamikaze n’était pas une femme, comme l’avaient cru dans un premier temps les policiers, mais bien un homme habillé en femme et le visage dissimulé par un voile intégral.

Commerçantes tuées

Le «bilan provisoire» est de 14 morts: 9 femmes commerçantes et 5 hommes, dont un gendarme tchadien, a affirmé le porte-parole.

Le kamikaze s’est fait exploser à l’entrée du marché central de la capitale tchadienne vers 08h45 locales. Il a déclenché ses explosifs au moment où un gendarme s’apprêtait à le fouiller.

A proximité immédiate du lieu de l’attentat, des morceaux de chair humaine étaient éparpillés au milieu de flaques de sang. Le quartier du marché central, situé au cœur de la capitale, a été entièrement bouclé par les forces de sécurité tchadiennes.

C’est la deuxième fois en moins d’un mois que N’Djamena est frappée par une telle attaque, après le double attentat qui avait fait 38 morts le 15 juin à l’école de police et au commissariat central. Ce double attentat avait été revendiqué par les insurgés islamistes nigérians de Boko Haram, auxquels l’armée tchadienne a infligé de sérieux revers.

AllainJules.com

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 13:17
Action Parlementaire dans le Moungo-Sud : L’Honorable MBAPTE Jean-Baptiste investit dans les forages à Mbanga

Dépêché à Mbanga pour une enquête sur le ravitaillement des populations en eau potable, notre reporter a été surpris des commentaires des populations au sujet des réalisations du député du Moungo-Sud MBAPTE Jean-Baptiste. Des actions qui vont de la réalisation des forages à la réhabilitation des voies de communication, des appuis aux institutions scolaires à d’autres œuvres sociales non comptabilisables.

Dans le carnet des actions concrètes, notre reporter conduit par M. ESSONDJO a fait la visite d’une salle de classe réhabilité au Lycée Bilingue de Mbang pour un coût de 3 millions, la réfection du bureau des professeurs pour un coût de 3 millions, la fourniture de 60 tables-bancs pour un coût d’un million et demi, l’aménagement des pistes de collecte de produits de base sur 3 tronçons. Il s’agit du trajet Lycée Bilingue de Mbanga au carrefour Ndoh 2, de Ndoh2 à NdohKong, de Ndoh3 au point Ndoh2 pour une valeur de 5 millions de francs.

Rencontré pour un complément d’information, le chargé des relations publiques YOTCHOU SANDJO Bertrand a laissé entendre que le député lui-même en temps opportun ferait le bilan de ses sanctions à mis parcours de son 2ème mandat. Les actions questionnées sont des urgences sociales en vue de répondre aux sollicitations de la circonscription électorales. M. DONCHI Dieudonné a laissé entendre qu’en plus de cela, le Député Mbapté avait participé très activement à l’opération de confection du fichier électoral de son parti le RDPC. Ceci en mettant à la disposition des militants démunis des cartes d’adhésion et de cotisation pour un montant supérieur à deux millions.

Toujours dans les sollicitations diverses, le porte feuille social du député MBAPTE Jean-Baptiste comporte des dons aux associations, aux autorités traditionnelles, aux élèves et étudiants du Moungo-Sud, aux éleveurs et agriculteurs en particulier.

Lors du passage de notre reporter en juin dernier (2015), les pompes à eau, produit des forages étaient déjà fonctionnels en attendant l’inauguration en présence du député et des autorités administratives, municipales, religieuses et traditionnelles du Moungo-Sud.

Lijouom Chetou - Contact : +237 663956404/699451920/675457932

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 13:14
Cameroun : Le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation célèbre le prix spécial de l’innovation

C’est devant un parterre impressionnant de personnalités du milieu de la recherche scientifique, des relations internationales et des medias que le 02 juillet dernier, le Dr TCHUNTE Madeleine a décerné le « Prix Spécial de l’Innovation de Son Excellence Paul BIYA » au polytechnicien Marc Arthur ZANG, inventeur du Cardiopad.

Cérémonie vaste en couleur en cette « journée des conférences scientifiques » du Ministère où des personnalités conviées ont plus tard échangé sur les problématiques des lacs NYOS au MONOUN.

Sur l’inventeur du Cardiopad, On peut dire que Monsieur Marc Arthur ZANG ADZABA est né le 26 novembre 1987 à Yaoundé. Il est Ingénieur de conception en informatique, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé et chercheur en ingénierie biomédicale, Fondateur et Directeur Général de HIMORE MEDICAL SA.

Selon le MINRESI, « Marc Arthur ZANG est un digne fils camerounais et un produit du système éducatif de notre pays propulsé à l’excellence par un travail ardu, patient et rationalisé. C’est la preuve que le système éducatif national est performant et crédible ».

La médaille reçue par ce chercheur accompagnée d'un chèque de 20 millions de francs CFA invite la jeunesse qui ose et trouve des solutions aux défis qui interpellent le Cameroun et son peuple sur l’itinéraire de sa marche vers l’émergence à l’horizon 2035 à plus d‘ardeur au travail.

Meteng Darius Ervé/Cp - Tél.: 699232969/675967232

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 13:13
Le MINJEC
Le MINJEC

La salle des conférences du Ministère de la jeunesse et de l’Education Civique a abrité le 02 juin dernier une réunion importante au cours de laquelle le Ministre BIDOUNG MKPATT a annoncé l’organisation d’un événement important : le cinquantenaire de la fête de la jeunesse au mois de février 2016.

Etaient présents à cette cérémonie, les plus haut responsables du Ministère, le délégués régionaux, des invités spéciaux et les medias.

Selon les propos du Ministre BIDOUNG MKPATT « l’objet de la réunion de ce jour est en réalité une concertation large, avec vous tous ici présents, pour affiner à travers des échanges professionnels fructueux, la dynamique de travail efficient qui va garantir le succès des activités phares de notre Département ministériel avec les ministères techniques et structures partenaires du secteur de la jeunesse ».

Rappelant les moments forts de l’évolution de la vision, le ministre est revenu sur l’histoire : « il est nécessaire ici de rappeler que lorsque le Chef e l’Etat a précisé le 28 juin 2000 à Genève que « le développement social es donc pour nous tous, non seulement une priorité, mais aussi une impérieuse nécessité » ; lorsqu’il a rappelé le 10 février 1997, « qu’il faut en conséquence, que toute la Nation, et donc les jeunes, redoublent d’ardeur au travail, de sens de l’initiative, de créativité et de rectitude morale pour construire l’avenir prospère du Cameroun », c’est entre autres, la mission et le rôle social de l’expert du secteur jeunesse ».

Sur la célébration du cinquantenaire de la fête de la jeunesse

Pour cette grande première prévue en février 2016, il « convient de rappeler que c’est un événement dont l’importance est avérée. Il s’agira au cours de cette célébration, de démontrer une fois de plus, à travers les activités qui seront organisées, la place privilégiée que les pouvoirs publics accordent à la jeunesse. Les activités proposées à cet effet devraient être prestigieuses et originales, susceptibles d’avoir un fort impact auprès de nos différentes populations cible. Il serait important d’impliquer d’autres personnalités nationales et internationales importantes, afin de rehausser le prestige de cet évènement. Nous avons à cet effet pensé au Duke d’Edinburg qui, à travers le mérite de l’excellence de la jeuneuse qu’il promeut, pourrait rehausser de sa présence certaines de nos activités ».

Israël Matakoutgnigni/Cp - Contact Rédaction : +237 663 956 4040

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 13:09
Entretien avec LEMBE MBAPPE, le Maire de la Commune de Mbanga : « la Mairie n’est pas une vache à lait où l’on peut traire à volonté »

C’est avec sérénité que le Maire de la Commune de Mbanga dans la Région du Littoral camerounais a reçu la presse dans son bureau de l’Hôtel de ville. Un vendredi de la semaine alors que beaucoup d’employés communaux préparaient déjà leur entame du week-end. Mbanga, peuplé de plus de 100 mille habitants, perpendiculaire à la Route Nationale N°05 est une ville commerciale et historique par où passe le chemin de fer reliant Buea dans le Sud-Ouest et qui a, selon le vœu de Sa Majesté MOUKETE NGOH Magelan, Roi des Balong, caresse une forte ambition de devenir un Chef-lieu de département.

Scores 2000 : Monsieur le Maire, vous avez de sérieux problèmes à Mbanga ?

LEMBE MBAPPE : Qui vous a dit que nous avons des problèmes à Mbanga. Vous-voulez inventer les problèmes à poser sur le dos de la ville Mbanga ou ce sont des allégations des détracteurs de notre Commune ? L’exécutif municipal de Mbanga fait ses preuves, tous les jours, avec confiance, dans le chemin librement tracé par le conseil municipal et approuvé par la tutelle.

Vous aurez coupé l’eau au Sous-préfet ?

Cela n’a jamais été le cas, Mbanga a un problème de tuyauterie, de canalisation défectueuse, vétuste. Le maire lui aussi en est une victime. Cependant nous cherchons des solutions en accord majuscule avec les autorités administratives qui justifient de tout l’appui financier nécessaire accordé par l’ensemble du Conseil Municipal.

Votre compte administratif a été voté, mais apparemment, vous hésité toujours ?

Un budget est une prévision, il faut faire des efforts pour l’atteinte de hautes performances. Le rapport de performance que nous avons présenté montre que nous allons de l’avant. Notre budget de 2014 est de 370 778 028 FCFA. Nos recettes de 2014 sont de l’ordre de 322 491 673 FCA ; soit un taux de recettes de 86,97% contre 67,68 en 2013. Il y a donc ainsi une nette progression. Si tout le monde avait mis la main à la patte, ces recettes seraient plus importantes. On attendait par exemple 5 500 000 FCFA comme contribution des patentes. Il n’a été recouvré que 1 050 538 FCFA, de même, la contribution des licences dont nous attendions un recouvrement important n’a donné que 2 629 509 FCFA. Dans la rubrique d’autres recettes fiscales, nous nous attendions à 124 019 798 FCFA et n’avons enregistré que 41 208 915 FCFA. Par ailleurs, avec tout ce qui pousse de terre comme construction à travers la ville, nous ne devions pas enregistrer que seulement 2 393 196 FCFA alors que nous attendions 5 000 000 FCFA. De même, la taxe de stationnement n’a donné que 885 200 FCFA alors que les prévisions étaient de 2 000 000 FCFA. Celle de la publicité 787 500 FCFA au lieu de 11 450 000 FCFA, ici on dirait que même les annonceurs sont portés disparus. Les tickets de quai n’ont pas rapporté grande chose, soit 825 000 FCFA sur 4 600 000 FCA attendus.

Une somme de 650 000 FCFA a été débloquée comme appui de la Commune pour les opérations de recouvrement fiscal forcé et la confection du fichier des contribuables (commission gérée par le Sous-préfet de Mbanga, Ndlr). Les résultats obtenus à l’issue de cette opération nous échappent et nous sommes dans l’impossibilité de les évaluer puisque nous n’en avons reçu aucun feedback.

Pour nous résumer, dans les recettes de 322 491 673 FCFA, la part de l’Etat est 192 496 158 à travers les BIP et autres transferts issus de la décentralisation. Les recettes propres de la Commune sont de 101 349 497 FCFA, soit 37,47% contre 93 369 285 en 2013, soit une augmentation de recettes propres de 8 000 000 FCFA.

Comment sont répertoriées vos dépenses ?

Les dépenses réalisées s’élèvent à 256 267 430 FCFA. Ce qui nous fait un excédent de recettes sur les dépenses d’un montant de 66 224 243 FCFA qui se justifie par des factures en attente de règlement. Il s’agit de la construction de 2 salles de classe à Komé, l’élaboration du plan sommaire d’urbanisme, l’excédent de 28 646 018 de 2013. Nous avons purgé et rechargé de pouzzolane plusieurs bourbiers de la ville. Des travaux son effectués sur les tronçons nationale 5-Commissariat-Tribunal, Nationale5-Ecole Publique Groupe I, Tribunal-Chefferie Supérieure, Gare Ferroviaire-Sancho-Ecole les Benjamins-Mme MILLAH-Carrefour Maracana, bretelle Ecole Unité-Carrefour Ekongolo-Ancienne décharge-Carrefour Essayons. Il y a par ailleurs eu deux séances d’enlèvement des ordures au marché B et à certains endroits de la ville transformés en dépotoir par les populations, l’entretien du cimetière municipal, une vaste opération d’arrestation et de mise en fourrière de animaux en divagation, la visite du Gouverneur de la Région du Littoral, l’inhumation des corps abandonnés, le stage de vacance pour 100 jeunes, 500 mille francs de soutien à nos forces de défenses et aux populations sinistrées de l’Extrême-Nord dans la lute contre BOKO HARAM, le paiement de quelques dettes en instances

Et vos projets d’envergure ?

La ville est de plus en plus propre, les pistes son réhabilités, le projet de la carrière de sable est bien suivi. Pour la construction du patrimoine foncier meuble et immeuble de la Commune, le dossier est sur la table du Préfet du Département du Moungo. S’agissant de la création de la carrière de sable au bord du fleuve Moungo, les études de faisabilité sont terminés et payées ; le dossier est déposé au FEICOM, mais attend d’être complété. Nous travaillons avec notre Secrétaire Général à la réhabilitation du réseau d’eau et de l’éclairage public, la construction d’un abattoir municipal et des forages d’eau en milieu rural. Nous avons respecté au maximum notre cahier de charges. Si le moyens avaient suivi, nous aurions ajouté autant d’imprévus possibles. Il n’y a que les gens de mauvaises foi et les myopes qui croient qu’on n’a rien fait. Ils utilisent parfois des « journalistes » qui ne sont pas allé à l’école pour écrire n’importe quoi. Voulant me mettre sous pression et céder à leurs caprices.

Vous avez ainsi l’impression de bien faire votre travail ?

On ne peut se juger soit même, mais il existe des repères de gestion imposées par le Conseil Municipal, la tutelle administrative et les pratiques de bonne gouvernance. Lorsque nous prenions cette Mairie en octobre 2013, c’était une Mairie à terre. Le tableau de bord affichait 394 000 FCFA dans la caisse ; un personnel en divagation ; 72 827 527 FCFA de dette à payer ; 2 mois d’arriérés de salaires ; pas l’ombre d’un crayon à bile pour écrire ; tout était à sec. Pas d’archives, pas de repères ; on était comme dans une Mairie en création. Aujourd’hui, l’usager qui arrive à la Commune de Mbanga peut trouver où s’assoir, il peut sentir que ses souches de pièce d’Etat civil sont en sécurité, que le travail est reparti par service, bref qu’il peut être face à un interlocuteur.

Le Maire LEMBE MBAPPE peut-il aujourd’hui affirmé qu’il a confondu ses détracteurs ? Qu’il a « fermé » la bouche aux critiques nuisibles à l’image de marque de son institution ?

Nous répondrons par l’affirmative. Pour sortir la tête de l’eau, il a fallu jouer au dur, éviter de faire des dépenses à la légère, ne céder à aucune pression, d’où quelle vienne ; fermer les oreilles et le cœur aux multiples sollicitations tant internes qu’externes. Ceci ne nous a pas valu que des émules ; au contraire, le nombre de nos détracteurs s’est multiplié d’une manière exponentielle. Nous avons cependant réussi à résorber les arriérés de salaire, environ 10 millions de masse salariale mensuelle ; la Mairie qui étouffait hier essaie de respirer un peu aujourd’hui.

Un mot de fin à l’endroit de vos populations, aux autorités administratives, traditionnelles et le tout Mbanga politique ?

Je voudrais simplement faire savoir aux uns et aux autres que la gestion de notre Commune est loin d’être un fleuve tranquille où le Maire fait ce qu’il veut avec l’argent des contribuables. Que la Mairie n’est pas une vache à lait où l’on peut traire à volonté, que les sorties de fonds de la Commune obéissent à certaines règles et qu’on ne gère pas l’argent selon les humeurs des gens ou des pressions, ou comme une épicerie.

Propos, recueillis par Sylvain Timamo - Contact Rédaction : +237 663 956 404

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 13:03
Entretien avec M. Kuete Jean, Maire de la Commune de Melong : " j'invite les citoyens de Melong où qu’ils soient à venir spontanément payer les impôts et taxes auxquels ils sont assujettis"

La Rédaction de Scores 2000 a été reçue par M. KUETE Jean, Maire de la Commune de Melong dans le Littoral Camerounais, localité à forte pratique agricole sur la Route Nationale N°05. Il parle de son bilan à mis-parcours, des attentes des populations, des difficultés rencontrées, des solutions proposées. Pour plus de 60 mille âmes, l’exécutif de la Commune de Melong a proposé un budget ambitieux de près de 700 millions pour l’exercice 2015.

Scores 2000 : Quels sont vos réalisations à ce jour à la tête de la Commune de Melong ?

M. Kuété Jean : Je ne parlerais pas de réalisation, mais de la forte volonté de mon équipe à créer un climat de travail cordial. Nous avons tout de même dans un premier temps fait des efforts pour maitriser les recettes, donner une impulsion nouvelle à nos collaborateurs qui leur est nécessaire à la production des résultats. Par la suite notre grand chantier est de nettoyer la ville de Melong des ordures et des eaux usées. Sur ce chantier et pendant plusieurs semaines, nous curons des caniveaux, vidons des fosses, transportons des tonnes d’ordures vers la périphérie de la ville. Les moyens sont modestes et nous faisons appel quelques fois à nos moyens personnels sur le plan financier ou de la logistique. Aujourd’hui, Melong est une ville propre, dans laquelle les automobilistes de tout genre, les benskinneurs, les piétons circulent sans trop de peine. Mais comme l’être humain doit faire des efforts pour produire de la richesse, il y a encore des efforts quant à l’éducation de nos populations sur le stockage des déchets, sur le respect de l’environnement.

Vous avez tout de même déjà voté plusieurs fois le budget. Comment parlez-vous encore de moyens pour résoudre des problèmes spécifiques ?

Oui, nous avons voté notre budget et fait un plan de campagne réaliste. Poursuive le chantier de réhabilitation des routes, toucher le social et les infrastructures. Seulement, un budget est une prévision, les recettes ne suivent toujours pas et je profite de l’opportunité que vous m’offrez pour inviter les citoyens de Melong où qu’ils soient à payer spontanément les impôts et taxes auxquels ils sont assujettis. Ces recettes permettront plus rapidement de moderniser notre cité.

Questionnez-vous là l’incivisme des contribuables de Melong ?

Certains contribuables tardent encore à se mettre en règle avec les goulots d’étranglement posés de certains de nos prédécesseurs dans la gestion des affaires de la cité. Mais je dois avouer que les comportements changent progressivement, positivement, je veux dire... Vous verrez que nos recettes sont en forte progression parce que les contribuables eux-mêmes disent qu’ils peuvent payer les impôts aujourd’hui parce qu’ils voient des yeux ce que la Mairie fait avec leur argent.

Parlant de compte, votre Commune est parmi les dernières à n’avoir pas encore produit son compte administratif pour l’exercice précédent. Avez-vous peur d’être face à une réalité plus sévère ?

Non, pas du tout, cette session des comptes était programmée dans les délais impartis, mais Madame le Receveur Municipal a eu un accident et la session et reportée. Je vous assure que les recettes sont en augmentation. Je fais confiance à nos services des recettes, à l’exécutif qui est à pied d’œuvre pour redresser les finances de la Commune de Melong.

M. KUETE Jean, Maire de la Commune de Melong est un homme d’affaires, nous voulions dire un industriel influent au Cameroun, qui a fait montre de sa générosité managériale dans la construction des bâtiments commerciaux, industriels et de l’immeuble d’une microfinance où il était président du Conseil d’Administration avant de laisser la place pour agenda annuel trop chargé. Comment expliquer qu’à Melong vous travaillez dans un bureau exigu?

L’Etat a mis à notre disposition des moyens pour un hôtel de ville à l’image de Melong qui est un grand bassin de production agricole au Cameroun, une ville avec une population dense et diversifiée, je veux dire le Cameroun en miniature. L’Hôtel de ville questionné dans une de vos parutions à des fautes que je récuse. Nous attendons que les travaux soient complétés, que des meilleures conditions de sécurité soient établies avant de l’intégrer. Il faut en plus construire une grande clôture autour de cet édifice. Nous avons déjà entrepris des démarches auprès de notre tutelle, de la banque des communes pour que des fonds soient octroyés à ces travaux complémentaires. J’aime le travail bien fait et je pense que notre conseil communal en est conscient.

Des problèmes d’emplois sont récurrents, particulièrement pour votre jeunesse? Quelles sont les solutions envisagées ?

Je vous ai déjà dit qu’ils sont résolus de manière globale. L’aménagement des routes et pistes de collecte dans une zone agricole est une solution. Notre commune a négocié et obtenu dans la localité 10 tracteurs agricoles, les grandes exploitations agricoles pourraient les louer et améliorer leur rendement, la Commune va y gagner en recettes pour réinvestir dans d’autres secteurs. On ne peut recruter tout le monde pour travailler à la Mairie, nous encourageons et incitons notre jeunesse à créer des activités génératrices de revenus.

Quelles sont vos actions en faveur du sport et de la culture ?

Elles sont nombreuses, en dehors du football, nous intervenons, même à titre personnel dans des domaines que vous devinerez si vous aiguisé votre instinct de journaliste. D’autres surprises viendront parce que nous sommes à l’écoute des propositions multiples de nos populations.

Propos recueillis par Sylvain Timamo Rédaction : +237 663 956 404

Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 08:32
STAND DE LA TORREFACTION NGAKO
STAND DE LA TORREFACTION NGAKO
  • MESSIEURS LES SOUS-PRÉFETS DES ARRONDISSEMENTS DE NKONGSAMBA 1er, 2ème et 3ème ;
  • MONSIEUR LE DÉLÉGUÉ DU GOUVERNEMENT AUPRÈS DE LA COMMUNAUTÉ URBAINE DE NKONGSAMBA :
  • MADAME ET MESSIEURS LES MAIRES DES COMMUNES D’ARRONDISSEMENT DE NKONGSAMBA 1er, 2ème ET 3ème ;
  • MESDAMES ET MESSIEURS LES PARLEMENTAIRES
  • MONSIEUR LE PRÉSIDENT DU COMITÉ D’ORGANISATION ;
  • HONORABLES MINISTRES DU CULTE
  • LEURS MAJESTÉS LES CHEFS TRADITIONNELS
  • MESDAMES ET MESSIEURS.

Je me réjouis une fois de plus d’être parmi vous en cette fin d’après-midi dans ce lieu chargé d’histoire et de symbole pour présider la cérémonie de clôture du 8ème Salon International de l’Entreprenariat de Nkongsamba dont les activités se sont étalées du 19 Mai 2015 à ce jour.

Permettez-moi une fois encore de dire merci aux organisateurs de la présente cérémonie pour toutes les belles choses que nous avons vues ici depuis le 19 Mai 2015. En effet vos mots de bienvenue ainsi que le bilan que vous venez de faire relativement à ce 8ème Salon qui s’achève me donne tout simplement le sentiment du travail bien accompli. En effet, vous êtes parvenu à transformer votre rêve en réalité au point que pendant ces quelques jours, vous avez fait vibrer notre ville à travers les multiples activités que vous avez menées. Les populations de Nkongsamba ont donc pu partager votre rêve tout en mesurant la pleine capacité de vos possibilités en temps que jeune entrepreneur, je voudrais dire jeune chef d’entreprise.

Mesdames et Messieurs,

S’il y a un domaine qui parait parfois inaccessible au grand nombre, c’est bel et bien celui de l’entreprenariat; tant il est exigeant, compliqué, truffé d’aléas et même d’inconnues qui ne rendent pas la tâche facile au premier venu. Dans notre pays où la pauvreté semble être le mode de vie quotidienne, les pouvoirs publics ont décidés de prendre le taureau par les cornes en mettant sur pied ce que nous avions appelé DSCE (Document de Stratégique pour la Croissance et l’Emploi). Les bases d’un développement sûr et durable étaient donc jetées dans un partenariat entre l’État et la société civile afin qu’ensemble le Cameroun sorte de la pauvreté et devienne un pays émergent à l’horizon 2035.

Loin d’être une simple vue de l’esprit, nous pouvons dire que cela est tout à fait possible à travers de telles occasions où les jeunes entrepreneurs de tous bords sont venus mettre ensemble non seulement leurs connaissances mais aussi leurs expériences pour des lendemains meilleurs. La ville de Nkongsamba à l’instar des autres grandes villes camerounaises d’antan, a plus que jamais besoin d’une synergie d’actions afin que la base constituée de jeunes se mettent ensemble pour un front commun ; c'est-à-dire la lutte contre le sous-développement qui passe par la lutte contre le chaumage en milieu jeune.

Mesdames et messieurs ;

Les entreprises ont beau être crées, il faudrait encore qu’elles se fassent connaître du grand public qui consommera ses produits. Cela met donc en exergue tout le rôle délicat de la communication à travers ses multiples supports. Voilà pourquoi pendant ces jours, les professionnels de la communication au niveau local se sont mis ensemble pour réfléchir sur le devenir de leur activité, activité qu’ils voudraient mettre en synergie avec les entrepreneurs locaux et ceux venus d’ailleurs pour une meilleure visibilité de notre ville à l’échelle internationale.

Messieurs les membres du Comité d’Organisation de ce 8ème Salon International de l’Entreprenariat, édition 2015, je voudrais au nom des pouvoirs publics que je représente ici en ce moment, vous signifier toute mes félicitations et mêmes mes sincères encouragements car il est reconnu de notoriété publique qu’à Nkongsamba on parle plus qu’on agit. Vous avez cru en vous-même et vous vous êtes lancé dans ce qui est apparu au départ comme une aventure. Mais aujourd’hui nous avons le plaisir de constater que vous aviez raison malgré les moyens forts modestes : tout est bien qui fini bien !

Permettez-moi de formuler le vœu de voir la prochaine édition de ce Salon, plus structurée encore dans sa préparation et englobant toutes les structures décentralisées que compte notre ville, pourquoi pas notre département afin que cet évènement rayonne davantage.

Sur ce, je déclare officiellement clos le 8ème Salon International de l’Entreprenariat de Nkongsamba pour que

  • Vive le 9ème S.I.E.N, Edition 2016
  • Vive la ville de Nkongsamba
  • Vive le Cameroun, avec son illustre chef, le premier chef d’entreprise, Son Excellence Monsieur Paul BIYA .

Je vous remercie !

MUNA NJI Charles, 2ème Adjoint au Préfet du département du Moungo

Contact Rédaction Scores2000 : (+237) 663 956 404/ 233 491 921 - Bp.:375 Nkongsamba

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 18:40
Expert Judiciaire Révérend Pasteur Emmanuel NOUMSI : une marche contre les Maux dont souffre le secteur de la sécurisation

Qui est l’Expert Judiciaire

Le Révérend Pasteur Emmanuel NOUMSI

Que fait-il ?

Le Révérend Pasteur Emmanuel NOUMSI est un Homme d’Eglise né à Bandjoun le 11 /08/1959.Après ses Etudes Primaires, Secondaires et Supérieures,

Il embrasse la polygraphie et la gravure en général et la gravure des tampons en particulier.

Habilité par le Gouvernement Camerounais depuis plusieurs décennies, il est le Président de l’Organisation Nationale des Graveurs du Cameroun (ONAGRAC, BP 1293 Yaoundé, Tel 679 74 41 19 et 222 23 40 11).

Depuis deux ans, le Maître Graveur Emmanuel NOUMSI est Expert Judiciaire auprès de plusieurs Cours d’Appel, notamment, le Centre, le Sud, l’Ouest et l’Extrême Nord et d’autres Cours vont certainement suivre.

Sollicité par les instances Internationales, l’Homme de Dieu est Expert International auprès de plusieurs Institutions de renom. Ses contributions Techniques et Scientifiques lui ont conféré une priorité dans le domaine de la sécurisation à nul autre pareil. Fidèle et Discret collaborateur de Justice, il donne son Expertise au Juge pour que celui-ci se prononce équitablement sur un sujet qui nécessite sa compétence.il est alors un partenaire et un intervenant occasionnel de la Justice.

Il peut être aussi sollicité par les Entreprises, les structures Locales ou Internationales qui se doivent de le consulter à travers son site internet pour des questions d’intérêts Judiciaires, Scientifiques ou Techniques relevant de ses compétences Expertales.

S’agissant des Maux dont souffre le secteur de la sécurisation,

Nous Notons le faux et usage des faux Cachets, qui conduisent aux fausses pièces officielles courantes : Actes d’Etat civil, Titres fonciers, Bulletins de notes Administratifs et scolaires, les faux titres de Patente, fausses quittances, les fausses vignettes automobiles les faux titres de paiement etc.…

Dans un monde gangréné de corruption et de gain facile, nous ne travaillons pas en vases clos, nos partenaires sont les institutions en place au Cameroun et au concert Universel.

Nous n’avons pas la prétention de régler tous les problèmes liés aux faux et usages de faux cachets voire sécurisation, tant il y a toujours des « professionnels » du faux dans le circuit avec port des ficelles insoupçonnables à l’ombre etc.…

Nous sommes en train de préparer un Travail Technico-Universitaire qui sera soutenu publiquement dans quelques mois pour tenter autant que faire se peut de proposer des pistes pour un retour à l’orthodoxie malgré les difficultés financières qui jonchent ce parcours de combattant.

Contact Rédaction Scores2000 : (+237) 663 956 404/ 233 491 921 - Bp.:375 Nkongsamba

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 10:04
Les maires jeunes de Nkongsamba 1er
Les maires jeunes de Nkongsamba 1er

La 2ème session du conseil municipal des jeunes de la Commue de Nkongsamba 1er s’est tenue ce 28 mai 2015 dans la salle des actes de ladite commune en présence de Mme MELONG KUETE Rolande, représentante du Préfet Thomas HONA, du représentant de M. Philippe NANGA de Un Monde Avenir (1MA) et du point focal TELLAH Anatole de l’observatoire de la gouvernance locale.

Il était question pour le maire jeune MADIBA Tatiana et l’ensemble des conseillers municipaux jeunes de présenter les rapports des commissions sur les idées d’action des jeunes pour l’exercice 2015 et de voter les délibérations y afférentes. Ce qui constitue une force à l’atteinte de l’exécutif classique et des élus locaux de la commune de Nkongsamba 1er. Ce projet est suivi par le 1er adjoint au maire, Mme MONY Monique epse Mbongue.

Une action inscrite dans le projet « cadre citoyen de participation des jeunes à la démocratie locale » donc l’objectif global est d’impliquer les jeunes dans la mise en œuvre des politiques publiques au niveau local. Pour M. TEBAYA Dieudonné, un des maires jeunes « les besoins récurrents des jeunes ne prendront une importance aux yeux de l’exécutif que si les jeunes eux-mêmes de mobilisent dans les actes de plaidoyer ».

Il est à noter que les conseillers jeunes ont analysé et enrichi les propositions d’actions jeunes élaborées lors des conseils des quartiers et des tables rondes, afin de rendre la tache exécutée par l’exécutif exaltante et noble pour construire la démocratie locale. D’après une collaboratrice du point focal, Mme MANTEU Suzie rencontrée plus tard, les "conseillers municipaux jeunes doivent veiller à l’unification des jeunes dans le développement de la ville de Nkongsamba. Ce sera ainsi la matérialisation des leçons qui leurs ont été dispensées par Zenuw Network", organisation en partenariat avec Un monde Avenir pour la formation à la maitrise des politiques publiques.

Rosalie Eto’o/Cp - Contact rédaction scores2000 :+237 233491921/ 663 956 404 /678894092

Partager cet article
Repost0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 05:37
Exploitation jury projet d'entreprise
Exploitation jury projet d'entreprise

C'est dans un espace de qualité tant au niveau du décor qu'à celui des participants que sera organisée le 27 juillet prochain, la soirée des distinctions du 8ème Salon international de l'Entrepreneuriat de Nkongsamba.

Présidé par Monsieur HONA Thomas, Préfet du Département du Moungo, des nombreux acteurs du monde de l'entrepreunariat prendront part à ce qui sera le clou du SIEN2015. C'est-à-dire l'ovation rendue aux artistes, athlètes, jeunes promoteurs d'entreprise, etc... qui ont mouillé le maillot avant et pendant cet événement, bref qui préparent le Moungo du futur.

C'est à cette occasion que seront remis les prix annoncés parmi lesquels, les prix des Miss Nkongsamba, du concours des meilleures œuvres en arts plastiques et artisanat, du meilleur projet d'entreprise. Le lieu proposé par les organisateurs est l’Hôtel le Moungo, le 27 juillet 2015 à partir de 19 heures.

Pour le concours du meilleur projet d'entreprise, il fallait rédiger son projet, existant ou à mettre en exécution et l'expliquer au jury composé de :

Président : KOMBOL Jean Raymond, Association internationale Form-Action

Vice-président : TIMAMO TEDJOM Sylvain, Journaliste, directeur de publication de Scores2000

Co-Rapporteurs : BEN ELAME Georgi (MINPMEESA), KINGSLY KOME Sony, Enseignant

Membre : MINEPAT, MINEFOP, Dr BEKOULE Patrick (Directeur de l’Hôpital Régional de Nkongsamba)

Après avoir écouté les candidat et pris connaissance de leur document de candidature déposé en 3 exemplaires, ils ont été classé dans l'ordre suivant :

1er prix attribué à M. TCHATCHAING YONING Philemon (projet d'une unité de transformation d'huiles végétales et animales)

2ème prix attribué à Mme LIJOUOM CHETOU (projet d'une maison de confection des vêtements et tenues de sports)

3ème Prix attribué à M. NANA Charles (production et transformation du café, cacao)

4ème prix attribué à M. NDEMA EPOH Faustin (Projet d'un centre touristique moderne avec production des jus de fruits naturels)

5ème Prix attribué à M. EDIMO SONGO (projet d'une vaste galerie d'art à Nkongsamba)

Le rapporteur de la commission

KINGSLY KOME SONE / Tél.: +237 693514348

Contact Rédaction Scores2000 : (+237) 663 956 404/ 233 491 921- Bp.: 375 Nkongsamba

CLÔTURE DU SALON INTERNATIONAL DE L’ENTREPRENARIAT DE NKONGSAMBA (8ème ÉDITION) : DISCOURS DE MONSIEUR LE PRÉFET DU DÉPARTEMENT DU MOUNGO

  • MESSIEURS LES SOUS-PRÉFETS DES ARRONDISSEMENTS DE NKONGSAMBA 1er, 2ème et 3ème ;
  • MONSIEUR LE DÉLÉGUÉ DU GOUVERNEMENT AUPRÈS DE LA COMMUNAUTÉ URBAINE DE NKONGSAMBA :
  • MADAME ET MESSIEURS LES MAIRES DES COMMUNES D’ARRONDISSEMENT DE NKONGSAMBA 1er, 2ème ET 3ème ;
  • MESDAMES ET MESSIEURS LES PARLEMENTAIRES
  • MONSIEUR LE PRÉSIDENT DU COMITÉ D’ORGANISATION ;
  • HONORABLES MINISTRES DU CULTE
  • LEURS MAJESTÉS LES CHEFS TRADITIONNELS
  • MESDAMES ET MESSIEURS.

Je me réjouis une fois de plus d’être parmi vous en cette fin d’après-midi dans ce lieu chargé d’histoire et de symbole pour présider la cérémonie de clôture du 8ème Salon International de l’Entreprenariat de Nkongsamba dont les activités se sont étalées du 19 Mai 2015 à ce jour.

Permettez-moi une fois encore de dire merci aux organisateurs de la présente cérémonie pour toutes les belles choses que nous avons vues ici depuis le 19 Mai 2015. En effet vos mots de bienvenue ainsi que le bilan que vous venez de faire relativement à ce 8ème Salon qui s’achève me donne tout simplement le sentiment du travail bien accompli. En effet, vous êtes parvenu à transformer votre rêve en réalité au point que pendant ces quelques jours, vous avez fait vibrer notre ville à travers les multiples activités que vous avez menées. Les populations de Nkongsamba ont donc pu partager votre rêve tout en mesurant la pleine capacité de vos possibilités en temps que jeune entrepreneur, je voudrais dire jeune chef d’entreprise.

Mesdames et Messieurs,

S’il y a un domaine qui parait parfois inaccessible au grand nombre, c’est bel et bien celui de l’entreprenariat; tant il est exigeant, compliqué, truffé d’aléas et même d’inconnues qui ne rendent pas la tâche facile au premier venu. Dans notre pays où la pauvreté semble être le mode de vie quotidienne, les pouvoirs publics ont décidés de prendre le taureau par les cornes en mettant sur pied ce que nous avions appelé DSCE (Document de Stratégique pour la Croissance et l’Emploi). Les bases d’un développement sûr et durable étaient donc jetées dans un partenariat entre l’État et la société civile afin qu’ensemble le Cameroun sorte de la pauvreté et devienne un pays émergent à l’horizon 2035.

Loin d’être une simple vue de l’esprit, nous pouvons dire que cela est tout à fait possible à travers de telles occasions où les jeunes entrepreneurs de tous bords sont venus mettre ensemble non seulement leurs connaissances mais aussi leurs expériences pour des lendemains meilleurs. La ville de Nkongsamba à l’instar des autres grandes villes camerounaises d’antan, a plus que jamais besoin d’une synergie d’actions afin que la base constituée de jeunes se mettent ensemble pour un front commun ; c'est-à-dire la lutte contre le sous-développement qui passe par la lutte contre le chaumage en milieu jeune.

Mesdames et messieurs ;

Les entreprises ont beau être crées, il faudrait encore qu’elles se fassent connaître du grand public qui consommera ses produits. Cela met donc en exergue tout le rôle délicat de la communication à travers ses multiples supports. Voilà pourquoi pendant ces jours, les professionnels de la communication au niveau local se sont mis ensemble pour réfléchir sur le devenir de leur activité, activité qu’ils voudraient mettre en synergie avec les entrepreneurs locaux et ceux venus d’ailleurs pour une meilleure visibilité de notre ville à l’échelle internationale.

Messieurs les membres du Comité d’Organisation de ce 8ème Salon International de l’Entreprenariat, édition 2015, je voudrais au nom des pouvoirs publics que je représente ici en ce moment, vous signifier toute mes félicitations et mêmes mes sincères encouragements car il est reconnu de notoriété publique qu’à Nkongsamba on parle plus qu’on agit. Vous avez cru en vous-même et vous vous êtes lancé dans ce qui est apparu au départ comme une aventure. Mais aujourd’hui nous avons le plaisir de constater que vous aviez raison malgré les moyens forts modestes : tout est bien qui fini bien !

Permettez-moi de formuler le vœu de voir la prochaine édition de ce Salon, plus structurée encore dans sa préparation et englobant toutes les structures décentralisées que compte notre ville, pourquoi pas notre département afin que cet évènement rayonne davantage.

Sur ce, je déclare officiellement clos le 8ème Salon International de l’Entreprenariat de Nkongsamba pour que

  • Vive le 9ème S.I.E.N, Edition 2016
  • Vive la ville de Nkongsamba
  • Vive le Cameroun, avec son illustre chef, le premier chef d’entreprise, Son Excellence Monsieur Paul BIYA .

Je vous remercie !

MUNA NJI Charles, 2ème Adjoint au Préfet du département du Moungo

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens