Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:33

La justice a saisi pour contrefaçon dans des entrepôts de SGS a Conakry plus de 6 mille tonnes de riz appartenant a Louis Drefus , géant mondial de riz. Des scelles ont été apposés par les huissiers de la justice sur plus 4 magasins et les livraisons du riz sont arrêtées suite a la décision du tribunal de faire procéder a la saisie

Selon les informations, le distributeur local de ce riz de contrefaçon ne semble pas être au courant que ce riz est une contrefaçon. Il est lui-même sous le choc de découvrir qu’il est victime de ce délit. Le riz est emballé dans les sacs de marque contre faite «Bella Luna» de couleur bleu clair avec un croissant de lune, marque déposée à l’OAPI par le vendeur ASIATIQUE. Cette contrefaçon dure depuis pas mal de temps jusqu'à ce que le propriétaire a Singapore décide de prendre des mesures pour protéger ses intérêts. Cette saisie intervient au moment ou les produits contrefaits inondent le marché camerounais en violation de toutes les règles de la propriété intellectuelle de l’ organisation Africaine de la propriété Intellectuelle, OAPI , dont notre pays la Guinée est membre signataire. La compagnie Suisse Louis DREYFUS commodotis , est une compagnie qui exporte le riz dans la quasi-totalité des pays de l’ Afrique de l’ ouest. Le Directeur de riz de la compagnie , le Français Guy Démontule , serait à la base de cette pratique qui jette de la boue sur l’ image des commerçants sincères locaux dans plusieurs pays ouest Africains. Ces commerçants locaux sont ainsi victimes de Guy qui bénéficie souvent de la protection de certaines autorités politiques et administratives. Source cabinet d’avocat MAITRE FOUDA JOEL TEL : 00237776972 LIBERIA

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:31
Activités de la Gendarmerie nationale : inspection du Colonel Abessolo Amoungou Roger, Commandant de la Légion de Gendarmerie du Littoral à Nkongsamba

Le groupement territorial de gendarmerie du MOUNGO a fait l’objet le 18 juillet 2014 d’une inspection annoncée du commandant de la Légion de Gendarmerie du Littoral le Colonel Abessolo Amoungou Roger et en présence du lieutenant-colonel Nbongalle Sone William de ladite unité.

IL était question pour le Colonel Abessolo, de toucher du doigt des réalités quotidiennes de ses collaborateurs sur le terrain. L’esplanade du groupement territorial de gendarmerie de Nkongsamba a permis au commandant de compagnie le capitaine Esso Jean Paul, de procéder à la révision de quelques exercices de routine quotidienne de ses éléments, en compagnie de tous les commandants de brigade Ter et recherches du Moungo.

Dans la globalité, le Colégion Abessolo Amougou Roger apprécie le travail abattu pour ses éléments dans le département du Moungo notamment avec le recul sensible du taux d’insécurité entre-autres. La visite des bureaux de la gendarmerie de Nkongsamba 3ème situés à la sortie de la ville vers le collège Fultang et deuxième arrondissement situés entre le site des sapeurs pompiers et le stade de Bonangoh montrent qu’il y a du travail en terme d’équipement (mobiliers, matériel de bureau, machine à écrire ordinateurs et connexion sur internet) pour des investigations.

Ceci ne vas va pas justement sans difficultés avec par ricochet l’insuffisance des effectifs, le manque de matériel roulant. L’insuffisance effective du matériel roulant.

Ngambo Louis marie/Cp

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:29
Dernier Compte administratif de la Commune de Mbanga : refus de validation de la gestion du maire sortant Mbonjo Jaqcues

C’est finalement le 03 juillet 2014 que le conseillers municipaux de Mbanga se sont retrouvés dans la salle des actes pour examiner le compte de l’exercice précédent. Le Maire LEMBE MBAPPE assisté de l’autorité administrative on connu la rigueur des élus du peuple au nombre de 24. Le décès du 1er adjoint au maire ME TAKAM du parti SDF ayant été soulevé.

Le dernier budget de cette commune avait été évalué en recettes et en dépenses à la somme de 414 975 442 FCFA. Cette commune de plus de 60 mille habitants a eu des recettes de 261 317 794 FCA et des dépenses de l’ordre de 252 226 272 FCFA. On constate une différence de recettes budgétisées et non recouvrées de 153 657 648 FCFA.

Les dépenses d’investissement sont de 103 029 712 FCFA. Les rapports des commissions ont particulièrement tracées les fautes de gestion du prédécesseur et les faiblesses de cette ville qui sont principalement : l’incivisme fiscal, la clandestinité des opérations commerciales, la corruption et les intriques politiques. Les 21 conseillers municipaux qui devaient se prononcer ont refusé d’adopter ce compte. Ils ont même émis de nombreuses réserves en invitant le nouveau maire par des attitudes voilées à faire attention pour ne pas commettre les mêmes erreurs que sont prédécesseur.

Le maire LEMBE MBAPPE dans son propos n’a pas manqué de faire savoir qu’il a compris les préoccupations des uns et des autres. Il est clair sur ses missions énoncées au début de son entame de mandat. C'est-à-dire son projet de société qui se résume dans l’assainissement de la ville de Mbanga, le renforcement et la sécurisation des recettes, l’hygiène et la salubrité, l’entretien du réseau routier, le renforcement du niveau de la scolarisation, surtout sur le plan qualitatif.

Sylvain Timamo

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:27
Prestation de serment : Nkongsamba 2 et 3 au podium du TPI de Nkongsamba

La salle ordinaire des Audiences du TPI de Nkongsamba était le théâtre d’une avalanche de prestation de serment des agents publics et autres magistrats municipaux. C’était sous la diligence du Président du TPI NDIBO Jean Jacques et le Procureur de la République près ledit Tribunal WANSI Pierre, en présence de tout le gratin politico-administratif de la ville de Nkongsamba.

Nzoméné Marthe Pascale epse Tsanang, Receveur Municipal à la Commune de Nkongsamba 2ème, Essondjo Denis, Secrétaire d’Etat civil dans ladite commune, et l’exécutif de la Commune de Nkongsamba 3ème conduite par Dr MBOULA Elise-Henriette Maire. Ils étaient dont cinq à se prêter au traditionnel rituel des prestations de serment ce 16 juillet au TPI de Nkongsamba. Au cours d’une cérémonie empreinte de solennité, tous ont juré remplir leur mission dans le strict respect des lois et servir les populations dans le strict respect des lois dans la légalité. Comme l’ont d’ailleurs indiqué les Procureurs WANSI Pierre et DJONKO Christelle, dans leurs brillantes réquisitions au cours desquelles, les impétrants du jour ont été reconnus aptes à leur fonction en rapport avec leurs profils.

Avant de recevoir leur serment sur réquisition du Procureur de la République, le Président du Tribunal de première instance, M. NDIBO Jean Jacques a tenu à donner des conseils aux élus du jour, pour ce qui est des sanctions encourus en cas de manquement graves à l’éthique et à la déontologie professionnels. Aux officiers d’état civil, il leur a rappelé l’une de leurs missions premières à savoir, la préservation de la nationalité camerounaise dans la délivrance des actes de naissance, qui ne devraient faire l’objet d’aucune complaisance, ni de corruption. Le respect de la légalité devant être la règle cardinale dans l’accomplissement de leur mission. Me Nana, avocat au barreau du Cameroun rencontré dans les coulisses a expliqué que prêter serment devant l’institution judicaire et le public est un moment assez fort dans la vie d’un Homme. Pour l’avocat Me TEPPI KOLOKO repris plus tard par l’Huissier de justice du Noun Me NDONGUE Eugène Wilfried, c’est un chemin d’aller sans retour à l’échelle des responsabilités sociales.

Appolinaire KAMENI/Cp

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:23
Sport – Karaté : Me Kazé Pierre, ceinture noire 7ème DAN de Karaté en tournée de remobilisation dans les arrondissements

Assainir et remettre de l’ordre dans la maison Karaté dans le département du Moungo. Ce sont là les objectifs que s’est assigné Me Kazé Pierre, ceinture noire 7ème DAN depuis sa nomination par l’instance faitière de la discipline, la FECAKADA, comme entraineur départemental.

Dans l’accomplissement de ses missions, Me Kazé Pierre était l’hôte des karatékas de l’arrondissement de Penja ce 13 juillet 2014, après Loum et Njombé. L’objectif de ce regroupement qui le conduira dans toutes les localités où se retrouvent les pratiquants de cet art martial dans le département, est de prendre attache avec tous les pratiquants de cet Art, les Maîtres et les débutants afin de leur inculquer les nouvelles évolutions en matière de l’Art, et de mettre à nouveau tous les pratiquants à travers de nouvelles connaissances, identifier les clubs existants, enregistrer de nouvelles affiliations.

Notons que la rencontre des hommes en Kimono du Moungo avait pour cadre, un espace de fortune au marché de la localité, preuve des difficultés qu’éprouve cette discipline dans le département.

Prochaine étape, Melong le 09 août où il sera reçu par le Sous-préfet MOL MBENDA Dieudonné et Mademe EWANE Louise, conseillère de Jeunesse et d’Animation et suivra l’apothéose à Nkongsamba au mois de septembre 2014. Bon vent Me Kazé Pierre, baptisé grand maître des Arts martiaux à l’occasion du cinquantenaire de cette discipline le 19 avril 2014 au Gymnase du Lycée du Manengouba. C’est dans un geste fort de reconnaissance que ces centaines de jeunes lui ont fait le signe de respect durant les compétitions, Me KAZE Pierre, ceinture noire 7ème DAN KARATE SHOTOKAN est celui qui aurait durant des années formé et encadré beaucoup de personnes, qu’il soit du milieu scolaire, professionnel et universitaire dans le Littoral. Si le niveau de la compétition est relevé, le 19 avril dernier, c’est principalement à cause de sa présence et de sone expertise. Cet homme est par ailleurs membre de la Commission nationale de passage de grade ceinture noire du 1er au 5ème DAN. Président du Collège des ceintures noires de la région du Littoral, Président de la Commission de passage de grade (Bleu et Marron) de la région du Littoral, Président fondateur du Cercle des ceintures noires (CERCEN) Moungo, entraineur de BUDOJO KARATE CLUB. Par les décisions ministériels N°114/MINSEP/CAB/ du 11 mai 2010 du ministre Michel ZOAH et N°0011/MINSEP/CAB du 24 janvier 2014 du ministre ADOUM GAROUA, il est nommé et reconfirmé entraineur départemental. Aux grands hommes, la nation et les pratiquants de cet Art reconnaîtront.

Zavier Raoul ELONG/Cp

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:22

Le comité provisoire de gestion du Site écotouristique d’EKOM-NKAM, dans l’arrondissement de Baré-Bakem, s’est réuni en fin de semaine dernière sous la présidence de son président Alain Prosper ABAH ABAH, par ailleurs Sous-préfet de Baré-Bakem.

Il était question pour l’Autorité administrative, d’évaluer les activités des 30 premier jours du Comité provisoire de gestion en compagnie du Délégué départemental du Tourisme et des Loisirs pour le Moungo Georges TCHANTCHOU.

De ce qui ressort de cette assise, la sérénité es revenue en ce qui concerne la gestion de ce site écotouristique dont l’importance n’est plus à démontrer pour l’économie du département et même de la localité d’Ekom-Nkam, en proie à d’énormes dissensions au sein des populations, en raison de la gestion cacophonique des revenus de ce don de la nature, imputable aux proches de l’ancien gestionnaire d’ailleurs absent à ces assises d’évaluation. La gestion ayant amenés les autorités à mettre sur pied, ce comité provisoire pour trois mois depuis le 09 juin 2014, aux fins de rétrocéder la gestion aux riverains d’ici le mois de septembre ç la veille de la journée Mondiale du tourisme.

Il est important de rappeler que les dissensions au sein des populations riveraines, dû à la gestion unidirectionnelle de ces revenus aurait entrainé l’incendie criminelle d’un pan de l’unique reposoir des Touristes, situé à l’entrée des chutes d’Ekom-Nkam et dont le promoteur n’est autre que l’Elite et Professeur de l’ENIEG à la retraite Denis EPOPA, et ancien président du Comité de Gestion, et dont le bureau provisoire conduit par le Sous-préfet Alain Prosper ABAH ABAH se sont rendus sur le site, afin d’apporter leur réconfort au sinistré.

Zavier Raoul ELONG/Cp

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:19

Les petits métiers qui ont pignon sur rue dans notre société, au lendemain de la crise économique ayant frappé notre pays, sont les abatteurs de porcs couplés aux "braiseurs", e les plumeurs de la volaille dans nos marché. Ceci pour parer au plus pressé.

De nos jours, les retardataires dans l’organisation de leur manifestation n’ont plus à se ronger les pouces, une fois entrés dans un marché à la recherche du porc ou du poulet. Ils sont les services rapides en fonction de l’urgence. Il suffit d’un hochement affirmatif de tête pour une bête prête à cuire, soit un porc est directement assommé ou poignardé ou un poulet égorgé vous est livré proprement et nettoyé avec une dextérité déconcertante, et évidé, puis lavé à l’eau potable. Tout un art subtil et méticuleux, et vous êtes satisfaits. A cet instant, il vous revient de faire le choix de demander son dépècement ou exiger qu’on emballe votre viande. Ces videurs et autres abatteurs sont de jeunes qui affirment hors micro, gagner dignement leur vie à travers leur métier. Et les prix pratiqués sont issus d’un accord tacite entre commerçants et ces derniers.

Mais cependant, ces activités ne manquent pas de risque. Au regard de la rapidité par laquelle les bêtes sont évacuées, tout porte à croire que le fruit des malfrats spécialisés dans le vol de ces races, se retrouvent généralement dans ces marchés ou sur les fours à braise, postés devant les débits de boisson au grand bonheur des adeptes de Bacchus, qui ne s’assurent malheureusement pas de la qualité, sans oublier les marchés de fortune installés en bordure de route en période de fêtes de fin d’année, sous le nez et la barbe des agents vétérinaires habitués au sport favori des camerounais.

Rappelons-nous de l’un de ces malfrats qui a été lui-même braisé du côté de Melong il y a deux ans, pour avoir été surpris en flagrant délit de cambriolage d’une porcherie.

Appolinaire Kameni/Cp

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:13
Session des comptes de la commune de Manjo : six délibérations importantes à l’ordre du jour

La ville de Manjo a connu un événement particulier il y a juste quelques semaines, réunis en session ordinaire, les conseillers municipaux autour du maire Charles EBAKO et du Sous-préfet Oumarou Zouldey ont procédé à l’examen des comptes de l’année antérieure.

Le budget de la commune de Manjo, voté antérieurement avait été équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 360 986 110 FCFA. Ajoutés à l’excédent de recettes sur les dépenses et les crédits transférés dans le budget d’une valeur de 129 309 804 FCFA, il se chiffre au 31 décembre à 559 529 534 FCFA. Soit une augmentation de 198 543 424 FCFA en valeur absolue et à 55 % en valeur relative. Les recettes recouvrées au 31 décembre 2013 s’élèvent à 328 028 357 en valeur absolue et 58,62 % en valeur relative. Les dépenses réalisées jusqu’au 31 janvier 2014 sont d’une valeur de 223 961 267 FCFA en valeur absolue et à 40,02 % en valeur relative.

L’excédent des recettes su les dépenses s’élèvent à 104 067 090 F CFA en valeur absolue et à 31,72 % en valeur relative. Une somme qui a poussé le conseiller municipal Akoula, haut cadre de l’administration a poser de nombreuses questions.

Le Secrétaire Général de la Commune de Manjo, M. KAN JOUSE dans la présentation détaillée du compte administratif 2013 a été explicite selon l’ordre suivant :

  • LES RECETTES QUI SE DISTINGUENT EN DEUX GROUPES
  1. Les recettes de fonctionnement reçues (151 802 962 FCFA) ; elles sont issues :
  • Des réserves affectées pour le fonctionnement de 1 902 429 FCFA ;
  • Les recettes fiscales de 27 040 626 FCFA ;
  • Les centimes additionnels communaux de 83 273 025 FCFA ;
  • Des taxes de développement local de 3 912 085 FCFA ;
  • Des produits des taxes communales de 12 372 197 FCFA ;
  • Des produits de l’exploitation des domaines et des services de 1 687 000 FCFA ;
  • Des transferts reçus de 20 415 600 FCFA ;
  • Et des reprises sur amortissement de 1 200 000 FCFA.
  1. Les recettes d’investissement et équipement (176 225 395 FCFA) ; elles sont issues de :
  • Des autres contributions pour investissement de 108 894 204 FCFA
  • Des réserves affectées pour investissement de 67 331 191 FCFA

Les recettes propres de la Commune s’élèvent à 131 387 362 FCFA

  • LES DÉPENSES

Elles sont évaluées à 223 961 267 FCFA et constituées des dépenses de fonctionnement et celles d’investissement et d’équipement.

  1. Les dépenses de fonctionnement : elles s’élèvent à 97 065 619 FCFA en valeur absolue et à 43,34 % en valeur relative. Celles-ci ont servi pour :
  • Les biens et les services consommés de 16 283 383 FCFA ;
  • Transports consommés de 5 208 500 FCFA ;
  • Autres services consommés de 11 670 723 FCFA ;
  • Frais du personnel de 45 946 696 FCFA
  • Impôts et taxes de 25 000 FCFA
  • Subventions versées de 4 084 000 FCFA
  • Transferts versés de 1 440 661 FCFA
  • Autres charges et pertes diverses de 12 856 656 FCFA
  1. Les dépenses d’équipement et investissement : elles s’élèvent à 126 895 648 FCFA en valeur absolue et 56,65% en valeur relative. Elles sont utilisées pour :
  • Le remboursement des emprunts LMT de 25 830 165 FCFA
  • L’acquisition des autres immobilisations corporelles de 82 141 983 FCFA
  • Des agencements et aménagements de 8 062 000 FCFA
  • Et des matières et mobiliers de 10 861 500 FCFA.

Pourles analystes, le taux de réalisation du plan de campane de l’exercice 20132 demeure très insignifiant, soit 06,20% par rapport à a prévision. L’exécutif actuel doit faire extrêmement des efforts dans l’optique de la réalisation des projets inscrits dans le plan de campagne et respecter l’esprit du budget programme.

Après l a lecture des rapports en commission et les débats, les conseillers municipaux ont adopté le compte du maire, du receveur municipal et du comptable matière et sur les six délibérations proposées, cinq sont adopté en dehors de celle autorisant le maire EBAKO Charles à transformer les toilettes publiques de la gare routière de Manjo en boutique commerciale. Il a aussi été fait critique sur la qualité des certains chantiers exécutés par le maire sortant AKOUE Bonaventure. Le Sous-préfet Oumarou Zouldey qui représentait la tutelle administrative a encouragé les élites à venir investir à Manjo, en montant des unités de production, en participant activement aux campagnes d’hygiène et salubrité, en développant le tourisme et le sport comme c’est le cas avec Manewang Football Club du journaliste EBOA ELAME Mikado, candidat sérieux à la présidence de la Fécafoot.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 11:01
Nkongsamba : Journée Nationale de l’Education Physique, « Un Esprit Sain dans Un Corps sain »

En dehors des ratés du délégué NDENGUE ETOUBE Napoléon, la journée est une expérience gravée

Lancée à Douala le 30 mai 2014 par le Ministre des sports et de l’éducation physique Adoum Garoua, c’est la place des fêtes de Nkongsamba qui a servi de cadre le 2 juin 2014 pour l’avant dernière station de la célébration de la première édition de la journée nationale de l’éducation physique dans le Moungo. Placée sous le haut patronage du premier ministre et présidée à Nkongsamba par le préfet du Moungo Hona Thomas, c’est sous le thème « L’éducation physique, un monde de vie à s’approprier pour la marche vers l’émergence du Cameroun » que les festivités se sont déroulées.

Ouvert à 6 heures par une marche sportive, dans les principales artères des trois arrondissements de la ville de Nkongsamba, c’est par un service cultuel œcuménique que les activités se sont poursuivis. Avant l’instant de prière, le Préfet Hona Thomas, dans son mot de circonstance, a invité et encouragé les uns et les autres à faire de la pratique de l’éducation physique une activité régulière, avant de remercier les populations venues nombreuses pour avoir répondu à l’appel. Aussi, il profitera de ce moment pour attirer leur attention sur la situation d’insécurité provoquée par la secte Boko Haram et au comportement à afficher pour aider les pouvoirs publics à venir à bout de ce groupe. C’est sous le même ton que les hommes de dieu venus de toutes les obédiences, ont prié Dieu à travers les textes bibliques et coraniques, à accorder des grâces à notre pays et la force au président de la république et à l’ensemble des responsables pour juguler le phénomène et faire perdurer la paix au Cameroun. C’est dans une union de prières que les participants à ce premier rendez-vous se sont séparés pour se retrouver dans l’après-midi dans la salle des actes de la Communauté urbaine pour une table ronde sur le thème de la journée, moment pendant lequel les panélistes tels M Fofié parlera de la différence entre éducation physique et le sport, pendant que Mme Tchoupo insistera sur la pratique de l’éducation physique chez la fille et les garçons… Mpele Mitterand s’appesantira sur la relation entre éducation physique et émergence, avant que le Dr Kollo Basile n’intervienne sur les avantages et inconvénients de la pratique de l’éducation physique ; tout ceci sous la coordination de Minyem Simon Emmanuel.

Si au cours de cet échange riche en enseignements, on peut retenir que le sport recherche la performance alors que l’éducation physique n’est qu’une activité motrice qu’exerce un individu pour s’épanouir, sa pratique doit être régulée et régulière, car pour la femme enceinte par exemple, sa pratique permet de diminuer le risque de cancer et favorise la venue d’un bébé en bonne santé, toutefois, il faut respecter le seuil de récupération. Et c’est ce qui a motivé le discours du Ministre Adoum Garoua lors du lancement. Il estimé que : « l’éducation physique permet d’avoir une population en bonne santé » et sa pratique permettra que les Camerounais ne soient pas comptés parmi les 64 millions de personnes qui doivent mourir d’ici 2015 selon l’organisation mondial de la santé (OMS) du fait de leur immobilisme et de l’inaction. Sur cette tranche de la population (potentielle victime). 41 millions mourront par suite d’une maladie provenant des facteurs de risque liés aux maladies cardio vasculaires, le tabagisme ou le stress. Il faut noter que l’obésité reste la plus citée, et quand on sait que le Cameroun occupe le 3e rang en Afrique des pays où l’obésité sévit, on est tenté de penser qu’une hécatombe est inévitable si des actions de cette nature ne sont pas récurrentes. Vivement que les décideurs pensent à introduire la pratique de l’éducation physique comme un acte citoyen afin d’éviter que ce fléau n’emporte tous les Camerounais d’ici peu.

Parmi les couacs observés lors de cette journée, la distribution sélective des maillots et diplômes de participation par le délégué Napoléon NDENGUE ETOUBE du Ministère des sports et de l'éducation physique et la conférence avec une salle presque vide à la communauté urbaine de Nkongsamba.

Sylvain Timamo +237, 99451920/78894092

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 12:13
Discours du Préfet du Moungo à l'Installation de l’Exécutif Communal de Nkongsamba 3ème

Nkongsamba 3ème le vendredi 20 juin 2014

Monsieur le Sous-préfet de l’arrondissement de Nkongsamba 3ème

Honorable Député à l’Assemblée Nationale,

Mesdames et Messieurs les Chefs des Tribunaux d’Instance,

Madame le maire de la Commune d’Arrondissement de Nkongsamba 3ème,

Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux,

Mesdames et Messieurs les chefs de services publics et para-publics

Sa Majesté le Chef Supérieur du Canton BANEKA,

Leurs Majesté les Chefs de villages et quartiers du Canton BANEKA,

Chères populations et élites de Nkongsamba 3ème,

Chers amis et parents des personnes à l’Honneur,

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs ;

J’ai l’insigne honneur et l’agréable devoir de prendre la parole parmi vous ici ce jour, à cet endroit habituel de nos grandes cérémonies, pour procéder à l’installation dans ses fonctions de Maire de la Commune de Nkongsamba 3ème, Mme MBOULA Elise-Henriette épouse ESSAME, de ses Adjoints et du Conseil Municipal auquel ils appartiennent.

En cette heureuse circonstance, permettez-moi tout d’abord de renouveler mes remerciements aux dynamiques et vaillantes populations de Nkongsamba 3ème et aux Conseillers Municipaux de cette Commune qui, en dépit de douloureuses batailles démocratiques plus ou moins passionnés ont bien voulu porter leur choix sur Mme MBOULA Elise Henriette épouse ESSAME, et sur ses Adjoints successivement M. SINGTAT André Salomon, Premier Adjoint, Mme KINGUE SOPI Hélène épouse NGOLLO, deuxième Adjoint.

A ces illustres et heureux élus, nous voulons solennellement et très chaleureusement adresser nos sincères félicitations et nos vifs encouragements pour cette marque d’estime et de confiance que les populations et les Conseillers Municipaux ont bien voulu manifester à leur endroit.

J’en profite pour renouveler mes remerciements à toutes les populations du Département du Moungo d’abord pour le bon déroulement de l’élection des Sénateurs à travers leurs conseillers, également pour le bon déroulement du Double Scrutin Législatif et Municipal du 30 septembre 2013 où aucun incident majeur n’a été enregistré, sans oublier l’enthousiasme démocratique dont elles ont fait preuve en alignant 07 partis politiques à savoir le RDPC, le SDF, l’UNDP, le MDP, l’UMS, le MANIDEM et le FUC pour un taux de participation honorable de 80,25 % aux législatives et de 80,46% aux municipales. Enfin je remercie les sages populations du Moungo pour les résultats forts éloquents de 06 Députés sur 06 au compte du RDPC et de 11 Communes sur 13 en faveur du parti des flammes ; les 02 autres étant revenus majoritairement ou exclusivement au SDF. Tout ce beau travail malheureusement a été terni par les querelles de personnes et l’absence de consensus entre les candidats, militants d’un même parti pourtant.

Je voudrais à la suite des encouragements et des remerciements aux populations de l’ensemble du Moungo, dire merci à toutes les personnalités qui ont fait le déplacement et à tous les invités qui ont bien voulu momentanément abandonner leurs précieuses occupations pour venir rehausser par leur présence la cérémonie de ce jour.

Enfin il convient de féliciter le Maire sortant et son équipe pour le travail abattu tout au long d leur mandat bien que l’œuvre humaine ne soit jamais parfaite.

Mesdames et Messieurs ;

La cérémonie qui nous rassemble ici aujourd’hui fait suite à l’arrêté n°00000002/A/MINATD/DCTD du 28 mai 2014 de Monsieur le Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation constatant l’élection du Maire de Nkongsamba 3ème et de ses Adjoints à la suite des procédures judiciaires et administratives consécutives à la contestation soulevée par certains Conseillers Municipaux et conformément aux résultats de la reprise de la sessions de plein droit du vendredi 09 mai 2014, entérinés par l’Arrêté du MINATD ci-dessus évoqué ;

Mme MBOULA Elise-Henriette épouse ESSAME a été élue Maire de Nkongsamba 3ème ;

M. SINGTAT André Salomon, Premier Adjoint et

Mme KINGUE SOPI Hélène Laurence épouse NGOLLO, Deuxième Adjoint.

A tous ces illustres élus qui ont aisément gagné la confiance des populations avant d’être confrontés à leurs propres collègues conseillers, je réitère mes félicitations, mes encouragements et leur souhaite plein succès dans leurs missions et bon vent dans toutes leurs aspirations. Mais surtout qu’ils sachent tendre la main à leurs frères et sœurs d’en face qui au fond ne sont ni leurs ennemis, ni leurs adversaires, mais des challengers pour reprendre le terme du « Grand Camarade ».

Je sais d’hors et déjà à partir des dossiers en ma possession des 03 élus qu’ils ont tous et toutes le profil de l’emploi et sauront à coup sûr profiter des sages conseils qui leur seront prodigués tout de suite.

Ces conseils renvoient d’abord aux missions générales des communes contenues dans les lois et règlement portant sur la décentralisation d’une manière générale et particulièrement aux lois et règlement réservés aux communes tels par exemple que la Loi n°2004/18 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux Communes, celle n°2009/019 du 15 décembre 2009 sur la fiscalité locale ou encore celle n°2009/011 du 10 juillet 2009 portant régime financier des collectivités territoriales décentralisées etc…

  • En clair il s’agit de se référer aux lois et règlement en vigueur pour agir, pour poser acte, pour prendre un acte ou pour prendre une décision. C’est la loi seule qui peut nous mettre à l’abri des désagréments dont personne n’a besoin.
  • Il s’agit d’assurer la bonne gouvernance de la Commune, c’est-à-dire de bien gérer.
  • Non seulement les deniers publics ;
  • Mais également de ben gérer toutes les ressources matérielles et humaines pour un rendement optimal et pour la bonne santé de la Commune.
  • - un bon Maire doit également et surtout tenir compte des besoins prioritaires de ses populations qui sont résumés dans le plan Communal de Développement qui constitue un document de référence pour élaborer les différents plans de campagne de chaque exercice ;
  • Les investissements doivent être axé principalement outre sur les besoins prioritaires des populations, mais également sur les projets générateurs de revenus qui constituent d’ailleurs la base légale de tout recouvrement des taxes : construire des abattoirs pour justifier la perception de la taxe d’abatage, construire les marchés pour les droits de places ; construire des fourrières municipales pour les droits des fourrières ; des parking pour les droits de parking, des gares routières pour le droit de stationnement, les droits de quai etc… les communes peuvent même intervenir dans le secteur privé de logement, de la restauration ou encore de pallier la carence de l’initiative privée et non pour livrer une concurrence déloyale à ce secteur.
  • Toujours dans le domaine de l’investissement, un accent doit être mis sur les secteurs de l’éducation, de la santé, sur la construction des latrines, des toilettes publiques, des forages, de l’éclairage public, de l’ouverture, de l’entretien et du bitumage des routes. Sans oublier l’enlèvement des ordures, la création des décharges municipales et le partenariat avec HYSACAM qui doivent figurer dans l’agenda de Madame le Maire de la Commune de Nkongsamba 3ème.

Vous comprenez Madame le Maire, Madame et Monsieur les Adjoints aux Maires, Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux que la tâche qui vous attend est immense et que vous ne pouvez vous en sortir que si vous mettez à profit, toutes les opportunités qui vous sont offertes à travers les compétences et les crédits transférés par l’Etat, par le truchement des organismes de financement d’Etat tels que le FEICOM, le PNDP, le FNE, le PIASSI, le PAJER-U etc… sans oublier le partenariat ou la coopération décentralisée nationale et internationale, les jumelages économiques etc…

L’exploitation de la loi sur la fiscalité locale qui offre 20 taxes et 08 impôts peut constituer un instrument majeur de recouvrement des recettes propres à la Commune :

  • Les CAC et les dotations générales de fonctionnement ne sont pas en reste pour assurer le bon fonctionnement des communes.
  • S’agissant des crédits et investissements de transfert, il faut utiliser tous les leviers pendant la période des conférences budgétaires comprises entre Août et Octobre où on prépare les budgets dans les Ministères pour rechercher les financements de l’Etat. Les Conseillers influents et les élites peuvent être mis à contribution à cet effet.
  • D’une manière spécifique, Madame MBOULA Elise-Henriette épouse ESSAME doit construire les forages dans les quartiers populaires pour servir de l’eau potable à la population.
  • Elle doit construire des toilettes publiques dans son ressort de compétence ;
  • Elle doit réfectionner les écoles publiques qui commencent à se délabrer ;
  • Entretenir les routes de sa commune ;
  • Entreposer les bacs à ordures dans les établissements scolaires de son ressort etc…

Voila Mesdames et Messieurs la liste non exhaustive des missions qui attendent le Maire de Nkongsamba 3ème, ses Adjoints et ses collègues conseillers qui, au regard de leurs atouts, de leur engagement, de leur détermination et même de leur compétence ne pourraient ne pas être à la hauteur des espoirs placés en eux.

Il va sans dire que la collaboration agissante de tous et de chacun ; de toutes les Elites et de toutes les populations compte pour permettre aux élus du jour de mener à bien leurs missions. Mais avant tout, les Responsables politiques de Nkongsamba et les élites, les chefs traditionnels et le Maire lui-même doivent ramener toutes les brebis égarés à la maison. Cela me parait facile s’il y a juste un peu de volonté et le sens de l’humilité. Revenons-en plus près, l’appui des populations commencent par le paiement des impôts et taxes par elles. Ensuite, il s’agit d’investir ici et non ailleurs pour permettre le développement et l’évolution de la Commune de Nkongsamba 3ème.

Il s’agit d’avoir une vision élevée de la vie en société, de taire les querelles partisanes et de mettre un terme aux intriques stériles paralysantes et interminables pour créer un climat propice à la paix et l’épanouissement de tous dans la ville de Nkongsaba et dans le Département du Moungo qui peut faire sa démonstration de force autrement que par les intrigues et des feuilletons négatifs qui opposent ses enfants, anéantissent tous leurs efforts pourtant louables, ternissent son image et compromettent son développement. De tels agissements constituent de graves dérapages et des errements qui doivent être rapidement corrigés si on veut être profondément fils de Nkongsamba et montrer qu’au-delà des rivalités, on aime sa ville natale, son terroir et partant, son département et son pays. L’heure est donc chers Messieurs et Dames à l’apaisement et au pardon mutuel,

C’est de cette façon de penser qu’on peut positivement contribuer à la construction d’une société juste et plus paisible dont nous avons tous besoin ici à Nkongsamba 3ème comme ailleurs. Il incombe donc à tous, à tous les esprits de bonne volonté, de travailler pour ramener la paix et la sérénité dans la ville de Nkongsamba qui a besoin de tous ses enfants pour pouvoir avancer.

Quant à l’Administration et à la tutelle locale, elles apporteront toute la collaboration et tout l’appui nécessaire dont les Maires auront besoin pour accomplir les missions qui leur sont assignées et combler les attentes des populations pour que

Vive la Commune de Nkongsamba 3ème

Vive le Département du Moungo

Vive la Région du Littoral

Vive le Cameroun et le grant des institutions républicaines Son Excellence le Président de la république Paul Biya

Je vous remercie de votre bienveillante et indulgente attention./-

(é) HONA Thomas ; Préfet du Moungo

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens