Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juillet 2014 7 20 /07 /juillet /2014 18:13
Session des comptes de la commune de Manjo : six délibérations importantes à l’ordre du jour

La ville de Manjo a connu un événement particulier il y a juste quelques semaines, réunis en session ordinaire, les conseillers municipaux autour du maire Charles EBAKO et du Sous-préfet Oumarou Zouldey ont procédé à l’examen des comptes de l’année antérieure.

Le budget de la commune de Manjo, voté antérieurement avait été équilibré en recettes et en dépenses à la somme de 360 986 110 FCFA. Ajoutés à l’excédent de recettes sur les dépenses et les crédits transférés dans le budget d’une valeur de 129 309 804 FCFA, il se chiffre au 31 décembre à 559 529 534 FCFA. Soit une augmentation de 198 543 424 FCFA en valeur absolue et à 55 % en valeur relative. Les recettes recouvrées au 31 décembre 2013 s’élèvent à 328 028 357 en valeur absolue et 58,62 % en valeur relative. Les dépenses réalisées jusqu’au 31 janvier 2014 sont d’une valeur de 223 961 267 FCFA en valeur absolue et à 40,02 % en valeur relative.

L’excédent des recettes su les dépenses s’élèvent à 104 067 090 F CFA en valeur absolue et à 31,72 % en valeur relative. Une somme qui a poussé le conseiller municipal Akoula, haut cadre de l’administration a poser de nombreuses questions.

Le Secrétaire Général de la Commune de Manjo, M. KAN JOUSE dans la présentation détaillée du compte administratif 2013 a été explicite selon l’ordre suivant :

  • LES RECETTES QUI SE DISTINGUENT EN DEUX GROUPES
  1. Les recettes de fonctionnement reçues (151 802 962 FCFA) ; elles sont issues :
  • Des réserves affectées pour le fonctionnement de 1 902 429 FCFA ;
  • Les recettes fiscales de 27 040 626 FCFA ;
  • Les centimes additionnels communaux de 83 273 025 FCFA ;
  • Des taxes de développement local de 3 912 085 FCFA ;
  • Des produits des taxes communales de 12 372 197 FCFA ;
  • Des produits de l’exploitation des domaines et des services de 1 687 000 FCFA ;
  • Des transferts reçus de 20 415 600 FCFA ;
  • Et des reprises sur amortissement de 1 200 000 FCFA.
  1. Les recettes d’investissement et équipement (176 225 395 FCFA) ; elles sont issues de :
  • Des autres contributions pour investissement de 108 894 204 FCFA
  • Des réserves affectées pour investissement de 67 331 191 FCFA

Les recettes propres de la Commune s’élèvent à 131 387 362 FCFA

  • LES DÉPENSES

Elles sont évaluées à 223 961 267 FCFA et constituées des dépenses de fonctionnement et celles d’investissement et d’équipement.

  1. Les dépenses de fonctionnement : elles s’élèvent à 97 065 619 FCFA en valeur absolue et à 43,34 % en valeur relative. Celles-ci ont servi pour :
  • Les biens et les services consommés de 16 283 383 FCFA ;
  • Transports consommés de 5 208 500 FCFA ;
  • Autres services consommés de 11 670 723 FCFA ;
  • Frais du personnel de 45 946 696 FCFA
  • Impôts et taxes de 25 000 FCFA
  • Subventions versées de 4 084 000 FCFA
  • Transferts versés de 1 440 661 FCFA
  • Autres charges et pertes diverses de 12 856 656 FCFA
  1. Les dépenses d’équipement et investissement : elles s’élèvent à 126 895 648 FCFA en valeur absolue et 56,65% en valeur relative. Elles sont utilisées pour :
  • Le remboursement des emprunts LMT de 25 830 165 FCFA
  • L’acquisition des autres immobilisations corporelles de 82 141 983 FCFA
  • Des agencements et aménagements de 8 062 000 FCFA
  • Et des matières et mobiliers de 10 861 500 FCFA.

Pourles analystes, le taux de réalisation du plan de campane de l’exercice 20132 demeure très insignifiant, soit 06,20% par rapport à a prévision. L’exécutif actuel doit faire extrêmement des efforts dans l’optique de la réalisation des projets inscrits dans le plan de campagne et respecter l’esprit du budget programme.

Après l a lecture des rapports en commission et les débats, les conseillers municipaux ont adopté le compte du maire, du receveur municipal et du comptable matière et sur les six délibérations proposées, cinq sont adopté en dehors de celle autorisant le maire EBAKO Charles à transformer les toilettes publiques de la gare routière de Manjo en boutique commerciale. Il a aussi été fait critique sur la qualité des certains chantiers exécutés par le maire sortant AKOUE Bonaventure. Le Sous-préfet Oumarou Zouldey qui représentait la tutelle administrative a encouragé les élites à venir investir à Manjo, en montant des unités de production, en participant activement aux campagnes d’hygiène et salubrité, en développant le tourisme et le sport comme c’est le cas avec Manewang Football Club du journaliste EBOA ELAME Mikado, candidat sérieux à la présidence de la Fécafoot.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 11:01
Nkongsamba : Journée Nationale de l’Education Physique, « Un Esprit Sain dans Un Corps sain »

En dehors des ratés du délégué NDENGUE ETOUBE Napoléon, la journée est une expérience gravée

Lancée à Douala le 30 mai 2014 par le Ministre des sports et de l’éducation physique Adoum Garoua, c’est la place des fêtes de Nkongsamba qui a servi de cadre le 2 juin 2014 pour l’avant dernière station de la célébration de la première édition de la journée nationale de l’éducation physique dans le Moungo. Placée sous le haut patronage du premier ministre et présidée à Nkongsamba par le préfet du Moungo Hona Thomas, c’est sous le thème « L’éducation physique, un monde de vie à s’approprier pour la marche vers l’émergence du Cameroun » que les festivités se sont déroulées.

Ouvert à 6 heures par une marche sportive, dans les principales artères des trois arrondissements de la ville de Nkongsamba, c’est par un service cultuel œcuménique que les activités se sont poursuivis. Avant l’instant de prière, le Préfet Hona Thomas, dans son mot de circonstance, a invité et encouragé les uns et les autres à faire de la pratique de l’éducation physique une activité régulière, avant de remercier les populations venues nombreuses pour avoir répondu à l’appel. Aussi, il profitera de ce moment pour attirer leur attention sur la situation d’insécurité provoquée par la secte Boko Haram et au comportement à afficher pour aider les pouvoirs publics à venir à bout de ce groupe. C’est sous le même ton que les hommes de dieu venus de toutes les obédiences, ont prié Dieu à travers les textes bibliques et coraniques, à accorder des grâces à notre pays et la force au président de la république et à l’ensemble des responsables pour juguler le phénomène et faire perdurer la paix au Cameroun. C’est dans une union de prières que les participants à ce premier rendez-vous se sont séparés pour se retrouver dans l’après-midi dans la salle des actes de la Communauté urbaine pour une table ronde sur le thème de la journée, moment pendant lequel les panélistes tels M Fofié parlera de la différence entre éducation physique et le sport, pendant que Mme Tchoupo insistera sur la pratique de l’éducation physique chez la fille et les garçons… Mpele Mitterand s’appesantira sur la relation entre éducation physique et émergence, avant que le Dr Kollo Basile n’intervienne sur les avantages et inconvénients de la pratique de l’éducation physique ; tout ceci sous la coordination de Minyem Simon Emmanuel.

Si au cours de cet échange riche en enseignements, on peut retenir que le sport recherche la performance alors que l’éducation physique n’est qu’une activité motrice qu’exerce un individu pour s’épanouir, sa pratique doit être régulée et régulière, car pour la femme enceinte par exemple, sa pratique permet de diminuer le risque de cancer et favorise la venue d’un bébé en bonne santé, toutefois, il faut respecter le seuil de récupération. Et c’est ce qui a motivé le discours du Ministre Adoum Garoua lors du lancement. Il estimé que : « l’éducation physique permet d’avoir une population en bonne santé » et sa pratique permettra que les Camerounais ne soient pas comptés parmi les 64 millions de personnes qui doivent mourir d’ici 2015 selon l’organisation mondial de la santé (OMS) du fait de leur immobilisme et de l’inaction. Sur cette tranche de la population (potentielle victime). 41 millions mourront par suite d’une maladie provenant des facteurs de risque liés aux maladies cardio vasculaires, le tabagisme ou le stress. Il faut noter que l’obésité reste la plus citée, et quand on sait que le Cameroun occupe le 3e rang en Afrique des pays où l’obésité sévit, on est tenté de penser qu’une hécatombe est inévitable si des actions de cette nature ne sont pas récurrentes. Vivement que les décideurs pensent à introduire la pratique de l’éducation physique comme un acte citoyen afin d’éviter que ce fléau n’emporte tous les Camerounais d’ici peu.

Parmi les couacs observés lors de cette journée, la distribution sélective des maillots et diplômes de participation par le délégué Napoléon NDENGUE ETOUBE du Ministère des sports et de l'éducation physique et la conférence avec une salle presque vide à la communauté urbaine de Nkongsamba.

Sylvain Timamo +237, 99451920/78894092

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 12:13
Discours du Préfet du Moungo à l'Installation de l’Exécutif Communal de Nkongsamba 3ème

Nkongsamba 3ème le vendredi 20 juin 2014

Monsieur le Sous-préfet de l’arrondissement de Nkongsamba 3ème

Honorable Député à l’Assemblée Nationale,

Mesdames et Messieurs les Chefs des Tribunaux d’Instance,

Madame le maire de la Commune d’Arrondissement de Nkongsamba 3ème,

Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux,

Mesdames et Messieurs les chefs de services publics et para-publics

Sa Majesté le Chef Supérieur du Canton BANEKA,

Leurs Majesté les Chefs de villages et quartiers du Canton BANEKA,

Chères populations et élites de Nkongsamba 3ème,

Chers amis et parents des personnes à l’Honneur,

Distingués invités ;

Mesdames et Messieurs ;

J’ai l’insigne honneur et l’agréable devoir de prendre la parole parmi vous ici ce jour, à cet endroit habituel de nos grandes cérémonies, pour procéder à l’installation dans ses fonctions de Maire de la Commune de Nkongsamba 3ème, Mme MBOULA Elise-Henriette épouse ESSAME, de ses Adjoints et du Conseil Municipal auquel ils appartiennent.

En cette heureuse circonstance, permettez-moi tout d’abord de renouveler mes remerciements aux dynamiques et vaillantes populations de Nkongsamba 3ème et aux Conseillers Municipaux de cette Commune qui, en dépit de douloureuses batailles démocratiques plus ou moins passionnés ont bien voulu porter leur choix sur Mme MBOULA Elise Henriette épouse ESSAME, et sur ses Adjoints successivement M. SINGTAT André Salomon, Premier Adjoint, Mme KINGUE SOPI Hélène épouse NGOLLO, deuxième Adjoint.

A ces illustres et heureux élus, nous voulons solennellement et très chaleureusement adresser nos sincères félicitations et nos vifs encouragements pour cette marque d’estime et de confiance que les populations et les Conseillers Municipaux ont bien voulu manifester à leur endroit.

J’en profite pour renouveler mes remerciements à toutes les populations du Département du Moungo d’abord pour le bon déroulement de l’élection des Sénateurs à travers leurs conseillers, également pour le bon déroulement du Double Scrutin Législatif et Municipal du 30 septembre 2013 où aucun incident majeur n’a été enregistré, sans oublier l’enthousiasme démocratique dont elles ont fait preuve en alignant 07 partis politiques à savoir le RDPC, le SDF, l’UNDP, le MDP, l’UMS, le MANIDEM et le FUC pour un taux de participation honorable de 80,25 % aux législatives et de 80,46% aux municipales. Enfin je remercie les sages populations du Moungo pour les résultats forts éloquents de 06 Députés sur 06 au compte du RDPC et de 11 Communes sur 13 en faveur du parti des flammes ; les 02 autres étant revenus majoritairement ou exclusivement au SDF. Tout ce beau travail malheureusement a été terni par les querelles de personnes et l’absence de consensus entre les candidats, militants d’un même parti pourtant.

Je voudrais à la suite des encouragements et des remerciements aux populations de l’ensemble du Moungo, dire merci à toutes les personnalités qui ont fait le déplacement et à tous les invités qui ont bien voulu momentanément abandonner leurs précieuses occupations pour venir rehausser par leur présence la cérémonie de ce jour.

Enfin il convient de féliciter le Maire sortant et son équipe pour le travail abattu tout au long d leur mandat bien que l’œuvre humaine ne soit jamais parfaite.

Mesdames et Messieurs ;

La cérémonie qui nous rassemble ici aujourd’hui fait suite à l’arrêté n°00000002/A/MINATD/DCTD du 28 mai 2014 de Monsieur le Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation constatant l’élection du Maire de Nkongsamba 3ème et de ses Adjoints à la suite des procédures judiciaires et administratives consécutives à la contestation soulevée par certains Conseillers Municipaux et conformément aux résultats de la reprise de la sessions de plein droit du vendredi 09 mai 2014, entérinés par l’Arrêté du MINATD ci-dessus évoqué ;

Mme MBOULA Elise-Henriette épouse ESSAME a été élue Maire de Nkongsamba 3ème ;

M. SINGTAT André Salomon, Premier Adjoint et

Mme KINGUE SOPI Hélène Laurence épouse NGOLLO, Deuxième Adjoint.

A tous ces illustres élus qui ont aisément gagné la confiance des populations avant d’être confrontés à leurs propres collègues conseillers, je réitère mes félicitations, mes encouragements et leur souhaite plein succès dans leurs missions et bon vent dans toutes leurs aspirations. Mais surtout qu’ils sachent tendre la main à leurs frères et sœurs d’en face qui au fond ne sont ni leurs ennemis, ni leurs adversaires, mais des challengers pour reprendre le terme du « Grand Camarade ».

Je sais d’hors et déjà à partir des dossiers en ma possession des 03 élus qu’ils ont tous et toutes le profil de l’emploi et sauront à coup sûr profiter des sages conseils qui leur seront prodigués tout de suite.

Ces conseils renvoient d’abord aux missions générales des communes contenues dans les lois et règlement portant sur la décentralisation d’une manière générale et particulièrement aux lois et règlement réservés aux communes tels par exemple que la Loi n°2004/18 du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux Communes, celle n°2009/019 du 15 décembre 2009 sur la fiscalité locale ou encore celle n°2009/011 du 10 juillet 2009 portant régime financier des collectivités territoriales décentralisées etc…

  • En clair il s’agit de se référer aux lois et règlement en vigueur pour agir, pour poser acte, pour prendre un acte ou pour prendre une décision. C’est la loi seule qui peut nous mettre à l’abri des désagréments dont personne n’a besoin.
  • Il s’agit d’assurer la bonne gouvernance de la Commune, c’est-à-dire de bien gérer.
  • Non seulement les deniers publics ;
  • Mais également de ben gérer toutes les ressources matérielles et humaines pour un rendement optimal et pour la bonne santé de la Commune.
  • - un bon Maire doit également et surtout tenir compte des besoins prioritaires de ses populations qui sont résumés dans le plan Communal de Développement qui constitue un document de référence pour élaborer les différents plans de campagne de chaque exercice ;
  • Les investissements doivent être axé principalement outre sur les besoins prioritaires des populations, mais également sur les projets générateurs de revenus qui constituent d’ailleurs la base légale de tout recouvrement des taxes : construire des abattoirs pour justifier la perception de la taxe d’abatage, construire les marchés pour les droits de places ; construire des fourrières municipales pour les droits des fourrières ; des parking pour les droits de parking, des gares routières pour le droit de stationnement, les droits de quai etc… les communes peuvent même intervenir dans le secteur privé de logement, de la restauration ou encore de pallier la carence de l’initiative privée et non pour livrer une concurrence déloyale à ce secteur.
  • Toujours dans le domaine de l’investissement, un accent doit être mis sur les secteurs de l’éducation, de la santé, sur la construction des latrines, des toilettes publiques, des forages, de l’éclairage public, de l’ouverture, de l’entretien et du bitumage des routes. Sans oublier l’enlèvement des ordures, la création des décharges municipales et le partenariat avec HYSACAM qui doivent figurer dans l’agenda de Madame le Maire de la Commune de Nkongsamba 3ème.

Vous comprenez Madame le Maire, Madame et Monsieur les Adjoints aux Maires, Mesdames et Messieurs les Conseillers Municipaux que la tâche qui vous attend est immense et que vous ne pouvez vous en sortir que si vous mettez à profit, toutes les opportunités qui vous sont offertes à travers les compétences et les crédits transférés par l’Etat, par le truchement des organismes de financement d’Etat tels que le FEICOM, le PNDP, le FNE, le PIASSI, le PAJER-U etc… sans oublier le partenariat ou la coopération décentralisée nationale et internationale, les jumelages économiques etc…

L’exploitation de la loi sur la fiscalité locale qui offre 20 taxes et 08 impôts peut constituer un instrument majeur de recouvrement des recettes propres à la Commune :

  • Les CAC et les dotations générales de fonctionnement ne sont pas en reste pour assurer le bon fonctionnement des communes.
  • S’agissant des crédits et investissements de transfert, il faut utiliser tous les leviers pendant la période des conférences budgétaires comprises entre Août et Octobre où on prépare les budgets dans les Ministères pour rechercher les financements de l’Etat. Les Conseillers influents et les élites peuvent être mis à contribution à cet effet.
  • D’une manière spécifique, Madame MBOULA Elise-Henriette épouse ESSAME doit construire les forages dans les quartiers populaires pour servir de l’eau potable à la population.
  • Elle doit construire des toilettes publiques dans son ressort de compétence ;
  • Elle doit réfectionner les écoles publiques qui commencent à se délabrer ;
  • Entretenir les routes de sa commune ;
  • Entreposer les bacs à ordures dans les établissements scolaires de son ressort etc…

Voila Mesdames et Messieurs la liste non exhaustive des missions qui attendent le Maire de Nkongsamba 3ème, ses Adjoints et ses collègues conseillers qui, au regard de leurs atouts, de leur engagement, de leur détermination et même de leur compétence ne pourraient ne pas être à la hauteur des espoirs placés en eux.

Il va sans dire que la collaboration agissante de tous et de chacun ; de toutes les Elites et de toutes les populations compte pour permettre aux élus du jour de mener à bien leurs missions. Mais avant tout, les Responsables politiques de Nkongsamba et les élites, les chefs traditionnels et le Maire lui-même doivent ramener toutes les brebis égarés à la maison. Cela me parait facile s’il y a juste un peu de volonté et le sens de l’humilité. Revenons-en plus près, l’appui des populations commencent par le paiement des impôts et taxes par elles. Ensuite, il s’agit d’investir ici et non ailleurs pour permettre le développement et l’évolution de la Commune de Nkongsamba 3ème.

Il s’agit d’avoir une vision élevée de la vie en société, de taire les querelles partisanes et de mettre un terme aux intriques stériles paralysantes et interminables pour créer un climat propice à la paix et l’épanouissement de tous dans la ville de Nkongsaba et dans le Département du Moungo qui peut faire sa démonstration de force autrement que par les intrigues et des feuilletons négatifs qui opposent ses enfants, anéantissent tous leurs efforts pourtant louables, ternissent son image et compromettent son développement. De tels agissements constituent de graves dérapages et des errements qui doivent être rapidement corrigés si on veut être profondément fils de Nkongsamba et montrer qu’au-delà des rivalités, on aime sa ville natale, son terroir et partant, son département et son pays. L’heure est donc chers Messieurs et Dames à l’apaisement et au pardon mutuel,

C’est de cette façon de penser qu’on peut positivement contribuer à la construction d’une société juste et plus paisible dont nous avons tous besoin ici à Nkongsamba 3ème comme ailleurs. Il incombe donc à tous, à tous les esprits de bonne volonté, de travailler pour ramener la paix et la sérénité dans la ville de Nkongsamba qui a besoin de tous ses enfants pour pouvoir avancer.

Quant à l’Administration et à la tutelle locale, elles apporteront toute la collaboration et tout l’appui nécessaire dont les Maires auront besoin pour accomplir les missions qui leur sont assignées et combler les attentes des populations pour que

Vive la Commune de Nkongsamba 3ème

Vive le Département du Moungo

Vive la Région du Littoral

Vive le Cameroun et le grant des institutions républicaines Son Excellence le Président de la république Paul Biya

Je vous remercie de votre bienveillante et indulgente attention./-

(é) HONA Thomas ; Préfet du Moungo

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 19:50

Des révélations inédites dans cette interview exclusive

Bonjour Evêque Jonas Chantal Yologaza, le cameroun a été battu par la Croatie 4buts à 0.Vos impressions après cette grosse humiliation...

J’AI PLEURE PAS POUR LA DEFAITE MAIS L’IMAGE DE NOTRE NATION.Je bénis l’Eternel pour Son Grand Amour pour notre Nation, Il est écrit dans Romain8 :28 » Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son Dessein.» Je suis triste très triste, pas à cause de la défaite, mais de ce que mes yeux ont vu hier soir. Je n’en revenais pas, je me suis mis à pleurer, je voyais un très grand malheur s’abattre sur notre Nation.

Je n’en revenais pas que le mal était si profond et personne ne l’a décelé ? La pourriture est-elle si abjecte au point ou les joueurs n’arrivaient pas à faire semblant, et attendre la fin du match pour régler leurs différents. J’ai vu la fin de beaucoup de choses, j’ai vu un sombre nuage envahir notre Nation allant du Nord au Sud.

Le jour où les joueurs ont refusé de prendre le drapeau Camerounais, symbole de leur identité Nationale, leur raison d’être, c’est ce jour là qu’on devait réagir de manière rigoureuse, cet acte est le même que celui qui brûle son drapeau. Quel exemple pour nos enfants ? Le lendemain dimanche j’ai enseigné à mes chrétiens ce que c’est qu’un drapeau et les peines qu’on coure si l’on le profanait ou simplement jetait au sol.

J’aimerai que cette défaite serve de leçon aux Camerounais qui nous dirigent, c’est exactement ce qui se passe dans certains services, un esprit d’impunité de laisser-aller de destruction de la nation. Les Camerounais ont perdu toutes les valeurs qui font d’eux des êtres humains civilisés. Dans les rues et les marchés, on constate une dépravation totale des mœurs, les gens sont complètement égarés et se soumettent à des comportements animaliers, et peuvent vous insulter sans raisons et pour rien. Il faut agir d’urgence c’est ma grande prière. Nous sommes peut-être occupés à faire autre chose, mais notre Nation coure à la perte morale et civique, le patriotisme a foutu le camp, à tous les niveaux de la couche sociale.

A votre avis quelle est la cause ou l’origine de cette défaite ?

UN SAGE A LA TETE DE L’ETAT ENTOURE DES JEUNES GENS CAPABLES DE PORTER SA VISION.Il est écrit dans Joël 2 :28 Dieu dit : « Après cela, Je répandrai mon Esprit sur toute chair, vos filles et vos fils prophétiseront, vos vieillards auront des songes, et vos jeunes gens des visions. »

Ici Dieu dit : qu’Il donne des songes aux vieillards, on a des songes que si on dort profondément ; Dieu sait qu’après des longues années de service, les vieillards ont besoin d’une retraite, d’un repos bien mérité même dans le service du Seigneur. Je crois que si le président est en âge de sagesse, il doit obligatoirement, impérativement et systématiquement s’entourer des jeunes, à tous les niveaux. Nous avons la preuve que la politique des vieillards à cent pour cent ne marche plus. Prenez cet exemple : Que ce soit dans la Bible ou dans nos familles le successeur comme David, Salomon, Juda (fils de Jacob) et Jacob, sont toujours plus jeunes que les enfants de ladite famille. A cause de leur capacité de porter la vision du père grâce à leur jeune âge.

« Et vos jeunes gens auront des vision » la vision vous permet de voir loin, d’aller loin et de vous armer pour parvenir à atteindre ces objectifs, « ces grandes ambitions » ou même » l’émergence 2035 ». Les jeunes ont de l’énergie des ambitions mais pas les vieux. Les vieux regardent toujours en arrière et au passé de ce qu’ils ont accompli. Les jeunes veulent toujours aller de l’avant découvrir, expérimenter, réussir.

Comment même au niveau du football on a choisi un si vieux ? N’y a-t-il pas de jeunes entraîneurs dans ce monde entier ? Si c’est les blancs que vous voulez ? Prenez l’exemple de ces Occidentaux et Européens avez-vous vu un entraineur aussi vieux ? Croyez-vous qu’il était à la hauteur pour parler à ces jeunes joueurs vigoureux ? Les joueurs doivent le traiter comme un grand père ou arrière grand père pour certains. Et lorsque votre grand père vous parle que faites-vous ? Vous rigolez et vous vous dites c’est la vieillesse.

Nous sommes au vingt-unième siècle, je conseille à notre Président de s’entourer des jeunes qui le respecteront et l’honoreront mieux que les gens de son âges dont la plupart n’ont plus rien à perdre ni à gagner.

C’est les jeunes qui ont le charisme, la force pour porter la politique du Président. Leurs « expériences » seraient moins handicapantes que la lourdeur des grands pères en pleins songes qui entourent notre Président.

Le pire est-il à craindre ?

L’IMPUNITE EST LE PIRE ENNEMI DELA SOCIETE

Je suis désolée de le répéter le pire serait à venir si les choses ne changent pas immédiatement. Si le Président ne prend pas des mesures exemplaires pour tous et à tous les niveaux. Les camerounais aiment leur Président et ils aimeraient le voir à vie au pouvoir, mais les camerounais savent aussi qu’il est très mal entouré. Son entourage lui raconte du n’importe quoi, ça ne va plus, ça ne va pas à tous les niveaux. On dirait que le Cameroun se trouve sur un volcan prêt à exploser, il faut que le Président le sache. Ce que vous avez vu à la télé avec les Lions, c’est la réalité que nous vivons tous les jours à tous les niveaux.

On a l’impression que le Camerounais se dit, comme vous gâtez, nous allons tous gâter, c’est le concours de celui qui va gâter le plus grossièrement possible. « Au Cameroun, on conduit avec le permis de chasse, et la raison du plus fous gagne »Disait mon feu mari Jonas YOLOGAZA.

Quel est votre solution ?

LA REPENTANCE POUR TOUS.

Il est écrit : Romain3 :23 « Tous ont péché et sont privés de la Gloire de Dieu »

Si la Gloire de Dieu, les Faveurs de Dieu, l’Amour de Dieu quittent les Camerounais, c’est parce que tous les Camerounais ont péché contre Dieu sans aucune exception. Nous devons nous repentir, revenir à notre Vrai Dieu. De la Byam-Salam au plus haut de l’Etat, du pousseur au plus grand homme d’affaires, du simple chrétien au plus gros titre ecclésiastique, nous devons reconnaitre que nous avons péché.

Avant, Dieu nous permettait certaines de Ses Grâces, lorsqu’Il n’y avait pas encore des prophètes pour annoncer Sa Volonté aux Camerounais. Dieu se disait que nous vivions dans l’erreur par ce qu’Il n’avait pas encore envoyé ses Messagers. Mais de nos jours à la télé à la radio, sur le net, les églises et les prophètes la parole de Dieu est annoncée, mais personne ne veut y prêter l’oreille. Dieu avertit, par des signes, personne ne veut croire, au contraire.

Attendez-vous donc à Sa Grande Colère, si nous ne nous repentons pas, beaucoup de choses vont se déclencher les unes après les autres. L’église Béthel continue de prier sans ignorer les avertissements de Dieu. Car qui aime bien châtie bien. Quand Dieu punit un peuple c’est une marque d’amour afin que ce peuple change.

Papocalypse3 :19 « Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi.»

Entretien avec Ericien Pascal/Cp

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 19:06
 Assemblée Générale ONG Mosoh Cameroun

Rapport de Synthèse des Travaux.

L’an deux mil quatorze, le quatorze du mois de juin s’est tenue, à Nkongsamba, lieu dit salle des fêtes le « bel âge », sous la présidence de M. le préfet du département du Moungo, une Assemblée Générale Mixte de l’Association Mosohcameroun.

L’ordre du jour s’articulait autour de trois points majeurs, à savoir :

  • Des causeries éducatives sur les possibilités de formation des jeunes handicapés à Nkongsamba.
  • L’examen du plan d’action 2014-2018
  • L’élection partielle du Conseil d’administration.

Les travaux commencés à 10H25 min par la prise du petit déjeuner offert à cette occasion par l’association, se sont poursuivis par les causeries éducatives animées par deux illustres invités en les personnes de M. DJANKOU KUISSI Gabriel, promoteur de l’Institut Supérieur de Management du Manengouba et Dr … , Directeur Adjoint chargé des Etudes à l’Institut des Beaux Arts.

Prenant la parole, le premier intervenant a présenté les filières et débouché qu’offre son institution avant d’expliquer à l’assistance que grâce au partenariat avec MOSOH, les jeunes handicapés ou issus de parents handicapées peuvent bénéficient d’une exonération de frais de scolarité leur permettant de s’inscrire à 50 000F au lieu de 300 000F.

Interrompu à ce point précis de sa présentation par l’arrivée du Préfet du Moungo représenté par son 2e adjoint et sa suite, le Promoteur de l’ISMAM a laissé place à l’ouverture officielle des travaux.

Après l’exécution de l’hymne national, le Secrétaire Permanent de MOSOH a prononcé un discours d’accueil dans lequel il a souhaité la bienvenue à tous (autorités, invités, membres, sympathisants …) ; dans ce même discours, il a mis un point d’honneur a présenter les réalisations que l’équipe qu’il dirige depuis 2011 a effectué dans les domaines de l’éducation, de la santé, des Activités Génératrices de revenue et des relations avec l’Etat et les bailleurs de fonds. Il s’agit respectivement des soins de santé accordés à plus de 10 jeunes qui ont pu recouvrer leur mobilité et le chemin de l’école par la même occasion ; de la gratuité effective de l’éducation primaire publique pour les enfants handicapés et ceux nés de parents handicapés ; de la commercialisation du miel et de l’obtention auprès de l’Etat d’un terrain pour la construction des futurs édifices de l’Association. Il a par la suite déclaré que ces succès sont « l’arbre qui cache la forêt », manière pour lui de signifier que le chantier de l’inclusion est parsemé d’énormes difficultés au Cameroun et d’interpeller l’Etat à plus d’action, notamment par la démocratisation des services de santé pour permettre aux Personnes handicapées qui sont aussi des personnes économiquement défavorisées de se prendre en charge et à prévenir ainsi le handicap. Par ailleurs, il a souhaité que l’Etat continue la délivrance gratuite des CNI, des actes de naissance et des cartes nationales d’invalidité. Enfin, il a parlé du problème crucial de la représentativité des PH au sein des organes de délibération pour relever que la notion de genre ne concerne pas seulement les femmes mais qu’elle doit être aussi élargie aux PH.

Dans son discours d’ouverture, monsieur le 2e adjoint du préfet du moungo a insisté sur les efforts que le gouvernement fournis à l’endroit des PH à travers le MINAS. Il a par la suite apprécié la substance du discours du Secrétaire Permanent en ce qui concerne l’évaluation qu’il a faite du parcours de son équipe de 2011 à 2013. En outre, il ressort de son allocution que les personnes handicapées constituent une catégorie sociale parmi tant d’autres, et que le handicap engendre certainement des difficultés mais aussi et surtout des avantages.

Avant de prendre congé, il a rassuré l’assistance de l’attachement que le préfet porte à la question du handicap avant de déclarer qu’il rendra fidèlement compte des doléances du Secrétaire Permanent à sa hiérarchie et de réaffirmer son ouverture à tous.

Avant de prendre congé de l’assistance, Il a déclaré les travaux de cette assemblée ouverts.

LES TRAVAUX.

Après son départ, les travaux ont repris leurs cours permettant ainsi au Promoteur de l’ISMAM de finir sa présentation et à son collègue des Beaux Arts de s’exprimer à son tour sur le même sujet à savoir les possibilités de formation des jeunes handicapés.

III- L’EXAMEN DU PLAN D’ACTION

C’est vers 13 Heures que le Secrétaire Permanent a présenté la synthèse des rapports administratifs et financiers 2011, 2012 et 2013. On peut retenir de ce rapport que l’action de Mosoh s’est structuré autour de 4 axes stratégiques qui sont: l’éducation, la santé, les AGR et la Coopération.

En ce qui concerne l’education, il a expliqué que MOSOH a encadré et suivi près de 407 écoliers et entre 210 et 218 élèves du secondaire. Mais que leur résultat dans l’ensemble était très mauvais compte tenu entre autres du taux d’abandon scolaire au CM1 qui frole le 95 pourcent.

Dans le domaine de la santé, il a relevé que MOSOH a monté avec succès des dossiers et ainsi permis à 16 enfants de recevoir des soins de qualité.

Dans le cadre des projets générateurs de revenus il a cité quelques succès notables à savoir l’octroi d’une subvention de 6 Millions pour l’élevage de poulet de chair , l’acquisition de gré à gré de 1062 mètres carrés de terrain de l’état pour un projet de construction de ses services administratif et d’un centre de multi-formation et de santé spécialisé dont l’étude de faisabilité est par ailleurs achevé. Par ailleurs, d’autres projets ont été soumissionnés comme celui du PASC d’un budget de 21 million dont il attend une suite qu’il espère favorable.

Enfin dans le domaine de la Coopération, il a cité les différents partenaires actuels de MOSOH et mentionné son affiliation à LA PLATEFORME sur le plan national. Il a ensuite décliné les bénéfices tirés dans le cadre de la Coopération internationale de MOSOH en soulignant les voyages d’étude et des séminaires de formations à l’étranger.

Pour finir ce bilan, il a présenté la situation financière de MOSOH qu’il qualifie de gravement déficitaire du fait de la rareté des adhésion et des contributions annuelles des membres. A cet effet, seulement 48 000 et 57 500 ont respectivement été collectés pour le compte des adhésions et des contributions. Par ailleurs MOSOH a reçu des financements à hauteur de 1 850 000 par des partenaires qui ont été investis pour les projets de séminaires à l’étranger cependant que les charges de fonctionnement coutent de plus en cher.

Ceci dit, le bilan a été adopté à l’unanimité des membres présents.

PRESENTATION DU PLAN D’ACTION

La suite des travaux a été animée par le PCA qui a présenté le plan d’action. Qui se structure autour des axes stratégiques sus présentés, qui à son tour a été adopté par l’assistance.

LA COMMISSION ELECTORALE

Après cette validation du plan d’action, La commission électorale a été constituée ; elle a été formée de trois membres pour l’élection des nouveaux membres du Conseil d’administration. Les nouveaux membres élus NYADJO Chantal avec 37 voix, NGAKO Emmanuel avec 35 voix, EWOUDOU NGUEME Victorine avec 33 voix

Fait à Nkongsamba le 14/06/2014

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 19:04
SESSION DES COMPTES DE LA COMMUNE DE NKONGSAMBA Ier : L’excédent net de recettes sur les dépenses de 25 889 202 FCFA nargue les populations

La salle Jean EKWABI EWANE de la Mairie de Nkongsamba 1er, a abrité vendredi 06 juin 2014 la session ordinaire du conseil municipal consacrée au vote et à l’adoption du compte administratif pour l’exercice précédent. Session présidée par le 1er Adjoint au Maire Mme MONY Monique epse MBONGUE représentant le Maire empêché, et en présence du Préfet Thomas HONA, tutelle administrative.

233 978 229 FCFA est le montant du compte administratif du dernier exercice soumis à l’examen du conseil. Ce compte a connu une augmentation de 33 283 229 francs en valeur absolue et de 16,98% en valeur relative tel que présenté dans le rapport de gestion du receveur municipal, et représentant l’excédent des recettes sur les dépenses. En détail, les recettes de ce compte sont de 141 790 470 FCFA, les dépenses de 106 888 268 FCFA, l’excédent brut est de 34 902 202 FCFA, pour faute d’emploi, la commune a vu la somme de 9 013 000 FCFA prévue pour la construction d’un bâtiment dans une école tombée en forclusion, ce qui donne un excédent nette de recettes sur les dépenses de 25 889 202 FCFA.

Dans son rapport de gestion, le receveur municipal a relevé certaines difficultés qui plombent le fonctionnement optimal de la commune à savoir : la faible capacité de recouvrement des taxes qui serait dû à l’absence du fichier du contribuable, le conflit de compétence territoriale avec la Communauté Urbaine de Nkongsamba (CUN), l’absence du service de l’assiette fiscale entre autres. En dépit de toutes ces difficultés tant endogènes qu’exogènes, les différentes commissions n’ont pas manqué l’occasion de relever la sous-consommation des crédits transférés dans le cadre du transfert des compétences, avec un taux de réalisation de 16% , loin des ratios prévus, sans compter avec l’insuffisance du financement des associations à l’instar des handicapés et autres regroupements sportif. Il ya surtout eu un échange de mots entre les conseillers, Ebweme Mbollè Crispo, Ekombo Raymond sur les manquements du Maire OUMAROU qui a été justifié par Evina Raymond et Moussa Issa.

Pour y remédier, le Préfet HONA Thomas a invité tous les acteurs de la chaîne à plus de collaboration afin d’éviter tous les dysfonctionnements, au regard les débats houleux et francs qui ont prévalus lors de la phase des échanges, non sans rappeler aux uns et aux autres de veiller à l’intrusion des adeptes de la secte BOKO HARAM dans notre entourage, aux fins de protéger les personnes et leurs biens, et même les institutions républicaines, en dénonçant tout comportement suspect.

Stéphane DANG BALO/Cp

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 18:57
Session des comptes de la Commune de Melong : KUETE Jean Rigolo est sous l’appui- conseil du représentant de  l’état

La salle de délibérations de l’hôtel de ville de Mélong a abrité le 27 Mai 2014 la session ordinaire du conseil municipal consacrée au vote et à l’adoption du compte administratif pour l’exercice 2013. C’était sous la présidence du Maire KUETE Jean Rigolo et sous l’appui- conseil du représentant de l’état M. HONA Thomas.

Dans son mot d’ouverture, le Maire KUETE Jean Rigolo a présenté l’état des lieux de la gestion dont il a hérité de l’équipe sortante conduite par ELLAT Blériot, 150 jours après sa prise de fonction. Il a relevé entre-autres l’incompétence, l’inertie, la corruption du personnel, toutes choses contribuant au dénivellement du niveau de vie des populations de la cité agricole de Melong.

Ainsi, il a présenté un bilan assez élogieux des six premiers mois de l’exécutif municipal dont il conduit, axé sur l’électrification, l’hygiène et la salubrité, le reprofilage des routes, le drainage des eaux, la remise en service des véhicules de liaison. Avant d’exhorter ses collaborateurs et autres agents communaux à accompagner les actions du nouvel exécutif communal, le Maire KUETE Jean a dévoilé le compte administratif pour l’exercice 2013, qui s’élève en recettes et en dépenses à la somme de 273 439 471 FCFA, en augmentation de plus de 25 millions, soit 80% en valeur relative sur les recettes destinées aux dépenses de fonctionnement.

En dépit des irrégularités de gestion qu’ont reconnues les différentes commissions, les 08 délibérations ont été votées et adoptées parmi lesquelles le compte de gestion du receveur municipal et celui du comptable matières. Ce qui a valu l’appréciation du représentant de l’Etat, pour l’esprit de convivialité et de franche camaraderie, ainsi que du patriotisme observés au cours des échanges. L’adjoint au maire MBESSE Paul qui a rencontré la presse a dit que ce qui semble important au delà des différences de point de vue est la recherche de financements nouveaux par le biais du partenariat, de la communication sur les projets contenus dans le plan de campagne dans l'objectif d'augmenter le volume des réalisations en faveur des populations.

Daniel SITCHEPI, Reporter photographe

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 18:53

La commune de Penja que dirige le Maire Kahack Jean Pierre a arrêté ses comptes majoritairement exploités par son prédécesseur Ngollè Jacques Antoine issu du parti Rdpc le 09 mai 2014 en présence de M. NOHOU Bello, Sous-préfet de Njombe–Penja représentant le préfet empêché.

Le budget de l’exercice 2013 (année électorale) se serait exécuté avec une incompréhension totale, avec des recettes de l’ordre de 285 559 184 FCFA alors que celles de 2012 sont de 358 557 603 FCFA, soit une baisse importante de 73 018 419 FCFA observée. Après le vote des délibérations, le Sous-préfet Nouhou Bello a instruit le maire et ses adjoints de rectifier le tir au risque de ne rien faire d’ici la fin de leur mandat et cela impactera négativement sur l’image du parti Social Democratic Front (SDF).

Le maire Kahack Jean-Pierre a exprimé son mécontentement et s’est même opposé au vote d’une délibération accordant des avantages supplémentaires aux agents communaux et celle conçue sur les indemnités des sessions des conseils municipaux. La mairie qu’a dirigé Ngollè Jacques Antoine accumule quelques impayés vis-à-vis des fournisseurs. Selon Pierre EDU, nouveau Secrétaire Général, spécialiste en droit public, rencontré par la presse, il faudrait expliquer à chacun des employés son rôle et saisir des occasions de communiquer sur les réelles potentialités de la commune, exploiter à fond la gare routière construite récemment qui n’est pas toujours rentabilisé alors que c’est une dette contractée au FEICOM par la commune.

Le conseil municipal de Penja a tout de même fait montre de maturité car composée de trois partis politiques de qui les observateurs attendaient une bagarre verbale. Les travaux se sont achevés sans heurts et le compte du receveur municipal ainsi que celui du comptable matières ont été adoptés. Ces derniers doivent regarder dans la direction du développement en trouvant finalement financements, des sols pour les logements sociaux, en augmentant les recettes propres, en offrant à sa jeunesse un espace de sport et loisir et de formations aux NTIC que le responsable des affaires générales MAPPA TAKOUGOUM Victor a appelé Médiathèque municipale.

Bobda Jean-Pau/Cp

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 18:49
COMMUNAUTE BAYANGAM DU MOUNGO : Lettre d’information Urgente N° 006/LIU/CC/2014

Le Chef de la Communauté Bayangam du Moungo, Monsieur FOTSO Jean Paul a l’honneur d’informertous les ressortissants Bayangam du Moungo que le Conseil de chefferie qu’il préside organisera dans les arrondissements des élections libres et transparentes dans la période du 8 juin au 30 septembre 2014. Cette action de renouvellement des bureaux est une prescription de Sa Majesté POUOKAM II Georges Désiré dans son discours à son peuple le 30 mars 2014.

Le programme de cette vaste opération est le suivant :

Du dimanche 8au29 juin 2014

  • Tournée d’information sur cette opération dans les antennes et organisations spécialisées,

Dimanche 6 juillet 2014

  • Communication spéciale sur les objectifs de cette opération à l’occasion de l’Assemblée Générale Mixte (AGM),
  • Désignation des chargés de mission et présentation des présidents du comité électoral des antennes,

Du 01 au 30 septembre 2014

  • Opérations électorales dans les arrondissements et installation des bureaux élus.

Les postes clés de ce processus sont les suivants : Un président, un ou une secrétaire, une présidente des femmes, un ou une présidente des jeunes, Un Chef du protocole du quartier, un trésorier, un Commissaire aux comptes. Tous les présidents qui ne seront pas réélus sont d’office membre d’honneur du bureau. Seul le président élu ou le porte parole de l’arrondissement siègera au Conseil départemental de Chefferie.

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2014 4 03 /07 /juillet /2014 18:46

C’est finalement le 29 juillet 2014 que se tiendra l’Assemblée Générale de la Mutuelle Communautaire de Croissance (MC2) de Nkongsamba rural au Gymnase du Lycée du Manengouba. Une autre assemblée qui se tiendra probablement sous haute tension et sur forte surveillance policière.

Pour cause, depuis la création de cette structure parrainée par Afriland First Bank, certains membres se plaindraient de n’avoir pas des avantages alors qu’ils auraient fortement contribué à la campagne de mobilisation de l’épargne suffisante justifiant la mise sur pied de la Microfinance. On se souvient que le comité de pilotage conduit par Monsieur KAMDEM Thomas avait écumé pluie et soleil dans l’objectif 12 millions, puis 18 millions qui constituaient le fond de départ de la structure. Une opération qui n’avait pas été facile même avec la participation des médias locaux et certaines organisations de la société civile qui espéraient dans le futur jouir des fruits de ce bénévolat. Ils seraient très nombreux aujourd’hui à conjurer les esprits pour le départ de NJIKE Gilbert et certains membres du conseil d’administration. Pour preuve, lors de la dernière assemblée générale, des informations circulaient statuant sur le mauvais seuil de la Gouvernance atteint par le président du Conseil d’Administration qui devrait normalement en fonction des articles du statut céder son siège. Seulement, un front avait été fait pour qu’il n’y ait pas ‘élection et on avait vilipendé le candidat Fofié Joseph et sa liste. Le PCA NJIKE GIlbert et quelques proches justifient la cabale de ceux qu’ils qualifient «d’adversaires malhonnêtes» les mutualistes qui auraient tenté d’obtenir des crédits sans remplir les conditions ou encore ceux qui n’ont pas remboursé des crédits selon les échéances fixés.

La MC2 selon des indiscrétions totaliserait environ 783 millions de francs de fonds, mais avec 23 millions de déficit annuel et environ 76 millions de francs d’impayés de crédits dans les documents comptables. Mais ce qui pousserait beaucoup d’épargnants à vouloir récupérer leurs avoirs pour les sécuriser ailleurs est le fait que la MC2 de Nkongsamba qui serait parmi les toutes premières du Moungo n’a pas encore un édifice construit alors qu’a Melong, Manjo, Penja, des bâtiments costauds à fière allure montrent qu’il y a au moins une garantie fiable.

Du moins, l’on attend que le Conseil d’Administration de la MC2 de Nkongsamba comportant pourtant quelques « illuminés » rassure lors de la prochaine Assemblée Générale du 29 juillet 2014 et donne un signal fort face à l’occupation rationnelle du terraint de l’épargne et du crédit par d’autres microfinances qui accordent véritablement des crédits et des conditions avantageuses de remboursement à leur clientèle.

Chamford SIEWE/Cp

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Scores2000
  • : Informations Générales : Sports-Affaires-Société-Economie-Tourisme-Environnement-Informatique
  • Contact

Profil

  • Sylvain Timamo
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".
  • Sylvain Timamo est journaliste camerounais et depuis quelques années,il est éditeur du journal Scores 2000. Propriétaire du Magazine International Culturel et Touristique "Le Chasseur".

Recherche

Pages

Liens